Archives pour la catégorie – Soul/R&B/Jazz/Funk

August Greene (Common, Karriem Riggins, Robert Glasper) @@@½


C’est un trio qui, sur le papier, a de quoi faire rêver. Common, légendaire Chicago MC, l’extraordinaire batteur-producteur Karriem Riggins et le compositeur soul/jazz de renom Robert Glasper, ensemble pour former ce nouveau groupe baptisé August Greene et donner vie à ce projet commun portant leur nom. Sorti d’abord en exclusivité le 9 mars sur Amazon, voilà enfin cet album disponible sur les autres plateformes de streaming. Il était temps.

Lire la suite August Greene (Common, Karriem Riggins, Robert Glasper) @@@½

Potatohead People « Nick & Astro’s Guide to the Galaxy » @@@@


Si vous avez bien aimé l’album self-titled d’Illa J paru en 2015 sur le label Bastard Jazz Recordings, vous avez sans doute tiqué sur ce tandem de producteurs les Potatohead People. En produisant la majorité de cet opus, ils ont offert l’opportunité au rappeur de sortir de l’ombre pesante de son défunt frère J Dilla. Soul, hip-hop et électro, voici les trois ingrédients principaux que nos canadiens Nick Wisdom et AstroLogical mélangent formidablement, valant la comparaison avec DJ Spinna, Kaytranada ou les français Union Analogtronics. Pour découvrir plus amplement leur univers, suivez le guide.

Lire la suite Potatohead People « Nick & Astro’s Guide to the Galaxy » @@@@

Janelle Monae « Dirty Computer » @@@@½


Lorsque Janelle Monae avait sorti son premier EP Metropolis: Suite I, tous avions immédiatement vu son talent immense dans cette femme en Tuxedo, vu son univers rétro-futuriste truffé de références musicales comme littéraires et cinématographiques, vu le futur d’une grande star. Ce qu’elle est devenu dix ans plus tard, le futur c’est donc maintenant, grâce aussi à ses talents d’actrice que l’on a découvert dans deux sorties majeures, Moonlight et Hidden Figures. Alors pour la sortie événementielle de ce troisième album baptisé Dirty Computer, Janelle se lâche totalement.

Lire la suite Janelle Monae « Dirty Computer » @@@@½

Stimulator Jones « Exotic Worlds and Masterful Treasures » @@@@


Avant même de savoir qui c’était et de découvrir ses chansons, je savais que j’allais kiffer Stimulator Jones, parce que, vous avez vu son pseudo? Je le trouve génial. J’ai foncé les yeux fermés et je ne m’étais pas trompé sur son compte. L’extrait « Need Your Body » qui préfigurait ce premier essai Exotic Worlds and Masterful Treasures a conquis mon âme de trentenaire nostalgique, parce que la magie du rhythm’n blues des années 80 qui ressurgit en pleine face. Encore une fois Peanut Butter Wolf, le saint patron de Stones Throw, a eu du flair…

Lire la suite Stimulator Jones « Exotic Worlds and Masterful Treasures » @@@@

Kali Uchis « Isolation » @@@@


Kali Uchis, ah Kali… ça m’a pris quelques secondes seulement pour succomber à son charme, c’était juste en l’écoutant en featuring sur « Find Your Wings » et « Perfect » de Tyler the Creator, deux morceaux extraits de Cherry Bomb. Puis je l’ai vu, cette femme d’origine colombienne de 21 ans, dans les deux clips desdits chansons de Tyler et j’ai senti mon corps doucement fondre comme une glace à l’italienne qu’on lèche avec délectation. Justement, les beaux jours sont arrivés, ainsi que ce premier album de Kali Uchis, Isolation.

Lire la suite Kali Uchis « Isolation » @@@@

Snoop Dogg presents « Bible of Love » @@@@


G Funk, gangsta rap, country, EDM, funk, reggae, r&b… Snoop Dogg est passé par pas mal de genres musicaux durant sa longue carrière, sans que son intégrité en soit égratignée, parce que Snoop c’est le cool incarné. Et malgré les cheveux blancs et la vue qui baisse, sa productivité n’a pas faibli cette décennie. Tenez, rien qu’en un an, il a publié un nouvel album, Neva Left, et deux bons EP, plus ce qui vient de sortir, cette compilation qu’il produit, Bible of Love. Il pourra maintenant ajouter « gospel » dans sa liste des genres musicaux qu’il a traversé, et avec éclat.

Lire la suite Snoop Dogg presents « Bible of Love » @@@@

Sango « In The Comfort Of » @@@@½


Si le nom de Sango vous dit quelque chose, c’est que vous êtes très, mais vraiment très curieux, ou pointu, ou chercheur de talents purs. Ou que vous suivez l’actualité musicale via Soulection, ou avez visité son site sangobeats.com, croisé à une soirée. Ou alors je me pose vraiment trop de questions à son sujet tellement son album In The Comfort Of m’a fasciné, car comment ce jeune DJ/producteur au dessus du lot a pu échapper à mon radar?

Lire la suite Sango « In The Comfort Of » @@@@½

Black Milk « FEVER » @@@@


Black Milk s’était fait très discret après la sortie de If There’s a Hell Below fin 2014, si ce n’est les mini-projets collaboratifs The Rebellions Sessions et Sunday Outtakes avec Nat Turner qui ont reçu d’excellentes critiques. Le producteur-rappeur de Detroit a pris son temps, afin de concevoir de la nouvelle musique, ce qui a eu pour second effet Kiss Cool de nourrir une attente certaine à propos d’un futur album. Comme le futur c’est maintenant, on peut s’offrir un moment d’écoute de FEVER, sixième album solo où l’accent a été mis sur la soul.

Lire la suite Black Milk « FEVER » @@@@

Onra « Nobody has to know » @@@½


Onra a beau parcourir le monde pour des DJ sets, il n’oublie jamais dans ses bagages sa MPC, de chiner des vinyles et de lui fournir, au monde, ses productions à un rythme quasi annuel. L’an dernier, le beatmaker français a conclu sa trilogie instrumentale de Chinoiseries, cet hiver il nous apporte du soleil et des vibes chaleureuses provenant d’une bulle spatio-temporelle 80s avec Nobody Has To Know (All City Records).

Lire la suite Onra « Nobody has to know » @@@½

Justin Timberlake « Man of the Woods » @@@


Alors comme ça, Justin Timberlake est arrivé à un point de vie, et de sa carrière, où il a ressenti le besoin d’entamer un retour à ses origines, c’est-à-dire blanches et pas urbaines. Qu’il en soit ainsi. Après tout, on a déjà aperçu ce garçon qui a grandi dans le Tennessee en horrible assortiment pantalon et veste en jean affublé d’un chapeau de cowboy, mais c’était il y a bien longtemps, avant le démarrage de sa carrière solo.

Début 2018, bye bye bye le r&b élégant et avant-gardiste, celui dont le nom de famille signifie ‘lac de bois’ s’affiche désormais en Man of the Woods, l’homme des forêts. Les rumeurs d’un basculement vers la musique country filait bon train sur Internet mais il s’avère finalement que ce cinquième album est plus hipster que bûcheron moderne. S’agissait de pas faire trop « républicain bouseux » sur les bords…

Lire la suite Justin Timberlake « Man of the Woods » @@@

Chris Dave and The Drumhedz @@@@


Comment vous donnez envie d’écouter ce projet ? En vous présentant Chris Dave car son background parle de lui-même. Ce musicien texan est classé par Rolling Stones parmi les 100 meilleurs batteurs de tous les temps, et s’il fallait un second avis, il est respecté comme redouté par ?uestlove des Roots. Parmi les artistes qui l’ont sollicité durant sa belle carrière : les Mint Condition avec qui il a débuté, Meshell N’Degeocello, Adele, Maxwell, Mary J Blige, Justin Bieber, Thundercat, Robert Glasper et D’Angelo. Beau CV n’est-ce pas? Maintenant on peut se pencher sur sa seconde instance avec son groupe les Drumhedz avec cet album éponyme paru chez le sacro-saint label jazz Blue Note.

Lire la suite Chris Dave and The Drumhedz @@@@

SiR « November » @@@@


2018 appartient déjà au label Top Dawg Entertainment. Kendrick va ouvrir les Grammy Awards, sachant qu’il est en lice dans la catégorie « album de l’année » avec DAMN, Jay Rock a fait son grand retour avec la bombe « King’s Dead » et cette grosse info, TDE est en charge de la soundtrack du prochain blockbuster Marvel Black Panther, annoncé par le single « All The Stars » starring Kung Fu Kenny naturellement. Et ce n’est que le début. Mais tout d’abord pour bien commencer l’année, il y a November, ce second album de leur chanteur néo-soul SiR.

Lire la suite SiR « November » @@@@

TiRon & Ayomari « WET: The Wonderful Egotrip » @@@@


Bienvenue à ce cinquième (?) album de TiRon & Ayomari, duo californien qui a percé à partir de 2006 grâce au blogging et aux plateformes d’écoute en ligne. Quel chemin parcouru quand on regarde en arrière, car rien n’était couru d’avance, d’une part se faire connaître et réussir à percer dans leurs conditions, et d’autre part perdurer dans un milieu très concurrentiel. Pourtant il n’y a pas de secret, il suffit de faire de la très bonne musique, en ce qui les concerne, du rap merveilleux. Après The Wonderful Prelude et The Great New Wonderful, voici The Wonderful Egotrip.

Lire la suite TiRon & Ayomari « WET: The Wonderful Egotrip » @@@@

Amp Fiddler « Amp Dog Knights » @@@@


Amp Fiddler a toujours été pour moi un artiste à part en matière de soul music, et aussi dans mon coeur depuis l’expérience incroyable que j’ai vécu lors de son passage au Ninkasi Kao à Lyon en 2007. Le monde, et moi avec, avions pu le découvrir en 2004 avec ce bijou qu’était Waltz of a Ghetto Fly, son second album solo, puis en 2006 avec Afro Strut qui ont reçu de très bons échos en Europe.

Bien avant ça, cet auteur/compositeur/chanteur/clavieriste originaire de Detroit, et de génie, a eu une vie bien remplie, puisqu’il a été musicien au sein du groupe P Funk mythique Parliament et a par ailleurs travaillé aux côtés de Prince. C’est même lui qui a permis la rencontre entre Jay Dee et les Tribe Called Quest. Bref, ce type a permis de créer de grands moments d’histoire et pourtant il est si discret. Le revoilà de retour après dix ans d’absence avec Amp Dog Knights.

Lire la suite Amp Fiddler « Amp Dog Knights » @@@@

Ty Dolla $ign « Beach House 3 » @@@½


Le chanteur/producteur californien aux dreads et $ tatoué en grand sur la gorge a attendu la Cuffin Season’ pour dévoiler ce qui n’est pas la mixtape n°3 de la série Beach House, mais bel et bien son second album. Sans surprise, ce monsieur featuring en puissance nous plonge dans son triangle des Bermudes, entre trap’n b, r&b aux « good old flava » et ambiance westcoast.

Lire la suite Ty Dolla $ign « Beach House 3 » @@@½