Archives du mot-clé Raphael Saadiq

Rick Ro$$ « Rather You Than Me » @@@@


Rather You Than Me de Rick Ro$$ ne suscitait guère d’attente particulière auprès du public rap, rien de moins qu’une galette de plus à son compteur. Sa recette habituelle qui consiste à faire un parmentier de rap clinquant de chez clinquant sur une couche de trap music servi avec le gratin du rap/r&b a fini par lasser, et engranger moins de recette. Le départ du boss de Miami de Def Jam l’a-t-il contraint de revoir ses plans ? Absolument pas, ce neuvième album est bel et bien une livraison Maybach Music full option, mais qui parvient à retrouver le standing de ses grands standards que sont Deeper Than Rap et Teflon Don. Et là, c’est l’épatement.

Lire la chronique complète sur SURLmag.fr →

Rapsody « Crown » [EP] @@@@


Faites place, faites place pour Rapsody! Quatre ans que nous sommes dans l’attente d’un successeur à The Idea of Beautiful, alors forcément un EP gros comme un pain complet se transforme en merveilleuse offrande. Mais avant tout, Crown signale avant tout que la rappeuse adoubée par 9th Wonder prépare le terrain pour 2017 en se fixant un objectif élevé mais atteignable : le trône.

Lire la suite Rapsody « Crown » [EP] @@@@

Solange « A Seat at the Table » @@@@½


Deux frangines ont grimpé au sommet des charts américains dès la semaine de démarrage de cette année 2016, une première historique. Et cet exploit, on le doit aux soeurs Knowles, Beyoncé et sa cadette Solange, qui a livré au début de l’automne son troisième opus A Seat at the Table. Sans détrôner la reine, Solange apporte avec son nouvel album (surprise) d’indéniables arguments pour nous incliner devant elle.

Lire la suite Solange « A Seat at the Table » @@@@½

Usher « Hard II Love » @@@½


Pas sûr qu’Usher ait terminé sa traversée du désert. Chanteur r&b parmi les plus influents de sa génération avec ses classiques 8701 et Confessions, il peine à convaincre depuis 2007 avec trois albums r&b pas du tout au niveau et fricoté avec la pop et l’eurodance de supermarché de David Guetta. Une lueur d’espoir surgit avec le très bon single « Good Kisser » avant de replonger dans le silence, puis revenir manifester cette année pour la cause avec la chanson « Chains » (en compagnie Nas et Bibi Bourelly).

La trop longue attente a tout de même altéré notre patience, d’autant plus que ces deux extraits ne sont même pas prévus au tracklisting de son huitième album. De quoi faire la gueule, exactement comme sur cette affreuse pochette. Comment ont-ils pu valider un truc aussi hideux chez Sony? À croire qu’il a tout essayé pour qu’on arrête de s’intéresser à lui, et c’est là qu’on fait un lien presque comique avec le titre de ce nouvel album, Hard II Love (‘difficile d’aimer’, NdT). Et ça tristement marché à la vue des maigres scores de ventes avec l’équivalent de 38 000 albums vendus… Y a-t-il quelque chose à sauver?

Lire la suite Usher « Hard II Love » @@@½

Musiq Soulchild « Life on Earth » @@@½


Musiq Soulchild is back… en indépendant. Fini les contrats avec les maisons de disque, notre chanteur néosoul s’est débarrassé des contraintes de formatages qui l’ont conduit au mal-aimé Musiqinthemagic en 2011. Pour Life on Earth, son 7e opus, Musiq s’est associé au producteur expérimenté Warryn Campbell et son label My Block Records.

Lire la suite Musiq Soulchild « Life on Earth » @@@½

BJ The Chicago Kid « In my mind » @@@@


Beaucoup d’attente autour de BJ The Chicago Kid. D’abord parce qu’il a su prendre son temps pour nous faire languir, entre ses superbes extraits diffusés sur Internet depuis cinq ans et ses apparitions remarquables en featuring sur (une liste longue comme ça) des sorties rap et r&b les plus marquants de ces dernières années. Mais la principale raison de cette attente est probablement parce qu’il est, à 31 ans, l’un des meilleurs chanteurs soul/r&b de sa génération.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Adrian Younge presents « Something About April II » @@@@


Le compositeur Adrian Younge est en passe de devenir un des futurs artistes Soul incontournables. Discrètement révélé par son premier ouvrage Something About April en 2012, c’est grâce à des artistes hip-hop que sa renommée grandit de manière exponentielle. Timbaland utilisera sa musique pour « Picasso Baby » de Jay-Z, Ghostface Killah fera couler son encre de storyteller sur le chef d’oeuvre de classicisme européen Twelve Reasons to Die,…

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Big K.R.I.T. « Cadillactica » @@@@


Le natif du Mississippi a négocié avec brio le virage du second album nous dirigeant vers l’univers d’où il vient, Cadillactica. On peut d’ailleurs faire le parallèle entre ce passage et celui de Southernplayalisticadillacmuzik au classique ATLiens des Outkast. Il semblerait que le destin de Big K.R.I.T. soit en train de se réaliser.

Lire la suite Big K.R.I.T. « Cadillactica » @@@@

Kid CuDi « Satellite Flight: The Journey to Mother Moon » @@½


Kid-Cudi-Satellite-Flight

Alors comme ça, Kid CuDi nous a fait une sorte de non-promo à la ‘Beyoncé’ en sortant Satellite Flight: The Journey to Mother Moon un mois à l’avance, sans prévenir. Mais que l’auteur ne nous trompe pas sur la marchandise, ce qu’il considère comme son 4e album solo n’est qu’un modique prélude à sa prochaine odyssée Man on the Moon 3. Le lonely stoner erre dans le cosmos comme une comète qui a dérivé de sa trajectoire.

Lire la suite Kid CuDi « Satellite Flight: The Journey to Mother Moon » @@½

Raphael Saadiq « Stone Rollin' » @@@@½


Associer succès critique et commercial est la marque des grands artistes. Sur ce point, Raphael Saadiq s’est hissé tout en haut de la vague soul vintage avec The Way I See It, une vague qui d’ailleurs s’est transformée en tsunami avec les albums de Seal, Plan B, Ben l’Oncle Soul, Aloe Blacc, Cee-Lo Green,… C’en est devenu presque ‘soulant’ cette mode. Pourtant, l’ex-Tony Toni Tone continue d’exploiter le filon rétro en livrant avec Stone Rollin‘ une opus très rock & roll, comme le confère l’entraînant single « Radio ».

Lire la chronique de Stone Rollin’ de Raphael Saadiq dans le numéro Avril-Mai de Nowplaying Mag »

Rick Ro$$ « Teflon Don » @@@@


Avec Deeper Than Rap, Rick Ross a trouvé le style sur-mesure qu’il lui fallait, du gros son rap soulful et chic. Et comme il gagne en puissance à chaque nouvelle sortie, cette fois il cache sous les habillages de la J.U.S.T.I.C.E. League, les producteurs qui définissent le mieux son type d’instru de prédilection, un gilet à l’épreuve des balles. Vu son statut, la protection rapprochée des Triple C ne suffit plus.

De ce fait, en plus de porter le nom du célèbre mafieux Freeway Ricky Ross (qui lui a collé un procès au cul dernièrement) ou encore celui d’Albert Anastasia, il se permet de reprendre le nom emblématique de Teflon Don, l’autre surnom de John Gotti, dont la familia veut aussi interdire l’appellation au rappeur floridien. Raison de plus de se prémunir de cette réalité qui rattrape la fiction.

Lire la suite Rick Ro$$ « Teflon Don » @@@@

Mary J Blige « Stronger with each tear » @@@@


Deux ans après Growing Pains, cette grande dame de la Black Music, celle par qui les drames arrivent comme des gifles et repartent d’un simple coup de mouchoir, la même qui a chanté lors de la cérémonie d’investiture de Barack Obama en Janvier dernier, revient avec Stronger with each tear (qui prête son nom au single officiel de More Than A Game), son neuvième album studio. R comme Reine incontestée et B comme Blige, Mary J Blige clôt une année R&B 2009 pleines de promesses pour le futur , la chanteuse est plus que jamais résolue pour 2010 a sécher ses larmes et positiver. Car derrière cette somptueuse photo, beau portrait couleur ébène sur fond noir, se cache un album plus éblouissant qu’on ne l’imagine. Je profite que cette chronique soit publiée le 11 Janvier pour lui souhaiter un bon anniversaire (39 ans).

Lire la suite Mary J Blige « Stronger with each tear » @@@@

Joss Stone « Colour me free! » @@@@


Difficile de ne pas résister au charme tout anglais de Joss Stone. Si Janis Joplin avait une fille baignant dans la musique Soul depuis sa tendre enfance, ce serait elle. Dieu sait d’où vient ses prédispositions pour la chanson, qui fait qu’on reste scotché à chacune de ses prestations, comme subjugué par sa puissante voix.

Après le très réussi Introducing Joss Stone produit par Raphael Saadiq, la jeune femme poursuit son émancipation en quittant brusquement sa maison de disque lors d’un divorce houleux en lançant un « Free Me » déjà reconnu comme un standard. Lui accorder un peu de mon temps ou parler d’elle (en bien, naturellement), c’est mon côté gentleman qui ressort.

Lire la suite Joss Stone « Colour me free! » @@@@

Q-Tip « The Renaissance » @@@@@


Voilà l’album que je crevais d’envie d’écouter depuis plusieurs mois. Et je me dois vous dire un vrai scoop, en toute honnêteté : The Renaissance n’usurpe pas son intitulé, ce second album de Q-Tip (en fait son troisième en comptant son bootleg Kamaal the Abstract) est à la hauteur de nos attentes. C’est du Hip Hop vrai de vrai, « comme on n’en fait plus aujourd’hui. » Personnellement, c’est bien plus que ce à quoi j’espérais depuis tellement longtemps, et pourtant Dieu sait que cet album représentait beaucoup. Comme l’élection historique de Barack Obama ce Mardi 4 Novembre, date de naissance de ce new hip-hop classic. Je ne dis pas que Tip est comme une sorte de vrai messie du Hip-Hop, mais c’est tout comme. Il a ressuscité le Hip-Hop. C’était écrit, c’est le nom de son nouvel album.

Depuis quand n’ai-je pas ressenti la sensation d’écouter un nouveau classique hip-hop, comme ça a été le cas pour College Dropout, Speakerboxxx & The Love Below, le Black Album, Be de Common, ou plus tard Game Theory des Roots,…Des mois, des années. Evidemment, quand vous découvrez un album qui date des années 90 (par exemple) et dont vous avez qu’il s’agit d’un classique parce qu’il en est certifié par l’opinion publique et la presse rap, vous arrivez à comprendre pourquoi en l’écoutant. Ça se passe de commentaires, c’est dans les consciences. Mais c’est un peu différent quand c’est un disque qui vient de sortir. Bien sûr, on retrouve l’effet d’addiction quasi immédiat ou la découverte de l’immense potentiel d’un album par les impressions qu’il procure, l’ambiance, les beats, le génie de son auteur, son flow, ses lyrics, etc… Il y a de multiples facteurs et critères non-obligatoires qui définissent un classique et en écouter souvent nous apprend à les distinguer.

Ici, comme à chaque fois que j’ai « su » que j’écoutais un nouveau classique, il y a un truc en plus, d’indéfinissable mais d’une certitude très forte, très profonde. Ça ressemble à un coup de foudre musical, quelque chose d’intense, passionnément, à la folie, qui s’amplifie par cette pensée : « le plus fou, c’est que c’est la réalité ». Du coup, j’ai envie de dire « fuck tous les albums rap de 2006 à 2008 », car parmi les meilleurs crus sortis durant cette période, à part quelques exceptions (dont je serai ravi de vous citer plus tard), quasiment aucun ne m’a fait autant vibrer que celui-ci, et je pressens que ça le sera durablement. Déjà, « Gettin’ Up », le premier single, m’a incroyablement revigoré, ça m’a fait un bien fou. Je me suis dit dans ma tête : « pourvu que tout l’album soit de cette teneur. » C’est à partir de là que j’ai compté les jours avant que le hip-hop renaisse. Et, miracle, mon voeu s’est produit.

Lire la suite Q-Tip « The Renaissance » @@@@@

Raphael Saadiq « The Way I See It » @@@@@


L’évolution musicale de Raphael Saadiq suit une chronologie inversée. Après le fabuleux remake blaxploitation de Ray Ray il y a quatre ans de cela, le chanteur/auteur/compositeur de génie a emprunté le DeLorean d’Emmett Brown pour partir quelque part entre 1955 et 1975 pour enregistrer The Way I See It. Plus qu’un banal album néorétro classieux ultra-réussi (comme ce fut le cas de Back to Black d’Amy Winehouse), ce troisième cru est un modèle de perfection à l’état pur 100% véritable, rien à voir avec ce qu’il se fait dans la tendance soul vintage à l’heure actuelle. C’est fou, c’est tellement simple d’en parler avec enthousiasme, on a réellement l’impression que The Way I See It est un vieux classique de la soul music, plus vrai que nature (jusqu’à la pochette), au sens noble et intemporel du terme. 

Lire la suite Raphael Saadiq « The Way I See It » @@@@@