Archives du mot-clé G.O.O.D. Music

Big Sean « I decided. » @@@½


Dark Sky Paradise est le meilleur album de Big Sean à ce jour, ne serait-ce parce qu’il a su enfin révéler le potentiel qui sommeillait en lui comme un ado n’arrivant pas à lever les paupières avant midi, et ceci grâce à un très judicieux choix de productions. Le rappeur de Detroit avait la cote auprès du public avec ses deux premiers albums mais avec la critique c’était critique justement, avant de réussir à mettre tout le monde d’accord avec Dark Sky Paradise, ou presque. Ses jeux de mots parfois risibles déteignaient sur son pédigrée, il ne faut porter Detroit que dans ses veines mais aussi dans les verbes et c’est là que Royce da 5’9 est venu à sa rescousse pour défendre le rappeur de G.O.O.D. Music. Avec I decided, le petit Sean maintient la barre.

Lire la suite de la chronique sur SURLmag →

Big Sean & Jhene Aiko « TWENTY88 » @@@½


Voici un mariage rappeur/R&B chick qu’on n’a pas vu arriver, mariés en studio mais pas dans la vraie vie (Jhene Aiko s’est vue mettre récemment la bague au doigt par le producteur Dot Da Genius). Big Sean, de la team G.O.O.D. Music, et la chanteuse Jhene Aiko, de chez ARTium Recordings, ont été unis par les liens de Def Jam et de cet union est né Twenty88 du groupe éponyme. ’88’ pour leur année de naissance et ‘twenty’ pour euh, la vingtaine?

Lire la suite Big Sean & Jhene Aiko « TWENTY88 » @@@½

Kanye West « The Life of Pablo » @@@½


Je veux vous parler du plus grand artiste rap de tous les temps, d’un album magnifique, de l’oeuvre de toute une vie, le pinacle d’une carrière, l’achèvement ultime après la construction d’une famille avec une femme vertueuse, de quelque chose d’absolument grandiose, qui fait battre notre coeur.
Ce n’est pas du tout l’objet de cette chronique.
Non en vrai, je vais plutôt parler d’un album conçu dans la précipitation dont on pouvait suivre les étapes de ce puzzle comme un programme de Twitter-réalité, et dont l’auteur est un homme avec un immense trou noir entre les fesses et un melon capable de provoquer une éclipse solaire, tout ça pour au final faire la quête pour les Illuminatis.

Lire la suite Kanye West « The Life of Pablo » @@@½

Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@


D’un duo de frangins produit par les Neptunes qui a lancé le coke rap depuis leur bourgade de Virginia Beach dans les années 2000, Pusha T est devenu fin 2015 le P.D-G. de G.O.O.D. Music, le label fondé par Kanye West, celui qui l’a recueilli en 2011 dans son catalogue d’artistes. De dealer à boss de label de musique, comme un certain Jay-Z.

Lire la suite Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@

Big Sean « Dark Sky Paradise » @@@@


Big Sean ne pourra pas faire pire que Hall of Fame, mais il ne fera sans doute jamais mieux que ce troisième album Dark Sky Paradise. Vous ne rêvez pas, j’ai mis @@@½ à un album de Big Sean, ce serait un miracle s’il n’y avait pas d’explication à cela. Pourtant le rappeur de Detroit pas n’a pas changé depuis ses deux premiers albums : il joue à fond la carte du swag du mec déjà riche qui n’a jusqu’ici pas franchement démontré l’étendu de son talent (paraît qu’il en a).  Alors qu’est-ce qui  a changé?

Lire la suite Big Sean « Dark Sky Paradise » @@@@

Teyana Taylor « VII » [deluxe edition] @@@@


Vous ne connaissez pas Teyana Taylor? Googlez-là et vous verrez que cette jeune chanteuse harlémite n’est pas née de la dernière pluie. Elle n’a qu’à peine 16-17 ans quand elle signe chez Star Trak et débute avec le single « Google Me » au début de l’année 2008, qui n’était pas aussi viral qu’attendu. N’étant donc pas dans les priorités de chez Interscope, Teyana passe au petit et au grand écran (Stomp The Yard 1 et 2) et sort en parallèle de sa carrière d’actrice une mixtape en 2009 From a Planet Called Harlem, histoire de rappeler à sa major que -allooooo- elle est aussi chanteuse de r&b.

Lire la suite Teyana Taylor « VII » [deluxe edition] @@@@

Pusha T « My Name is My Name » @@@½


Après Malice cet été, au tour du cadet des Thornton, Terence alias Pusha T de dégainer avec le My Name is My Name (G.O.O.D. Music/ Def Jam), un des disques les plus anticipés de l’année 2013. Après avoir livré plusieurs paquets de coke dans la street (les mixtapes Fear Of God, Wrath of Cocaine…), un EP qui a mis le feu aux poudres (surtout les blanches) et de multiples apparitions ça et là en featuring, la vraie rencontre avec le dealer a enfin lieu, avec cette légère crainte qu’inspire les hommes imposant le respect. Yurk!

Lire la suite Pusha T « My Name is My Name » @@@½

Big Sean « Hall of Fame » (deluxe edition) @@


Finally Famous, le premier album de Big Sean, j’en avais conclu qu’il était léger, pas désagréable, ni fameux, avec pour note un gentil @@@ sans trop entrer dans les détails… Est-ce que le rappeur de Detroit signé chez G.O.O.D. Music a progressé sur ce Hall of Fame ? Nan, c’est carrément l’inverse. Et il s’étonne qu’on ne le considère pas comme un top rappeur? Laissez-moi rire!

Lire la suite Big Sean « Hall of Fame » (deluxe edition) @@

John Legend « Love in the Future » @@@@


John Stephens n’avait pas publié d’album solo depuis cinq ans, ça commençait sérieusement à faire long. A 34 ans, le chanteur signé chez G.O.O.D. Music a pris son temps pour écrire de nouvelles chansons et les habiller d’une musique soul plus classique dans le style, comme semble le décrire la pochette arborant des oeillets rouges en toute sobriété, sans perdre son préfixe « néo ». Avec Love in the Future, John Legend a gagné en sagesse.

Lire la suite John Legend « Love in the Future » @@@@

Kanye West « Yeezus » @@@@


Celui qui pour beaucoup a été considéré comme un messie du rap à ses débuts en 2003 nous présente sa nouvelle « création », sa sixième (si on ne compte pas Cruel Summer), Yeezus. Et c’est devenu une habitude avec chaque nouvelle sortie de Kanye West, les vagues de débats passionnés, des articles de presse plus ou moins bien renseignés, tout ces éléments médiatiques qui font que l’un des rappeurs/producteurs les plus influents de ces dernières années devient le centre du monde, en bien, ou en mal.

Lire la suite Kanye West « Yeezus » @@@@

G.O.O.D. Music « Cruel Summer » @@½


Tout le monde le sait, du moins tout le monde le saura maintenant, G.O.O.D. Music (G.O.O.D. pour ‘Gettin’ Out Our Dreams’) est le label de la diva superstar du rap Kanye West a/k/a Louis Vuitton Don, le mec qui invente toutes les semaines une nouvelle façon de se fringuer (avec un budget de 1000 euros minimum). Il fut fondé la même année que la sortie de son premier album The College Dropout, soit l’an de grâce 2004, et a permis l’émergence d’artistes comme Consequence, John Legend, Kid CuDi et Big Sean. Kanye y a également signé Common, le MC le plus emblématique de Chicago qui a longtemps collaboré avec son mentor No I.D., Mos Def et Pusha T, la moitié des Clipse.

Les années et les albums passent, l’idée d’une compilation fait son chemin, d’abord par des spéculations, des rumeurs, puis des informations au compte-goutte plus ou moins officielles, via la presse ou les artistes eux-mêmes participants à ce projet. Surprise lors du Festival de Cannes 2012, Kanye présente son court-métrage Cruel Summer, et dont il n’y a eu que de faibles échos. Ce film jamais diffusé auprès des petites gens que nous sommes est le point de départ du buzz autour de cette fameuse compilation, qui aura connu de nombreux reports et dont le mystère fut bien gardé jusqu’au bout. Ses singles promotionnels (« Mercy« , « New God Flow« , « Don’t Like remix« …) ont attisé notre curiosité, quelques infos comme l’implication du producteur prodige Hit-Boy et le fait que Kanye a finalisé l’album à Hawaï. Quel mystère insoutenable dites donc! Tout comme l’écoute et la large déception qui m’attendaient…

La déesse aux gros lolos qui orne la pochette a l’air de me dire que je vais me faire baiser. D’un certain point de vue, c’est le cas. Chronique cruelle de ce début d’Automne pourrait-on ainsi dire.

Lire la suite G.O.O.D. Music « Cruel Summer » @@½

Hit-Boy « HITstory » [free album] @@@@


Hit-Boy est internationalement connu pour être le producteur de « Niggas In Paris » de Jay-Z & Kanye West, ce hit hypnotique (que j’ai fini par détester) qui a été joué une grosse demie quarante-douzaine fois pendant leurs concerts à Paris. C’est manquer de savoir que ce jeune producteur de 25 ans originaire de Californie a pondu d’autres morceaux par le passé pour Lil Wayne (« Drop the World » feat Eminem extrait de Rebirth), Mary J Blige, Brandy, le G-Unit ou encore les Pussycat Dolls, etc… avant que ses services soient réquisitionnés en 2011 par Kanye West pour son label G.O.O.D. Music.

Mais il aura fallu qu’il décroche la palme avec « Niggas in Paris » pour devenir le producteur à suivre absolument, le coup classique. Entre quelques sollicitations de la part de A$AP Rocky, Nicki Minaj et la fameuse compilation Cruel Summer qui arrive à la rentrée, Hit-Boy a pris le temps de concevoir HITstory, un album gratuit sur lequel il expose un autre talent : il sait rapper.

Lire la suite Hit-Boy « HITstory » [free album] @@@@

Kid Cudi x Dot Da Genius « WZRD » @@@@


Kid CuDi a temporairement quitté sa lune pour venir flirter avec les nuages avec WZRD, le fameux side-project rock alternatif réalisé en compagnie de son producteur Dot Da Genius. Les deux hommes se connaissent depuis la mixtape A Kid Named Cudi qui l’a fait connaître. Dot est l’homme qui se cache derrière son premier gros tube « Day N Nite » pour tout vous dire, et WZRD est le résultat de leur symbiose sur onze titres.

Lire la suite Kid Cudi x Dot Da Genius « WZRD » @@@@

Common « The Dreamer / The Believer » @@@@½


Dans les années 90, Common Sense et No I.D. vivaient d’amour pour le Hip Hop. Le MC de Chicago et le mentor de Kanye West avaient réalisé de très belles choses ensemble, le classique Resurrection et sa suite One Day It’ll All Make Sense tout aussi magnifique. Leurs chemins se sont ensuite séparés, Common a vécu plusieurs périodes (Soulquarian, G.O.O.D. Music, le cinéma…) avant de retrouver son ami de longue date plus d’une décennie plus tard. Le projet Cocaine 80 fut le prélude de ces retrouvailles, The Dreamer / The Believer en est l’éclatante expression.

Lire la suite Common « The Dreamer / The Believer » @@@@½

Pusha T « Fear of God II: Let Us Pray » [EP] @@@½


Pusha T part enfin dans une campagne solo après avoir marqué une décennie toute entière avec les Clipse et leur crack music cuisinée par les Neptunes. Une étape nouvelle significative s’est amorcée dans la vie de ce rappeur qui a conjointement signé chez G.O.O.D. Music et Def Jam Recordings, avec pour débuter une apparition sur le single « Runaway » de Kanye West. Fort du succès de sa mixtape Fear Of God lancée l’été dernier, Pusha a réédité son contenu sous un format EP chez Decon Records, vendu avec un supplément.

Lire la suite Pusha T « Fear of God II: Let Us Pray » [EP] @@@½