Archives du mot-clé Aloe Blacc

Various artists « The Hamilton Mixtape » @@@@


Je voudrai vous parler de The Hamilton Mixtape parce qu’il y a pas mal de choses à en dire et fait beaucoup parler Outre-Atlantique. Pour témoigner de l’emballement autour de ce projet, il faut d’abord comprendre son origine : la comédie musicale Hamilton. Lin-Manuel Miranda, qui est à l’origine du score et cette mixtape, joue le rôle deAlexander Hamilton. La pièce inspirée de la biographie de cet homme d’état qui a vécu l’Amérique du XVIIIe siècle, et best-seller accessoirement, a connu un franc succès depuis les premières représentations en Février 2015 à Broadway, mais la conception de cette mixtape qui a inspiré ce spectacle a démarré bien avant, en 2009.

Lire la suite Various artists « The Hamilton Mixtape » @@@@

MED Blu Madlib « Bad Neighbor » @@@½


Bad Neighbor est le prolongement logique du maxi Burgundy Whip EP paru au début d’année 2013 et qui connectait les MCs californiens M.E.D. & blu par dessus des productions du savant fou Madlib. Avec treize morceaux supplémentaires et plein de surprises parmi la liste d’invités, ce ménage-à-trois va peut-être nous étonner.

Lire la suite MED Blu Madlib « Bad Neighbor » @@@½

The Alchemist and Oh No present « Welcome to Los Santos » @@@@


Il nous avait été informé au dernier trimestre 2014 que Mass Appeal (le label de Nas qui venait de sortir la bombe Run The Jewels 2) était en charge de sortir une compilation inspirée du blockbuster Grand Theft Auto V. C’était déjà grandiose. Alors si en plus ce sont les gangréneux Oh No et Alchemist qui se chargés de compiler des morceaux originaux pour Welcome to Los Santos, je vous laisse imaginer l’état d’excitation.

Lire la suite The Alchemist and Oh No present « Welcome to Los Santos » @@@@

Fashawn « The Ecology » @@@@½


Chanceux, Fashawn, d’avoir été choisi par Nas pour figurer sur son label Mass Appeal? Probablement que oui, mais c’est surtout reconnaître le talent fou du rappeur de Fresno, en Californie, lui qui a longtemps gravité autour d’autres grands noms du rap comme Evidence (Dilated People) et les producteurs Alchemist et DJ Exile (Aloe Blacc, Blu,…). Exile, qui avait entièrement produit le magnifique Boy Meets World. en 2009 (un bail!), réalise toujours la plupart des beats sur cette suite promise, The Ecology, qui espérons-le pour Fash’ touchera plus de monde, au sens physique comme émotionnel.

Lire la suite Fashawn « The Ecology » @@@@½

Dilated Peoples « Directors of Photography » [deluxe edition] @@@@


Huit ans qu’un de nos groupes de rap favori n’avait pas publié d’album, cela commençait à faire sérieusement long. Depuis 2006 et leur dernier album en major 20/20, les membres des Dilated Peoples ont entamé des carrières en solo avec plus ou moins de succès, celle d’Evidence ayant connu un grand intérêt. EV aillant sorti plusieurs projets chez le label indie hip hop Rhymesayers (son album Cats & Dogs et Lord Steppington avec Alchemist), il rameute ses deux vieux amis DJ Babu et Rakaa Iriscience pour un cinquième album synonyme de maturité.

Lire la suite sur Now Playing

Aloe Blacc « Lift Your Spirit » @@@@


aloe-blacc-lift-your-spirit

Avec le succès mondial de l’entêtant single « I Need a Dollar« , la carrière d’Aloe Blacc a pris un bel envol qui l’a mené vers la grande distribution en signant chez Interscope. C’est d’ailleurs la même trajectoire qu’a connu son ancien collègue Mayer Hawthorne qui fut lui aussi au catalogue du label Stones Throw, tiens donc. Pour ce troisième album solo, la chanteur s’est entouré de DJ Khalil et Pharrell Williams pour varier son répertoire pour un résultat très plaisant.

Lire la suite Aloe Blacc « Lift Your Spirit » @@@@

Wax Tailor « Dusty Rainbow from the Dark » @@@@


Après avoir sillonné la planète entière, Jean-Christophe Le Saoult alias Wax Tailor s’est renfermé dans son Lab’Oratoire pour élaborer et façonner sa quatrième expérience sonore, Dusty Rainbow from the Dark. L’intitulé de cette œuvre correspond parfaitement à l’atmosphère peinte à travers les instrumentaux, d’où traversent des rais de lumières illuminant la pénombre en des couleurs pâles et chaudes.

Lire la suite sur Now Playing →

The Quakers « Quakers » @@@@


Le label Stones Throw nous gratifie d’une des sorties less plus intéressantes du moment. À force c’en devient quasiment un pléonasme. Le nom de cet album éponyme, Quakers, est d’ailleurs très bien trouvé, doublé d’une pochette très évocatrice : le béton tremble parce que l’underground gronde pour arriver à la surface ! Pour résumé le concept : Geoff Barrow des Portishead, son ingénieur du son et Ashley Anderson alias Katalyst ont réalisé 41 beats et composé avec une trentaine de MCs. Dernier argument : les instrumentaux ont été repris pour la bande-son du film de Banksy Exit Through the Gift Shop.

Lire la suite The Quakers « Quakers » @@@@

M.E.D. « Classic » @@@@½


Définition du mot ‘classique’ dans le rap en 2011 : terme abusé et galvaudé depuis plusieurs années par bon nombre de rappeurs vaniteux en pleine promotion de leurs nouvelles sorties.
Avant que ça ne devienne un non-sens, le terme référentiel de ‘classique’ était une distinction majeure, la reconnaissance de l’immense valeur artistique d’un album par le public et les critiques. Usuellement, on dit d’un album que c’est un classique parce qu’il a marqué les esprits lors de sa sortie (à grande ou petite échelle) et cette considération, ce caractère culte durable et unanime rend cette pièce incontournable au sein d’un genre musical et même en dehors. Un classique, quel qu’il soit, a une portée culturelle et historique.
Histoire de remettre les pendules à l’heure, le rappeur M.E.D. donne sa version d’un Classic estampillé Stones Throw.
Lire la suite M.E.D. « Classic » @@@@½

Blastah Beatz « Graduate Studies » @@@@


Blastah Beatz est un nom qui revient sporadiquement dans les crédits d’instrus de rappeurs américains. Il se fait connaître début 2009 en réalisant quelques instrumentaux pour Padded Room de Joe Budden, puis plus tard Kool G Rap et d’autres encore qui se retrouvent sur cet album Graduate Studies. Une des particularités de ce beatmaker repéré par Sha Money XL est qu’il est franco-portugais, mais ce n’est pas tout.

Lire la suite Blastah Beatz « Graduate Studies » @@@@

Evidence « Cats & Dogs » @@@@½


Deux scènes rap coexistent en Californie. La scène dite communément Westcoast, que tout le monde connaît, et l’autre, parfois injustement laissée pour compte, la Left Coast. Plusieurs groupes ont émergé de cette scène-là dans les années 90, comme les Pharcyde, Jurassic 5 et évidemment les Dilated People qui a révélé Evidence, Rakaa Iriscience et DJ Babu.

Ce trio en a parcouru du chemin, que ce soit ensemble ou séparément, à passer de l’ombre à la lumière pour retourner dans l’ombre. Des trois, Evidence est sans doute celui qui le plus cumulé de kilomètres de rimes et de tours de platines, en avançant à son rythme. Lire la suite sur Now Playing »

Aloe Blacc « Good Things » @@@@


Personne n’a échappé à la ritournelle « I Need a Dollar », que ce soit à la radio ou à la télé. Le thème de la série How To Make It In America (dans laquelle joue Kid Cudi) est devenue plus qu’un tube accidentel, c’est un nouveau standard de la Soul. Les notes de piano et les instrumentations sont entêtantes, autour de laquelle son auteur le rappeur-devenu-chanteur Aloe Blacc nous partage l’histoire d’une personne qui perd tout au point de finir entre la bouteille et la corde, l’appel à l’aide de quelqu’un d’anonyme qui finit à la rue. Ce titre décrivant le contexte social cruel d’aujourd’hui n’est que le début d’un second album qui promet plein de bonnes choses…

Lire la suite Aloe Blacc « Good Things » @@@@

Exile « Radio – AM/FM » @@@@


Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas Exile, c’est juste très dommage que vous soyez passé à côté de Below the Heavens de Blu et Boy Meets World de Fashawn qu’il a produit. Tant pis si vous ignorez également qu’il a lancé sa carrière de producteur avec l’auteur de « I Need A Dollar ».

Les autres, plus spécialistes, reconnaissent dans ce producteur un talent unique et beaucoup d’originalité. Moi-même son album Dirty Science tient une place toute particulière dans ma disco. La présente chronique concerne la version triplement alternative de son dernier opus Radio. Pourquoi ‘triplement’ : primo parce qu’il s’agit d’un projet de remixes; secundo, on peut parler d’un album de hip-hop alternatif; tertio, certains morceaux existent en trois versions.

Lire la suite Exile « Radio – AM/FM » @@@@

Fashawn « Boy Meets World. » @@@@½


Vous avez devant vos yeux l’une des meilleures sorties hip-hop indé de 2009, Boy Meets World, l’album d’une des meilleures révélations de l’année 2009, Fashawn, en compagnie d’un magicien de la production, Exile. Plus que le récit d’une enfance, celui de toute une vie, la vie d’un jeune rappeur très talentueux dont ce précieux album serait le rite initiatique vers l’âge adulte et un avenir plein de promesses. L’autre scène Westcoast (entre guillemets) vient de nous livrer un joyau.

Lire la suite Fashawn « Boy Meets World. » @@@@½

Samon Kawamura « Unfold » @@@@


 

Mon coup de coeur de ce mois d’Avril. Comme quoi, ce sont souvent les artistes les plus anonymes qui sont capables de faire rejaillir en nous notre amour pour le Hip Hop. En ce moment, chacun cherche son anti-dépresseur, son remède anti-crise, sa pillule du bonheur… Cette petite merveille qu’est Unfold est bien plus que cela : un jardin zen grandeur nature.

Samon Kawamura, ce producteur japonais exilé à Berlin, est le produit d’un dosage entre Pete Rock et Madlib, agrémenté d’une subtile touche personnelle qui le rend attachant et ce second album pour le moins pittoresque.

Lire la suite Samon Kawamura « Unfold » @@@@