Archives du mot-clé Scott Storch

The Game « 1992 » @@@½


Après trois albums documentaires sur le rap game, et même des soundtrack de documentaire, The Game se met à l’exercice de l’auto-biographie avec 1992, ce qui ne change pas trop de ce qu’il sait faire d’habitude en réalité, si ce n’est de parler à la première personne tout le temps. En 1992, une année qui restera gravé à jamais dans la mémoire des californiens, cet album nous redit exactement pourquoi.

Lire la suite The Game « 1992 » @@@½

RiFF RaFF « Peach Panther » @@


Il y a deux ans, quasi jour pour jour, j’étais sur mon lieu de vacances sur la Côte Atlantique quand j’ai chroniqué Neon Icon, le premier album studio du ‘texcentrique’ RiFF RaFF. M’y revoilà par un curieux hasard du calendrier, en ce mois de Juillet 2016, à 200m du sable, pour essayer de meubler à propos de ce que je pense de ce second album Peach Panther.

Lire la suite RiFF RaFF « Peach Panther » @@

Rick Ro$$ « Black Market » @@@½


La mixtape Black Dollar a servi de répétition générale pour la préparation de la huitième cargaison en provenance Miami de William Roberts II alias Rick Ross et distribuée par Maybach Music/Slip-N-Slide/Def Jam, Black Market. Pour le « fier et gros » Boss tel qu’il se proclame, cet opus serait « l’apogée » de sa carrière ». C’est ce que nous allons vérifier.

Lire la suite Rick Ro$$ « Black Market » @@@½

DJ Khaled « I Changed a Lot » @@½


Le choc que j’ai eu en réalisant que j’ai chroniqué TOUS LES ALBUMS de cette plaie DJ Khaled. Si si, tous, sans exception, depuis Listenn... Il y a qu’à cliquer sur le tag « DJ Khaled album » ci-dessous. Je dois souffrir d’une forme rare de masochisme. Avec un chaque fois les mêmes plaintes, comme quoi rien ne change dans ses albums depuis Victory (c’était son troisième album si quelqu’un ne l’a pas occulté de sa mémoire).  Alors quand je vois que notre « meme hero » sort une nouvelle compilation qui s’appelle I Changed a Lot, pardonnez-moi mais, [voix de Coluche] J’ME MAÂÂÂÂRRE [/voix de Coluche]. En plus il a le culot de faire de la pub déguisée pour son resto Finga Licking, il ne rate pas une occasion le gars…

Alors cette review je l’a fait ou pas? Another one? another one.

Lire la suite DJ Khaled « I Changed a Lot » @@½

Chris Brown & Tyga « Fan of a Fan : The Album » [Deluxe Edition] @@½


On s’était dit « plus jamais ça » depuis les deux loupés de R Kelly & Jay-Z avec leurs Best of Both Worlds. Et pourtant… Chris Brown et Tyga viennent de sortir leur projet cross-over Fan of a Fan, en précisant – comme il est dit – qu’il s’agit d’un album. Parce que historiquement, leur premier collaboration remonte à 2010 avec une mixtape du même nom. C’est vrai que le rappeur de Young Money et le chanteur r&b ont pas mal de points communs, ils haïssent Drake et ne pensent qu’à ça non-stop. Ils ont manqué de préciser que c’était un album porno…

Lire la suite Chris Brown & Tyga « Fan of a Fan : The Album » [Deluxe Edition] @@½

Rick Ro$$ « Mastermind » @@@½


God Forgives, I Don’t paru durant l’été 2012 était un album qui avait pêché par son excès, une surabondance qui ne l’a pas empêché d’être disque d’or, un de plus à sa collection. Mastermind, son 6e LP, est devenu en quelque sorte l’album de quitte ou double. Et c’est Puff Daddy a/k/a Diddy, son manager, qui supervise cet opus.

Lire la suite sur Now Playing

Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½


Après l’amère déception de Malice N Wonderland, je n’attendais rien de spécial de la part de Snoop avec the Doggumentary. Je m’étais mis dans la tête que seul sans producteur derrière lui pour le diriger, il était incapable de mener un projet sans s’éparpiller dans tous les sens. Et quand j’ai entendu le single « Wet », douloureuse tentative de travestissement eurodance (commandée par le Prince William pour son mariage) et sa participation sur le single de Katy Perry, j’ai campé sur ma position au point de ne pas jeter une oreille sur les extraits qu’il mettait en ligne à l’occasion de son opération #passpasstuesday. Jusqu’à ce que j’écoute ce 11e album du Bigg Snoop Dogg, plus westcoast qu’espéré. Je retire – en partie – ce que j’ai pu dire.

Lire la suite Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½

Quincy Jones « Q: Soul Bossa Nostra » @@@½


Une Légende Vivante, avec majuscules s’il-vous-plaît. Faut-il présenter encore cet éminent jazzman au nombre incalculable de standards de la Soul et qui a produit Thriller de Michael Jackson, l’album le plus vendu de la galaxie ? Sinon questionnez vos parents ou grand-parents, ils doivent en connaître un rayon sur ce grand monsieur de la black music. Revenu dans le fil de l’actualité depuis la disparition de Michael Jackson, Quincy Jones sort cette compilation Soul Bossa Nostra qui revisite un échantillon de ses classiques par divers artistes urbains contemporains.

Lire la suite Quincy Jones « Q: Soul Bossa Nostra » @@@½

Big Boi « Sir Lucious Left Foot : The Son of Chico Dusty » @@@@½


S’ils n’avaient pas rencontré le chemin de Antonio ‘L.A.’ Reid, personne n’aurait connu l’un des meilleurs de groupe de hip-hop du monde : les OutKast. Si Big Boi n’avait pas recroisé le chemin d’Antonio ‘LA’ Reid seize ans après, son album solo n’aurait sans doute pas vu le jour avant un bon bout de temps, ou alors pas sous sa forme actuelle. Une rencontre providentielle.

Lorsque la moitié street des Outkast présente son album chez Jive Records, Sir Lucious Left Foot, son second opus solo (en comptant Speakerboxx qui était complété par l’album jumeau d’Andre 3000 The Love Below), les dirigeants de la maison de disque ne savent pas comment le marketer, car trop original? Frustré par la situation, Big Boi retrouve alors ‘LA’ Reid, l’homme qui avait signé les OutKast sur LaFace Records à leurs jeunes débuts. L’actuel dirigeant d’Island Def Jam écoute le fameux album et propose sans sourciller au rappeur de signer chez Def Jam. Parce que Sir Lucious Left Foot : The Son of Chico Dusty est une bombe atomique.

Lire la suite Big Boi « Sir Lucious Left Foot : The Son of Chico Dusty » @@@@½

Gucci Mane « The State vs Radric Davis » @@@


La prison est la résidence secondaire des rappeurs. Qu’ils soient multimillionnaires ou underground, personne n’y réchappe pour des délits anodins (aux States…) comme un port d’arme illégal, détention de substances illicites, infraction au code de la route, agressions ou tentatives de meurtre, et pire, pour homicide volontaire ou non (Cool C, Krumbsnatcha, Saigon). Certains sont des locataires réguliers (comme DMX, Beanie Siegel, T.I.), d’autres viennent de perdre leur pucelage (Game y a fait un court séjour en 2008, Lil Wayne a pris un an) ou purgent actuellement de longues sentences (Prodigy, Shyne vient tout juste d’être libéré après neuf ans d’incarcération). Même de célèbres rappeuses bitchy ont fini au trou (Lil Kim, Foxy Brown, Remy Ma…). Pour beaucoup de rappeurs ou chanteurs, le milieu carcéral est leur fond de commerce, une manière de se rendre crédible et de se vendre quand on n’a pas de talent (Tony Yayo, Akon le mytho…). Le rap possède un casier judiciaire excessivement lourd. Hip Hop vs Justice Américaine, un combat permanent.

C’est dans ces circonstances que Gucci Mane a vu son nom apparaître dans les fanzines de rap et colonnes des sites internet, et manifestement ça lui a servi. Ce rappeur d’Atlanta (de Decatur pour être précis) spécialisé dans la trap muzik tente de percer en 2004 quand arrive son plus gros titre en 2005 : il est inculpé pour avoir flingué un homme qui serait venu l’agresser chez lui. Arguant la légitime défense et faute de preuves, il est relaxé quand la justice le rappelle pour une précédente affaire d’agression. Il prend six mois. Il sort son premier skeud Back to tha Trap House fin 2007, puis retourne en prison en Septembre 2008 (une peine d’un an raccourcie à six mois) pour violation de probation car ce feignant n’a réalisé que 25 heures de service communautaire sur les 600. A sa sortie, il reprend du service dans le rap game en comptabilisant 17 apparitions sur de nombreux remixes et featurings (Mariah Carey, Wale,…) et de nombreuses mixtapes. 2009 l’année des bonnes résolutions ? Que nenni, son second album The State vs Radric Davis est sorti un mois après qu’il soit retourné en zonzon pour violation de sa probation… Douze mois ferme.

Lire la suite Gucci Mane « The State vs Radric Davis » @@@

B.G. « Too Hood 2 Be Hollywood » @@@


Chroniques de la Nouvelle-Orléans, troisième partie. L’auteur du classique sudiste Chopper City sous l’ère Cash Money revient avec un onzième (!) album, Too Hood 2 Be Hollywood, son premier album en major depuis longtemps. Vu le succès rencontré en totale indépendance avec sa série Tha Heart of Tha Streetz et les deux albums des Chopper City Boys, B Gizzle est repassé par la case major par le biais de T.I., qui est le producteur éxécutif de projet dont l’enregistrement a nécessité deux ans. Indication importante : B.G. a stoppé la came, voyons-voir si ça fait une différence.

Lire la suite B.G. « Too Hood 2 Be Hollywood » @@@

Chali 2NA « Fish Outta Water » @@@@


fish-outta-water

S’il y avait bien une personnalité des plus charismatiques au sein des Jurassic 5, c’est incontestablement Chali 2NA. Ce grand bonhomme souriant reconnaissable entre mille grâce sa voix de stentor est, avec Evidence, l’un des rappeurs les plus emblématiques de la Left Coast.

Maintenant que les Jurassic 5 se sont (malheureusement) séparés, c’était, après douze ans de carrière, le moment idéal pour Chali de pouvoir s’envoler de ses propres ailes après avec Fish Outta Water. Avec pas mal de reports jusqu’à cette date du 6 Juillet, dont il nous résume les principaux motifs dans son interview pour Steetblogger (lire l’article). A la fin de cet échange, Chali souhaitait que ce premier disque soit kiffant aux oreilles de ceux qui l’écouteront. En ce qui me concerne, c’est exaucé !

Lire la suite Chali 2NA « Fish Outta Water » @@@@

Ludacris « Theater of the Mind » @@@@


DEF JAM RECORDINGS PRESENTS A DISTURBING THA PEACE PRODUCTION

A FILM FROM CHRISTOPER ‘LUDACRIS’ BRIDGES STARRING LUDACRIS « THEATER OF THE MIND » CO-STARRING  FLOYD MAYWEATHER JR  CHRIS ROCK  SPIKE LEE  VING RHAMES  JAMIE FOXX  JAY-Z  NAS  THE GAME  LIL WAYNE  COMMON  WILLY NORTHPOLE  PLAYAZ CIRCLE  T-PAIN  T.I.  RICK ROSS  PLIES  CHRIS BROWN MUSIC FROM LUDACRIS  DJ PREMIER  DJ TOOMP  DJ PAUL  SCOTT STORCH THE RUNNERS  DON CANNON  CLINTON SPARKS  WYLDFYER  9TH WONDER SWIZZ BEATZ  THE TRACKMASTERS  DARKCHILD  STREETRUNNER EXECUTIVE PRODUCERS LUDACRIS CHAKA ZULU SHAKIR STEWART PRODUCED BY DEF JAM  DTP DIRECTED BY LUDACRIS

Synopsis. Ludacris a une lubie en dehors du rap, le cinéma. Le virus l’a pris lorsqu’il a obtenu un premier petit rôle dans 2 Fast 2 Furious (en s’occupant aussi de la bande-son). Après le mécano imbibé de nitrouze, il fait sa B.A. dans Collision (film que je conseille vivement) aux côtés de Terrence Howard notamment. Et ça n’a pas arrêté depuis, au point qu’il lui a fallu quasiment plus de deux ans avant de pouvoir sortir enfin Theater of the Mind. Car après la sortie de Release Therapy Automne 2006, Luda n’a pas arrêté de squatter les plateaux de tournage : Game avec Gerard Butler (Leonidas dans 300), Ball Don’t Lie, RocknRolla de Guy Ritchie (l’ex-mari de Madonna) et prochainement dans Max Payne avec Mark Walberg dans le rôle principal. C’est cette expérience cinématographique qui a inspiré l’idée de Theater of the Mind, un album théâtral au casting de premier ordre, relatant les diverses facettes et facéties de Christopher Bridges alias Ludacris, le trublion d’Atlanta, chapitrée en 14 mini-épisodes. Lumière, caméra, action !

Lire la suite Ludacris « Theater of the Mind » @@@@

The Clipse presents The Re-Up Gang @@@1/2


Le développement du Re-Up Gang a été un long processus qui s’est échelonné en étapes progressives sur quatre années. Les Clipse ont lancé le mouvement par le biais de leur série de mixtapes We Got It 4 Cheap début 2004, jusqu’au troisième volume gratuit sorti en Février 2008 (hosté par DJ Drama), avec entre deux des formations remarquées sur le super-dope Hell Hath No Fury. Fin Avril 2008 est sorti en support physique et numérique The Saga Continues, une sorte de best-of de ces trois tapes contenant notamment leurs maxis « Pussy » et « Stuntin’ Y’all ». Maintenant, voici venir The Clipse presents the Re-Up Gang édité chez Koch Records, étape intermédiaire précédant le saut dans le grand bain avec l’album officiel du Re-Up et ‘Till The Basket Drops, le troisième album des Clipse, tous deux prévus pour 2009 chez la major Columbia. 

Lire la suite The Clipse presents The Re-Up Gang @@@1/2

Bun B « II Trill » @@@@1/2


bun b II trill

Le 4 Décembre est une date que beaucoup d’amateurs de rap connaissent pour être l’anniversaire 2 Jay-Z. Désormais, ce ne sera plus le cas, cette date aura une connotation funeste. Le 4 Décembre 2007, Chad Butler, 33 ans, connu sous le pseudonyme de Pimp C des UGK, est retrouvé mort, probablement durant son sommeil, dans une chambre d’hôtel à Las Vegas. L’autopsie révélera plus tard qu’il souffrait d’apnée du sommeil et que le sirop codéiné (le fameux ‘syrup’) qu’il a ingéré a provoqué des effets léthals sur son organisme. Cela allait faire deux ans que Pimp C était sorti de prison (le 29 Décembre 2005, sa date d’anniversaire, NdR), après avoir encouru une peine 2 huit ans ferme pour n’en purger que trois ans. Pendant son incarcération, son ami Bun B n’a cessé de représenter les UGK au travers d’innombrables featurings en ne manquant jamais de clamer un ‘Free Pimp C’. Ce n’est qu’en 2007 que les UGK ont pu enfin vivre la consécration tant méritée avec leur double-album éponyme Underground Kingz et c’est au sommet 2 la gloire que Pimp C nous a tragiquement quitté. Mais l’aventure des UGK est très loin d’être terminée, Bun B va aujourd’hui continuer sans relâche 2 porter l’héritage du duo sur ses seules épaules jusqu’à la mort, à commencer avec II Trill. Préparez-vous à l’album Dirty South de l’année 2008, car ça va être compliqué 2 tâcler ce futur classique en puissance, pas même ce jeunôt de Weezy.

Lire la suite Bun B « II Trill » @@@@1/2