RiFF RaFF « Peach Panther » @@


Il y a deux ans, quasi jour pour jour, j’étais sur mon lieu de vacances sur la Côte Atlantique quand j’ai chroniqué Neon Icon, le premier album studio du ‘texcentrique’ RiFF RaFF. M’y revoilà par un curieux hasard du calendrier, en ce mois de Juillet 2016, à 200m du sable, pour essayer de meubler à propos de ce que je pense de ce second album Peach Panther.

Encore une fois, notre drôle d’animal à tresses blanches et dents de requins annonce la couleur de manière tapageuse, avec une pointe de kitsch. On se dit alors que si l’auditif suit le visuel, ça promet d’être dingo. Sauf que. Il faut savoir qu’entre temps, RiFF RaFF a quitté le label de Diplo (Mad Decent) pour fonder sa propre boîte (Neon Nation Corporation). Ce changement de statut pour recueillir son dû n’a l’air de rien mais en fait ça compte beaucoup, et pas qu’en dollars, on va très vite s’en rendre compte à l’oreille.

Pas de titre introductif à proprement parler mais un freestyle pour le morceau-titre « Peach Panther« , sur un beat servi par Lex Luger. Premier vers : « I got more ice than a snow fox ». Ça vole en rase-motte sur deux petites dizaines de barres. Ce sera le même forfait, parfois moins que ça, pour les onze morceaux qui suivront, et se ressembleront. Le champ lexical est relativement limité : Versace, codéine, trucs qui brillent, des noms propres ou d’animaux, des couleurs pastel… Pire, on s’ennuie ferme sur les hooks comme un dimanche enfermé chez soi, que ce soit « Chris Paul« , « 4 Millions« … Et si vous trouviez chaque track répétitive, « Sippin’ Syrup Assassin » est hyper répétitive, en plus d’utiliser de l’autotune. On pourrait appeler ça un interlude.

On arrive vite plus vite que prévu à la moitié du second disque alors que rien de folichon s’est déroulé. Les quelques guests retiennent un peu notre attention (Lil Durk, Problem, G-Eazy, King Chip, J.Doe…). Hep, vous avez bien écouté comme moi « I Drive By » ? Oui il y a Gucci Mane et ce foufou de Danny  Brown, mais encore? C’est ce que je pensais : on ne ‘sent’ pas la prod de Scott Storch au milieu de cette musique trap « de base », « passe-partout », ou « de débutant » tellement le niveau est faible. Riff Raff s’est normalisé, trop normalisé malgré quelques rimes insolites. Et Peach Panther est bigrement court, stérile, futile. Sans rififi, ce n’est pas rigolo. Du tout.

2 réflexions sur “ RiFF RaFF « Peach Panther » @@ ”

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s