French Montana « Jungle Rules » @@@


Il fallait vite que French Montana se remette en selle après le faux-départ de MC4 qui s’est produit à la rentrée 2016. Quelle affaire ! Tout ça pour au bout du compte refinir sous forme de mixtape… comme tous les autres projets de la série Mac & Cheese en fin de compte (relire la chronique pour la piqûre de rappel). Karim Karbouche, le Bad Boy marocain qui dit allo à des liasses de dollars, revient rattraper le temps et l’argent perdu avec Jungle Rules, son second album solo donc.

Drôle d’impression à chaque fois qu’on écoute un rappeur mort, surtout d’entrée de jeu avec « Whiskey Eyes » qui compte sur un couplet de Chinx. Quelques gouttes de liqueur pour le rappeur des Coke Boys tué il y a deux ans. Ça fait moins bizarre d’entendre un rappeur emprisonné, comme celle de Max B sur le très bon single « A Lie« , bien qu’on se demande par quel moyen il a pu enregistrer un couplet… Cette chanson connecte Max B et le chanteur r&b populaire The Weeknd, le grand écart pour joindre les deux univers de French Montana. Et des singles, en veux-tu en voilà. Plutôt trap ou plutôt r&b, il les enchaîne les uns après les autres (« Unforgettable » avec Swae Lee des Rae Sremmurd, « Jump » feat Travis Scott, « Trippin‘ » qui aurait pu être un titre écrit et interprété par Future, etc etc…). Clairement le type de morceaux qui marchent très bien en ce moment. Aucune prise de risque là-dessus, avec ses talents de faiseur de hook et de manipulateur d’auto-tune, il est dans son élément. Et avec de gros guests bien vendeurs (comme Young Thug, Future justement, Quavo sur « Migo Montana« , The Weeknd, Pharrell…). Côté tables de mixage, des noms de flambeurs (Ben Billions, Beat Billionaire), Frank Dukes, Danja, le fidèle Harry Fraud, Murda Beatz, London on da Track, Ziggyonthekeyboard (ça devient de moins en moins originaux leurs noms là…).

Le ‘montagnard français’, comme certains s’amusent à l’appeler HEIN?, avait montré de très bonnes choses sur MC4 et il le confirme ici, mais pas trop. En général, il faut tomber sur les prods d’Harry Fraud, celle de « A Lie« , qui est franchement bon (je le répète) et « Bring Dem Things » avec Pharrell Williams et un sample de jazz qui traînait. Autre bonne surprise, ce « Hotel Bathroom » où il se plaît à se prendre pour une rock star en lançant des « free Max B for one night » et « everything gold ». On voit bien qu’il est devenu moins un rappeur à refrains, et plus un chercheur (et trouveur) de hits. Pour réaliser un grand album, on attendra. La faute à quelques tracks qui tombent à plat, notamment ce « Stop It » avec T.I. (et co-produit par Scott Storch) qui n’a rien de spécial, et une fin difficile qui rappelle ces enfilades de morceaux formatés des albums de DJ Khaled. Dans l’esprit, c’est presque le même type d’album : une succession de hits dans l’air du temps avec des guests bons pour le commerce, mais plus durables que ceux du père d’Ahsad. Avec Jungle Rules, French Montana est revenu très vite avec un lointain album des Dipset. Ç’aurait pu être mieux, ç’aurait pu être pire aussi.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s