Archives du mot-clé Bad Boy Records

French Montana « Jungle Rules » @@@


Il fallait vite que French Montana se remette en selle après le faux-départ de MC4 qui s’est produit à la rentrée 2016. Quelle affaire ! Tout ça pour au bout du compte refinir sous forme de mixtape… comme tous les autres projets de la série Mac & Cheese en fin de compte (relire la chronique pour la piqûre de rappel). Karim Karbouche, le Bad Boy marocain qui dit allo à des liasses de dollars, revient rattraper le temps et l’argent perdu avec Jungle Rules, son second album solo donc.

Lire la suite French Montana « Jungle Rules » @@@

French Montana « MC4 » @@@½


Le 14 Octobre 2016 devait sortir normalement officiellement, MC4 de French Montana, après un report de deux mois depuis celle de la sortie initiale prévue le 19 Aout dernier. Et finalement, décision a été prise d’annuler sa sortie. Hein?!? Dans ce rebondissement pas trop cool, French a presque réinventé le bootleg, vous savez ces copies vendues sous le manteau.

Lire la suite French Montana « MC4 » @@@½

Puff Daddy « MMM » @@@½


Qu’on aime ou qu’on aime le détester, Sean Combs alias Puff Daddy a/k/a P Diddy est un grand magnat de la culture hip-hop et s’il devait être représenté sur l’échiquier du rap game, il aurait été réélu maire de New York. L’entrepreneur workaholic classy et boss d’un empire qui le classe parmi les plus hautes classes aux Etats-Unis avait décidé de réactiver sa carrière de rappeur en travaillant sur deux projets à la fois, MMM, grâcieusement offert comme cadeau pour son 46e anniversaire, et No Way Out 2, « la suite de » dont je reparlerai en temps voulu.

Lire la suite Puff Daddy « MMM » @@@½

Machine Gun Kelly « General Admission » @@@


Passage de l’album ‘sophomore’ comme on dit Outre-Atlantique pour Machine Gun Kelly. Le rappeur de Cleveland signé chez Bad Boy Records revient trois ans après Lace Up avec General Admission. Stop ou encore?

Lire la suite Machine Gun Kelly « General Admission » @@@

Janelle Monae « The Electric Lady » @@@@½


Suite IV et Suite V du fabuleux destin de Janelle Monae. De Archandroïd, cette femme programmée génétiquement par le divin pour créer la meilleure musique qui soi et la répandre sur notre planète s’est épanouie en Electric Lady. Autant dire d’entrée qu’on parle de l’album soul/r&b féminin de l’année.

Lire la suite Janelle Monae « The Electric Lady » @@@@½

French Montana « Excuse My French » @@


Avant même d’écrire quoique ce soit: la note, évidente (voire préméditée) de ma part penseront aussi bien les lecteurs assidus que les quelques détracteurs… J’ai tout de même pris la peine de l’écouter, deux fois, cet album qui au bout d’une série interminable de mixtapes en « cheese » ou en « coke » et d’apparitions en featurings sur les albums du moment concrétise le fabuleux destin de Karim Kharbouch, dit French Montana, rappeur originaire du Maroc et découvert par Max B. Attendu depuis belle lurette Excuse My French, sorti conjointement chez Bad Boy Records et Maybach Music Group, est un disque qui plaira à qui ça plaira.

Lire la suite French Montana « Excuse My French » @@

Machine Gun Kelly « Lace Up » @@½


C’est qui ce blanc-bec au look de lycéen punk qui se fait appeler Machine Gun Kelly? Encore un type qui surfe sur la veine de ces visages pâles tatoués comme Mac Miller et Yelawolf ? Ce spécimen de 22 ans qui nous arrive de Cleveland a connu un parcours devenu académique en commençant par des mixtapes en 2006 avant de se connecter avec des poids lourds, ici les Three 6 Mafia qui lui mettent le pied à l’étrier. Ce n’est qu’en 2011 que Diddy lui met la main dessus, lui tend un stylo et une offre qui ne se refuse pas. La suite on la connaît mieux: un feat avec DMX, un EP Half Naked & Almost Famous et maintenant cet album Lace Up, du même nom que sa mixtape parue en 2010.

Merci Wikipedia de m’avoir fourni la moitié de ces infos sur MGK. Ah si, je connais une anecdote sur lui, et c’est par le biais de Vinnie Paz (oui oui) que je l’ai apprise: il a connu le rap grâce à « Roll Out » de Ludacris.

Lire la suite Machine Gun Kelly « Lace Up » @@½

Styles P « Master of Ceremonies » @@@


On a beau dire que les albums de Styles P depuis A Gangster and A Gentleman sont franchement pas terribles, le MC tel qu’il est aujourd’hui a beaucoup progressé depuis ses débuts sous l’ère strass et paillettes de Bad Boy Records à la fin des 90s. Écrire des rimes, prendre un micro et les cracher avec son flow, c’est tout un art d’être un Master of Ceremonies. Un métier même. Un bon MC est capable de s’adapter à n’importe quel beat, pour ça Styles P est fort. Mais quand il est question de bien choisir ses beats, là, c’est pas son fort…

Lire la suite Styles P « Master of Ceremonies » @@@

Diddy-Dirty Money « Last Train To Paris » @@@½


Mardi 14 Décembre, 7h30, j’attends sur le quai de la gare. Grelotant par -5°C, je regarde désespérément le tableau SNCF indiquant un retard de 30min de mon train habituel, l’arrêt de 7h42, à cause des conditions météo rudes… Rageant. Pendant que je me sens condamné à congeler sur place avec d’autres usagers, je cherche sur la playlist de mon iPod Last Train To Paris, le nouvel album de Diddy que j’ai rippé la veille. Abusé, ce dernier accuse d’un retard de trois mois au moins, il y a de quoi râler gratuitement. Je sors subitement de mes pensées, à moitié engourdi par la morsure du froid, lorsqu’un TER s’arrête devant mon air médusé. Il s’agit en fait d’un précédent train lui aussi très retardé et qui va m’emmener en ville plus tôt que prévu, youpi ! Ni une ni deux, je monte m’y réchauffer, trouve une place assise dans un des wagons et je presse ‘play’.

Lire la suite Diddy-Dirty Money « Last Train To Paris » @@@½

Janelle Monae, Suite II And Suite III « The Archandroïd » @@@@@


Je commence par la fin : The Archandroïd de Janelle Monae est l’album le plus fabuleux que j’ai pu écouter en cette fin de décennie. Je suis formel sur cette affirmation. Moi qui pensais que Return of the Ankh de la reine de la Nusoul Erykah Badu serait l’album Soul de l’année 2010, j’ai aussitôt placé ArchAndroïd en tête de liste, de peu. Car Janelle est une artiste tout bonnement phénoménale et incroyable, impératrice d’une musique Soul fusion d’avant-garde.

Découverte par Big Boi alors qu’elle a à peine la vingtaine, Janelle Monae dévoile une partie de son potentiel sur la bande originale du film Idlewild des Outkast, sur la chanson « Call The Law ». Tout le monde était unanime sur le talent dont elle regorgeait, ce morceau est passé dans le radar d’un chercheur de talent justement, P Diddy, qui la signe chez Bad Boy Records. Janelle sort un premier EP en 2007 (réédité été 2008), la Suite I d’une quadrilogie : Metropolis. Les extraits « Sincerely Jane » et « Many Moons » donnent un visage à cette cantatrice exceptionnelle au look furieusement néo-rétro (costume très smart, banane en guise de coiffure…), de surcroît une formidable danseuse. Un succès critique tel qu’elle est embauchée, avec Cee-Lo (Goodie Mob, Gnarls Barkley) entre autre, pour la campagne de pub pour Coca Cola, avec son single « Open Happiness ».

The Archandroïd nous présente la Suite II et III.

Lire la suite Janelle Monae, Suite II And Suite III « The Archandroïd » @@@@@

Notorious Soundtrack @@@1/2


C’est décidément l’événement Hip-Hop de ce début d’année 2009 : l’adaptation porté sur les grands écrans américains de la vie (et la mort…) de Notorious BIG. Alors qu’on regrette qu’une version française (même sous-titrée) ne soit apparemment pas à l’ordre du jour dans nos salles, Notorious est déjà un franc succès au box-office US si l’on en croit les recettes impressionnantes (on parle de la coquette somme de plus 20 millions de dollars la semaine de démarrage).

Qui dit film, dit soundtrack, en l’occurrence un best-of plus que correct de la discographie de ce MC légendaire que fut Biggie Smalls, avec en supplément trois démos inédites et des extraits de Jay-Z et Jadakiss enregistrés spécialement pour cette BO. Et pour une fois, je ne donnerai pas d’autres arguments qui pourraient justifier son achat.

Lire la suite Notorious Soundtrack @@@1/2

Diddy « Press Play » @@@½


Diddy sans le P

Press Play,
 ça se passe de commentaire : c’est direct, pas besoin de mode d’emploi. Alors sans discuter, tu ouvres le boîtier bleuté (spéciale la cover), tu mets le CD dans le lecteur CD de ta chaîne Hi Fi, autoradio ou dans ton ordinateur et tu appuies sur le bouton ‘Lecture’. Voilà, tu ne discutes pas et pis tu écoutes, tu kiffes ou tu kiffes pas. Curieusement, P Diddy… pardon, Diddy, ne fait pas dans les concessions pour son 5e et dernier opus officiel (ça compte We Invented The Remix ?), qui initialement devait s’intituler PD5. Au dos de la pochette, on remarquera 19 titres, une foule de VIP et tout le gratin de la production actuelle (hormis Dr Dre et Scott Storch). Critiqué, adulé, détesté, martyrisé, politisé, série télévisée, empire Bad Boy divisé, le Diddy portrayé dans les médias n’est décidément pas le même que le Diddy qui met les deux mains à la poche lorsqu’il s’agit de faire un disque. Facile lorsqu’on est la plus grosse fortune du Hip Hop direz vous.

Chronique originale écrite le 15 Novembre 2006

Lire la suite Diddy « Press Play » @@@½

Black Rob « The Black Rob Report » @@@@½


Cela faisait presque cinq ans que l’on avait plus de nouvelles de Black Rob. Après le succès de ‘Life Story’ et sa consécration de platine, BR s’est enfoncé dans la luxure et la stupre, et commença à vider son compte en banque à 200 à l’heure. S’ensuivit une longue et glissante descente aux abysses de l’enfer, sombrant dans la drogue, l’alcool, les dettes, les problèmes de santé, les cures de desintoxication, les petits séjours en prison lorsque ce n’est pas dans des chambres d’hôtels miteux des quartiers. C’était ça la vie de Black Rob, profiter à l’excès jusqu’à de sombres extrémités au point de presque finir SDF. Contrairement à beaucoup de rappeurs dans le milieu, Rob n’est pas du genre à renier ses origines et ses vieilles habitudes de mauvais garçon comme sa petite histoire en noir et blanc nous montre. Jusqu’à ce qu’il se resaisisse et revienne frapper à la porte de Bad Boy Records, avec un Diddy qui lui a ouvert les bras en lui laissant une seconde chance. Black Rob est de retour, et plus affamé que jamais.

Lire la suite Black Rob « The Black Rob Report » @@@@½

Notorious BIG « Duets – The Final Chapter » @@@


Notorious BIG est mort, vive les morts ! Nous sommes le Noël 2005 et Diddy décide de faire un jubilé pour célébrer Biggie Smalls en invitant le gratin du rap et des producteurs. Bon autant être franc (et pas objectif), Biggie Duets masque en réalité une compilation de remixes. L’idée du multimillionnaire patron de Bad Boy est malicieuse : reprendre des anciens couplets issus de Ready to Die et Life After Death, les mélanger avec les rappeurs et chanteurs du moment sur de tout nouveau instrumentaux récents et tadaaaaam. Le tour de passe-passe aurait pu être réussi si on avait pas deviné son secret en quelques secondes.

D’après un commentaire rédigé Décembre 2005.

Lire la suite Notorious BIG « Duets – The Final Chapter » @@@

Ma$e « Welcome Back » @@


À la fin de la dernière décennie, Ma$e, c’était des tubes à la pelle à coup de samples grillés et des albums pas terribles. Avant qu’il devienne pasteur, c’était la poule aux œufs d’or de Bad Boy : ses albums vendaient, malgré leur médiocrité, et tout le monde dansait sur ses singles en crachant dessus. Ensuite, coup de théâtre, juste après son dernier gros hit « Get Ready » (sorti en 1999) avec les Blackstreet, il se retire du rap game (on a déjà entendu ça quelque part…) pour s’adonner à la vie pastorale. Re-coup de théâtre, il y a quelques semaines, Ma$e annonçait son retour, et pour preuve, il enregistre « Welcome Back » avec Kanye West. Le succès est immédiat et l’engouement est à son comble, tout le monde se remet à apprécier sa petite bouille. Et comme dit l’expression, il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Dans la lancée, il sort donc son 3e album titré comme son dernier single. Bon retour dans le rap game. Alleluia!

Note : quelle blague! Cet album du retour était wack au possible. Pour se racheter une crédibilité, Ma$e a trompé Puffy pour 50 Cent en rejoignant où il y sortira une mixtape et quelques apparitions… Il sombrera à nouveau dans l’anonymat vers 2006-2007, pire que lorsqu’il a décidé de devenir pasteur.

Lire la suite Ma$e « Welcome Back » @@