Archives du mot-clé Fat Beats

Your Old Droog « PACKS » @@@@½


Vous vous rappelez de ce gars qui avait fait le buzz avec sa mixtape éponyme en 2014 parce que tout le monde a cru que c’était Nas sous un autre nom? He ben le voilà qu’il récidive avec un premier album hip-hop underground purement Eastcoast comme on n’en fait plus. Your Old Droog, pour vous servir.

Lire la suite Your Old Droog « PACKS » @@@@½

Roc Marciano « Rosebudd’s Revenge » @@@@


Il y a ceux qui écument les rangées de livres des rayons ‘polar’ à la recherche de récits criminels aux intrigues bien ficelées, et ceux qui cherchent cet équivalent dans les bacs des disquaires au rayon rap. Ça tombe bien, Roc Marciano vient de publier Rosebudd’s Revenge, son quatrième ouvrage aux éditions Fat Beats. Pardon, son quatrième album distribué chez Fat Beats.

Lire la suite Roc Marciano « Rosebudd’s Revenge » @@@@

Union Analogtronics x Blu « Cheetah in the City » @@@@½


Cela faisait des mois, bien avant le vidéoclip de « L.A. Counting« , que nous étions dans la confidence à propos d’un album collaboratif entre le duo de producteurs parisiens Union Analogtronics et Blu, MC indépendant très respecté en provenance de Los Angeles. Sans plus d’information jusqu’alors, il n’y avait que notre imagination qui nous chuchotait la promesse d’un résultat à la hauteur. Et il l’est.

Lire l’article dans son intégralité sur Now Playing Mag →

 

Slum Village « YES » @@@@½


Slum Village est un groupe survivant. Il n’a succombé ni aux départs (Elzhi en 2010) et/ou à la mort de deux de ses membres fondateurs, Baatin en 2009 (qui venait tout juste de réintégrer la formation pour Villa Manifesto) ni celle plus importante de James Yancey, alias Jay Dee a/k/a J Dilla, un des producteurs hip-hop les plus influent de son vivant. Villa aurait eu 40 ans cette année.

Si le groupe a pu surmonter toutes ces épreuves, c’est parce que Slum Village peut compter sur un pilier, T3, et une famille qui s’est petit à petit agrandie avec Young RJ notamment et des membres « non-permanents » ou occasionnels comme Illa J (le jeune frère de Dilla), Frank Nitt, Black Milk. Bien sûr la patronne Ma Dukes, j’ai nommé Maureen Yancey, gardienne des bien de son fils disparu, veille au grain. Slum Village a failli s’arrêter après Villa Manifesto en 2010, il finit par renaître en 2013 avec la baffe Evolution. Cette année on fait tous un grand YES! parce que devenez quoi…

Lire la suite Slum Village « YES » @@@@½

Large Professor « Re:living » @@@


Il n’y a pas d’âge pour rapper, ça va bien finir par rentrer dans nos petites têtes. Le légendaire Large Professor largue son cinquième album, Re:living, un cours magistral d’histoire hip-hop partagé en une demie-heure à peine.

Lire la suite Large Professor « Re:living » @@@

Clear Soul Forces « Fab 5ive » (produced by Nameless) @@@@


Les quatre fantastiques E-Fav, L.A.Z., Noveliss et Ilajide sortent l’épisode trois de leurs aventures discographiques avec l’apport d’un cinquième homme, le producteur Nameless. Tout compte fait, les Clear Soul Forces deviennent les Fab 5ive, ainsi le hip-hop de la ville de Detroit est très bien représenté.

Lire la suite Clear Soul Forces « Fab 5ive » (produced by Nameless) @@@@

Black Milk « If There’s a Hell below » @@@@


If There’s a Hell below (Computer Ugly/Fat Beats), sixième opus du rappeur/producteur Black Milk, est à quelques détails près la suite logique du chef d’oeuvre No Poison, No Paradise paru l’an dernier. Ces deux albums sont forcément reliés, par cette thématique du bien et du mal, le péché et la vertu, par le graphisme de la pochette aussi, et tant au niveau musical, entre tendances électronica eighties et psyché-rock prononcées mêlées à des instrumentations live et soulful.

Lire la suite Black Milk « If There’s a Hell below » @@@@

Black Milk « No Poison No Paradise » @@@@@


Dans la liste déjà conséquente des « meilleurs albums rap de l’année 2013 », veuillez noter celui-ci : Black Milk No Poison No Paradise (Computer Ugly/Fat Beats Records). Le rappeur/producteur de Detroit s’est fait très discret ces derniers temps, pour mieux rebondir avec un quatrième LP très travaillé et différent de ce qu’il a pu faire auparavant, de la pochette à la note de clavier.

Lire la suite Black Milk « No Poison No Paradise » @@@@@

Kid Tsunami « The Chase » @@@½


Producteur australien, Kid Tsunami a accosté au large de New-York pour signer chez Headbop Music, petit label distribué par Fat Beats aux US. Il est le signature de ce premier album, The Chase, figurant de nombreux vétérans du rap new-yorkais. Avis aux puristes et nostalgiques de l’âge d’or.

Lire la suite Kid Tsunami « The Chase » @@@½

ILL Bill « The Grimy Awards » @@@½


William Braunstein alias ILL Bill vient d’éditer chez Fat Beats Records son troisième essai The Grimy Awards. L’ex-Non Phixion, actuellement membre de La Coka Nostra et moitié des Heavy Metal Kings, livre un volet très personnel qui compte sur la collaboration de vétérans du beats internationalement connus, à savoir Pete Rock, Primo, DJ Muggs, Large Pro, Ayatollah ou encore Psycho Les des Beatnuts. La lourderie au sens propre comme figuré.

Lire la suite ILL Bill « The Grimy Awards » @@@½

Blu & Exile « Give me my flowers while I can still smell them » @@@@½


Un titre à rallonge digne d’un film d’auteur français et de la nature morte pour illustrer cette covert art arty , de prime abord, cet album tel qu’il est présenté n’a pas pour vocation de châtouiller nos stimulis visuels, mais alors trop pas du tout. Les initiés buggeront sur les noms de Blu & Exile, le petit prodige indie hip-hop californien et le producteur moitié d’Emanon, qui signent ensemble leur second album en commun, succédant ainsi au rare Below the Heaven paru en 2007. Les spécialistes peuvent foncer, il n’y a pas de faux-départ. (Pour l’anecdote, l’album a été diffusé Décembre 2011 sur Bandcamp alors qu’il n’était pas mixé et donc fut subitement retiré du service d’écoute en ligne, d’où cette phrase, voilà pour cette longue parenthèse).

Lire la suite Blu & Exile « Give me my flowers while I can still smell them » @@@@½

Union « Analogtronics » @@@@½


Les mariages dans la musique ont ce pouvoir d’effacer les barrières entre les genres et même les époques, et de ces mariages parfois multiples naissent des merveilles de créativité comme d’étrangetés. Mêlant savoureusement Soul Hop et Electro en Lo-Fi, Analogtronics est un de ces fruits d’expérimentations de la musique urbaine que J Dilla, grand inspirateur et précurseur – pourrait-on dire – de ce créneau, n’aurait certainement pas renié.

Lire l’interview sur Now Playing »

Lire la suite Union « Analogtronics » @@@@½

Black Milk & Danny Brown « Black and Brown! » [EP] @@@@


Vous le préférez le chocolat noir ou le chocolat au lait ? Fat Beats commercialise sa tablette bi-goût made in Detroit, Black and Brown! Black Milk aux machines, Danny Brown au microphone, le choc.

Lire la suite Black Milk & Danny Brown « Black and Brown! » [EP] @@@@

Kool G Rap « Riches, Royalty and Respect » @@@½


Quand on a plus d’un quart de siècle de longévité dans le rap game, on peut être considéré comme un dinosaure. Et si Kool G Rap était un dinosaure, il serait un vieux tyrannosaure prêt à dévorer les siens si sa survie en dépendrait. Le vétéran new-yorkais, parrain du gangsta-rap de la Eastcoast et ancien membre du légendaire Juice Crew (faut-il encore le rappeler), n’a hélas pas eu une carrière à la hauteur de son pedigree et du respect infaillible qu’il suscite auprès des générations actuelles (même Rick Ross aurait tenté de l’amadouer sur son label). Mais comme le prouve Riches Royalty & Respect, son intérêt pour la cause hip-hop demeure intact, quoi qu’il advienne.

Lire la suite Kool G Rap « Riches, Royalty and Respect » @@@½

Neek the Exotic / Large Professor « Still on the Hustle » @@@½


Fat Beats Records a beau avoir fermé ses deux magasins il y a quelques mois de ça, l’activité de distribution de la petite – néanmoins respectée – structure indépendante demeure heureusement inchangée. Après la révélation Kooley High (lire la chronique), Fat Beats vient de publier ce second projet de Neek the Exotic parrainé par le brontosaure new-yorkais Large Professor, baptisé Still on the Hustle. Un skeud qui devrait plaire aux partisans qui pensent que le « le rap c’était mieux avant ».

Lire la suite Neek the Exotic / Large Professor « Still on the Hustle » @@@½