Archives du mot-clé Evidence

Reks « The Greatest X » @@@@


La preuve que Reks est un rappeur que l’on omet parfois de lister, on parle là de son quatrième album connu parmi neuf efforts produits. Mais quel effort! Comme d’habitude, il sert du très lourd et c’est fort dommage s’en priver. Cette fois n’attendez rien d’autre de cette bête de MC qu’à rassasier votre appétit d’ogre pour une entrecôte grillées 500 grammes de hip hop Eastcoast underground, sachant qu’une deuxième pièce vous attend juste derrière. Vous l’avez compris, The Greatest X est un double-album.

Lire la suite Reks « The Greatest X » @@@@

Apollo Brown « Grandeur » @@@½


La sortie d’un album de (ou produit par) Apollo Brown est toujours un événément dans le milieu hip-hop underground. Surtout quand il a un nom évocateur, et en français dans le texte, comme Grandeur. C’est le quatrième album qui porte son nom en solo paru chez Mello Music Group, son deuxième non-instrumental avec The Reset en 2010 qui l’a fait connaître.

Lire la suite Apollo Brown « Grandeur » @@@½

Gangrene « You Disgust Me » @@@½


Le duo intercostal de rappeurs/producteurs ont trouvé refuge cette année chez Mass Appeal, le label de Nas (faut-il encore le rappeler?). Après la soundtrack Welcome to Los Santos, la venue d’un nouvel album des Gangrene n’était pas un secret. Parce que jamais deux sans trois hein! L’album s’appelle You Disgust Me et voilà ce que j’en dis.

Lire la suite Gangrene « You Disgust Me » @@@½

Shuko « For the Love of It » @@@@


En rap allemand, à moins d’être germanophone/phile, on ne connaît pas grand chose. Mais vraiment pas grand chose, seulement quelques rares producteurs à la renommée internationale, comme les Snowgoons, qui ont d’ailleurs produit pour des groupes new-yorkais comme les M.O.P. ou Onyx. Un autre nom vient se rajouter à cette liste d’exportateurs de beats made in Germany, Shuko, qui vient de livrer son premier projet For The Love of It, avec en prime un casting américano-européen de choix.

Lire la suite sur Now Playing Mag

Fashawn + Alchemist « FASH-ionably Late » [EP] @@@@


Retards, ajournements, délais prolongés… La sortie de The Ecology de Fashawn n’a pas échappé à ces aléas. Pour l’heure, on n’a vu que les belles couleurs du très bon premier single « Golden State of Mind » avec Dom Kennedy. Signes d’impatience, coups d’oeil au calendrier… Cette attente peut toutefois  devenir positive si elle en suscite davantage : un rendez-vous très anticipé peut se faire remarquer en beauté si elle sait se faire attendre. Ce que fait Fash avec cet EP concocté avec Alchemist. Comme avec la super mixtape The Antidote qui avait précédé cette réussite que fut Boy Meets World en 2009.

Lien pour télécharger FASH-ionably Late

Lire la suite Fashawn + Alchemist « FASH-ionably Late » [EP] @@@@

Diamond D « The Diam Piece » @@@


Diamond D est en quelque sorte le ‘D’ du légendaire crew new-yorkais des D.I.T.C. (‘Diggin in the Crates’ pour les non-connoisseurs), un collectif qui, durant la seconde moitié des années 90 jusqu’en 2000 où est paru leur album éponyme, rassemblait des légendes telles que Big L (RIP), Fat Joe, Showbiz & Andre the Giant, O.C. et les producteurs Lord Finesse, Buckwild et donc Diamond D.

Le groupe a bien tenté une percée huit ans plus tard avec The Movement, malheureusement l’aspect légendaire appartenait déjà au passé, le D.I.T.C. n’est pas une institution comme le Wu-Tang. Les membres (Fat Joe évidemment, Diamond D,…) avaient cependant plus d’écho sur leurs projets solos ou en binôme (Buckwild avec Celph Titled, Oasis d’A.G. & O.C.). Diamond D, quant à lui, est revenu pour la rentrée 2014 avec The Diam Piece, un album suspendu en ce temps où le rap était respecté pour le fond et la forme.

Lire la suite Diamond D « The Diam Piece » @@@

Dilated Peoples « Directors of Photography » [deluxe edition] @@@@


Huit ans qu’un de nos groupes de rap favori n’avait pas publié d’album, cela commençait à faire sérieusement long. Depuis 2006 et leur dernier album en major 20/20, les membres des Dilated Peoples ont entamé des carrières en solo avec plus ou moins de succès, celle d’Evidence ayant connu un grand intérêt. EV aillant sorti plusieurs projets chez le label indie hip hop Rhymesayers (son album Cats & Dogs et Lord Steppington avec Alchemist), il rameute ses deux vieux amis DJ Babu et Rakaa Iriscience pour un cinquième album synonyme de maturité.

Lire la suite sur Now Playing

Blu « Good to be home » @@@½


blu-good-to-be-home

Cela faisait un bail que Blu n’avait pas sorti un projet solo, si on se base sur les premiers leaks de NoYork. C’est pourquoi le MC de couleur a mis les bouchées double avec Good to be Home (Nature Sounds). Vous avez bien lu : double ration de raps, de samples et de featurings.

Lire la suite Blu « Good to be home » @@@½

Step Brothers « Lord Steppington » @@@@½


Le millésime rap 2014 commence fort, très fort, avec notre duo Step Brothers. Cela faisait des mois, que dis-je, quelques années que les vieux frères Alchemist et Evidence (Dilated People) devaient nous pondre un album collaboratif, depuis le temps qu’ils se côtoient !

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Roc Marciano « Marci Beaucoup » @@@@


Roc-Marciano-Marci-Beaucoup

Pour son troisième album en quatre ans, et toujours produit par ses soins, Roc Marciano nous gratifie d’un Marci Beaucoup (french jeu de mot z’avez vu), un projet à la Roc Marcy & Friends, avec beaucoup de friends.

Lire la suite Roc Marciano « Marci Beaucoup » @@@@

Statik Selektah « Extended Play » @@@@


Statik Selektah nous réserve pour cet été sa cinquième fournée Extended Play. Le menu varie peu ou prou: une pléthore de MCs, des habitués bien souvent (Termanology, Bun B, Talib, Styles P, Strong Arm Steady, Smif-N-Wessun…), ses protégés (JFK, Wais P,…) et quelques autres guests (Black Thought, Raekwon, Hit-Boy), passent tour à tour poser sur les beats maisons du DJ/producteur bostonien. Mais tant quand la qualité et le contenu sont là, tout le monde sera d’accord.

Lire la suite Statik Selektah « Extended Play » @@@@

Durag Dynasty « 360 Waves » @@@½


Les ‘durag’ ce sont ces morceaux de tissu (synthétiques ou non) ou de vêtement souvent blancs ou noirs que l’on noue sur la tête. Plus qu’une mode, les durags font partie intégrante de la panoplie du dress code des rappeurs depuis plus de quinze ans. Durag Dynasty est le nom du collectif formé de Planet Asia et ses lieutenants de Gold Chain Military Killa Ben et Tri State, plus Alchemist qui campe le rôle de producteur de 360 Waves, ainsi que tous ceux qui portent des durag.

Lire la suite Durag Dynasty « 360 Waves » @@@½

Sean Price « Mic Tyson » @@@@


Hé bien ça faisait un bail qu’on l’attendait celui-là d’album! Trois ans au moins que Sean Price avait préparé le public avec sa mixtape Kimbo Price, trois ans de préparation et de patience faisant de Mic Tyson la sortie underground la plus anticipée de ce début de décennie. C’est l’avant-veille de la Fête des Morts de l’An de Grâce 2012 que Sean P a choisi, à quarante piges, de jouer le troisième match de sa vie. P!

Lire la suite Sean Price « Mic Tyson » @@@@

The Alchemist « Russian Roulette » @@@½


The Alchemist est déjà de retour avec Russian Roulette, un projet qui se place dans la continuité de Vodka & Ayahuasca de Gangrene (le duo qu’il forme avec Oh No) sorti en ce début d’année 2012. Visiblement il en resté sur la partie ‘vodka’ de la chose avec ce délire russkoff. On voit bien également que travailler aux côtés d’Oh No lui a donné des idées, son confrère d’Oxnard qui a pour habitude de thématiser ses albums autour d’un pays ou une oeuvre. Alors pourquoi pas l’U.R.S.S. pour notre alchimiste caucasien?

Lire la suite The Alchemist « Russian Roulette » @@@½

Oh No « Ohnomite » @@@@


C’est une habitude depuis Exodus Into Unheard Rhythms, Oh No opte pour une solution économe pour conceptualiser ses albums : sampler une oeuvre spécifique ou le catalogue d’un artiste en particulier, ou alors des musiques provenant d’une région du globe bien précise. Pour ce nouvel exercice, Michael Jackson (de son vrai nom) a eu l’autorisation de fouiller la discothèque de Rudy Ray Moore, musicien et acteur afro-américain disparu en 2008, à qui l’on doit des films comme Dolemite, d’où le titre : Ohnomite.

Lire la suite Oh No « Ohnomite » @@@@