Archives du mot-clé Soopafly

Snoop Dogg « Coolaid » @@½


Ce n’était pas une promesse énoncée clairement, cependant le sous-entendu s’affichait devant nous comme une devanture en néon coloré qui s’allume par intermittence : avec COOLAID, ce bon vieux Snoop revenait en terre g-funk, celle de la grande ère Death Row. Dans un contexte actuel qui se prête effectivement à un retour aux sources du gangsta-rap californien – coucou YG & cie – Snoop Dogg avait une opportunité en or pour revenir régner en maître avec ce douxième, non treiz… hum quartorzième album studio. Hélas, on a eu beau retourner COOLAID dans tous les sens, il faut bien se résoudre à l’avouer : la superstar canine de Long Beach est à côté de ses Converse.

Lire la suite sur SURLmag →

Soopafly « Best Kept Secret » @@@@


Un des producteurs de l’ombre du gangsta-rap westcoast revient avec le très ambitieux Best Kept Secret. Ce titre n’est pas usurpé quand il est question de Soopafly. Collaborateur de longue date de Dr Dre (il était son claviériste dans les années 90) et producteur pour Snoop Dogg depuis Tha Doggfather, il rejoint la Dogg Pound Gangsta Clique pour livrer des beats carabinés et profite pour se mettre à rapper parmi la meute de chiens. Dix ans après la sortie de son premier album solo Dat Whoopty Whoop, Soopafly est toujours dans le coup et ce nouvel album le prouve.

Lire la suite Soopafly « Best Kept Secret » @@@@

D.P.G. presents Daz « D.A.Z. » @@@


Le Dogg Pound avait largement convaincu avec 100 Wayz et cela annonçait de bonnes choses pour les futurs projets de Daz et Kurupt, en particulier pour le premier avec sa nouvelle sortie solo, l’album éponyme majuscule D.A.Z.. Surtout lorsqu’il déclare que cet album évoquera son premier album Retaliation, Revenge and Get Back sorti le millénaire dernier. Ça reste encore à voir.

Lire la suite D.P.G. presents Daz « D.A.Z. » @@@

Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½


Après l’amère déception de Malice N Wonderland, je n’attendais rien de spécial de la part de Snoop avec the Doggumentary. Je m’étais mis dans la tête que seul sans producteur derrière lui pour le diriger, il était incapable de mener un projet sans s’éparpiller dans tous les sens. Et quand j’ai entendu le single « Wet », douloureuse tentative de travestissement eurodance (commandée par le Prince William pour son mariage) et sa participation sur le single de Katy Perry, j’ai campé sur ma position au point de ne pas jeter une oreille sur les extraits qu’il mettait en ligne à l’occasion de son opération #passpasstuesday. Jusqu’à ce que j’écoute ce 11e album du Bigg Snoop Dogg, plus westcoast qu’espéré. Je retire – en partie – ce que j’ai pu dire.

Lire la suite Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½

Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@


Code 187 dans le 213, le DPG a frappé le 17/8 avec 100 Wayz. Fuck Koch Records, ici le deal c’est DoggyStyle Records que ça se passe. Daz, Young Gotti et toute la clique ont réuni la meute de cabots (RBX, Snoop Dogg, Soopafly…) avec un 7e album qui se veut inspiré de l’Ancien Testament de la Bible Westcoast The Chronic. Death Row, G-Funk, le Dogg Pound était dedans quand la West était à son apogée. Putain ces mecs ont une histoire derrière eux, des classiques, ce sont des légendes urbaines et pas qu’à LA. Et depuis que les deux partenaires se sont réconciliés, ils enchaînent projet sur projet sans relâche en indé. 100 Wayz marque la fin d’une décennie de hauts et de bas pour Kurupt et Daz, avec la volonté de faire briller le soleil californien comme dans les années 90, à l’ancienne.

Lire la suite Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@

Dogg Pound « Keep on Ridin' » @@@


Je crois avoir loupé un wagon avec le DPG. Je m’étais arrêté à leur album Dogg Chit et là, à mon grand étonnement, je viens de m’apercevoir qu’ils ont sorti fin 2009 That Was Then, This Is Now. Zut alors. C’est passé alors, mais alors très inaperçu par chez nous. Paraît-il que cet LP n’avait rien d’officiel (vous savez les rumeurs hein…). Il était question que leur prochain album se nomme Westcoast Aftershocc, c’est ce qui était écrit dans le livret de Dogg Chit.

Finalement non, c’est bien 100 Wayz qui est disponible en import depuis Août 2010. Mais quelques semaines avant 100 Wayz est sorti un autre disque, Keep On Ridin’, chez Gangsta Advisory, le label de Daz Dillinger. Entre temps je n’ai pas pu écouter les derniers solos de Daz (Public Enemies) et le Kurupt (Streetlights). Bon ben je vais essayer de me rattraper le temps perdu avec cette livraison, tant qu’à faire.

Lire la suite Dogg Pound « Keep on Ridin’ » @@@

B-Real « Smoke N Mirrors » @@@@


Bientôt vingt ans après les premiers tours de vinyls des légendaires Cypress Hill, leur frontman B-Real se lance en solo, enfin ! C’était prémédité dès le départ mais il aura fallu deux putains de décennies, quelques featurings épars, notamment sur les albums des D12 (le fameux « American Psycho » orchestré par Dr Dre) et le single « Vato » de Snoop Dogg, plus une trilogie de mixtapes The Gunslinger pour que le MC latino-californien saisisse l’opportunité de faire cavalier seul avec Smoke N Mirrors, accompagné d’une armada de soldats de la Côte Ouest : Xzibit, Snoop Dogg, Sen Dog, Kurupt, Too Short et j’en passe. La musique est une affaire de famille.

Et ce qui paraît dingue, c’est que ce poids lourds de B-Real n’a pas signé en major malgré un CV à l’argumentaire impressionnant, il a opté pour une signature en distribution en indé chez… Duck Down Records. Damn, Duck Down ! Le label de Buckshot et du Bootcamp Clik ! Preuve que le marché underground se porte en très bonne santé, idem pour ce premier album tant attendu qui montre bien que la Westcoast possède encore des ressources inestimables.

Lire la suite B-Real « Smoke N Mirrors » @@@@

Snoop Dogg « presents The Big Squeeze » @@


Rappeur, acteur, pimp, coach, réunificateur, bref homme d’affaire à tout faire, voilà que Snoop Dogg nous fait part de sa dernière lubie : jouer les producteurs, sous l’alias Niggaracci. Quelques mois à peine après la sortie de son dernier album, sur lequel il avait coréalisé son premier instrumental officiel (« Gangbangin’ 101 » feat The Game), Snoop s’est empressé de concrétiser son orientation artistique en sortant une compilation toute neuve, qu’il a quasi exécuté de ses propres mains avec sa SP et Pro Tools. Snoop Dogg presents The Big Squeeze (Doggystyle Records/Koch Records) est par ailleurs l’occasion de présenter ses deux super-groupes néoformés, Western Union (Damani, Soopafly et Bad Lucc) et War Zone (MC Eiht, Goldie Loc et Kam), dont on a déjà pu voir un aperçu sur Tha Blue Carpet Treatment, ainsi que la petite nouvelle, Azuré. Passé ce moment d’incrédulité, entendons voir le résultat.
Lire la suite Snoop Dogg « presents The Big Squeeze » @@

Tha Dogg Pound « Dogg Chit » @@@@


Jamais deux sans trois. Un an et demi après leur reformation inespérée, les D.P.G. semblent rattraper le coup pour faire oublier ce proche passé orageux entre Daz Dillinger et Kurupt. Après le sponsoring de Snoop sur Cali iz active, sorti cet été sur Doggystyle Records, la saga continue et les deux confrères profitent de leur statut d’indépendant pour proliférer dans les bacs (au rayon import le plus souvent maintenant) avec en ce début de Printemps un Dogg Chit plein de promesses. Cette défection canine – si l’on puit dire – arrive après treize ans de digestion de leur pâtée Dogg Food, venue tout droit des couloirs de la mort en ce temps-là. Un disque plein de promesses, dont certains détails prêtent à croire qu’il s’agit vraiment de l’authentique successeur du classique de Tha Dogg Pound, comme l’artwork de la pochette et surtout la patte de Daz (assisté par Ivan Johnson) à la production, ce qui n’était pas le cas sur Cali iz active.

Lire la suite Tha Dogg Pound « Dogg Chit » @@@@

Snoop Dogg « Tha Blue Carpet Treatment » @@@@


Bigg Snoop Dogg le boss a depuis peu entrepris la responsabilité de porte-parole de la côte ouest, un rôle qui lui tient à cœur depuis la Westcoast Conference de 2005, une rencontre au sommet qui avait pour but de revitaliser les troupes californiennes qui peinaient à se motiver depuis quelques années. Depuis cet événement majeur, les choses se sont améliorées puisque Kurupt et Daz ont fait la paix, The Game (parrainé par Dr Dre) est devenu double-platine avec The Documentary et Ice Cube, E-40 sont devenus disques d’or un an après. De son côté, Snoop Dogg a plaidé la cause de Tookie Williams (un des fondateurs du gang des Crips) avec « Real Soon » et « Real Talk », produit Cali Iz Active des Tha Dogg Pound et préparait le très attendu Tha Blue Carpet Treatment (DoggyStyle/Geffen/Barclay), son huitième album.

Chronique originale écrite le 16 Novembre 2006

Lire la suite Snoop Dogg « Tha Blue Carpet Treatment » @@@@

Daz Dillinger « So So Gangsta » @@@½


L’annonce de la signature en 2004 de Daz chez So So Def a fait l’effet d’une bombe: imaginez, l’un des meilleurs producteurs de la Westcoast et véritable légende vivante du gangsta rap chez Jermaine Dupri! Et les fans du DPGC ont dû s’armer de patience jusqu’à ce mois de Septembre 2006 avec enfin ‘So So Gangsta’. Il en aura fallu du temps pour arriver là, surtout qu’entre temps il s’est réconcilié avec la rue (grâce à la grosse bombe ‘Tha Dogg Pound Gangsta LP’) et avec son ami Kurupt, en nous grâtifiant de deux nouvelles sorties du D.P.G. : ‘The Saga Continues’ en indé et ‘Cali iz active’ produit par Snoop Dogg, tout juste sorti cet été.

Lire la suite Daz Dillinger « So So Gangsta » @@@½

Tha Dogg Pound « Cali iz active » @@@½


Chronique d’un retour annoncé. En 2005, Snoop Dogg avait rassemblé les troupes californiennes lors de la Westcoast Conference dans l’intention de consolider les liens entres les rappeurs, qu’ils soient Crips ou Bloods, et revigorer une côte ouest boudée par des majors préférant miser sur le Dirty South. L’un des points positif qui a suivi cette rencontre était la re-union officielle de Daz Dillinger et Kurupt sous la houpe de Snoop, un événement majeur qui a valu une couverture dans le numéro de The Source de Juin 2005. Les deux D.P.G. se sont réconciliés sur ‘Dillinger & Young Gotti II’ à la fin de l’année 2005 histoire d’enterrer la hache de guerre définitivement, Kurupt ayant été débauché de chez Death Row. Une nouvelle synonyme d’espoir qui a abouti à cet album des Tha Dogg Pound : et oui, ils ont peu récupérer leur appellation d’origine. Et comme leur classique ‘Dogg Food’ double platine aux States, ‘Cali iz active’ (DoggyStyle Records/ Koch Records/ Barclay) est supervisé par Snoop Dogg. La saga continue.

Chronique originale écrite le 3 Aout 2006

Lire la suite Tha Dogg Pound « Cali iz active » @@@½

Snoop Dogg « R&G (Rhythm & Gangsta) : The Masterpiece » @@@@


Ce 7e album du chien de Long Beach, c’est du R&G. R&B Westcoast? Gangsta soul? G Funk moderne? Non, c’est du Rhythm & Gangsta. Ce n’est pas non plus un album de l’acabit de ‘Doggystyle’ ou ‘Tha Last Meal’ mais un essai tout différent de ce qu’il a faut jusque maintenant. Des craintes persistaient aussi depuis ‘Paid Tha Cost’ où Snoop Dogg avait pris une tournure moins gangsta au sens propre, évoluant vers un style plus pimpisé. C’est l’heure de faire les comptes aussi…

Chronique originale écrite en Novembre 2004 sur Rap2K.com, avec quelques modifications.

Lire la suite Snoop Dogg « R&G (Rhythm & Gangsta) : The Masterpiece » @@@@

Young Buck « Straight Outta Ca$hville » @@@@


Originaire de Nashville, Tennessee (ça sonne comme la chanson de Dorothée), Young Buck commence à faire ses classes vers 2001 en signant chez UTP, label de la vedette des Hot Boyz et Cash Money Juvenile. Sort alors très discrètement son premier album solo  ‘Born To Be A Thug’ en 2002. Après un test grandeur nature aux côtés de la superstar montante 50 Cent sur ‘Get Rich or Die Tryin’, il intègre le G-Unit cette même année en « remplacement » (entre guillemets) de Tony Yayo (indisposé puisqu’il purgeait une peine de prison).

À côté de 50 Cent et Lloyd Banks sur ‘Beg For Mercy‘, on ne donnait pas cher de sa peau n’étant pas un membre original du groupe new-yorkais, où Buck faisait office de caution South. Il s’en sortait tout de même avec un morceau solo (« Footprints« ). Son tour de briller allait venir avec son nouvel effort solo ‘Straight Outta Ca$hville‘, sorti presque simultanément à ‘Hunger For More‘ de Banks. Mieux, le « quatrième G Unit » allait créer la surprise.

Lire la suite Young Buck « Straight Outta Ca$hville » @@@@

Warren G « Return of the Regulator 2002 » @@@½


Tout comme Nas avec ‘StillMatic’, le rappeur-producteur Warren G a voulu l’année 2001 faire un retour à la source en voulant s’inspirer de son tout premier album et classique ‘Regulate … G Funk Era’ avec ce 4e album au titre révélateur, ‘Return Of The Regulator’. Don’t call it a come back, Warren revient derrière les manettes et le microphone pour explorer des nouvelles sonorités Westcoast pour ne pas dire néo-G Funk (appellation d’origine contrôlée oblige), dont on peut se faire déjà une idée avec la superbe introduction.

Retrospective écrite en septembre 2005.

Lire la suite Warren G « Return of the Regulator 2002 » @@@½