B-Real « Smoke N Mirrors » @@@@


Bientôt vingt ans après les premiers tours de vinyls des légendaires Cypress Hill, leur frontman B-Real se lance en solo, enfin ! C’était prémédité dès le départ mais il aura fallu deux putains de décennies, quelques featurings épars, notamment sur les albums des D12 (le fameux « American Psycho » orchestré par Dr Dre) et le single « Vato » de Snoop Dogg, plus une trilogie de mixtapes The Gunslinger pour que le MC latino-californien saisisse l’opportunité de faire cavalier seul avec Smoke N Mirrors, accompagné d’une armada de soldats de la Côte Ouest : Xzibit, Snoop Dogg, Sen Dog, Kurupt, Too Short et j’en passe. La musique est une affaire de famille.

Et ce qui paraît dingue, c’est que ce poids lourds de B-Real n’a pas signé en major malgré un CV à l’argumentaire impressionnant, il a opté pour une signature en distribution en indé chez… Duck Down Records. Damn, Duck Down ! Le label de Buckshot et du Bootcamp Clik ! Preuve que le marché underground se porte en très bonne santé, idem pour ce premier album tant attendu qui montre bien que la Westcoast possède encore des ressources inestimables.

Immédiatement, le phrasé si atypique de B-Real fait mouche. Trépidant d’entendre son flow et sa voix sur un long format, accompagné d’un soupçon de nostalgie, le son nocturne « Children of the Night » (feat Bo Roc au chant) produit par Scoop DeVille (samplant les Stylistics) déconcerte légèrement. De toute évidence, il ne s’agit formellement pas d’un semblant d’album des Cypress Hill mais d’un solo de B-Real, avec une musique qui lui ressemble de toute part. Je suis sûr que rien qu’avec ça, beaucoup de fans le suivront. Son single « Don’t Ya Dare Laugh » également produit par Scoop DeVille et featuring Young De (protégé de Kurupt et membre des Tangled Thoughts), ainsi que son remix avec le bestial Xzibit, nous donnait une indication préalable sur la direction que prend Smoke N Mirrors. C’est ce qui explique probablement ce choix de single, franchement bon grâce à cette boucle du célèbre tube « Tom’s Diner » de Suzanne Vega.

Mais rassurez-vous, l’ambiance westcoast et son climat chaudement tendu sont au rendez-vous et ce disque représente B-Real tout craché comme je l’ai souligné quelques lignes auparavant. Déjà la pochette nous est familière, dans le plus pur style des artworks des Cypress : fumée, squelettes, signe d’appartenance à la communauté latino… Il ne manque juste qu’une personne à l’appel : DJ Muggs. Par contre il y a son ancien padawan Alchemist qui lâche le terrible instru de « 6 Minutes ». Paraitrait même que Fredwreck et Will.I.Am devaient figurer sur ce solo, mais aucune trace d’eux. Soit. Les thèmes restent classiquement californiens : des histoires bien écrites de gangs et de règlements de compte dans les ghettos de L.A., de la « Gangsta Muzik » (produite par Soopafly), des allusions à la sainte beuh-er, des brèves de trottoires (« When We’re Fucking » en compagnie de Young De, Kurupt et Too Short dans son costume habituel de mac). Certains instrus ne mentent pas, surtout quand il s’inspirent des pianos à la Dr Dre ou de synthés G-Funk par endroits.

Snoop Dogg est l’une des grosses guests stars de Smoke N Mirrors, il fait une apparition sur le titre « Dr Hypheinstein » dont la particularité est d’être produite par B-Real lui-même ! Incroyable dit comme ça, mais j’avoue personnellement que cette prod une touffe de poils sudiste, et par conséquent un peu HS, ne reflète pas le réel talent insoupçonné de B-Real pour la production. Pour ça, il faudra passer « Fire » avec Damian Marley qui en fera tripper plus d’un avec cette vibe jamaïco-latine unique. Plusieurs pistes plus loin, on retrouve un troisième instru signé B-Real, « 1 Life » avec son vieil homie Sen Dog, morceau qui respire bon le rap chicano (même s’ils ne rappent pas en espagnol sauf au refrain), avec ses trompettes et les guitares sèches. Un autre proche de B-Real n’aurait manqué pour rien au monde de faire honneur de sa présence sur cet album, Sick Jacken pour lancer la « Psycho Realm Revolution » et bien sûr le sergent Buckshot sur « Everything You Want », pour marquer l’alliance Audio Hustlaz/Duck Down. Parmi les titres que je n’ai pas cité, préférez l’oppressant « Get That Dough » à l’oubliable « 10 Steps Behind ».

Le mot de la fin, hé bien rien de spécial à rajouter. Il faut retenir simplement que Smoke N Mirrors est un album très représentatif de B-Real, mettant en valeur ses nombreuses qualités en tant que MC mais aussi producteur. Beaucoup de monde se bouscule au micro pour lui prêter main forte (surtout Young De présent au moins à cinq reprises), ce qui apporte un gain d’intérêt supplémentaire à l’écoute. Les hardcores fans des Cypress Hill se sentiront un petit peu dépaysés mais certainement pas déçus d’entendre B-Real sous son meilleur jour. Il ne manque plus qu’à se faire connaître du jeune public.

 

 

11 commentaires Ajouter un commentaire

  1. escobar56 dit :

    J’ai mis un peu de temps à écouter cet album. C’est étrange, il ne m’attirais pas tellement. Finalement B Real nous livre un produit clé en signant à la fois son premier solo mais aussi un pur essai West Coast. Smoke N Mirrors a tout pour plaire au fan de rap californien et latino. B-Real reste fidèle à lui même sans s’éloigner de ses codes. A 39 ans, le MC a toujours la dalle et ca fait plaisir.

    L’absence de Dj Muggs est malheureusement à déplorer…

    J'aime

  2. NYC dit :

    J’avais vraiment hate d’écouter cet LP, esperrant un retour en avant de cet vibe « Cypress Hillienne » si caracteristique.
    Mais directement, le fait de ne pas voir un soupçon de DJ Muggs m’a un peu inquieter, à tort je dirais car à l’écoute on retrouve le plaisir d’entendre la voix de B-Real.
    L’album nous offre d’ailleurs des titres très crédible comme « Don’t Ya Dare Laugh », « 1 Life », « Psycho Realm Revolution », « When We’re Fucking », « Fire », « Get That Dough »…
    En revanche la connection avec Buckshot, et le titre avec Snoop Dogg sont de veritable déception pour ne pas dire point faible sur l’album.

    PS : Content d’être tombé sur un site avec de bonne chronique.

    J'aime

  3. HeatMakerz dit :

    A vrai dire, j’ai pas encore assez écouté cet album pour me permettre de le noter mais j’ai apprécie pour l’instant les écoutes que j’en ai fais.
    Moi qui suis pas fan de la voix de B-Real, j’ai pas été rebuté sur l’album à ma grande surprise …

    J'aime

  4. achipeachope dit :

    Salut Sagittarius, tout d’abord je voulais te féliciter pour le boulot que tu fais, ça fait un moment que je squatt un peu les différents sites hip-hop français et tu m’as l’air incontournable dans le milieu, j’apprécie tes chroniques, et je viens de découvrir ton blog, en cherchant désespérément une critique de l’album de B-Real (excellente chronique au passage).

    Voila ton site est dans les favoris, continus ton bon boulot mec ! peace

    J'aime

    1. Sagittarius dit :

      Merci pour ton comm’, ça fait plaiz’!

      J'aime

  5. NWA4LIFE dit :

    Très bon skeud de ce début dannée 2009 de bonne prod dans lensemble certe je mattendais a un peu meilleur de la part de B Real mais bon…

    Ma surprise en écoutant ce skeud c’est la réapparition de B Roc (en forme en plus …)qui ma fait très plaisir.

    PS: très bonne chro Saggit faudras un jour que tu me donne la recette de tes chroniques :jaloux: ^^

    J'aime

  6. Amber dit :

    It was nice to see your blog.Just Keep Writing!

    ______________________________
    Don’t pay for your electricity any longer…
    Instead, the power company will pay YOU!

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.