Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@


Code 187 dans le 213, le DPG a frappé le 17/8 avec 100 Wayz. Fuck Koch Records, ici le deal c’est DoggyStyle Records que ça se passe. Daz, Young Gotti et toute la clique ont réuni la meute de cabots (RBX, Snoop Dogg, Soopafly…) avec un 7e album qui se veut inspiré de l’Ancien Testament de la Bible Westcoast The Chronic. Death Row, G-Funk, le Dogg Pound était dedans quand la West était à son apogée. Putain ces mecs ont une histoire derrière eux, des classiques, ce sont des légendes urbaines et pas qu’à LA. Et depuis que les deux partenaires se sont réconciliés, ils enchaînent projet sur projet sans relâche en indé. 100 Wayz marque la fin d’une décennie de hauts et de bas pour Kurupt et Daz, avec la volonté de faire briller le soleil californien comme dans les années 90, à l’ancienne.

Le son des « Dogg Pound Gangstaz » en 2010, on est en plein dessus. Claviers p-funk, grosses basses, violons, il y a des choses qui ne changent pas à Long Beach, les chiens de la fourrière restent fidèles à eux-mêmes. Le son a bien sûr évolué depuis Dillinger & Young Gotti, Daz au clavier est un maître es production, assisté par l’ami Soopafly, mais aussi Hi-Tek, DJ Quik, Swizz Beatz, Pete Rock et Denaun Porter. Parallèlement, le crew opère un retour aux sources musicalement avec un tas d’instrus hip-hop ‘old fashioned’, ce qui apporte une solide armature à cet album rempli de « brraaapp », « fuck you » et des « rat-tat-tat-tat- » pour les bitch ass niggaz : Kurupt très fort sur « Anotha Clip », « Sky’z the Limit », Daz impressionne avec « I Fearz No One », « Crazy N Da Club » tue et pareil pour le laid-back « Cheatin Ass Lover » feat Dru Down et avec en fond un tout petit peu la voix de Nate Dogg (en espérant qu’il se rétablisse vite)…

Sinon comme d’hab’, le duo est grave en chien dès qu’il y a moyen quand ils reniflent de la chatte. Ça passe par des mauvais coups, comme ce « Good Pussy » plus fadasse que ‘fat-ass’ (merci Suzz Beatz), à des titres ultra-smooth comme « Spread The Luv » featuring le crooner Butch Cassidy, Celly Cell et la divine Latoyia Williams ou alors « Gotta Let You Know » feat Nicole Wray. Respect à la rebelle Lady Of Rage qui porte toujours aussi bien son blase en se défendant sur « I Don’t Care » et « Fly Ass Fucc » avec le Snoop. À l’ancienne comme je disais, une petite réunion de famille, de vieux potes de quartier ou d’autres clébards avec qui ils partagent leur territoire bleu.

Justement le DPG s’en sort mieux quand ils ne font pas trop de zique à la mode (le single « Do U Drank » qui sample du Too Short, « Smell Like Brand New Money »…), le DPG ça doit rester comme « 100 Wayz ».

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Jp Kof Kof dit :

    yo Sagittarius, long time no see!!
    juste un ptit com pour ce DPG qui fait bien plaisir, c’est ce qu’ils ont fait de mieux depuis presque 10 ans et le premier Dillinger & Young Gotti… le volume II était un peu bâclé, Cali iz active était irrégulier, Dogg Chit sympa mais à durée de vie ultra-limitée… et celui-ci passe nickel!!

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.