Archives du mot-clé Latoiya Williams

Daz « Dazamataz » @@@½


Ce vieux briscard de Daz Dillinger a ses placards toujours remplis de munitions. De retour après deux ans d’absence (Cuzznz début 2016 avec Snoop Dogg), notre légende westcoast sort un seizième album, auto-produit de nouveau, Dazamataz. Et pour rattraper le temps perdu, il nous offre 30 morceaux de gangsta sh*t ainsi qu’un festival de guests.

Lire la suite Daz « Dazamataz » @@@½

Snoop Dogg & Wiz Khalifa « Mac + Devin go to High School » [soundtrack] @@@


Deux champions de la fumette mis côte à côte dans un long-métrage dont l’histoire se déroule un campus américain, ça ne vous rappelle rien ? How High avec Method Man et Redman, bonne réponse… c’était facile. C’est la même idée qui a été repris avec la paire Snoop Dogg / Wiz Khalifa pour Mac & Devin Go To High School à quelques nuances près :  la weed se fume toujours entre les cours mais sur des instrus laid-back.

Lire la suite Snoop Dogg & Wiz Khalifa « Mac + Devin go to High School » [soundtrack] @@@

Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½


Après l’amère déception de Malice N Wonderland, je n’attendais rien de spécial de la part de Snoop avec the Doggumentary. Je m’étais mis dans la tête que seul sans producteur derrière lui pour le diriger, il était incapable de mener un projet sans s’éparpiller dans tous les sens. Et quand j’ai entendu le single « Wet », douloureuse tentative de travestissement eurodance (commandée par le Prince William pour son mariage) et sa participation sur le single de Katy Perry, j’ai campé sur ma position au point de ne pas jeter une oreille sur les extraits qu’il mettait en ligne à l’occasion de son opération #passpasstuesday. Jusqu’à ce que j’écoute ce 11e album du Bigg Snoop Dogg, plus westcoast qu’espéré. Je retire – en partie – ce que j’ai pu dire.

Lire la suite Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½

Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@


Code 187 dans le 213, le DPG a frappé le 17/8 avec 100 Wayz. Fuck Koch Records, ici le deal c’est DoggyStyle Records que ça se passe. Daz, Young Gotti et toute la clique ont réuni la meute de cabots (RBX, Snoop Dogg, Soopafly…) avec un 7e album qui se veut inspiré de l’Ancien Testament de la Bible Westcoast The Chronic. Death Row, G-Funk, le Dogg Pound était dedans quand la West était à son apogée. Putain ces mecs ont une histoire derrière eux, des classiques, ce sont des légendes urbaines et pas qu’à LA. Et depuis que les deux partenaires se sont réconciliés, ils enchaînent projet sur projet sans relâche en indé. 100 Wayz marque la fin d’une décennie de hauts et de bas pour Kurupt et Daz, avec la volonté de faire briller le soleil californien comme dans les années 90, à l’ancienne.

Lire la suite Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@

Freeway & Jake One « The Stimulus Package » @@@@


Freeway x Jake One = The Stimulus Package. Le MC de Philly et le beatmaker de Seattle se sont étroitement associés pour un contrat commun sous l’emblème de Rhymesayers Ent afin de relancer l’économie dans le rap game.

J’ai pu sous-tirer quelques informations auprès de Jake One (lire l’interview) dans le but de fournir aux consommateurs de rap des détails sur la fabrication de cet opus conceptuel, jusqu’au packaging ultra-original que vous pouvez observer dans cette vidéo.

Lire la suite Freeway & Jake One « The Stimulus Package » @@@@

Murs « Murs For President » @@@@


VOTEZ MURS PRESIDENT DU HIP-HOP,
POUR UNE MUSIQUE RAP POSITIVE ! 

Un Président Noir à la Maison Blanche, ce sera peut-être bientôt une réalité à partir du 4 Novembre 2008.

Dans le rap game, un ancien dealer natif de Brooklyn proclamé King of New-York s’est déjà assis sur le fauteuil de Président de Def Jam durant deux ans, Shawn Carter alias Jay-Z. La démarche du MC californien Murs, membre des Living Legends et figure notoire du milieu underground, va beaucoup plus loin.

Maintenant signé chez la célèbre maison de disque Atlantic, Murray se présente en tant que candidat libre pour la Présidence du Hip Hop aux Etats-Unis, pour prôner une musique rap vraie et positive ! 

Murs est parti en campagne sur les routes des Etats-Unis durant l’année 2008, sillonnant à travers les grandes villes américaines dans le cadre du festival hip-hop Rock The Bells pour partir à la rencontre de ses électeurs et fraterniser les différents publics rap grâce à son intégrité inébranlable et sans langue de bois. Alors vous aussi, soutenez-le !

(Cliquez sur « plus d’infos » pour connaître son programme et ses projets pour le futur.)

Lire la suite Murs « Murs For President » @@@@

The Game « LAX » @@@@


Grâce à Doctor’s Advocate, The Game a prouvé à la face du monde qu’il ne devait pas son talent qu’à son recruteur Dr Dre et les refrains de 50 Cent, mais qu’il demeurait bel et bien le nouvel émissaire de la Westcoast. C’est en lui seul qu’il a puisé les ressources pour tenir le coup dans le rap game, au fait que les gens l’ont enfin accepté comme un vrai MC à part entière – qui sait en plus très bien choisir lui-même ses producteurs -, voguant bien au-delà de sa simple réputation de Bloods originaire de Compton pris sous l’aile du bon docteur en 2004 alors qu’il savait tout juste rapper. Avec le temps, Chuck Taylor (son autre alias) s’est aussi assagi, il attise moins la controverse. L’avez-vous entendu assener un diss ces derniers mois, hormis une pique envers les G Unit placée dans une interview ? Comme quoi, sa campagne G Unot a fait son effet, tout comme le buzz autour d’une possible collaboration avec Dr Dre sur The D.O.C., devenu LAX (le nom de l’aéroport international de Los Angeles), annoncé comme étant son dernier album solo… Info ou intox ? Le mystère demeure, mais le MC de Compton est notoirement une girouette de nature…

Lire la suite The Game « LAX » @@@@

Snoop Dogg « Tha Blue Carpet Treatment » @@@@


Bigg Snoop Dogg le boss a depuis peu entrepris la responsabilité de porte-parole de la côte ouest, un rôle qui lui tient à cœur depuis la Westcoast Conference de 2005, une rencontre au sommet qui avait pour but de revitaliser les troupes californiennes qui peinaient à se motiver depuis quelques années. Depuis cet événement majeur, les choses se sont améliorées puisque Kurupt et Daz ont fait la paix, The Game (parrainé par Dr Dre) est devenu double-platine avec The Documentary et Ice Cube, E-40 sont devenus disques d’or un an après. De son côté, Snoop Dogg a plaidé la cause de Tookie Williams (un des fondateurs du gang des Crips) avec « Real Soon » et « Real Talk », produit Cali Iz Active des Tha Dogg Pound et préparait le très attendu Tha Blue Carpet Treatment (DoggyStyle/Geffen/Barclay), son huitième album.

Chronique originale écrite le 16 Novembre 2006

Lire la suite Snoop Dogg « Tha Blue Carpet Treatment » @@@@

Busta Rhymes « The Big Bang » @@@@½


La signature de Busta Rhymes sur Aftermath Records, le bastion de Dr Dre, a fait un grand boum dans le rap game il y a deux ans. La collaboration étroite entre le légendaire docteur et le MC le plus farfelu de la planète, établie sur ‘Genesis’ en 2001 avec le fracassant « Break Yo Neck », a porté son fruit, un fruit qui a mûrit pendant plus d’un an, un an d’attente (de trop) pour les fans habitués aux sorties annuelles de Busta. 2006 est l’année du phoenix et à Busta d’imploser avec ‘The Big Bang’ (Aftermath/Polydor), son septième album dont le titre inspire une certaine ambiguité : la naissance d’un univers et une grosse bombe sonique. C’est par ailleurs le troisième point de départ, si on peut dire, de la carrière solo de Busta Rhymes, et une seconde renaissance après son divorce d’avec J Records. Bus-a-Bus grossit de façon significative les rangs d’Aftermath/Interscope aux côtés de pointures de haut standing : la dream team Eminem, 50 Cent, Eve et The Game. Une nouvelle maison, un nouveau producteur à la renommée indiscutable et un homme nouveau (il a coupé ses dreads de façon symbolique) qui se veut, la trentaine passée, plus que jamais le leader de la nouvelle école.

Chronique originale écrite le 1er Juillet 2006

Lire la suite Busta Rhymes « The Big Bang » @@@@½

Jay-Z « The Blueprint²: The Gift & the Curse » @@@@½


Et puis il y a eu un ‘deux’… en exposant, pour annoncer un double-CD : The Gift et The Curse. Le pari était risqué pour Jay-Z : faire tapis avec deux paires, ses couilles et ces deux galettes. Réaliser un double-album n’a cependant rien d’un coup de poker, c’est déjà un lourd travail. Le rendre fondamental est une autre affaire, c’est l’attribut des grands rappeurs ou grands groupes, et Jay-Z était au sommet du rap game. 2Pac avait All Eyez On Me, Biggie Life After Death et le Wu-Tang Forever.  Considérés comme des classiques, ils n’étaient pas parfaits non plus il faut l’admettre, il y avait dessus quelques titres bouche-trous ou qui faisaient défaut.

Malheureusement pour Jay-Z, ce ne fut pas le cas pour lui, la critique fut plus tiède qu’espéré bien qu’en termes de ventes il égalait The Blueprint premier avec plus de 2 millions de copies vendues sur le sol américain. Rétrospectivement, appeler cet album The Blueprint² et le sortir juste un an après un classique instantané a été à la fois une malédiction et, mine de rien, une bénédiction. Il serait peut-être temps de la renconsidérer aujourd’hui.

Lire la suite Jay-Z « The Blueprint²: The Gift & the Curse » @@@@½

Snoop Dogg « Paid Tha Cost To Be Da Bo$$ » @@@


Après son nouveau classique Tha Last Meal, Snoop Dogg a quitté No Limit, le label de Master P, et sort son premier album à son propre compte sur Doggystyle Records. Comme le dit le titre de l’album, il en a payé le prix, bavé même. Et cette fois, pour ce défi de taille, il se débrouille de nouveau seul, sans l’apport de Dr Dre (!). Snoop est devenu un ‘boss’ et ne partage plus ses os à moelle. ‘Paid Tha Cost to Be Da Boss‘ marque aussi la tournure vers un Snoop plus ‘pimp’ que ‘gangsta’, et une ambiance sonore inédite de sa part. Mais les choses n’ont pas très bien commencé pour lui, puisque des copies pirates non-définitives ont commencé à circuler des mois avant sa sortie en Novembre 2002.

Rétrospective écrite en Septembre 2004 revue en Décembre 2015.

Lire la suite Snoop Dogg « Paid Tha Cost To Be Da Bo$$ » @@@

Warren G « Return of the Regulator 2002 » @@@½


Tout comme Nas avec ‘StillMatic’, le rappeur-producteur Warren G a voulu l’année 2001 faire un retour à la source en voulant s’inspirer de son tout premier album et classique ‘Regulate … G Funk Era’ avec ce 4e album au titre révélateur, ‘Return Of The Regulator’. Don’t call it a come back, Warren revient derrière les manettes et le microphone pour explorer des nouvelles sonorités Westcoast pour ne pas dire néo-G Funk (appellation d’origine contrôlée oblige), dont on peut se faire déjà une idée avec la superbe introduction.

Retrospective écrite en septembre 2005.

Lire la suite Warren G « Return of the Regulator 2002 » @@@½

Kurupt « Tha Street iz a Mutha » @@@@½


Un bon fan de son Westcoast doit avoir écouté au minimum une fois dans sa vie Tha Street Iz A Mutha(Fucka), le deuxième album solo de Kurupt Young Gotti. Sorti en 1999, les forces insufflées dans cet album ont éclipsé le double-album Kuruption! jugé passable, et ne sera égalé que par Space Boogie : Smoke Oddessey. Il est vrai que la moitié du DPG (ex-Dogg Pound sous Death Row), a fait très fort, ce grâce à l’apport de son acolyte Daz Dillinger qui participe au succès de cet album bien en tant que producteur exécutif.

Retrospective originale écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Kurupt « Tha Street iz a Mutha » @@@@½