Archives du mot-clé Nicole Wray

Daz « Dazamataz » @@@½


Ce vieux briscard de Daz Dillinger a ses placards toujours remplis de munitions. De retour après deux ans d’absence (Cuzznz début 2016 avec Snoop Dogg), notre légende westcoast sort un seizième album, auto-produit de nouveau, Dazamataz. Et pour rattraper le temps perdu, il nous offre 30 morceaux de gangsta sh*t ainsi qu’un festival de guests.

Lire la suite Daz « Dazamataz » @@@½

KiD CuDi « Man on the Moon II: The Legend of Mr Rager » @@@@½


Synopsis*

Dans cette seconde annuité EPIQUE de la trilogie Man of the Moon (relire la chronique de The End of the Day), nous vous plongeons dans les sombres et cruelles réalités d’un monde empli de tentations bien au-delà des rêves les plus fous. Pendant qu’il commence à s’adapter à cette nouvelle vie, notre héros Cudder (Mescudi) part à la recherche d’un nouveau frisson qui le rendra insensible à tout problèmes et soucis.

Ce qu’il parvient à trouver est un dangereux nouvel ami The Rager, son alter-égo destructeur et infernal qui ne cessera pas tant que Scott restera dans son état second et il sera toujours présent. Par un décor tonitruant formé des productions de Emile Haynie, Plain Pat et Dot Da Genius, soyez prêts à être emmenés dans les pensées et la réalité de KiD CuDi. Voici The Legend of Mr Rager*.

*traduction du résumé au dos du boîtier

Lire la suite KiD CuDi « Man on the Moon II: The Legend of Mr Rager » @@@@½

Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@


Code 187 dans le 213, le DPG a frappé le 17/8 avec 100 Wayz. Fuck Koch Records, ici le deal c’est DoggyStyle Records que ça se passe. Daz, Young Gotti et toute la clique ont réuni la meute de cabots (RBX, Snoop Dogg, Soopafly…) avec un 7e album qui se veut inspiré de l’Ancien Testament de la Bible Westcoast The Chronic. Death Row, G-Funk, le Dogg Pound était dedans quand la West était à son apogée. Putain ces mecs ont une histoire derrière eux, des classiques, ce sont des légendes urbaines et pas qu’à LA. Et depuis que les deux partenaires se sont réconciliés, ils enchaînent projet sur projet sans relâche en indé. 100 Wayz marque la fin d’une décennie de hauts et de bas pour Kurupt et Daz, avec la volonté de faire briller le soleil californien comme dans les années 90, à l’ancienne.

Lire la suite Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@

Blakroc @@@@


Non ce n’est pas l’image d’une carte postale délavée d’un hiver à Mourmansk que vous voyez à gauche, c’est la pochette de l’album éponyme Blakroc, qui n’est autre que le projet indépendant de l’année 2009. Prenez une poignée rappeurs américains, enfermez-les dans un studio avec de la musique blues-rock et voyez ce qu’il en ressort. C’est ça l’idée, celle de Damon Dash, l’ancien bras droit de Jay-Z à la grande époque de Roc-A-Fella et instigateur de Blakroc. Les Black Keys sont en charge des compositions et l’ingénieur du son Joel Hamilton, une légende des studios new-yorkais, à l’enregistrement.

Lire la suite Blakroc @@@@

Daz Dillinger « Only on the Left Side » @@@@


On se plaint sans arrêt que le hip-hop Eastcoast peine à sortir la tête du raz-de-marée Dirty South depuis un moment. Mais on oublie presque souvent que la Westcoast non plus n’a pas été épargnée, actuellement se situant dans une période de désintéressement flagrant. Comptons ensemble le nombre de rappeurs de la Côte Ouest signés en maison de disque : Snoop Dogg et The Game chez Geffen, Problem, le petit nouveau signé chez Universal Republic, puis Murs chez Atlantic (mais il ne fait pas de rap westcoast à proprement parler),… Sans compter bien sûr Dr Dre dont on attend avec une patience extrême son Detox et son protégé Bishop Lamont prévus pour 2009 au train où vont les choses. Le passé demeure glorieux mais dans le présent, il ne reste qu’une poignée de têtes d’affiche.

Jusque fin 2006, Daz Dillinger se trouvait aussi dans cette situation puisqu’il était signé chez So So Def (distribué par EMI-Virgin), où il avait d’ailleurs sorti son fameux So So Gangsta avant de se faire évincer pour mauvais résultats de ventes. Très malin dans le business, il avait toutefois gardé un pied dans le milieu indépendant via ses sociétés DPG Recordz et Gangsta Advisory. Only on the Left Side a démarré son enregistrement tout de suite après son départ de major, encore a-t-il fallu qu’il galère pour trouver un distributeur. Entre temps, il sort le très passable Gangsta Party, pas pour redonner confiance si j’en crois les différents avis perçus. Mais après une signature expresse chez Fontana Music, petit label affilié à Universal Music (où a signé Killer Mike), Daz peut enfin sortir son 11e album et prouver que le DPG est là pour demeurer. 

Lire la suite Daz Dillinger « Only on the Left Side » @@@@

Cormega « Who Am I? » @@@1/2


CormegaCormega continue de lancer des sorties à son rythme depuis qu’il a monté sa petite entreprise Legal Hustle en 2004. Il y a produit une compilation plutôt intéressante pour son lancement, édité l’album inédit The Real Testament sorti des placards de Def Jam en 2005 (avec une date de péremption dépassée de dix ans), le LP de son protégé Lake (My Brother’s Keeper) et un DVD documentaire Who Am I ? accompagné de sa soundtrack. Et toujours pas de The Inevitable, son très attendu 3e album solo prévu pour…euh, bientôt espérons-le. Pour patienter, faudra faire avec ce disque mi-bande originale, mi-compilation retraçant le parcours de Cormega ces dernières années, entre apparitions sur street-albums (« Use Mad Clips » feat Styles P et produit par Emile et « Ryder Muzik » avec Tragedy Khadafi) et des connexions survenues pendant ses tournées aux States. 

Lire la suite Cormega « Who Am I? » @@@1/2

Cam’Ron « Killa Season » @@@


Fâché des maigres score de vente de ‘Purple Haze’ (pourtant disque d’or) et de la promotion un peu marinée depuis que Roc A Fella a splitté chez Def Jam l’année dernière, Cam’Ron n’était pas content: il a claqué la porte au nez de Dame Dash, fait un bras d’honneur à Jay-Z et s’est tiré aussi sec trouver asile sur Asylum Records (filiale de Warner). Il en a même oublié Juelz Santana chez Def Jam. Après une brève apparition sur la mixtape ‘More Than Music Vol.1’, le leader des Diplomats a bien fait savoir ses ressentiments envers son ancien patron du ROC, avec des vieilles attaques et diss-tracks (dont « Wet Wipes » produit par The Alchemist) à vocation pûrement lucrative. Entre nous, il fallait s’y attendre depuis le temps.

Mais les spots ne sont pas braqués sur lui, du moins pas autant qu’il ne l’espérait, d’autant plus que Jayhova n’est pas entré dans son jeu. Il faut savoir que maintenant les beefs commencent à ne plus faire vraiment recette et Cam’Ron a accusé le contre-coup. En addition, les rumeurs de mésententes au sein des Dipset n’arrangent pas vraiment les choses en sa faveur depuis que les artistes en violet sont un peu éparpillés sur différents labels maintenant. Voilà un peu le contexte de la sortie presqu’anonyme, en France du moins, de ‘Killa Season’, le 5e album de Cam.

Lire la suite Cam’Ron « Killa Season » @@@

Missy ‘Misdemeanor’ Elliott « Supa Dupa Fly » @@@@½


Quand un des jeunes producteurs les plus géniaux du hip hop américain rencontrait son âme soeur créative et hors-norme, cela donna naissance à ‘SupaDupaFly’. Nous sommes aux alentours de de 1996/1997, Timbaland, qui faisait déjà figure d’élite des producteurs grâce à sa ghostproduction pour les Jodeci et ses productions r&b pour Ginuwine (The Bachelor) et Aaliyah (One in a Million), a réalisé le rêve de son amie Missy Elliott avec ce premier disque. Et pour ne rien faire comme personne, ‘SupaDupaFly’ est une oeuvre cross-over rap/r&b, fusionnant le flow et le chant, samples et beats syncopés ultra-novateurs, beat-box cosmique et synthétiseurs orgasmiques. Bienvenue en avance dans un millénaire nouveau.

Lire la suite Missy ‘Misdemeanor’ Elliott « Supa Dupa Fly » @@@@½