Archives du mot-clé Daz Dillinger

Snoop Dogg « Coolaid » @@½


Ce n’était pas une promesse énoncée clairement, cependant le sous-entendu s’affichait devant nous comme une devanture en néon coloré qui s’allume par intermittence : avec COOLAID, ce bon vieux Snoop revenait en terre g-funk, celle de la grande ère Death Row. Dans un contexte actuel qui se prête effectivement à un retour aux sources du gangsta-rap californien – coucou YG & cie – Snoop Dogg avait une opportunité en or pour revenir régner en maître avec ce douxième, non treiz… hum quartorzième album studio. Hélas, on a eu beau retourner COOLAID dans tous les sens, il faut bien se résoudre à l’avouer : la superstar canine de Long Beach est à côté de ses Converse.

Lire la suite sur SURLmag →

Daz-N-Snoop « Cuzznz » @@@½


L’année 2015 a connu une dominante westcoast, pas de raison que ça ne soit pas le cas pour ce début de nouvelle année 2016. Hell yeah, la westcoast maintient son rythme de production sous les flocons de neige avec cet album collaboratif Cuzznz des zincous Daz Dillinger et Snoop Dogg, et le second album d’Anderson .Paak (qui sera l’objet de la chronique suivante).

Lire la suite Daz-N-Snoop « Cuzznz » @@@½

Onra « Fundamentals » @@@@


Sampler des standards du r&b qui ont écumé les charts et les playlistes de MTV entre la fin des années 80 et le début des années 2000 pour en faire un morceau de rap, c’est l’assurance d’un effet ‘coup de coeur’ immédiat. Des exemples parlants : « Poetic Justice » de Kendrick Lamar qui avait utilisé le slow « Anytime Anyplace » de Janet Jackson, « Bye Baby » de Nas ou plus récemment Big Sean avec « Play No Games« , tous deux samplant le groupe culte Guy, et j’en oublie probablement. Imaginez qu’on en fasse un album entier avec une touche « française » en prime, Onra l’a fait avec Fundamentals.

Lire la suite sur Now Playing Mag

Daz & WC « Westcoast Gangsta Shit » @@½


La moitié des Dogg Pound qui s’allie au plus costaud des Westside Connection, chouette programme pour l’été non? Non, pas trop en fait… Westcoast Gangsta Shit des vétérans Daz & WC aurait mieux fait de s’intituler Nothing New Under the California Sun

Lire la suite Daz & WC « Westcoast Gangsta Shit » @@½

Freddie Gibbs « ESGN (Evil Seeds Grow Naturally) » @@@@


« Shoot out to Gangsta Gibbs he’s the next to blow », c’est bien la voix de Young Jeezy que l’on entend résonner dans l’intro, ou plutôt le témoignage de Lil’ Sody, Jeezy qui s’est séparé là de Freddie Gibbs en de mauvais termes au point que ce dernier ait carrément reçu des menaces de mort. Néanmoins dans ce contentieux, c’est bien le patron de CTE qui a perdu gros. La crédibilité et l’authenticité de Freddie Gibbs était telle qu’il en était devenu la vedette incontournable et son départ (qui a succédé à celui de Scrilla) a significativement affaibli l’influence du Snowman. Maintenant free agent, la sortie de ESGN est un joli double doigt d’honneur.

Lire la suite Freddie Gibbs « ESGN (Evil Seeds Grow Naturally) » @@@@

Curren$y « The Stoned Immaculate » @@@@


Curren$y sort des projets à un rythme industriel et celui qu’il présente maintenant, The Stoned Immaculate, est selon ses propres dires son « premier vrai album », accessoirement son second chez Warner Bros après Week-end at Burnie’s paru l’été 2011. S’il entend par « vrai album » un « album mainstream », okay, dans sa configuration, c’en est bien un. Et il tient très bien la route, le rappeur de la Nouvelle-Orléans a su négocier  son virage sans perdre sa trajectoire initiale, à savoir faire du rap pour l’autoradio.

Lire la suite Curren$y « The Stoned Immaculate » @@@@

Kurupt presents « Penagon Rydaz » @@½


Le vétéran westcoast Kurupt nous livre Penagon Rydaz, son second projet de la rentrée après le passable Terminal 3 presents the Academy. Le but est plus simple : réaliser une compilation autour de nouveaux artistes qu’il a déniché. Mais l’épreuve la plus dure reste à faire : faire leurs preuves. Et c’est là que ça se gâte…

Lire la suite Kurupt presents « Penagon Rydaz » @@½

Soopafly « Best Kept Secret » @@@@


Un des producteurs de l’ombre du gangsta-rap westcoast revient avec le très ambitieux Best Kept Secret. Ce titre n’est pas usurpé quand il est question de Soopafly. Collaborateur de longue date de Dr Dre (il était son claviériste dans les années 90) et producteur pour Snoop Dogg depuis Tha Doggfather, il rejoint la Dogg Pound Gangsta Clique pour livrer des beats carabinés et profite pour se mettre à rapper parmi la meute de chiens. Dix ans après la sortie de son premier album solo Dat Whoopty Whoop, Soopafly est toujours dans le coup et ce nouvel album le prouve.

Lire la suite Soopafly « Best Kept Secret » @@@@

D.P.G. presents Daz « D.A.Z. » @@@


Le Dogg Pound avait largement convaincu avec 100 Wayz et cela annonçait de bonnes choses pour les futurs projets de Daz et Kurupt, en particulier pour le premier avec sa nouvelle sortie solo, l’album éponyme majuscule D.A.Z.. Surtout lorsqu’il déclare que cet album évoquera son premier album Retaliation, Revenge and Get Back sorti le millénaire dernier. Ça reste encore à voir.

Lire la suite D.P.G. presents Daz « D.A.Z. » @@@

Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½


Après l’amère déception de Malice N Wonderland, je n’attendais rien de spécial de la part de Snoop avec the Doggumentary. Je m’étais mis dans la tête que seul sans producteur derrière lui pour le diriger, il était incapable de mener un projet sans s’éparpiller dans tous les sens. Et quand j’ai entendu le single « Wet », douloureuse tentative de travestissement eurodance (commandée par le Prince William pour son mariage) et sa participation sur le single de Katy Perry, j’ai campé sur ma position au point de ne pas jeter une oreille sur les extraits qu’il mettait en ligne à l’occasion de son opération #passpasstuesday. Jusqu’à ce que j’écoute ce 11e album du Bigg Snoop Dogg, plus westcoast qu’espéré. Je retire – en partie – ce que j’ai pu dire.

Lire la suite Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½

Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@


Code 187 dans le 213, le DPG a frappé le 17/8 avec 100 Wayz. Fuck Koch Records, ici le deal c’est DoggyStyle Records que ça se passe. Daz, Young Gotti et toute la clique ont réuni la meute de cabots (RBX, Snoop Dogg, Soopafly…) avec un 7e album qui se veut inspiré de l’Ancien Testament de la Bible Westcoast The Chronic. Death Row, G-Funk, le Dogg Pound était dedans quand la West était à son apogée. Putain ces mecs ont une histoire derrière eux, des classiques, ce sont des légendes urbaines et pas qu’à LA. Et depuis que les deux partenaires se sont réconciliés, ils enchaînent projet sur projet sans relâche en indé. 100 Wayz marque la fin d’une décennie de hauts et de bas pour Kurupt et Daz, avec la volonté de faire briller le soleil californien comme dans les années 90, à l’ancienne.

Lire la suite Tha Dogg Pound « 100 Wayz » @@@@

Dogg Pound « Keep on Ridin' » @@@


Je crois avoir loupé un wagon avec le DPG. Je m’étais arrêté à leur album Dogg Chit et là, à mon grand étonnement, je viens de m’apercevoir qu’ils ont sorti fin 2009 That Was Then, This Is Now. Zut alors. C’est passé alors, mais alors très inaperçu par chez nous. Paraît-il que cet LP n’avait rien d’officiel (vous savez les rumeurs hein…). Il était question que leur prochain album se nomme Westcoast Aftershocc, c’est ce qui était écrit dans le livret de Dogg Chit.

Finalement non, c’est bien 100 Wayz qui est disponible en import depuis Août 2010. Mais quelques semaines avant 100 Wayz est sorti un autre disque, Keep On Ridin’, chez Gangsta Advisory, le label de Daz Dillinger. Entre temps je n’ai pas pu écouter les derniers solos de Daz (Public Enemies) et le Kurupt (Streetlights). Bon ben je vais essayer de me rattraper le temps perdu avec cette livraison, tant qu’à faire.

Lire la suite Dogg Pound « Keep on Ridin’ » @@@

Daz Dillinger « Only on the Left Side » @@@@


On se plaint sans arrêt que le hip-hop Eastcoast peine à sortir la tête du raz-de-marée Dirty South depuis un moment. Mais on oublie presque souvent que la Westcoast non plus n’a pas été épargnée, actuellement se situant dans une période de désintéressement flagrant. Comptons ensemble le nombre de rappeurs de la Côte Ouest signés en maison de disque : Snoop Dogg et The Game chez Geffen, Problem, le petit nouveau signé chez Universal Republic, puis Murs chez Atlantic (mais il ne fait pas de rap westcoast à proprement parler),… Sans compter bien sûr Dr Dre dont on attend avec une patience extrême son Detox et son protégé Bishop Lamont prévus pour 2009 au train où vont les choses. Le passé demeure glorieux mais dans le présent, il ne reste qu’une poignée de têtes d’affiche.

Jusque fin 2006, Daz Dillinger se trouvait aussi dans cette situation puisqu’il était signé chez So So Def (distribué par EMI-Virgin), où il avait d’ailleurs sorti son fameux So So Gangsta avant de se faire évincer pour mauvais résultats de ventes. Très malin dans le business, il avait toutefois gardé un pied dans le milieu indépendant via ses sociétés DPG Recordz et Gangsta Advisory. Only on the Left Side a démarré son enregistrement tout de suite après son départ de major, encore a-t-il fallu qu’il galère pour trouver un distributeur. Entre temps, il sort le très passable Gangsta Party, pas pour redonner confiance si j’en crois les différents avis perçus. Mais après une signature expresse chez Fontana Music, petit label affilié à Universal Music (où a signé Killer Mike), Daz peut enfin sortir son 11e album et prouver que le DPG est là pour demeurer. 

Lire la suite Daz Dillinger « Only on the Left Side » @@@@

Tha Dogg Pound « Dogg Chit » @@@@


Jamais deux sans trois. Un an et demi après leur reformation inespérée, les D.P.G. semblent rattraper le coup pour faire oublier ce proche passé orageux entre Daz Dillinger et Kurupt. Après le sponsoring de Snoop sur Cali iz active, sorti cet été sur Doggystyle Records, la saga continue et les deux confrères profitent de leur statut d’indépendant pour proliférer dans les bacs (au rayon import le plus souvent maintenant) avec en ce début de Printemps un Dogg Chit plein de promesses. Cette défection canine – si l’on puit dire – arrive après treize ans de digestion de leur pâtée Dogg Food, venue tout droit des couloirs de la mort en ce temps-là. Un disque plein de promesses, dont certains détails prêtent à croire qu’il s’agit vraiment de l’authentique successeur du classique de Tha Dogg Pound, comme l’artwork de la pochette et surtout la patte de Daz (assisté par Ivan Johnson) à la production, ce qui n’était pas le cas sur Cali iz active.

Lire la suite Tha Dogg Pound « Dogg Chit » @@@@

Xzibit « Full Circle » @@½


Libéré de son contrat en major, Xzibit publie son sixième Full Circle en indépendant chez Koch Records. Est-ce que le rappeur hardcore a capitalisé grâce au succès de son émission Pimp My Ride sur MTV ? Rien n’est moins sûr… Le retour à case départ est douloureux pour mister X to the Z.

D’après un commentaire publié le 6 Décembre 2006

Lire la suite Xzibit « Full Circle » @@½