Archives du mot-clé Guilty Simpson

ZoTheJerk & Frost Gamble « Black Beach » @@@½


Dans la cité industrielle de Detroit se trouvent en haut de la chaîne des personnalités comme Eminem, Royce Da 5’9, Big Sean… Au niveau en dessous, ceux reconnus internationalement sur la surface du globe avec un laisser-passer dans l’underground, les Black Milk, Guilty Simpson, Elzhi, Slum Village… Puis les ‘nobodys’ plus bas que terre, ceux au troisième sous-sol de la pyramide sociale, plus méconnus et indépendants encore, qui n’ont pas de quoi décemment vivre de leur passion. C’est là où les rappeurs et producteurs mettent les mains dans le cambouis pour s’en sortir et doublent d’efforts pour élever leur voix, c’est là d’où vient ZoTheJerk.

Lire la suite ZoTheJerk & Frost Gamble « Black Beach » @@@½

Reks « The Greatest X » @@@@


La preuve que Reks est un rappeur que l’on omet parfois de lister, on parle là de son quatrième album connu parmi neuf efforts produits. Mais quel effort! Comme d’habitude, il sert du très lourd et c’est fort dommage s’en priver. Cette fois n’attendez rien d’autre de cette bête de MC qu’à rassasier votre appétit d’ogre pour une entrecôte grillées 500 grammes de hip hop Eastcoast underground, sachant qu’une deuxième pièce vous attend juste derrière. Vous l’avez compris, The Greatest X est un double-album.

Lire la suite Reks « The Greatest X » @@@@

Guilty Simpson « Detroit’s Son » @@@@


Quand un des patrons du hip-hop underground de Detroit fait son retour en solo, il y a comme de la tension dans l’air. Guilty Simpson revient avec Detroit’s Son chez Stones Throw et c’est franchement pas pour rigoler.

Lire la suite Guilty Simpson « Detroit’s Son » @@@@

DJ EFN « Another Time » @@@½


Roi de la mixtape de Miami (plus d’une quarantaine en 20 ans!), légende discrète de la culture hip-hop, DJ EFN s’offre, et nous offre, sa première compilation officielle sur CD, édité sur sa struscture Crazy Hood Productions. Les nostalgiques des compiles rap de DJ Clue, Tony Touch ou encore Statik Selektah vont rajeunir d’une grosse dizaine d’années au moins avec Another Time ! Le titre correspond tout à fait à l’esprit ‘back in the days’. Vu le nombre incalculable de connexions qu’il a tissé au fil des années, il y a foule sur ce projet qui concrétise l’ensemble d’une carrière bien remplie. Le genre de chronique où le name-dropping tombe tous les cinq mots en moyenne. Pour l’anecdote, c’est le graphiste Skam2 (Tribe Called Quest) qui a dessiné la pochette.

Lire la suite DJ EFN « Another Time » @@@½

Skyzoo & Torae present « Barrel Brothers » @@@@


barrel brothers

Apparus dans l’underground new-yorkais dans la seconde moitié des années 2000, Skyzoo et Torae sont devenus en quelques années deux des meilleurs représentants des quartiers de Brooklyn, l’un de Clinton Hill, l’autre de Coney Island. Les voilà réunis en tant que frères d’armes, des Barrel Brothers blousons et casquettes correctement vissées, prêts à montrer les muscles et pousser des rimes tout en osant innover en matière d’instrumentaux.

Lire la suite Skyzoo & Torae present « Barrel Brothers » @@@@

Roc Marciano « Marci Beaucoup » @@@@


Roc-Marciano-Marci-Beaucoup

Pour son troisième album en quatre ans, et toujours produit par ses soins, Roc Marciano nous gratifie d’un Marci Beaucoup (french jeu de mot z’avez vu), un projet à la Roc Marcy & Friends, avec beaucoup de friends.

Lire la suite Roc Marciano « Marci Beaucoup » @@@@

Yancey Boys « Sunset Blvd » @@@½


Yancey Boys était le nom du premier album solo de Illa J, le frère cadet de feu J Dilla, John et James Yancey dans la vraie vie. Aujourd’hui, Yancey Boys est devenu le nom d’une petite confrérie regroupant Illa J donc, l’esprit de Jay Dee vivant dans des cartons d’instrus inutilisés, et Frank Nitte, un proche de la famille, moitié des Frank-N-Dank. On s’en roule une et c’est parti pour Sunset Blvd.

Lire la suite Yancey Boys « Sunset Blvd » @@@½

Tony Touch « The Piece Maker 3: Return of the 50 MC’s » @@@@


Revenons en arrière, autour des années 2000. Les mixtapes étaient encore des objets physiques rares et recherchés, sous forme de cassettes ou CDs, puis converti en mp3, disponible de manière pas très légale… Beaucoup de DJs, et de rappeurs (50 Cent en est le parfait exemple), ont profité de ce nouveau marché parallèle en forte expansion dans le rap game pour balancer de vraies exclus avant tout le monde. Ce produit self-made était…

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Apollo Brown & Guilty Simpson « Dice Game » @@@@


Et encore un album collaboratif de plus en cette fructueuse année 2012. Celui-ci est un binôme 50% Detroit, 50% Detroit, composé de l’artisan beatmaker Apollo Brown et du MC au flow nonchalant Guilty Simpson. Dice Game une sortie estampillée Mello Music Group.

Lire la suite Apollo Brown & Guilty Simpson « Dice Game » @@@@

The Alchemist « Russian Roulette » @@@½


The Alchemist est déjà de retour avec Russian Roulette, un projet qui se place dans la continuité de Vodka & Ayahuasca de Gangrene (le duo qu’il forme avec Oh No) sorti en ce début d’année 2012. Visiblement il en resté sur la partie ‘vodka’ de la chose avec ce délire russkoff. On voit bien également que travailler aux côtés d’Oh No lui a donné des idées, son confrère d’Oxnard qui a pour habitude de thématiser ses albums autour d’un pays ou une oeuvre. Alors pourquoi pas l’U.R.S.S. pour notre alchimiste caucasien?

Lire la suite The Alchemist « Russian Roulette » @@@½

J Dilla « Rebirth of Detroit » @@@½


La sortie de ce nouvel album posthume de J Dilla sonne la fin d’un long imbroglio juridique et financier pour la famille du légendaire producteur de Detroit. Pour résumer, les droits de successions des productions de J Dilla étaient bloqués ce qui explique pourquoi depuis 2008 (depuis Jay Stay Paid on dira), aucun artiste proche du rappeur (que ce soit Erykah Badu, les Roots, Common, Madlib…) n’a pu profiter de nouveaux beats, à moins qu’ils en aient bénéficiés avant sa mort comme son frère cadet Illa J, Raekwon, MF Doom ou encore Q-Tip.

De plus, la famille Yancey croulaient sous les dettes. Car avant sa disparition Dilla, qui était comme vous le savez gravement malade, a cumulé de nombreuses factures de soins médicaux et de frais hôpitaliers. Résultat la famille, déjà en difficulté, ne voyaient pas les royalties de leur fils qui servaient à rembourser ces dettes. À cause de cette situation désespérée, ils n’ont pas eu d’autres choix que de revendre leur maison. Ce n’est qu’au début de l’année 2010 qu’un accord a pu être statué avec l’administrateur en charge des successions en fondant The J Dilla Foundation, laissant les droits d’utilisations du catalogue de J Dilla aux divers membres de sa famille, notamment sa mère Maureen ‘Ma Dukes’, qui s’est longtemps battue pour que son défunt fils puisse vivre à travers sa musique.

Lire la suite J Dilla « Rebirth of Detroit » @@@½

Oh No « Ohnomite » @@@@


C’est une habitude depuis Exodus Into Unheard Rhythms, Oh No opte pour une solution économe pour conceptualiser ses albums : sampler une oeuvre spécifique ou le catalogue d’un artiste en particulier, ou alors des musiques provenant d’une région du globe bien précise. Pour ce nouvel exercice, Michael Jackson (de son vrai nom) a eu l’autorisation de fouiller la discothèque de Rudy Ray Moore, musicien et acteur afro-américain disparu en 2008, à qui l’on doit des films comme Dolemite, d’où le titre : Ohnomite.

Lire la suite Oh No « Ohnomite » @@@@

The Quakers « Quakers » @@@@


Le label Stones Throw nous gratifie d’une des sorties less plus intéressantes du moment. À force c’en devient quasiment un pléonasme. Le nom de cet album éponyme, Quakers, est d’ailleurs très bien trouvé, doublé d’une pochette très évocatrice : le béton tremble parce que l’underground gronde pour arriver à la surface ! Pour résumé le concept : Geoff Barrow des Portishead, son ingénieur du son et Ashley Anderson alias Katalyst ont réalisé 41 beats et composé avec une trentaine de MCs. Dernier argument : les instrumentaux ont été repris pour la bande-son du film de Banksy Exit Through the Gift Shop.

Lire la suite The Quakers « Quakers » @@@@

Union « Analogtronics » @@@@½


Les mariages dans la musique ont ce pouvoir d’effacer les barrières entre les genres et même les époques, et de ces mariages parfois multiples naissent des merveilles de créativité comme d’étrangetés. Mêlant savoureusement Soul Hop et Electro en Lo-Fi, Analogtronics est un de ces fruits d’expérimentations de la musique urbaine que J Dilla, grand inspirateur et précurseur – pourrait-on dire – de ce créneau, n’aurait certainement pas renié.

Lire l’interview sur Now Playing »

Lire la suite Union « Analogtronics » @@@@½

Madlib – Medicine Show #12 « Raw Medicine (Madlib Remixes) » @@@@


Hé ben ça y est, nous y voilà au douzième et tout dernier numéro de Medicine Show de Madlib. Pour clore en beauté, le samplo-maniaque d’Oxnard nous a concocté pas mal de jolies surprises sous forme de remixes. Mais genre des remixes que personne n’aurait jamais pu imaginer, sauf lui bien entendu.

Lire la suite Madlib – Medicine Show #12 « Raw Medicine (Madlib Remixes) » @@@@