Archives du mot-clé Scram Jones

Jadakiss « Top 5 Dead or Alive » @@½


A-HAAAA ! Non ce n’est pas ta grand-mère qui rit, c’est Jadakiss qui est content de vous présenter son quatrième solo en major (ah ouais), soit un disque tous les quatre ans en moyenne (grosso modo). Top 5 Dead or Alive, ce n’est pas seulement un titre d’album, c’est l’objectif de toute une carrière (wesh), celle de figurer dans les quinté meilleurs MCs ayant foulé cette planète. He ben ce n’est pas avec cet album qu’il va y accéder (arg).

Lire la suite Jadakiss « Top 5 Dead or Alive » @@½

Capone-N-Noreaga « LESSONS (deluxe edition) » @@@@


Il y a ce duo issu du Queens que tout le monde connaît bien à l’international : les Mobb Deep. Il y a vingt ans aussi que co-existe un autre tandem venu des ces mêmes projects et qui est tout aussi fameux, Capone-N-Noreaga (ou les CNN si vous préférez). Ils sortent aujourd’hui LESSONS, un 5e album riche en enseignements et qui sort chez Penalty Records, le label qui a édité leur classique War Report.

Lire la suite Capone-N-Noreaga « LESSONS (deluxe edition) » @@@@

Raekwon « Fly International Luxurious Art (F.I.L.A.) » @@½


Le nom de Raekwon incite respect de plus total et unanime, celui que l’on doit au ‘chef’ du Wu-Tang Clan et auteur du classique Only Built 4 Cuban Linx et sa séquelle qui devrait acquérir ce statut, si ce n’est déjà le cas. D’une certaine manière, il a été aussi l’uns des initiateurs de ce qu’on appelle parfois le cocain rap.

Lire la suite sur Now Playing Mag

Diamond D « The Diam Piece » @@@


Diamond D est en quelque sorte le ‘D’ du légendaire crew new-yorkais des D.I.T.C. (‘Diggin in the Crates’ pour les non-connoisseurs), un collectif qui, durant la seconde moitié des années 90 jusqu’en 2000 où est paru leur album éponyme, rassemblait des légendes telles que Big L (RIP), Fat Joe, Showbiz & Andre the Giant, O.C. et les producteurs Lord Finesse, Buckwild et donc Diamond D.

Le groupe a bien tenté une percée huit ans plus tard avec The Movement, malheureusement l’aspect légendaire appartenait déjà au passé, le D.I.T.C. n’est pas une institution comme le Wu-Tang. Les membres (Fat Joe évidemment, Diamond D,…) avaient cependant plus d’écho sur leurs projets solos ou en binôme (Buckwild avec Celph Titled, Oasis d’A.G. & O.C.). Diamond D, quant à lui, est revenu pour la rentrée 2014 avec The Diam Piece, un album suspendu en ce temps où le rap était respecté pour le fond et la forme.

Lire la suite Diamond D « The Diam Piece » @@@

Troy Ave « New York City: The Album » @@@½


Un petit nouveau dans le rap game : Troy Ave, rappeur originaire de Crown Heights et ex-signataire du label Def Jam. Traçant son chemin sur le marché des mixtapes, il emboîte le pas avec un premier album qui représente sa ville : New York City. Et il a bien l’intention de montrer qu’il a les épaules pour.

Lire la suite Troy Ave « New York City: The Album » @@@½

Styles P « Float » @@@


Float est le second disque en six mois de Styles P après le pas terrible terrible The World most Hardest MC Project, dans un format similaire à celui-ci, soient une dizaine de morceaux plutôt courts. Ce nouveau projet est intégralement produit par Scram Jones, beatmaker new-yorkais qui a travaillé pour C-N-N, Ghostface, Rhymefest, Saigon, Raekwon et un tas d’autres. On peut pas décrire cet album plus simplement.

Lire la suite Styles P « Float » @@@

Statik Selektah « Population Control » @@@½


Voici venir la livraison annuelle de Statik Selektah intitulée Population Control et publiée chez Duck Down Records. La formule de ce quatrième album du producteur de Boston reste la même, avec son lot d’habitués (Termanology, Reks, Talib Kweli, Styles P, Saigon, Bun B, Sean Price, Joell Ortiz, Colin Munroe, Skyzoo), les rookies du moment (Action Bronson, XV, Jon Connor, LEP Bogus Boys, Dom Kennedy, Rapsody, Mac Miller, Pill de Maybach Music, Smoke DZA, Big K.R.I.T…) et d’autres figures comme Brother Ali, les Strong Arm Steady, le rappeur chrétien Lecrae et Scram Jones.

Lire la suite Statik Selektah « Population Control » @@@½

Raekwon « Shaolin vs Wu-Tang » @@@@


Le concept de cet album a germé dans la tête de Raekwon juste avant la sorti de 8 Diagrams du Wu-Tang Clan : produire un album estampillé Wu-Tang SANS RZA, à qui on lui reprochait de trop asseoir son contrôle sur la troupe de guerriers de Staten Island. Par ce crime de lèse-majesté, Raekwon est par conséquent devenu le chef de la rébellion Shaolin en se soulevant contre l’Abbé du Clan.

Depuis cet affront, la réputation de Rae ne s’est que consolidée ces dernières années par ses multiples sollicitations dans le rap game (jusqu’à figurer sur le remix de Justin hum Bieber…) et son nouveau classique Only Built 4 Cuban Linx 2. Le moment était propice pour lancer son attaque avec Shaolin vs Wu-Tang.

Lire la suite sur Streetblogger.fr

Saigon « The Greatest Story Never Told » @@@@½


Et dire que The Greatest Story Never Told n’a failli jamais voir le jour… Enregistré entre 2005 et 2007 et repoussé de multiples fois par Atlantic Records, ce premier album de Saigon aurait pu (du?) connaître un sort funeste. À force de persévérance, lui et Just Blaze ont pu mettre un terme définitif à cinq longues années d’attente, en livrant cet album – et c’est très rare pour être cité – presque dans la version prévue à l’origine. La vérité peut enfin être révélée. Lire la suite Saigon « The Greatest Story Never Told » @@@@½

Ghostface Killah « Apollo Kids » @@@@


Plus les années passent, plus Ghostface Killah se raccroche à ses racines underground. Paradoxal de la part d’un rappeur signé chez Def Jam ? Pas tout à fait car si on veut sortir un album strictement hip-hop dessus (autrement dit sans aucun single radio), la condition est de devoir tourner le dos à toute promotion associée.

C’est le choix qu’a opté Ghostface s’il voulait conserver son intégrité en tant que MC et s’il a décidé que Apollo Kids (titre repris d’un des standards de Supreme Clientele) aborde un retour aux sources du son Wu-Tang sans l’aide de RZA, qu’il en soit ainsi. Connaissant son caractère bien trempé, mieux vaut ne pas chercher à négocier. Le plus important est que ça plaise aux supporters de la première heure.

Lire la suite Ghostface Killah « Apollo Kids » @@@@

Fat Joe « The Darkside vol.1 » @@@½


Quelle daube c’était J.O.S.E. 2, rholala… Le Gros Joe avait touché le fond, et faut arrêter de dire que c’est la faute des prods. 50 Cent a beau le beefer, de toute façon la crédibilité du Don Cartagena était en lambeaux depuis qu’il promettait de sortir de bons disques. La donne a changé, il est loin le souvenir du Fat Joe présentateur de Pimp My Ride Europe en Hollande, en plus les majors l’ont lâché, euh… Même les D.I.T.C ont ressorti un album sans faire appel à ses services. Au bout d’un moment, quand le pire est passé, les choses finissent forcément par aller mieux.

Il suffisait pourtant de peu pour que Fat Joe redresse la tête, il fallait juste arrêter de penser renouer un jour avec le succès qu’il a vécu il y a dix ans. Point de départ d’une trilogie, Darkside vol.1 est potentiellement son meilleur album depuis le début du millénaire.

Lire la suite Fat Joe « The Darkside vol.1 » @@@½

Capone-N-Noreaga « The War Report 2 : Report The War » @@@@


Les audiences de Channel 10 lancé l’an dernier par Capone-N-Noreaga après neuf années de séparation (ponctuées par autant de street-albums foireux et de balais derrière les barreaux pour Capone) n’ont pas été au beau fixe. Le plus important était de passer le message selon lequel le duo de LeFrak est sorti de son silence radio avec un album satisfaisant.

Pour booster leur médiatisation, les C-N-N se sont associés avec H2O Records, à travers la personne estimable de Raekwon, et même Busta Rhymes pour livrer la séquelle de leur classique War Report. Sachant que Raekwon, co-producteur exécutif de War Report 2 donc, avait réussi haut la main son pari avec Only Built 4 Cuban Linx 2, j’étais en droit, en mon coeur de puriste, d’en attendre autant de Report the War (le sous-titre de ce 4e LP) de Capone et Noreaga, au moins à la hauteur de l’engouement suscité par cette suite très anticipée.

Lire la suite Capone-N-Noreaga « The War Report 2 : Report The War » @@@@

Meth●Ghost●Rae « Wu-Massacre » @@@½


Juste après la sortie de Only Built 4 Cuban Linx 2, Raekwon avait confirmé qu’un album en commun avec Method Man et Ghostface Killah était sur les rails. On en voit des tonnes chaque années des annonces sur des improbables collaborations qui n’en restent qu’au stade spéculatif (T-Wayne, Juelz Santana & Lil Wayne, CRS avec Pharrell, Kanye et Lupe Fiasco, etc…).

Toutefois, le Chef Raekwon n’a qu’une seule parole dont personne n’oserait mettre en doute. Il a promis un classique (comme un tas d’autres rappeurs qui ne savent plus quoi inventer pour vendre leurs disques), il en a sorti un pour de vrai, lui, alors s’il dit qu’il y aura un disque de Rae/Ghost/Meth, il y en aura un. C’est dit, c’est fait, c’est sorti ! Pas dans de bonnes conditions, puisque Wu-Massacre souffre d’une certaine ambiguité, sur le fond et sur la forme.

Lire la suite Meth●Ghost●Rae « Wu-Massacre » @@@½

Styles P & DJ Green Lantern « The Green Ghost Project » @@@½


DJ Green Lantern aka The Evil Genius x Styles P aka The Ghost = The Green Ghost Project. Sur le papier, cette association à la 9th Wonder & Buckshot s’annonce bouillante. Ajoutez à cela des productions, en plus de celles de Green Lantern, de Scram Jones, Vinny Idol, Buckwhild, Alchemist et Statik Selektah, et vous avez entre les oreilles un produit new-yorkais hautement inflammable. Encore plus street et toujours fidèle à son block du Yonkers (D), le MC des Lox revient à la place qui lui a toujours convenu, et de ce fait, il suit le chemin inverse des rappeurs qui aspirent à aller de l’underground vers le mainstream. Ce street-album officiel sera-t-il son meilleur album ?

Lire la suite Styles P & DJ Green Lantern « The Green Ghost Project » @@@½

Saigon « Warning Shots 2 » @@@


Bon et ben… c’est pas demain la veille qu’on verra The Greatest Story Ever Told dans les bacs. Faute de mieux, faudra se contenter de ce street-album Warning Shots 2, le premier CD de Saigon depuis… bah Warning Shots sorti en 2005. Hmmm, s’il n’y a que ça à se mettre sous la dent, on se contentera pour l’instant de ce second pré-album de ce newcomer de longue durée dont l’issue paraît de plus en plus incertaine.

Lire la suite Saigon « Warning Shots 2 » @@@