Archives du mot-clé Kendrick Lamar

Nipsey Hussle « Victory Lap » @@@@


Nipsey Hussle n’usurpe pas son nom, toute sa vie a été dédiée au  hustle et rien d’autre. Pendant plus d’une dizaine d’années dans le game, le Slauson Boy a bâti sa réputation et son entreprenariat grâce au marché des mixtapes, une campagne qui a démarré sérieusement à partir de The Marathon et dont ses sorties les plus fameuses, Crenshaw et Mailbox Money, se sont vendues à prix d’or pour les copies physiques, les bénéfices terminant sur le bilan comptable de sa structure (qui porte bien son nom également), All Money In No Money Out.

Élargissant ses finances, son audience et son influence projet après projet, cet acteur -et actuel conjoint de l’actrice Lauren London- devenu incontournable dans le paysage californien a obtenu ainsi le respect de nababs comme Jay-Z et Diddy. Mais par dessus tout, Nipsey avait depuis le début un plan en tête : tout était calculé pour l’enregistrement de Victory Lap. Maintes fois repoussé, ce premier album en major (avec un deal sur-mesure chez Atlantic) est l’ultime étape de carrière, une vraie récompense pour tout ce travail au long cours.

Lire la suite Nipsey Hussle « Victory Lap » @@@@

Cozz « Effected » @@@½


Cody Osagie, dit Cozz, appartient au roster de Dreamville Records depuis 2013-2014 environ. Rapper californien de son état, il vient de publier Effected, un second album qui fait logiquement suite à Cozz & Effect. Des intéressés? Il y a Kendrick Lamar, J.Cole et Curren$y en featuring…

Lire la suite Cozz « Effected » @@@½

TDE « Black Panther : The Album » @@@@


Black Panther est assurément le gros carton cinéma de ce premier trimestre 2018 et il fallait un album qui puisse culminer dans les mêmes sphères que le film Marvel et tout ce qu’il représente. Si l’annonce de la prise en charge de ce projet par le label Top Dawg Entertainment s’est faite en tout début d’année, les travaux étaient déjà à un stade bien avancé puisqu’au mois d’août dernier, 50% du job était déjà fait, alors que l’équipe était en tournée pour défendre DAMN. C’est Ryan Coogler, le réalisateur de Black Panther, qui a approché Kendrick Lamar pour la confection de l’album du film. Meilleur choix pour les combats qu’il mène au sein de la culture hip-hop et son talent immense, Kung-fu Kenny redevenu King Kendrick a totalement rempli le contrat.

Lire la suite TDE « Black Panther : The Album » @@@@

N*E*R*D « NO_ONE EVER REALLY DIES » @@@@


Fin 2010, les N*E*R*D* sortaient Nothing, un opus d’une dizaine de chansons qui, en dehors d’une petite poignée de titres divertissants et une collaboration remarquée avec Daft Punk, a suscité l’enthousiasme d’un groupe qui recyclait sa musique, signe d’une arrivée en bout de course. Il fallait posséder la version US avec ses quatre tracks supplémentaires pour y trouver son compte (et encore). Avec le recul, Nothing marquait la fin d’une époque pour Pharrell Williams, Chad Hugo et Shay Haley, car ce fut donc leur dernier projet sur leur label historique Star Trak et leur dernier produit sous leur nom immortel The Neptunes. D’autres extraits des NERD ont fait surface depuis pour la soundtrack de Bob l’Eponge notamment, une tournure pop qui n’était pas un bon signal pour l’avenir du trio. Sept ans plus tard, l’éternel jouvenceau Pharrell impulse un retour de sa bande par le biais de son nouveau label I am OTHER et le résultat de ce travail, qu’il a entièrement produit, a donné ce cinquième album épo-acronyme NO_ONE EVER REALLY DIES. Plus qu’un retour, un vrai nouveau départ.

Lire l’article complet sur anotherwhiskyformisterbukowski.com →

Lire la suite N*E*R*D « NO_ONE EVER REALLY DIES » @@@@

Jeezy « Pressure » @@@


Pour les nombreux d’entre vous qui ce 15 Décembre 2017 ont été terriblement déçus par Revival d’Eminem et le retour des N*E*R*D, il y avait moyen, au milieu de ce tumulte, de se rabattre sur la sortie de Pressure, nom de ce huitième album en major de (Young) Jeezy chez Def Jam. Avec une motivation intacte depuis plus d’une douzaine d’années, le rappeur d’Atlanta avait de quoi séduire grâce à son casting all-star. Ben pas de pot…

Lire la suite Jeezy « Pressure » @@@

Rapsody « Laila’s Wisdom » @@@@½


Quand la MC Rapsody s’est émancipée de sa fraternité des Kooley High avec son EP Black Mamba en 2012, on savait qu’elle était déjà promise à un bel avenir, un avenir aussi beau que son premier album chez Jamla Records The Ideal of Beautiful, le bien nommé, sorti quelques mois après et réalisé par 9th Wonder. Le célèbre producteur avait absolument raison de croire en elle plus que quiconque. Et pour preuve, cinq ans plus tard, ce destin était présent au rendez-vous pour permettre à notre wonder woman de briller avec ce second opus Laila’s Wisdom, en partenariat avec Roc Nation et la compagnie de stars comme Kendrick Lamar, Anderson .Paak, Busta Rhymes ou encore BJ The Chicago Kid.

Lire la suite Rapsody « Laila’s Wisdom » @@@@½

Vince Staples « Big Fish Theory » @@@@


Après avoir mis le feu à la baraque avec l’EP Hell Can Wait, le jeune Vince Staples est revenu l’été 2015 pour évoquer dans une chaleur étouffante les souvenirs de la période estivale de 2006 (Summertime ’06). Le mois de juin caniculaire était un prélude pour nous préparer au retour de notre pompier-pyromane de Long Beach avec un des albums de cet été 2017, Big Fish Theory (ARTium Recordings/Black Smith/Def Jam). Mais pas très rap « rap » comme vous pourrez l’entendre, encore moins westcoast, le rappeur a négocié le virage du second album en driftant sur la voie de l’électro.

Lire la suite Vince Staples « Big Fish Theory » @@@@

SZA « Ctrl » @@@@


Si SZA a bien appris une chose au sein de l’équipe TDE, la team de choc de Kendrick Lamar, ScHoolboy Q et consorts, c’est que la patience est une vertu. Des mois que la jeune chanteuse de 26 ans trouvait que ça ramait trop pour sortir ce premier album studio, se connectant sur Twitter pour partager son mécontentent en 140 caractères jusqu’à menacer de rage quit l’industrie du disque, ce à quoi répondait Punch, son boss, que tout était tout était sous contrôle afin tempérer notre artiste.

Fin de l’atermoiement, Crtl est maintenant prêt à se télécharger en format numérique sur vos disques dur, les enceintes ou écouteurs branchés sur ‘output’. Merci de cliquer sur ‘Lire la suite’ si vous lisez depuis la page principale du site.

Lire la suite SZA « Ctrl » @@@@

Kendrick Lamar « DAMN. » @@@@


Alleluia, King Kendrick est revenu parmi nous avec son troisième album chez Aftermath. Dayumn! D’accord, le rendu final n’a pas la gueule de la tracklist inventée par un fan promettant un orgasme auditif avec des noms comme Kanye West, Q-Tip, Andre 3000, Thundercat et D’Angelo, aucun de ces noms n’y figure. Faut se l’avouer, cette hypothétique tracklist nous avait tous surexcités peu après l’extrait « Heart 4 » qui nous donnait un mystérieux rendez-vous pour le 7 Avril, rendez-vous qui fut ajourné au vendredi suivant, le 14.

Illustré par cette pochette semblable à une couv’ de magasine, DAMN. a été, le jour même de sa sortie, aussitôt sacralisé (le terme ‘classique’ était déjà lâché sur les RS) et fait l’objet de théories (pas si farfelues soit-dit en passant) autour d’un possible second album (parce que GOD/DAMN, DAMN/NATION), ce qui en soi n’a plus rien d’impossible en 2017. Pour mettre les choses au clair, l’intéressé a réfuté cette possibilité. Et tant qu’à mettre les choses au clair, ‘Damn’ ne se lit pas au sens du juron (« mince », NdT), il a fallu lire les récentes interviews de monsieur Lamar qui expliquait que la religion était l’élément central de ce nouvel opus pour comprendre que le titre se lit par « damné », « satané ». Être Kendrick, marcher sur ce destin extraordinaire, ce n’est pas simple.

Lire la suite Kendrick Lamar « DAMN. » @@@@

Mike WiLL Made-it « Ransom 2 » @@@


Future, ScHoolboy Q, Rick Ross, Mariah Carey, 2 Chainz, Juicy J, Miley Cyrus, Jeezy, Ludacris, Gucci Mane, Puff Daddy et même Jay-Z et Beyoncé, tous ces artistes ont en commun d’avoir fait appel à celui dont les beats sont précédés du fameux slogan « Mike Will made it ». Bien qu’il ait cette capacité de jouer les caméléons en mettant les pieds aussi bien dans le r&b ou la pop, Mike Will est reconnu pour être un acteur devenu incontournable de la trap music, au point d’avoir une réputation de tueur, au même titre que des Zaytoven ou plus récemment le jeune Metro Boomin’ (qui commence peu à peu à lui faire de l’ombre). Ransom 2 est le premier album portant sa signature.

Lire la suite Mike WiLL Made-it « Ransom 2 » @@@

Thundercat presents « Drunk » @@@@½


Au début de sa modeste carrière, Stephen Bruner n’était crédité que pour ses dons de bassiste pour des artistes allant des membres des Sa-Ra à la reine Erykah Badu. Mais ça ne suffisait pas, son potentiel artistique lui réclamait de créer sa propre musique, un potentiel que ce sorcier de Flying Lotus a vu, lu et cru en lui. FlyLo le signe sur son label Brainfeeder, lui produit ses deux premiers albums apocalyptiques alors qu’une complicité s’installait entre eux deux, puisqu’ils n’ont eu de cesse de collaborer l’un pour l’autre, avec à chacune de leurs créations un émerveillement certain.

Lire la suite Thundercat presents « Drunk » @@@@½

A Tribe Called Quest « We Got It From Here… Thank You 4 Your Service » @@@@½


La dernière fois que les légendaires A Tribe Called Quest ont sorti un album, c’était en 1998 avec The Love Movement, cinquième classique d’une discographie exceptionnelle. Putain, dix-huit ans ! Une frange du public portait des couches, mangeait ses crottes de nez ou salissait ses draps quand cet album est sorti. En cette sombre année 2016, voilà que le groupe fait son grand retour avec un sixième opus, le final We Got It From Here… Thank You 4 Your Service. Au grand complet s’il-vous-plaît et surtout, fidèles à eux-mêmes. Trop beau pour être vrai ? Et pourtant.

Lire l’intégralité de l’article sur SURLmag.fr →

Danny Brown « Atrocity Exhibition » @@@@


Que ça a été long d’attendre le successeur de Old. Cet opus-ci nous avait permis de diagnostiquer trois ans plus tôt à quel point Danny était bipolaire et complètement tordu, que ce soit dans ses textes ou les choix d’instrumentaux. Le rappeur de Detroit n’a pas peur des excès tant qu’il reste en vie pour rapper des trucs de ouf. Cette fois avec Atrocity Exhibition, qui sort chez Warp et non plus Fool’s Gold, mister Brown pousse le bouchon un peu plus loin.

Lire la suite sur SURLmag.fr →

Mac Miller « The Divine Feminine » @@@@


Les rappeurs blindé de thunes n’ont plus le temps de parler des difficultés de la vie, que ce soit dans les quartiers ou dans une famille sans le sou, des efforts à fournir pour s’en sortir, etc… Avec un ascenseur social menant vers les sommets, leur lifestyle change du tout au tout avec les chiffres qui s’accumulent sur le compte en banque. Comme le disait Rakim « Hip Hop ain’t where you from, it’s where you at ». Et quand tu te trouves à toucher les nuages, subitement devenu capitaliste ultra-libéral, ce sont les mêmes sujets qui viennent, ces réponses à « que vais-je faire de toute cette oseille » : acheter des grosses bagnoles de luxe, inviter des postbad instagrameuses et parler d’amour/sexe. Le rappeur de Pittsburgh Mac Miller y consacre tout son quatrième album, se sentant l’âme d’un poète transi d’amour, tel un Julien Clerc casquette à l’envers chantant « wesh meufs, je vous kiffe« .

Lire la suite Mac Miller « The Divine Feminine » @@@@

Travi$ Scott « Birds in the Trap sing Brian McKnight » @@@½


« Rodeo est la bonne surprise de la rentrée 2015, mais on ne sait quoi penser de ce Travi$ Scott. Il laisse cette impression d’être le gars qui était là au bon endroit, au bon moment, avec le bon entourage. Sa mixture tient la route jusque que sur la Westside, perché entre fastlife et highlife. » Telle était la conclusion de ma chronique de Rodeo sorti l’an passé, un premier album hyper bien produit (surfait?) grâce à un Mike Dean déterminant. À peine le temps de digérer ce premier opus que Travis remet ça avec Bird in the Trap sing Brian McKnight, n°1 aux US la semaine de sa sortie.

Lire la suite Travi$ Scott « Birds in the Trap sing Brian McKnight » @@@½