2 Chainz « Rap or go to the league » @@@½


Grâce à Pretty Girls Like Trap Music, celui qui porte deux colliers en or a pu accrocher une deuxième galette de platine au dessus de sa cheminée. Force est de constater que 2 Chainz s’améliorait d’album en album, mettant de fait une pression supplémentaire sur ce quatrième opus Rap Or Go To The League, dont le titre était annoncé l’an dernier. Il faut frapper fort, marquer les esprit, continuer sur cette lancée et ça s’est fait par une annonce qui n’était pas qu’un coup de comm’ magistral : LeBron James en tant que producteur éxécutif. Oui, le légendaire athlète et joueur de basketball qui foule les parquets cette saison avec le maillot jaune et violet de la mythique équipe Lakers de Los Angeles.

Rien d’extraordinaire en soi, puisque le rôle de LeBron se limitait dans la sélection de titres. En revanche, pas de Dr Dre dans le personnel, fausse joie après avoir aperçu leur photo balancée sur Instagram. Là pour le coup ce fut un coup de comm’. En revanche on retrouve dès la première track le collaborateur de Dre et Anderson .Paak, Dem Jointz, sur le solennel « Forgiven » avec son refrain béni par Marsha Ambrosius. C’est bien parti pour une petite série de trois tracks soulful avec la suite « Threat 2 Society« , servi par une crème de sample dont on reconnaît aisément la louche de 9th Wonder, et « Money In The Way » produit par Buddah Bless, qui a du beaucoup écouter Graduation de Kanye West pendant qu’il a conçu ce beat victorieux.

C’est après que les choses retrouvent une certaine normalité, avec un passage obligé par de la trap, avec notamment les featurings banalisés de Travis Scott (« Whip« ) et Young Thug (« High Top Versace« ) mais comme cette trap est certifiée AOC (pour dire autrement, made in ATL), ça passe sans difficulté (« NCAA » wow avec sa guitare électrique). Plus loin on se retrouve face à deux morceaux plus westcoast, le smooth « Girl’s Best Friend » avec Ty Dolla $ign (clin d’oeil à Marylin Monroe) et « Two Dollar Bill » servie avec sa sauce moutarde à Lil Wayne et E-40 qui fournissent chacun de très bonnes presta. Entre temps, un banger signé Pharrell Williams, « Momma I Hit A Lick » avec un gros client pour la seconde partie du morceau : Kendrick Lamar. Le schéma de l’instru est relativement proche d’un banger qui a cartonné dans les années 2000, le fameux « Touch It » de Busta Rhymes, avec une alternance entre passage de grosses caisses où ça hausse le ton, puis un autre plus bassy où ça rapport moins fort, à la limite du mumble rap. Pas une surprise d’entendre un cross-over r&b, « Rule The World » avec la star des jeunes Ariana Grande, sur une prod qui, pour déclencher le coup de coeur, use d’un sample de « Why Don’t We Fall In Love » d’Amerie.

Quand Rap Or Go To The League retrouve son cap défini en début d’album, on découvre ce 2 Chainz sérieux et très personnel, ce bonhomme de College Park qui a début de sa vie a du faire un choix de carrière entre le rap et le basket pour sortir de la délinquance, pour le rap avec la carrière ascensionnelle qu’on a pu observer. C’est pour ça qu’on aime l’écouter sur des titres comme, « Threat 2 Society« , « I Said Me » et « I’m Not Crazy, Life Is » (avec Chance the Rapper et Kodak Black). À noter que l’ex Tity Boy prend toujours le soin de très très peu évoquer son passage chez Disturbing Tha Peace et sa relation avec Ludacris. L’autre point à retenir de ce quatrième album solo est que : ça sonne Atlanta, à fond. Actuellement, à mon sens, 2 Chainz en est, à l’heure actuelle, son meilleur représentant, le plus populaire et le plus divertissant.

Sans trop de surprise, 2 Chainz est bonne place pour être le MVP de 2019. Def Jam a fièrement annoncé le démarrage à la première place du top Top R&B/Hip-Hop. Rap Or Go To The League est un bon album, succession de morceaux divers et variés, qui a tout pour plaire. Mais rien n’y fait, j’ai l’intime conviction que ça méritait d’être bien meilleur car il manque un véritable fil directeur et de tracks hors-normes, à l’image de ce grand gaillard. Ceci répond à la question de savoir si un sportif de très haut niveau peut s’improviser DA : « mouais… »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.