Archives du mot-clé Rhymesayers

Prof « Pookie Baby » @@@@½


Qui c’est ce gus? Pas un petit rappeur semble-t-il, bien que de prime abord il n’a pas trop trop la tête de l’emploi. Encore inconnu pour pas mal d’amateurs de rap, Prof en est pourtant avec Pookie Baby à son cinquième album, le second chez la structure indépendante Rhymesayers qui a beaucoup, beaucoup fait de promotion pour cet album depuis début 2018 comme si c’était la nouvelle star du label. Plus sérieusement, c’est vraiment le cas, chez lui, dans le Minnesota en ayant vendu 200 000 (!) albums avec ses propres moyens jusqu’en 2013 et vous allez comprendre pourquoi avec ce disque, comment Prof a acquis les locaux à sa cause, et maintenant, vous.

Lire la suite Prof « Pookie Baby » @@@@½

Evidence « Weather or Not » @@@@


« La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, mais d’apprendre à danser sous la pluie », cette phrase de Sénèque convient parfaitement à la philosophie de Evidence. Maintenant père et plus vieux, le MC Left Coast conclut en cet hiver 2018 sa trilogie pluvieuse ‘Weatherman’ avec  Weather or Not (Rhymesayers). Sortez vos parapluies, parce que EV reste très rap lui en ces temps maussades.

Lire la suite Evidence « Weather or Not » @@@@

Brother Ali « All the Beauty in this Whole Life » @@@@


Après quatre ans de silence radio, Brother Ali reprend du service avec All the Beauty in this Whole Life, toujours sur le label Rhymesayers pour qui il voue une haute fidélité. Haute fidélité comme le hip-hop que lui, Atmosphere et les autres membres de la structure indépendenante propose depuis deux décennies. Et en parlant de fidélité, ou de loyauté si vous préférez, Ali a retrouvé ses vieilles habitudes en sollicitant Ant (le producteur d’Atmosphere) pour l’intégralité de la production de ce 6e album, Jake One étant trop occupé par son side-project funk Tuxedo.

Lire la suite Brother Ali « All the Beauty in this Whole Life » @@@@

Atmosphere « Fishing Blues » @@@@


Quel parcours les amis. L’infatigable duo de Minneapolis cumule presque vingt ans de carrière en indépendant en ayant bâti une bien belle discographie. Initialisée en 1997 avec Overcast!, elle compte le classique God Loves Ugly et l’indispensable You Can’t Imagine How Much Fun We’re Having, avec le point culminant atteint par l’imprévu succès commercial de When Life Gives You Lemons, You Paint That Shit Gold en 2008 qui a scellé leur longévité. Et neuf ans plus tard, nous voilà avec ce Fishing Blues paru cet été, un album qui regarde à la fois derrière et devant eux.

Lire la suite Atmosphere « Fishing Blues » @@@@

Dilated Peoples « Directors of Photography » [deluxe edition] @@@@


Huit ans qu’un de nos groupes de rap favori n’avait pas publié d’album, cela commençait à faire sérieusement long. Depuis 2006 et leur dernier album en major 20/20, les membres des Dilated Peoples ont entamé des carrières en solo avec plus ou moins de succès, celle d’Evidence ayant connu un grand intérêt. EV aillant sorti plusieurs projets chez le label indie hip-hop Rhymesayers (son album Cats & Dogs et Lord Steppington avec Alchemist), il rameute ses deux vieux amis DJ Babu et Rakaa Iriscience pour un cinquième album synonyme de maturité.

Lire la suite Dilated Peoples « Directors of Photography » [deluxe edition] @@@@

Atmosphere « Southsiders » @@@½


atmosphere-southsiders

Huitième livraison pour notre couple co-fondateur du label Rhymesayers Entertainment. Le duo Atmosphere compte bien assumer leur rôle de vétéran du hip-hop indépendant avec Southsiders. Slug et Ant, un mariage qui fonctionne toujours. Nos deux quadras continuent de représenter Minneapolis, peu importe la météo et où ils vont.

Lire la suite sur Now Playing Mag

Step Brothers « Lord Steppington » @@@@½


Le millésime rap 2014 commence fort, très fort, avec notre duo Step Brothers. Cela faisait des mois, que dis-je, quelques années que les vieux frères Alchemist et Evidence (Dilated People) devaient nous pondre un album collaboratif, depuis le temps qu’ils se côtoient !

Lire la suite Step Brothers « Lord Steppington » @@@@½

P.O.S « We Don’t Even Live Here » @@@@½


P.O.S. n’est pas ton MC ordinaire. Depuis ses débuts, ce multi-instrumentiste originaire de Minneapolis et membre des Doomtree cultive un autre vision de la musique rap, dite alternative. En effet le long de sa carrière, il a développé sa propre contre-culture au sein même de la cuture hip-hop. We Don’t Even Live Here, son quatrième opus, franchit une nouvelle étape, en travaillant étroitement avec Andrew Dawson, ingé son de Kanye West, et Boys Noize.

Lire la suite de la chronique sur Now Playing →

Brother Ali « Mourning in America and Dreaming in Colors » @@@@½


Il est blanc, il est albinos, il est musulman, ancien SDF et il est américain. Brother Ali a tout d’une anomalie dans ce bas monde. Ce qui ne l’a pas empêché depuis une décennie d’être devenu l’un des rappeurs indé les plus respectés et appréciés du milieu. Il publie cette rentrée chez Rhymesayers son cinquième long-format, Mourning in American and Dreaming in Color, non pas produit par son collaborateur historique Ant (la moitié du duo Atmosphere) mais Jake One, producteur indépendant issu de la même maison qui n’a à rougir de son CV.

Lire la suite de la chronique sur Now Playing →

Aesop Rock « Skelethon » @@@½


Si vous avez cru lire ‘ASAP Rocky’, vous pouvez d’ores-et-déjà faire vérifier votre acuité visuelle. Il est question dans cet article d’, sorcier du beat d’origine new-yorkaise qui a élu résidence depuis plusieurs années dans la ville de San Francisco. Cinq ans après None Shall Pass, il signe ici avec Skelethon son cinquième opus, édité par Rhymesayers, sa nouvelle écurie.

Lire la suite sur Now Playing →

Brother Ali « The Bite Marked Heart EP » @@@@


Avec tout ce flot de mixtapes et EP téléchargeables gratuitement qui saturent les débits sur les internets, il me devient quasi impossible de tout écouter et encore moins de chroniquer quand l’occasion se présente. C’est pourquoi j’ai décidé il y a quelques mois de ne parler que des digitalbums qui en valent la peine selon moi, comme ce fut le cas de Back to the First Time de Luda, le très bon The Big 10 de 50 Cent et puis ce free EP de Brother Ali diffusé pour cette Saint Valentin.

Lire la suite Brother Ali « The Bite Marked Heart EP » @@@@

Evidence « Cats & Dogs » @@@@½


Deux scènes rap coexistent en Californie. La scène dite communément Westcoast, que tout le monde connaît, et l’autre, parfois injustement laissée pour compte, la Left Coast. Plusieurs groupes ont émergé de cette scène-là dans les années 90, comme les Pharcyde, Jurassic 5 et évidemment les Dilated People qui a révélé Evidence, Rakaa Iriscience et DJ Babu.

Ce trio en a parcouru du chemin, que ce soit ensemble ou séparément, à passer de l’ombre à la lumière pour retourner dans l’ombre. Des trois, Evidence est sans doute celui qui le plus cumulé de kilomètres de rimes et de tours de platines, en avançant à son rythme.Il a fallu presque trois ans pour Mr Slow Flow, son autre surnom, pour la préparation de son second solo Cats & Dogs chez Rhymesayers Ent.

Lire la suite Evidence « Cats & Dogs » @@@@½

Atmosphere « The Family Sign » @@@@


Le groupe de indie hip-hop Atmosphere rempilent avec The Family Sign, leur album n°7 chez Rhymesayers Ent. Après le succès hautement significatif de leur précédent album Paint That Shit Gold And Life’ll Give You Lemons (qui a décollé de l’underground avec plus de 70 000 copies la première semaine de commercialisation s’il-vous-plaît), le duo de Minneapolis Slug et Ant a tenu à développer un ‘album-photo’ introspectif, nous plongeant dans la douce mélancolie des souvenirs.

Lire la suite Atmosphere « The Family Sign » @@@@

Freeway & Jake One « The Stimulus Package » @@@@


Freeway x Jake One = The Stimulus Package. Le MC de Philly et le beatmaker de Seattle se sont étroitement associés pour un contrat commun sous l’emblème de Rhymesayers Ent afin de relancer l’économie dans le rap game.

J’ai pu sous-tirer quelques informations auprès de Jake One (lire l’interview) dans le but de fournir aux consommateurs de rap des détails sur la fabrication de cet opus conceptuel, jusqu’au packaging ultra-original que vous pouvez observer dans cette vidéo.

Lire la suite Freeway & Jake One « The Stimulus Package » @@@@

BK-One with Benzilla « Radio do Canibal » @@@@


Quand BK-One ne joue pas des platines aux concerts de Brother Ali, il écume l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud. Et des fois il produit ses propres sons avec Benzilla. La structure indépendante Rhymesayers lui offre alors l’opportunité de sortir son premier album portant le nom Radio do Canibal, en référence à ses influences latines, en comptant sur ses nombreux contacts venus participer à ce projet : Slug, Murs, Scarface, Phonte, P.O.S., Brother Ali bien entendu, Raekwon et Black Thought des Roots pour ne citer que les plus connus.

Lire la suite BK-One with Benzilla « Radio do Canibal » @@@@