Archives du mot-clé Babygrande

Smoke DZA & Pete Rock « Don’t Smoke Rock » @@@½


Les albums collaboratifs ne sont plus des singularités épisodiques (comme Murs et 9th Wonder) ni une mode. Depuis 2012 qu’on en parle sans arrêt, c’est devenu une habitude. Il y a eu des tandems qui ont merveilleusement bien fonctionné et qui sont devenus des groupes à part entière (on pense évidemment aux Run The Jewels), d’autres qui sont des habitués à ces formes de co-existences (Blu, Apollo Brown, Madlib).

Mais à chaque fois qu’un collab LP est annoncé, l’inattendu est de mise, le fait de savoir qui taffe avec qui d’abord (surtout s’ils ont peu de choses en commun), reste à savoir quelle forme prendra l’album, comme pour une équation alchimique entre deux éléments. Ceci dit, on sait d’expérience en se basant que tous les ces collabs LP sur le marché que prédire le degré d’originalité, le degré de symbiose et la qualité générale de l’ensemble en fonction de l’inédite combinaison des protagonistes n’est pas du tout une science exacte. Léger suspens pour savoir ce qu’il en est de Don’t Smoke Rock de Smoke DZA et Pete Rock paru chez Babygrande.

Lire la suite Smoke DZA & Pete Rock « Don’t Smoke Rock » @@@½

Havoc x Alchemist « The Silent Partner » @@@@


Havoc est sans aucun doute le rappeur-producteur le plus injustement sous-estimé dans ce rap game. Pourtant on sait tous de quoi cet enfoiré est capable, et ce depuis de longues années. Durant toute sa carrière, il a été le producteur des Mobb Deep et malgré des qualités indéniables au micro, il demeurait dans l’ombre du sombre Prodigy.

Il crée néanmoins un petit événement en 2007 en livrant son premier solo The Kush mais récolte peu de lauriers. 2013 il se relance avec 13 mais repasse sous les radars avec sa suite 13 Reloaded. Il produit de temps en temps pour d’autres, son dernier fait d’arme étant une co-production sur The Life of Pablo de Kanye West mais pas de quoi se vanter, H fournit l’instru et compte les dollars. Avec ce cinquième disque produit par Alchemist, H rectifie le tir en se concentrant sur le rap.

Lire la suite Havoc x Alchemist « The Silent Partner » @@@@

Freeway « Free Will » @@@


Free Will est le nom du nouvel LP solo de Philly Freezer, plus de trois ans après Diamond in the Ruff. L’album sort chez Babygrande, la structure indépendante qui fête ses quinze ans d’existence, label qui possède dans son catalogue tout un tas de disques qui ont marqué les années 2000 comme ceux des Jedi Mind Tricks, Hi-Tek, Snowgoons ou encore le dernier opus de GZA en date. Freeway aussi a fêté ses quinze ans de carrière il y a quelques temps, carrière qui a officiellement débuté sur The Dynasty de Jay-Z. Que ça passe vite…

Lire la suite Freeway « Free Will » @@@

Army of the Pharaohs « In Death Reborn » @@@@


Army-of-the-Pharaohs-In-Death-Reborn

Il s’est passé quatre ans depuis la dernière campagne des Army of the Pharaohs, un bail ! Mais les batailles n’ont jamais cessé pour nos guerriers : Vinnie Paz a sorti deux albums solo, celui du duo Heavy Metal Kings avec Ill Bill et s’est réconcilié avec Jus Allah pour un nouvel effort des Jedi Mind Tricks (Violence Begets Violence), Apathy a enfin balancé le premier album des Demigodz l’an dernier (KILLmatic), Reef the Lost Cauze a balancé un proiet collaboratif, Esoteric idem avec 7L et Inspectah Deck (l’excellent Czarface)… Personne n’a chômé à vrai dire, les membres d’AOTP menaient sur tous les fronts. Le moment était propice pour Boxcutter Pazzy de ressortir ses troupes des sables et de les mener un nouvel assaut aussi violent qu’inattendu.

Apatha, Blacastan, Block McCloud, Celph Titled, Des Devious, Doap Nixon, Demoz, Esoteric, King Magnetic, King Syze, Planetary, Reef the Lost Cauze, Crypt the Warchild, presque tous les fidèles ont répondu à l’appel aux armes de Vinnie P pour In Death Reborn avec un seul but : encore plus de tueries, du genre à réveiller les morts. Première track, « Curse of the Pharaohs« , une vraie boucherie (signée par le franco-portugais Blastah Beatz) où les grondements du beat ressemblent à des tremblements de terre. Et il y en a 13 autres comme ça qui suivent ! Les thèmes n’évoluent pas d’un iota, tout est question de stratégies de guerre, sous n’importe quelles formes, qu’elles fassent références à l’Ancien Testament, ou qu’elles soient virtuelles (« Digital War« ) ou mafieuses (« Ninkyo Dantai« ). D’un côté, cela peut être perçu comme un reproche, de l’autre, tant mieux si ça ne change pas: on veut du sang, des boyaux, de la rate et du cerveau, peu importe. Les MCs foncent comme des gladiateurs qui n’ont rien à perdre.

Ce qui change un peu, ce sont les producteurs avec l’apparition de nouveaux noms (parfois inconnus) parmi les habitués (C-Lance, Stu Bangas, Vanderslice…). Pour les amateurs d’anime, on reconnaîtra les cris de Sangoku en pleine concentration de sa puissance sur « God’s Particule« , ça colle bien avec le côté bourrin d’AOTP.

Freeway « Diamond in the Ruff » @@@½


Notre barbu préféré de Philly revient avec un quatrième album serti de joyaux bruts, Diamond in the Ruff, édité par la compagnie indépendante Babygrande. Presque dix ans après la bombe Philadelphia Freeway, force est de constater que Freeway n’a rien perdu de son énergie et de sa fougue. C’était l’occasion pour lui aussi de faire quelques retrouvailles après son album commun avec Jake One chez Rhymesayers, le très plébiscité Stimulus Package.

Lire la suite Freeway « Diamond in the Ruff » @@@½

M.O.P. x Snowgoons « Sparta » @@@½


Les gros bras de Brownsville se sont joints aux producteurs allemands des Snowgoons pour une épopée de dix titres. Seules les têtes dures pourront encaisser le choc de Sparta, parce que les M.O.P. sont venus armés jusqu’aux dents en or pour péter la gueule. Hipsters, barrez-vous de leur chemin, vous ne faites pas de poids !

Lire la suite M.O.P. x Snowgoons « Sparta » @@@½

Jedi Mind Tricks « Violence Begets Violence » @@@½


Violence Begets Violence est le premier album des Jedi Mind Tricks réalisé sans Stoupe the Enemy of Mankind. Une séparation plus qu’un départ forcé, Vinnie Paz et Jus Allah (tous deux réconciliés sur le précédent opus History of Violence) en ont eu marre du manque d’implication de leur producteur historique Stoupe, ils ont alors pris la décision de le désolidariser du groupe et continuer sans lui. Ce n’est pas la première fois que cette situation se produit dans le rap game, le cas le plus marquant été le divorce de 9th Wonder d’avec les Little Brother. Vinnie Paz a désormais le destin tout entier des Jedi Mind Tricks entre ses mains.

Lire la suite Jedi Mind Tricks « Violence Begets Violence » @@@½

Group Home « Gifted Unlimited Rhymes Universal » @@@½


Je n’ai jamais eu l’occasion de m’exprimer pleinement sur la mort de Keith Elam, connu rapologiquement sous le pseudonyme de Guru des Gangstarr. Très sincèrement, j’ai été très attristé par sa mort, triste mais aussi amer, déçu et en colère.

J’étais triste parce que j’avais espoir que les Gangstarr se reforment à nouveau, il avait évoqué cette infime probabilité lorsque je l’avais interviewé pour Streetblogger en Octobre 2009 pour la sortie de Lost & Found. Triste aussi parce que je croyais qu’il sortirait de son coma et se rétablirait de son arrêt cardiaque survenu en Février dernier. Mais c’est alors qu’on a appris que Guru était atteint d’un cancer, longtemps caché, et le glas a finalement sonné le 19 Avril 2010, il avait 48 ans. Une pensée pour sa famille, ses proches m’a traversé l’esprit. J’étais rempli d’amertume, car le hip-hop a mis un peu plus un pied dans la tombe avec la disparition de cette véritable légende.

J’étais terriblement déçu et étonné de la faible exposition suscitée par son décès, du peu d’intérêt des magasines qui n’ont pas daigné mettre son visage en couverture. Primo a bien eu raison d’être scandalisé. C’est manquer de respect et de reconnaissance pour l’oeuvre de cette personne, de sa contribution significative, du bilan de sa carrière au sein des Gangstarr comme en solo et ses compilations Jazzmatazz. Son flow, sa voix, ses textes, son charisme, il nous manque déjà. Pour moi, Guru c’est et ça sera toujours Gangstarr et JazzMatazz, l’un des MCs qui me vient à l’esprit en premier quand je pense Hip Hop new-yorkais.

Surtout, il y a eu de trop nombreuses zones d’ombres autour de sa mort, et les derniers moments de sa carrière à vrai dire. Moi, comme vous tous j’imagine, vouent une haine inconditionnelle envers cet être abject et manipulateur, un ‘control freak’ comme on dit aux US, ce connard de Solar. En plus d’être un producteur super nul (faut entendre comment les ¾ des prods de Lost & Found sont à chier), savoir que cet homme à l’égo surdimensionné s’est permis de mentir aux fans de Guru, manger sur son dos, empêcher sa propre famille de lui rendre visite (d’où la vidéo du neveu de Guru révélant les réelles intentions de Solar) et communiquer des mensonges qui a indigné le rap game tout entier (la fameuse lettre de Guru où il est « écrit » en gros qu’il doit tout à Solar et rien à DJ Premier), tout ça m’a rendu furieux.

Heureusement, les hommages n’ont pas manqué, au point que Group Home sorte de son silence pour dédier leur nouvel album à Guru, en lui donnant son nom: Gifted Unlimited Rhymes Universal.

Lire la suite Group Home « Gifted Unlimited Rhymes Universal » @@@½

Army of the Pharaohs « The Unholy Terror » @@@@


Le détachement spécialisé en techniques meurtrières des Jedi Mind Tricks menés par le chef des armées Vinnie Paz lance un troisième assaut sanglant avec une stratégie aux rangs resserrés autour du noyau dur de légionnaires recrutés par Vinnie en personne. Mais quel sacré gros noyau : Demoz, King Syze, Reef the Lost Cauze, Crypt the Warchild, Block McCloud, King Magnetic, Planetary, Des Devious, Doap Nixon, King Magnetic et les commandants Jus Allah, Esoteric et Celph Titled. Surtout, l’Army of Pharaohs voit revenir dans ses troupes le seigneur de guerre Apathy qui avait manqué Ritual of Battle (lire la chronique). Ça rigole pas, ces gaillards-là étaient des guerriers spartiates dans une ancienne vie.

Lire la suite Army of the Pharaohs « The Unholy Terror » @@@@

Snowgoons « The Trojan Horse » @@@1/2


Les climatologues du rap ont fortement ressenti l’hiver nucléaire qui a sévi l’été 2008 en Allemagne avec Black Snow des Snowgoons [cliquez ici]. Un an plus tard les voilà qu’il redébarquent pour instaurer un climat de terreur cette fois avec une stratégie militaire datant de l’antiquité mais qui a fait ses preuves : un Cheval de Troie contenant pas moins de 19 bombes et soldats sans Foi ni loi venus du Nouveau Continent. Une nouvelle bataille sanglante et sans pitié se prépare, et dont seuls les plus forts d’entre nous survivront.

Lire la suite Snowgoons « The Trojan Horse » @@@1/2

D-BLock presents POOBS « Prepare For Glory » @@


Un de perdu, dix de retrouvés. Depuis l’évincement de Jae-Hood au sein des D-Block, mécontent d’être la 5e roue du carosse, plein de nouvelles têtes ont fait leur apparition : les rappeurs Travs, A.P., T.Y., Bucky, Bully, Don D et Large Amount. 7 au total, en additionnant les trois Lox on  obtient bien dix gars, un bon nombre pour un collectif.

L’individu qui nous est présenté dans le titre, POOBS, est en charge de la production de cette compilation Prepare For Glory (Babygrande), assisté par Vinny Idol qui a déjà fait ses preuves sur les solos de Sheek Louch. Non, ce n’est pas un album officiel des D-Block, dommage. Juste une opportunité pour nous de faire le point sur la situation actuelle des mecs du Yonkers.

Lire la suite D-BLock presents POOBS « Prepare For Glory » @@

U-God « Dopium » @@@


Je me rappelle quand j’ai vu U-God, c’était dans un hôtel parisien, à la rentrée 2007. Le Wu-Tang entamait leur tournée européenne pendant laquelle ils commençaient la promo de leur cinquième album 8 Diagrams. On attendait à l’entrée, les journalistes des divers magasines, de choper les grosses têtes de files du Wu pour une interview juteuse. Sauf Method Man qui a loupé son avion, ni Raekwon qui a mystérieusement disparu après l’appel des journalistes hip-hop. Certains chanceux ont pu avoir RZA, Ghostface, GZA ou Inspectah Deck.

Et personne n’a demandé U-God. Parce que c’était le vilain petit canard du groupe ? Toujours est-il que je garde en mémoire cette image de lui, en train de manger un bout tout seul dans le salon de l’hôtel, sans que personne y prête attention, comme un parfait inconnu. Sauf pour moi bien entendu. Parmi tous les membres du Wu-Tang Clan, U-God a sûrement la plus mauvaise discographie. Quand Mathieu (alias Raging Bull) m’avait fait écouter « Jenny », tiré de son second album : affreux de chez affreux cet espère de morceau bâtard qui ressemblait à de l’électro-pop de cave.

C’est avec méfiance – je crains les otites – que j’ai été écouté Dopium (Frank Radio/ Babygrande) mais c’est presque en rigolant que je vous dirai que ce disque est relativement bon ! La troisième c’est la bonne, c’est écoutable et même mieux, appréciable. Sérieux !

Lire la suite U-God « Dopium » @@@

Grand Puba « RetroActive » @@@1/2


L’un des pionniers du mouvement Native Tongue et membre des Brand Nubian revient en solo : Grand Puba sort son nouvel album RetroActive chez Babygrande, et c’est tout à son honneur.

On peut donner plein d’interprétations pour ce titre : ‘rétro’, un regard sur les événements passés et ‘actif’ dans la mesure où ces moments antérieurs ont un effet différé sur ce qu’il adviendra du futur. C’est la définition que l’on prête généralement au terme de ‘rétroactif’, à moins qu’il s’agit de parler de ses anciennes expériences en faisant un album à tendance old school sur des instrus ‘throwback’. Ce qui est le cas.

Lire la suite Grand Puba « RetroActive » @@@1/2

Stoupe The Enemy Of Mankind « Decalogue » @@@1/2


stoupe-decalogueTiens, j’ignorais que Stoupe sortait un disque. Ben maintenant je le sais vu que je l’ai entre les mains. J’ai dû zapper un truc dans le flux d’informations en continu, tant pis mais au moins je n’ai pas manqué de l’écouter. Bon j’arrête mon petit monologue pour vous parler de Decalogue, le premier album de Stoupe The Enemy of Mankind, producteur très estimé des Jedi Mind Tricks depuis leurs débuts. C’est véritablement cet homme qui a ‘designé’ la texture sonore de ce légendaire groupe underground et de leur nombreux sbires. Ceux qui s’y connaissent en latin ont deviné que ‘deca’ signifie ‘dix’, soit le nombre de titre composant ce disque – sans surprise – aux accents latinos et musique classique prononcés.

Lire la suite Stoupe The Enemy Of Mankind « Decalogue » @@@1/2

Jedi Mind Tricks « A History of Violence » @@@@


Automne 2007, l’Army of Pharaohs a littéralement écrasé l’ennemi avec Ritual of Battles, ne laissant derrière eux qu’une terre de désolation, un champ de bataille dévasté couvert de cadavres. Dans les contrées allemandes, les Snowgoons ont sorti les canons à neige pour descendre la température estivale à –20°C avec Black Snow. L’emprise des Jedi Mind Tricks est mondiale, les remparts de leur empire s’étendent de part en part dans la communauté hip-hop.

Avant de balancer leur sixième volume baptisé History of Violence (titre du film de David Cronenberg avec Vigo Mortensen), ils lancent une campagne « triple-menace » avec les albums de leurs recrues Doap Nixon, King Syze et les Outerspace pour semer la terreur dans les rues trop tranquilles des Etats-Unis. Le nouveau débarquement de l’Empire des Jedi Mind Tricks en pleine période de crise avec History of Violence (Babygrande/Modulor) est un événement en soi, car elle marque le retour de Jus Allah dans la formation. En plus, il n’est toujours pas vacciné contre la rage, ce qui est une excellente nouvelle ! 

Lire la suite Jedi Mind Tricks « A History of Violence » @@@@