Archives du mot-clé Buckwild

Vinnie Paz « The Cornerstone of the Corner Store » @@@½


Ce vieux bougre de Vinnie Paz rempile avec The Cornerstone of the Corner Store, son troisième album en solo, quatre ans après God of the Serengeti. Assassin verbal, Dieu martial, maintenant le membre éminent des Jedi Mind Tricks et Army of Pharaohs vise un statut plus modeste et terre-à-terre, celui de simple spectateur de son coin de rue, du quotidien des quartiers de Philadelphie.

Lire la suite Vinnie Paz « The Cornerstone of the Corner Store » @@@½

Reks « The Greatest X » @@@@


La preuve que Reks est un rappeur que l’on omet parfois de lister, on parle là de son quatrième album connu parmi neuf efforts produits. Mais quel effort! Comme d’habitude, il sert du très lourd et c’est fort dommage s’en priver. Cette fois n’attendez rien d’autre de cette bête de MC qu’à rassasier votre appétit d’ogre pour une entrecôte grillées 500 grammes de hip hop Eastcoast underground, sachant qu’une deuxième pièce vous attend juste derrière. Vous l’avez compris, The Greatest X est un double-album.

Lire la suite Reks « The Greatest X » @@@@

DJ EFN « Another Time » @@@½


Roi de la mixtape de Miami (plus d’une quarantaine en 20 ans!), légende discrète de la culture hip-hop, DJ EFN s’offre, et nous offre, sa première compilation officielle sur CD, édité sur sa struscture Crazy Hood Productions. Les nostalgiques des compiles rap de DJ Clue, Tony Touch ou encore Statik Selektah vont rajeunir d’une grosse dizaine d’années au moins avec Another Time ! Le titre correspond tout à fait à l’esprit ‘back in the days’. Vu le nombre incalculable de connexions qu’il a tissé au fil des années, il y a foule sur ce projet qui concrétise l’ensemble d’une carrière bien remplie. Le genre de chronique où le name-dropping tombe tous les cinq mots en moyenne. Pour l’anecdote, c’est le graphiste Skam2 (Tribe Called Quest) qui a dessiné la pochette.

Lire la suite DJ EFN « Another Time » @@@½

R.A. The Rugged Man « Legends Never Die » @@@@½


Il ne fait pas partie du top10 des meilleurs MCs de la planète et pourtant, il en a largement le potentiel. Lui, c’est R.A. The Rugged Man, rappeur blanc totalement déglingo découvert au début des années 90, co-signé par Notorious B.I.G,. mais dont la carrière a débuté sur le tard, en 2004 avec Die, Rugged Man, Die. Il n’est pas très présent dans l’underground new-yorkais mais chacune de ses apparitions en featuring provoque un traumatisme psychologique. Son couplet sur « Uncommon Valor: a Vietnam Story » des Jedi Mind Tricks a indéniablement marqué les cervelles au fer rouge. Il aura fallu attendre neuf longues années pour qu’un second album, Legends Never Die, voir le jour chez Nature Sounds (laissons de côté la compilations de ‘lost and found’ Legendary Classics) pour démontrer que sa folie n’est une légende urbaine : il est fou, complètement fou.

Lire la suite R.A. The Rugged Man « Legends Never Die » @@@@½

Papoose « The Nacirema Dream » @@½


Hé bien c’est qu’on a failli l’oublier, ce disque, depuis six ans qu’il était annoncé. Nacirema Dream devait permettre à Papoose de confirmer les espoirs que lui conférait son statut de favori new-yorkais… en 2007. Tous les éléments jouaient en sa faveur pour construire sa réussite : du buzz grâce à sa ses mixtapes, un deal en major, l’appui de l’influent DJ KaySlay et la participation non-négligeable de Busta Rhymes sur ce projet naissant, ce qui avait d’ailleurs lancé des spéculations sur de possibles productions de Dr Dre dessus. Or par un concours de circonstances malheureuses et une mauvaise conjoncture, rien de tout cela n’est arrivé. Toutefois, Papoose aurait pu être le dernier à rêver que cet album existe un jour.

Lire la suite Papoose « The Nacirema Dream » @@½

NaS « Life is good » @@@@½


Lorsque Nas a explosé à la face du monde avec Illmatic, classique rap parmi les classiques, il rappait « Life’s a Bitch » avec son ami AZ. Pour son dixième album solo, c’est plutôt Life is Good, un titre qui n’a pas tant défrayé la chronique comme ce fut le cas précédemment avec Hip-Hop is Dead et Nigger (finalement devenu ‘sans-titre’) qui ont provoqué des débats houleux et passionnés. Mais ça, c’était avant qu’il ne dévoile la pochette de Life is Good (Def Jam), où sied Nas, très bien habillé, avec sur ses genoux, la robe de mariage verte de son ex-femme Kelis.

Lire la suite sur Now Playing →

Black Rob « Game Tested, Streets Approved » @@½


À 43 ans, Black Rob n’en est qu’au troisième album de sa carrière. Mais les délais séparant chacun de ses albums sont justifiés par les situations très compliquées qu’il a traversé. Avant The Rob Report paru fin 2005, le rappeur de Harlem auteur du hit « Whoa ! » a fini au fond du trou, en faillite personnelle et sous l’emprise de la drogue et de l’alcool. Ce second album était très bon cependant les ventes furent maigres. Et l’an dernier, Rob sortait de prison après avoir purgé une peine de quatre ans pour vol de joaillerie…

Game Tested, Streets Approved est le premier disque de l’ex-rappeur de Bad Boy Records en indépendant puisqu’il a été récruté chez Duck Down Records. Toujours street à 100%, toujours un vrai bad boy, Black Rob est-il toujours dans le coup ?

Lire la suite de cette entrée sur Streetblogger 

Saigon « The Greatest Story Never Told » @@@@½


Et dire que The Greatest Story Never Told n’a failli jamais voir le jour… Enregistré entre 2005 et 2007 et repoussé de multiples fois par Atlantic Records, ce premier album de Saigon aurait pu (du?) connaître un sort funeste. À force de persévérance, lui et Just Blaze ont pu mettre un terme définitif à cinq longues années d’attente, en livrant cet album – et c’est très rare pour être cité – presque dans la version prévue à l’origine. La vérité peut enfin être révélée. Lire la suite Saigon « The Greatest Story Never Told » @@@@½

Capone-N-Noreaga « The War Report 2 : Report The War » @@@@


Les audiences de Channel 10 lancé l’an dernier par Capone-N-Noreaga après neuf années de séparation (ponctuées par autant de street-albums foireux et de balais derrière les barreaux pour Capone) n’ont pas été au beau fixe. Le plus important était de passer le message selon lequel le duo de LeFrak est sorti de son silence radio avec un album satisfaisant.

Pour booster leur médiatisation, les C-N-N se sont associés avec H2O Records, à travers la personne estimable de Raekwon, et même Busta Rhymes pour livrer la séquelle de leur classique War Report. Sachant que Raekwon, co-producteur exécutif de War Report 2 donc, avait réussi haut la main son pari avec Only Built 4 Cuban Linx 2, j’étais en droit, en mon coeur de puriste, d’en attendre autant de Report the War (le sous-titre de ce 4e LP) de Capone et Noreaga, au moins à la hauteur de l’engouement suscité par cette suite très anticipée.

Lire la suite Capone-N-Noreaga « The War Report 2 : Report The War » @@@@

Styles P & DJ Green Lantern « The Green Ghost Project » @@@½


DJ Green Lantern aka The Evil Genius x Styles P aka The Ghost = The Green Ghost Project. Sur le papier, cette association à la 9th Wonder & Buckshot s’annonce bouillante. Ajoutez à cela des productions, en plus de celles de Green Lantern, de Scram Jones, Vinny Idol, Buckwhild, Alchemist et Statik Selektah, et vous avez entre les oreilles un produit new-yorkais hautement inflammable. Encore plus street et toujours fidèle à son block du Yonkers (D), le MC des Lox revient à la place qui lui a toujours convenu, et de ce fait, il suit le chemin inverse des rappeurs qui aspirent à aller de l’underground vers le mainstream. Ce street-album officiel sera-t-il son meilleur album ?

Lire la suite Styles P & DJ Green Lantern « The Green Ghost Project » @@@½

Saigon « Warning Shots 2 » @@@


Bon et ben… c’est pas demain la veille qu’on verra The Greatest Story Ever Told dans les bacs. Faute de mieux, faudra se contenter de ce street-album Warning Shots 2, le premier CD de Saigon depuis… bah Warning Shots sorti en 2005. Hmmm, s’il n’y a que ça à se mettre sous la dent, on se contentera pour l’instant de ce second pré-album de ce newcomer de longue durée dont l’issue paraît de plus en plus incertaine.

Lire la suite Saigon « Warning Shots 2 » @@@

Method Man & Redman « Blackout! 2 » @@@@


Avant d’écrire quoi que ce soit, j’aimerai d’abord annoncer le premier anniversaire de mon blog : et oui,  j’ai créé Sagittarius Hip Hop Reviews le 31 Mai 2008, avec comme première chronique 8 Diagrams du Wu-Tang Clan ! Et en transitant habilement par le Wu, je passe à Method Man & Redman qui viennent de sortir le second volet de Blackout! chez Def Jam.

C’est évident que le contexte de cette sortie n’est plus du tout la même qu’il y a dix ans. Réunion explosive entre les deux plus gros fumeurs d’herbe de la planète, Blackout! est sans aucun doute considéré comme un album rap culte, dont sont extraits la tuerie inoxydable « Da Rockwilder » et leur célèbre hymne « How High » dans sa version originale, avec son refrain que tous les fans connaissent par coeur. Un titre incontournable qui a inspiré le film du même nom sorti en 2002 avec un scénario complètement loufoque. En ce temps pas si lointain, le Funk Doc et Mr Mef étaient ultra-hype et leurs aventures en solo cartonnaient bien.
Les choses ont évolué très vite dans le rap game en une décennie mais le charisme et le tempérament des Blunt Brothers demeurent intacts, les chanceux qui les ont vu ensemble sur scène peuvent en témoigner autant que moi. Blackout! 2 n’était pas aussi attendu que son illustre prédécesseur, cependant dans le genre « Machintruc ricain 2, le retour », c’est une bonne séquelle. Rallumez votre poste sur la fréquence WKYA, We Kickin’ Your Ass Radio!

Jadakiss « The Last Kiss » @@@1/2


Nouvelle écurie, nouveau label, nouveau départ, nouvel album pour Jadakiss, son troisième en solo. L’ex-Bad Boy devenu un temps membre des Ruff Ryders (involontairement dissolu à cause des frasques hebdomadaires de DMX) s’est installé chez Roc A Fella Records après avoir encré un deal solide avec Jay-Z, le transférant de chez Interscope (où 50 Cent prenait trop de place avec sa grosse tête) vers Def Jam. Une sacrée veine de cocu en cette période difficile où le jeu des chaises musicales consiste essentiellement à passer au niveau inférieur en signant chez un indé, comme c’est le cas de ses deux ssoc’ Styles P et Sheek Louch.

Le plus étonnant (rassurant?) dans tout ça, c’est que le potentiel commercial de Jadakiss semble intact, son public ne l’a pas oublié depuis le platine Kiss of Death sorti été 2004 si on se fie aux chiffres de vente de The Last Kiss (et non pas Kiss My Ass jugé politiquement incorrect par les têtes bien pensantes). Personne ne l’attendait à ce niveau, on est content de voir qu’il compte définitivement parmi le top10 des MC new-yorkais actifs actuellement. Reste à savoir si cet opus, en l’apparence mainstream si l’on s’en tient à la liste d’invités et de producteurs, possède les productions que mérite Jadakiss, un problème récurrent sur ses albums. C’est le moment de vérité.

Lire la suite Jadakiss « The Last Kiss » @@@1/2

Termanology « Politics As Usual » @@@@


Attention, Politics As Usual est enfin disponible au rayon import ! L’album sur lequel reposait tous les espoirs des hip-hopers (en attendant de savoir qu’adviendra-t-il de Saigon et son Greatest Story Never Told), que les passionnés de rap allaient s’arracher, se trouve maintenant en votre possession. Depuis son street-album Out The Gate produit par son acolyte DC, Termanology est devenu le phénomène underground de ces dernières années. Pris sous l’aile du légendaire DJ Premier, le MC originaire de Boston rencontre une estime grandissante à chaque fois qu’il sort un volet de sa série de mixtapes Hood Politics. Pour mieux vivre sa passion et s’en imprégner à 200%, Terma décide de déménager à New-York, car comme citait Alchemist (dans son interview pour Streetblogger), « c’est comme si New-York était un corps et le Hip Hop son sang. »

Politics As Asual, le nom de ce premier album, était annoncé par une prodigieuse liste réunissant des producteurs mythiques de la côte Est, des figures renommées qui ont fait l’âge d’or du hip-hop dans les nineties. Parmi eux, les concepteurs de Illmatic de Nas tels que Primo, Large Professor et Pete Rock… Rajoutez Havoc, Alchemist, Nottz, Buckwild, Hi-Tek et Easy Mo Bee et vous avez une dream-team dévouée à un MC très doué, notre grand favori. Mais… j’ai pensé un moment que tout ça était trop beau pour être vrai. J’ai ressenti un profond doute lorsque j’ai écouté le monstrueux Grey Hairs de son voisin Reks (je l’ai fait savoir dans la chronique). Ce qui m’embarrasse le plus dans ce monde, c’est de me rendre compte que mes intuitions pessimistes ont raison. On va essayer de comprendre pourquoi Politics As Usual de Termanology n’a pas assuré suffisamment pour atteindre son ultime objectif. 

Lire la suite Termanology « Politics As Usual » @@@@

Redman presents « Red Gone Wild: Theee Album » @@@@


Quatre ans De GestatiOn, c’est trOP. TrOP D’attente tue L’attente et ReDMan L’a aPPris à ses DéPends. À une éPOQue Où Le HiP HOP éVOLue sans cesse au MiLieu D’un MarcHé Du DisQue saturé, iL DeVient aLOrs PriMOrDiaL POur tOut artiste De saVOir cOntinueLLeMententretenir sOn Buzz aFin De rester DanLe cOuP, sinOn iLFinissent Par retOMBer Dans Des DiVisiOns inFérieures (inDé, MiXtaPes…), surtOut LOrsQu’On est Pas La PriOrité D’un LaBeL teQue DeF JaM.

C’est DésOrMais FinLe teMPs Où La siMPLe éVOcatiOn De La sOrtie iMMinentDu nOuVeL aLBuM D’un De nOs raPPeurs PréFérés suscitait un ViF enGOueMent, sitôtransFOrMé en cOnsécratiOn D’Or Ou De PLatine. Maintenant c’est une QuestiOn DePOPuLarité, et D’iMPOPuLarité… ReDMan est un MC tOujOurs autant aPPrécié, Mais DOnt La sOrtie MainteFOis rePOussée De RED GONE WILD a ternLeesPOirs DeFans. UnFâcHeuse situatiOn Qui L’a cOntraint De sOrtir une série De MiXtaPes (ILL At WiLL) aVant QuDeF JaM se raPPeLLe tarDiVeMent De cOMMerciaLiser sOn siXièMe aLBuM aPrès ces PrOLOnGatiOns à raLLOnGe. C’était teLLeMent inesPéré, Que ça Fait PLaisir MaLGré tOut. Reste à saVOir si ce DisQue a raisOn De nOtre Patience.

Chronique originale écrite en Avril 2007

Lire la suite Redman presents « Red Gone Wild: Theee Album » @@@@