Archives du mot-clé Curren$y

Big Boi « BOOMIVERSE » @@@½


Selon les statistiques, BOOMIVERSE est le troisième album solo du Big Boi, même si techniquement on devrait considérer en plus Speakerboxxx en tant que tel. Cela dit, en tout et pour tout, en comptant l’EP collaboratif Big Grams avec Phantogram, il s’agit de son quatrième projet sans Andre 3000, jusque-là vous suivez? Peu importe la théorie, testons le pouvoir d’attraction de ce nouvel objet circulaire créé par la moitié des Outkast.

Lire la chronique complète sur SURLmag.fr →

 

Smoke DZA & Pete Rock « Don’t Smoke Rock » @@@½


Les albums collaboratifs ne sont plus des singularités épisodiques (comme Murs et 9th Wonder) ni une mode. Depuis 2012 qu’on en parle sans arrêt, c’est devenu une habitude. Il y a eu des tandems qui ont merveilleusement bien fonctionné et qui sont devenus des groupes à part entière (on pense évidemment aux Run The Jewels), d’autres qui sont des habitués à ces formes de co-existences (Blu, Apollo Brown, Madlib).

Mais à chaque fois qu’un collab LP est annoncé, l’inattendu est de mise, le fait de savoir qui taffe avec qui d’abord (surtout s’ils ont peu de choses en commun), reste à savoir quelle forme prendra l’album, comme pour une équation alchimique entre deux éléments. Ceci dit, on sait d’expérience en se basant que tous les ces collabs LP sur le marché que prédire le degré d’originalité, le degré de symbiose et la qualité générale de l’ensemble en fonction de l’inédite combinaison des protagonistes n’est pas du tout une science exacte. Léger suspens pour savoir ce qu’il en est de Don’t Smoke Rock de Smoke DZA et Pete Rock paru chez Babygrande.

Lire la suite Smoke DZA & Pete Rock « Don’t Smoke Rock » @@@½

Mickey Factz & Nottz « The Achievement : circa ’82 » @@@@


Mickey Factz… il faut creuser dans sa mémoire pour se souvenir ce mec-là. Il faisait partie de la promo 2008 de XXL, c’est dire si ça remonte à loin. J’avais d’ailleurs chroniqué début 2010 un de ses ‘free EP’ en écrivant qu’il se situait « au dessus d’un Drake ou Kid CuDi ». Puis, comme Charles Hamilton arrivé à cette époque critique dans le rap game, on l’a perdu de vue sans qu’on se pose la question de savoir ce qu’il était devenu, comme si c’était une banale victime de la sélection naturelle. Huit ans après cette affiche de freshman dans le magasine rap, il revient sans prévenir avec dix titres pour nous faire regretter de l’avoir fait patienter si longtemps.

Lire la suite Mickey Factz & Nottz « The Achievement : circa ’82 » @@@@

Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@


Voici la suite que personne n’attendait de Son of a Pimp qui a fait connaître il y a onze ans ce cher Mistah FAB comme un représentant majeur de la Bay Area, mais sans doute que certains se rappellent mieux de notre ballplayer son Baydestrian en 2007 en plein boom du mouvement Hyphy. Depuis le rappeur d’Oakland n’a pas quitté le milieu, proposant sur le marché local plusieurs mixtapes par an pour ne pas perdre la main, et finalement nous sommes heureux de son retour sur les devants de la scène. Il arrive des come-backs comme ça qui font bien plaisir, et celui-ci est particulièrement réussi, un vrai festival vu la pléthore de guests et plus d’1h20 de musique.

Lire la suite Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@

Spitta Andretti « The Carrollton Heist » (produced by Alchemist) [mixtape] @@@@


Quand Curren$y est lancé, il est difficile de l’arrêter. Il emmagasine les EPs, mixtapes et albums comme des kilomètres en voiture avec pour seule pause l’arrêt à la pompe. Il venait de sortir au dernier trimestre 2015 son second album en major Canal St. Confidential et là en Janvier ce très bon EP 6-titres The Ownerz Manual entièrement produit par des Cool & Dre qui ont déniché de belles trouvailles jazz-funk et soul/r&b pour l’occasion.

Amoureux d’automobiles qu’il est, Spitta Andretti diffuse le jour de la St Valentin sa seconde collaboration avec Alchemist, The Carrollton Heist. Les auditeurs qui avaient saignés Covert Coup il y a cinq ans déjà ne vont pas être déçus du voyage. Jet Life, *tanana nanaaa*…

Télécharger The Carrollton Heist produit par The Alchemist →

Lire la suite Spitta Andretti « The Carrollton Heist » (produced by Alchemist) [mixtape] @@@@

Curren$y « Canal Street Confidential » @@@½


Curren$y passe la cinquième avec Canal Street Confidential, son nouvel album en major chez Atlantic.  Après l’introuvable Pilot Talk III en format physique, on a la chance pour la seconde fois cette année de pouvoir écouter de la music to drive to du rappeur de la Nouvelle-Orléans. C’est reparti pour un autre road trip avec la Jet Life.

Lire la suite Curren$y « Canal Street Confidential » @@@½

Gunplay « Living Legend » @@@


Qu’il était attendu ce premier album de Gunplay et à l’arrivée… Gunplay, ou Don Logan, est en quelque sorte le chien fou de Maybach Music qui le soutient depuis toujours, Rozay et lui se connaissent depuis une plombe. C’est MMG qui a lancé les Triple C, le groupe dont il est issu, en 2009 avec Custom Cars & Cycles, la même année où Gunplay a fait ses armes en solo en apparaissant sur Deeper Than Rap de Rick Ross.

Lire la suite Gunplay « Living Legend » @@@

The Alchemist and Oh No present « Welcome to Los Santos » @@@@


Il nous avait été informé au dernier trimestre 2014 que Mass Appeal (le label de Nas qui venait de sortir la bombe Run The Jewels 2) était en charge de sortir une compilation inspirée du blockbuster Grand Theft Auto V. C’était déjà grandiose. Alors si en plus ce sont les gangréneux Oh No et Alchemist qui se chargés de compiler des morceaux originaux pour Welcome to Los Santos, je vous laisse imaginer l’état d’excitation.

Lire la suite The Alchemist and Oh No present « Welcome to Los Santos » @@@@

Curren$y « Pilot Talk III » @@@@½


Trois ans sans sortir un album studio, le nouvel-orléanais Curren$y nous a couvert de mixtapes (au hasard le délectable The Drive-in Theater), EPs (dont le Live In Concert avec Wiz Khalifa) et autres projets de label (les deux albums de la Jet Life) pour nous faire patienter jusqu’à ce troisième volume de Pilot Talk dont on fantasmait tant. Les deux premiers volets étaient sortis en 2010 sur la structure DD172 créée par Damon Dash et étaient produits par Ski Beatz. C’était aussi les deux premiers albums physiques de Curren$y après de nombreuses sorties dématérialisées qui lui ont permis d’élargir sa fanbase.

Mais ce sont bien Pilot Talk « un » et II qui ont lancé Spitta Andretti dans la stratosphère en développant un univers insoupçonné à base de bolides, de weed et d’instrus laid-back à souhait, autant d’éléments qui ont posé les solides bases de sa musique chill-rap (pourrait-on dire) qu’il a ensuite dérivé à volonté pour en arriver en 2012 à sa première sortie en major The Stoned Immaculate. S’attaquer à la poursuite d’une saga culte (le Pilot Talk I s’échange contre 43 euros neuf sur le site de la Fnac) était un pari risqué, il s’est avère aujourd’hui que Pilot Talk est une trilogie culte.

Lire la suite Curren$y « Pilot Talk III » @@@@½

Thelonious Martin « Wünderkid » @@@½


Souvenez-vous de la dernière très bonne mixtape de Curren$y The Drive-in Theather, une des meilleures de 2014 à ce propos. Un des producteurs qui était crédité dessus et qui s’était illustré par ses prods down-tempo soulful était un dénommé Thelonious Martin. Le voici l’auteur de ce premier essai Wunderkid sur le label Home Team Music Group. Avis aux amoureux de beats construits autour de samples de soul et jazz, cette petite pétite est faite pour vous.

Lire la suite Thelonious Martin « Wünderkid » @@@½

Asher Roth « RetroHash » @@@½


retrohash

On ne donnait pas trop cher de la peau de ce rookie rouquin fiché par XXL après la sortie de son album Asleep in the Bread Aisle chez SRC Records (filiale d’Universal) en 2009. Avec son style d’étudiant de fac, son album a été taxé trop vite de ‘frat-rap’ et malgré quelques tubes radio, on ne voyait pas comment ce rappeur de Morrisville en Pennsylvanie pouvait espérer continuer dans cette voie. Vraisemblablement que les choix artistiques de sa maison de disque pour rendre son rap plus mainstream a muselé son véritable potentiel artistique. Il est tout de même recueilli chez Def Jam pour poursuivre ses aventures en préparant un second album et en visitant les villes du monde pour des concerts. Mais le label rap historique le fait poireauter minablement pendant trois ans. Le truc classique : des extraits dévoilés aussitôt oubliés, des noms d’album qui changent d’une année à l’autre, des prédictions de sortie repoussées…

Alors il a fait un choix radical : il a ‘rebooté’ sa carrière. Au revoir les majors, bonjour la liberté. Il rejoint le label indépendant Federal Prism Records et enregistre une poignées de morceaux avec les Blended Babies. Dix tout ronds ont été gardés pour RetroHash, qui n’est autre que l’anagramme de son nom-prénom. En effet, sa musique n’a plus rien à voir avec ce qu’il faisait précédemment. On est loin du gamin issu de la middle-class qui se faisait les dents dans des battles de rap. Du rap on est passé au chant et ça surprend dès « Parties at the Disco » avec ZZ Ward, avant de rétropédaler avec une rythmique hip-hop sur « Dude » avec le nonchalant Curren$y. Asher et les Blended Babies ont mélangé tout plein de genres : le rap, le blues, le pop/folk comme le confirment le single « Pot of Gold« , « Keep Smoking » (feat Chuck Inglish) et « Fast Life » (feat Vic Mensa), avec une chouille de disco désertique comme l’excellent single « Tangerine Girl » et son refrain entêtant (loudoudou doudouuuuuu).

RetroHash est un album qui correspond bien à son auteur. Très coloré, il y en a pour tous les goûts, avec de possibles tubes à la clef (presque un comble). Les goûts et les couleurs, justement, feront que cette nouvelle approche ne conviendra pas à tous, toutefois Asher Roth s’est émancipé musicalement et il le démontre sans difficulté. Def Jam peut s’en mordre les doigts, le rappeur de « I Love College » a fait le bon choix. On est maintenant curieux de voir comment les choses vont évoluer.

Smoke DZA « Dream.ZONE.Achieve » @@@½


smoke-dza-Dream.ZONE_.Achieve-

« Riiiiiiiiiiight »… Le harlemite Smoke DZA revient avec un second projet solo dont le titre Dream.ZONE.Achieve donne une autre définition à son acronyme DZA. Notre gros fumeur de blunt nous enveloppe dans un cercle d’épaisse fumée, où l’on en ressort comme si on a vécu l’expérience d’un fumeur passif.

Lire la suite Smoke DZA « Dream.ZONE.Achieve » @@@½

MellowHigh (éponyme) @@@


Odd Future [MellowHype (Hodgy Beats & Left Brain) + Domo Genesis] = MellowHigh. Les trois joyeux fouteurs de merde sont venus sortis jouer les trouble-fêtes le jour d’Halloween. Même pas peur.

Lire la suite MellowHigh (éponyme) @@@

Talib Kweli « Prisoner of Conscious » @@@½


Attendu de longue date, bien avant même Gutter Rainbow, Prisoner of Conscious (le -ness a disparu entre temps) devait être une nouvelle pierre angulaire dans la discographie de Talib Kweli. Ambitieux sur le papier, le très réputé MC de Brooklyn nous dévoile finalement un 5e album prévisible, de qualité, mais prévisible.

Lire la suite Talib Kweli « Prisoner of Conscious » @@@½

Wiz Khalifa & Curren$y « Live in Concert » [EP] @@@½


Wiz Khalifa et Curren$y nous avaient promis juré craché un nouveau projet collaboratif, ils l’ont fait : Live In Concert. Contrairement à ce qu’on peut croire, ceci n’est pas un album ‘live’. Disons qu’ils sont « partis en live de concert » le temps d’un EP…

Lire la suite Wiz Khalifa & Curren$y « Live in Concert » [EP] @@@½