Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@


Voici la suite que personne n’attendait de Son of a Pimp qui a fait connaître il y a onze ans ce cher Mistah FAB comme un représentant majeur de la Bay Area, mais sans doute que certains se rappellent mieux de notre ballplayer son Baydestrian en 2007 en plein boom du mouvement Hyphy. Depuis le rappeur d’Oakland n’a pas quitté le milieu, proposant sur le marché local plusieurs mixtapes par an pour ne pas perdre la main, et finalement nous sommes heureux de son retour sur les devants de la scène. Il arrive des come-backs comme ça qui font bien plaisir, et celui-ci est particulièrement réussi, un vrai festival vu la pléthore de guests et plus d’1h20 de musique.

L’entrée en matière audio-biographique distille une excellente vibe, un instru smooth et funky, un brin old school et mélodique avec ses basses bien rondes, plus le flow de mac de FAB qui colle parfaitement, que demander de plus ? Ça continue avec « Not In Love Anymore » et le très classe « Pretty Girls » avec messieurs Raekwon, G-Eazy et Carl Thomas. Ce qui n’empêche pas Son of a Pimp pt 2 de contenir des instrus plus actuels comme sur « Finna Do« , « Up Until Then » avec Boosie Badazz ou bien « On All Mommaz » avec les vétérans E-40 et l’homme à la voix de sorcier Keak Da Sneak. ‘Actuels’, entendez par là « à la DJ Mustard » (alors qu’en réalité c’est plutôt Iamsu! qui se cache derrière). La recherche des producer credits n’a pas été fructueuse mais j’ai quelques noms qui peuvent intéresser : Jake One, Tha Bizness, The Mekanics et Pete Rock qui produit la bombe « What Yo Hood Look Like » avec Jadakiss.

S’il arrive de tomber sur des morceaux légers et passe-partout comme « Black Hollywood » (avec Snoop, Bobby Valentino et Too $hort), « Not In Love Anymore » ou « IDKW2D » dont l’intérêt principal est l’intervention de 2 Chainz, on salue la portée de titres comme « Survive » en compagnie de Kendrick Lamar et Crooked I, « All Around The World » (feat Keyshia Cole) qui permet d’ouvrir les yeux sur les problèmes d’ailleurs, « Memory Lane » ou encore le poignant « Brother to Brother » dont l’intensité dramatique et le réalisme prennent nouent les tripes. Il arrive que ce sont les invités de marque (il y en a au moins un wagon) qui insufflent une part de variabilité à l’album, comme Tech N9ne et B.o.B. sur le banger porno « Backseat« , et la combinaison Bun B, Z-Ro, Paul Wall et Slim Thug qui nous emmène de facto à Houston sur « Commin’ Down« . Que penser de « Disrespectful » avec Devin the Dude et Too Short, inutilement sexiste et obscène même en se plaçant au second degré, truc de pimp, misogynie ordinaire.

On passe à autre chose avec « The Chill » feat Curren$y et ScHoolboy Q, nickel chrome pour les lowriders, et « Yes Indeed » avec deux virtuoses de la rime, à savoir Lupe Fiasco et Fashawn (quel somptueux casting je vous le répète!). Son of a Pimp, part 2 se conclut de la meilleure des façons avec « Written in Blood » avec un couplet posthume de The Jacka, rappeur des Mob Figaz assassiné l’an passé. Des come-back comme ça, on en écouterait volontiers chaque mois. Cet opus  est rempli à ras bord, 21 tracks avec seulement deux-trois morceaux à mettre de côté, le pied pour nous mettre en jambe pour un été 2016 Westcoast comme il s’entend.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s