Archives du mot-clé Paul Wall

Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@


Voici la suite que personne n’attendait de Son of a Pimp qui a fait connaître il y a onze ans ce cher Mistah FAB comme un représentant majeur de la Bay Area, mais sans doute que certains se rappellent mieux de notre ballplayer son Baydestrian en 2007 en plein boom du mouvement Hyphy. Depuis le rappeur d’Oakland n’a pas quitté le milieu, proposant sur le marché local plusieurs mixtapes par an pour ne pas perdre la main, et finalement nous sommes heureux de son retour sur les devants de la scène. Il arrive des come-backs comme ça qui font bien plaisir, et celui-ci est particulièrement réussi, un vrai festival vu la pléthore de guests et plus d’1h20 de musique.

Lire la suite Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@

RiFF RaFF « Neon Icon » @@@


Si vous n’avez pas aperçu ce rappeur haut-en-couleur quelque part sur les Internets, c’est que vous vivez loin de bornes Wi-Fi. RiFF RaFF a/k/a Jody High Roller est un vrai personnage, qui mérite qu’on s’attarde un petit moment sur son look : tresses africaines, fine barbe en forme d’éclair, survêtement coloré, tatouages,… Le voilà tel qu’il apparaît sur sa pochette kitchissime (et déjà culte?) qui concentre les nineties en un cliché jusqu’à la typographie du titre de l’album.

Aux détails près que ce n’est qu’une version soft de son accoutrement puisqu’il manque : ses grillz en dents de requin, ses lentilles blanches, lunettes style surfer et d’autres parures fluos en tout genre (même un husky!)… Le hip-hop a souvent été une affaire de look mais il faut admettre que le sien… Hum. Avec un chapeau de cow-boy, Riff Raff est pas loin physiquement d’être le Bruno Vandelli foufou du rap texan, ou le plus m’as-tu-vu des m’as-tu-vu des beaufs amateur de rap tel un Fatal Bazooka cainri, c’est selon.

Lire la suite RiFF RaFF « Neon Icon » @@@

Game « Jesus Piece » [Deluxe Edition] @@@


Bien des gens se demanderont si Game s’est mis en tête d’écrire un album de rap chrétien, que nenni! Jesus Piece dépeint le chemin de croix d’un gangsta rappeur croyant, celles du pécheur Jayceon Taylor, un album qu’il dédie à son frère aîné disparu dans des circonstances tragiques. Pour réunir ses partisans à l’approche du 11 Décembre 2012, date de sortie de ce cinquième album (qui pour l’anecdote devait s’appeler un temps F.I.V.E.), Game a distribué des offrandes bénévolement tous les dimanches (Sunday Service), un acte de charité qui s’est révélé positif. Parallèlement à cela, le rappeur s’est offert de la promotion gratuite en réagissant aux propos de Shyne le roi Bélize, sans y voir un conflit entre convictions religieuses différentes. Un Amen à Interscope pour cette dernière Ostie.

Lire la suite Game « Jesus Piece » [Deluxe Edition] @@@

Planet Asia « Black Belt Theatre » @@@@


Je dois l’admettre, je ne suis pas très assidu quant aux sorties de Planet Asia. Le dernier album que j’ai écouté de lui avant ce Black Belt Theatre était le très très bon Pain Language avec DJ Muggs qui date de 2008. Il fait partie du cercle fermé des meilleurs lyricistes de la westcoast mais dont le principal défaut ne provient pas de lui mais des instrumentaux qui garnissent ses albums. Peut-être que si ses albums étaient mieux produits, le MC de Fresno talonnerait Evidence sur la scène Left Coast. Black Belt Theatre mise sur les featurings plutôt que les producteurs indie connus (deux prods d’Oh No, une de Khrysis) et pourtant, dire que j’aurai eu le malheur de passer à côté.

Lire la suite Planet Asia « Black Belt Theatre » @@@@

Jill Scott « The Light of the Sun » [Deluxe version] @@@@


La température estivale est propice à la sortie de The Light of the Sun, quatrième album de la chanteuse Nusoul Jill Scott. Sa trilogie Words & Sounds terminée avec The Real Thing, cet opus est un nouveau départ pour Jill : nouveau label (Warner), nouveau producteur éxécutif (JR Hutson), nouveaux lieux d’enregistrement (Californie le plus souvent), et une Jill Scott plus radieuse que jamais.

Lire la chronique de Sowlie sur Now Playing »

Lire la suite Jill Scott « The Light of the Sun » [Deluxe version] @@@@

Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@


Un des leaders de l’underground de Philly livre son premier album solo après quinze ans de carrière souterraine. Il est le MC impérial des Jedi Mind Tricks, au sein desquels il a écrit ses lettres de noblesse, et général de l’Army of Pharaohs, on le surnomme Louis Doggs, Vin Laden ou encore the Pazmanian Devil : Vinnie Paz, 31 ans. Mieux vaut tard que jamais comme on dit, l’occasion se présentait alors qu’il vient d’ouvrir son label Enemy Soil afin de pouvoir régner sans partage dans le milieu indie hip-hop en s’affrichissant de Babygrande Records. Avec un album très personnel et typique, Season of the Assassin va souffler un vent sec et glacial en toutes saisons.

Lire la suite Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@

Kanye West & Malik Yusef presents « GOOD Morning, GOOD Night » @@@@


malikanyeduskVous vous rappelez des Last Poets sur « The Corner » de Common? Leur forme d’expression est un art urbain qui fut en quelque sorte la préhistoire du rap : le spoken-word, ou slam comme on dit chez nous, un courant qui s’est popularisé avec Grand Corps Malade et Abd Al Malik. Malik Yusef fait partie de cette caste de poètes de rue dont l’écriture se résume à de l’art authentique. Son nom me disait bien quelque chose. Rétrospectivement, je réécoutais One Day It’ll All Make Sense de Common (toujours) et Malik y déclamait un très beau texte, « My City », portant un regard sur sa ville de coeur et de résidence, Chicago, la Cité du Vent. C’était sa première apparition officielle en featuring.

Douze années dans le circuit et dans les rues de Chi-town, et Malik Yusef finit propulsé par la structure G.O.O.D Music et 101 Distribution avec GOOD Morning, GOOD Night, Kanye West étant évidemment le producteur exécutif du premier projet indépendant de son label (c’est important de le souligner). Rectification : des deux premiers projets sortis en indépendant sur son label. En effet, Malik & Kanye ont, sans vouloir jouer sur les mots, mis les bouchées doubles, non pas en livrant un double-CD, mais deux albums jumeaux : Dawn et Dusk. Mettez le temps en suspend pour écouter les paroles qui sortent de sa bouche de ce grand orateur… pendant 2h30 (en cumulé).

Lire la suite Kanye West & Malik Yusef presents « GOOD Morning, GOOD Night » @@@@

Slim Thug « Boss of all Bosses » @@@1/2


Bigg Snoop Dogg est le boss de la Westcoast, Rick Ross le boss de Miami et moi j’ai la bosse des Maths. Mais un rappeur se dresse au dessus tout le monde, le boss des boss, Slim Thug. Depuis que ce géant (des pieds à la tête) s’est affranchi de Jimmy Iovine, le grand boss de Interscope, et des prods sophistiquées des Neptunes – et tant pis pour le disque d’or de Already Platinum -, il roule tranquille dans les rues de Houston en zigzaguant sur la bande centrale avec son groupe les Boss Hogg Outlawz, avec qui il a reçu un succès certain (plutôt qu’un certain succès) en indépendant grâce à leurs deux albums.
Sa fame, c’est à sa street credibilité de thug dans le hood qu’il le doit. Avec Big Ad, on dit souvent de lui et de Chamillionaire qu’ils représentent l’avenir du rap texan dans « l’après UGK ». Et l’avenir est déjà en marche avec ce Boss of all Bosses, un second opus qui asseoit fortement la notoriété de Slim Thug dans les sud des Etats-Unis. Surtout qu’avec une situation en indépendant (chez E1 Music), ça signifie pour lui plus de benefs, plus de contrôle, plus de mérite, plus de pouvoir (d’achat haha!).

Lire la suite Slim Thug « Boss of all Bosses » @@@1/2

Tech N9ne « Killer » @@@@


Fallait bien que je m’y mette un jour à écouter du Tech N9ne depuis le temps que je voyais des topics fleurir sur ce rappeur de Kansas City sur les forums hip-hop. Paraîtrait même qu’il entre dans le top5 des MC au flow le plus rapide de la galaxie, une capacité que je voulais vérifier par moi-même.

Ça tombe bien, il vient tout juste de sortir son 11e album (!), le double-CD Killer. Pourquoi j’ai choisi ce disque-là alors qu’il a peut-être deux, trois indispensables à son actif au sein de sa discographie bien remplie ? ben parce que j’aime bien la pochette humoristique à la Thriller, tout connement, et parce qu’en cumulant le total de ses ventes d’albums, il vient de dépasser le millionième exemplaire écoulé avec Killer. Ouep, j’aime bien les arguments chiffrés aussi, normal j’ai fait des stats.

Deux CDs, 32 titres, plus de deux heures d’écoute, presque autant de temps pour en rédiger une chronique qui résume l’ensemble en cinq paragraphes, un par section. Première information à vous fournir, la liste de producteurs : Matic Lee, Seven, David Sanders II, Wyshmaster et Youngfyre, très doués mais manquent de notoriété. Trois tendances instrumentales se démarquent sur cet LP. La première, la plus volumineuse, aux beats sudistes d’un genre particulier dira-t-on, souvent des up-tempos techniques aux synthétiseurs proéminents, une deuxième tendance privilégiant des mélodies de guitare sèche et une troisième dans un style original où l’on peut regrouper les délires gothiques, tribaux, rock,… bref, le reste quoi. 

Lire la suite Tech N9ne « Killer » @@@@

DJ Drama « Gangsta Grillz : The Album » @@@1/2


Une compilation officielle de mixtape DJs contenant une foule de rappeurs n’est pas une invention tombée de la dernière pluie. Nombreux sont les DJs qui depuis dix ans maintenant sortent un album en signe de réussite sur ce marché parallèle qu’est le circuit des mixtapes. DJ Clue? est un peu le précurseur de ce genre de compil’, premier DJ à être passé au format CD, ringardisant la vieille K7, et préférant parler fort dans les tours de passe-passe pour éviter de scratcher. En gros, avec sa série The Professionnal, le DJ officiel du Roc A Fella a ouvert un boulevard dans lequel ont foncé quantité de DJs peu habiles sur le plan technique. Des célèbres l’ont copié, comme Funkmaster Flex, DJ Kayslay,… jusqu’à DJ Khaled. Le facteur qui détermine le taux de succès de ce genre d’album est la hype du DJ, sa notoriété dans le hood et le nombre de rappeurs ou producteurs enregistrés sur son téléphone portable. Tant pis pour les phases de scratches parfois spectaculaires et les mixes inédits, l’heure est à la nouveauté, celui qui comptera le plus de bangers sur son disque.

Avec sa série de Gangsta Grillz, DJ Drama est devenu au fil du temps le DJ le plus en vue du Dirty South. Ses mixtapes sont pour la plupart de bonne qualité et les artistes mainstreams se l’arrachent. T.I. parvient à le faire signer sur son label Grand Hustle, et quelques semaines et coups de cellphone plus tard, son album débarque dans les bacs avec un coup de pub inattendu. Les jours précédant sa sortie, Drama est victime d’une arrestation musclée spectaculaire digne d’une intervention du GIGN, pour… violation de droits d’auteur. Cette persécution est-elle un avertissement de la RIAA ? 

Lire la suite DJ Drama « Gangsta Grillz : The Album » @@@1/2

DJ Khaled « We The Best » @@@


« DJ KHALEEED !!! WE TAKIN OVER !! WE THE BEEEST !! THIS FOR THE HOOOD !! THIS FOR THE GHETTO !!! LISTENNN ! » Mais putain tu vas la fermer ta putain de gueule !!! Bon sang, il est insupportable ce type, une vraie plaie. On a vite compris que DJ Khaled était un pro de la méthode Coué dans le street-marketing de masse. Et le pire, c’est que ça marche. 

We The Best (Terror Squad/Koch Records) en chiffres : 12 titres seulement avec  l’intro et un skit ‘skippable’ (sans compter les trois bonus iTunes), 24 groupes/MCs et 6 producteurs/team producers différents (dont DJ Khaled). Dans le classement du nombre d’apparitions, ce n’est pas Lil Wayne qui figure en tête de liste (non, sans blague) en en cumulant ‘que’ trois contre cinq pour Rick Ross. À égalité avec Lil Wayne, il y a Trick Daddy, Fat Joe puis les rappeurs présents deux fois, ex-aequo Jadakiss, Birdman et Dre. Côté production, les Cool & Dre produisent quatre morceaux, les Runners deux, comme DJ Khaled dont on se demande à quoi sert ce gros fainéant, à part hurler sur les toutes les pistes de sa compilation (peut-on sincèrement parler d’album ?). La track qui contient le plus de featurings est « Bitch I’m From Dade County » avec sept invités au total, c’est moins que le remix de « I’m So Hood » qui en réunit neuf (!) en rajoutant Big Boi, Ludacris et Busta Rhymes au compteur. Pour en finir avec les chiffres, We The Best s’est écoulé à plus de 350 000 disques aux US (avec un contrat en indépendant, je vous laisse estimer les royalties obtenues), ainsi qu’un disque d’or pour les 500 000 sonneries « We Takin’ Over » téléchargées.

Lire la suite DJ Khaled « We The Best » @@@

Tha Dogg Pound « Cali iz active » @@@½


Chronique d’un retour annoncé. En 2005, Snoop Dogg avait rassemblé les troupes californiennes lors de la Westcoast Conference dans l’intention de consolider les liens entres les rappeurs, qu’ils soient Crips ou Bloods, et revigorer une côte ouest boudée par des majors préférant miser sur le Dirty South. L’un des points positif qui a suivi cette rencontre était la re-union officielle de Daz Dillinger et Kurupt sous la houpe de Snoop, un événement majeur qui a valu une couverture dans le numéro de The Source de Juin 2005. Les deux D.P.G. se sont réconciliés sur ‘Dillinger & Young Gotti II’ à la fin de l’année 2005 histoire d’enterrer la hache de guerre définitivement, Kurupt ayant été débauché de chez Death Row. Une nouvelle synonyme d’espoir qui a abouti à cet album des Tha Dogg Pound : et oui, ils ont peu récupérer leur appellation d’origine. Et comme leur classique ‘Dogg Food’ double platine aux States, ‘Cali iz active’ (DoggyStyle Records/ Koch Records/ Barclay) est supervisé par Snoop Dogg. La saga continue.

Chronique originale écrite le 3 Aout 2006

Lire la suite Tha Dogg Pound « Cali iz active » @@@½

DJ Khaled « Listennn… The Album » @@@


DJ Khaled alias Beat Novacane est un des représentants sur double-platines du Terror Squad. Son talent de producteur révélé au grand jour sur ‘All Or Nothing’ (« Temptation pt 1 & 2 ») de Fat Joe et son buzz important sur le biz des mixtapes lui a permis de décrocher un deal chez Koch Records. Pour son premier album, ou plutôt compilation sous forme de grosse mixtape officielle (vous allez vite comprendre pourquoi), Khaled a pris contact avec des grosses pointures du moment et autres rookies : Young Jeezy, Jadakiss, Beanie Sigel, Freeway, Clipse, Rick Ross, Pitbull, Kanye West, John Legend, Consequence, Twista, Bone Thugs N Harmony, Baby ‘Birdman’, Lil Wayne, Chamilionnaire, Trina, Slim Thug, T.I., Diaz Brothers, Lil Scrappy, Dre, Bun B, Styles P, Akon et puis Fat Joe évidemment. Ceci justifie déjà l’appellation ‘compilation’. Et tout de suite l’avis d’une superstar du forum : « dommage que ce soit autant south dans l’ensemble, ça manque un peu de diversité ».

Note : À l’époque j’ignorais qu’il avait longtemps traîné dans les bureaux de Cash Money et apparu anonymement sur quelques vidéos… Avec We The Best, son seul album valable.

Lire la suite DJ Khaled « Listennn… The Album » @@@

Bun B « Trill » @@@@


Il semblerait que la ville de Houston (Texas) semble vivre un second souffle par les temps qui courent, notamment grâce à des personnalités comme Lil Flip et la clique de chez Swisha House. La démocratisation du type “screwed & chopped” fait partie des facteurs à l’origine de la réémergence de la scène rap de H-Town. Cette figure emblématique qui se plait d’être considérée comme le President of The South, a participé à un nombre incalculables d’apparitions sur divers albums de Beanie Sigel à Chamillionnaire en passant par Lil Kim, histoire d’imposer au mieux sa présence dans le rap game. C’est pourquoi le Underground King Bun B, moitié du groupe mythique des UGK, profite de ce tremplin pour lancer sa première aventure solo, ‘Trill’ (chez Rap-A-Lot), la première depuis quinze ans de carrière au moins.

Note : Le membre des UGK Bun B clôt une année 2005 riche en sorties en provenance de Houston avec Paul Wall, Chamillionaire, Slim Thug et Mike Jones. Tout un symbôle, à double titre. C’est lui d’ailleurs qui a démocratisé le terme ‘trill’ avec ce premier volet de sa trilogie. Peut-être à force de représenter en cumulant un nombre important de featurings… sans s’arrêter  jusqu’à aujourd’hui !

Lire la suite Bun B « Trill » @@@@

Kanye West « Late Registration » @@@@@


BULLETIN DE NOTES

Élève: rappeur/producteur Kanye West
Album: Late Registration
Producteurs: Kanye West, Jon Brion et The Carter Administration
Label: Roc A Fella/Def Jam
Date de sortie: 30 Août 2005

Lire la suite Kanye West « Late Registration » @@@@@