Archives du mot-clé The-Dream

Meek Mill « Wins & Losses » @@@


Il aura fallu que le rappeur le plus doux de la planète, Drake pour ne pas le nommer, balance le petit diss « Back To Back » pour que Meek Mill, destinataire de cette pichenette, montre enfin de quel bois il se chauffe vraiment. Blessé dans son égo comme un gamin qui vient se faire crever le pneu de son vélo, il a remonté son slip en mode « on touche pas à ma nana », parce qu’évidemment sa meuf de l’époque Nicki Minaj est au centre de l’histoire, il décide de renvoyer Drake dans les jupes de sa mère avec sa mixtape DC4.

La conclusion de cette affaire est que Nicki lui a dit bye bye et tant qu’à faire, Meek est allé envoyer son entourage soulever l’ex de son ex (Safaree). Ces événements derrière lui, c’est le moment de vérité avec Wins & Losses.

Lire la suite Meek Mill « Wins & Losses » @@@

Big Sean « I decided. » @@@½


Dark Sky Paradise est le meilleur album de Big Sean à ce jour, ne serait-ce parce qu’il a su enfin révéler le potentiel qui sommeillait en lui comme un ado n’arrivant pas à lever les paupières avant midi, et ceci grâce à un très judicieux choix de productions. Le rappeur de Detroit avait la cote auprès du public avec ses deux premiers albums mais avec la critique c’était critique justement, avant de réussir à mettre tout le monde d’accord avec Dark Sky Paradise, ou presque. Ses jeux de mots parfois risibles déteignaient sur son pédigrée, il ne faut porter Detroit que dans ses veines mais aussi dans les verbes et c’est là que Royce da 5’9 est venu à sa rescousse pour défendre le rappeur de G.O.O.D. Music. Avec I decided, le petit Sean maintient la barre.

Lire la suite de la chronique sur SURLmag →

T.I. « US or ELSE: Letter to the System » @@@½


Celui qui s’était autrefois couronné King of the South a continué son jeu des chaises musicales. Après sa pige chez Columbia avec le pas terrible Paperwork (co-produit par un Pharrell Williams hors du coup) et un EP Da Nic’ chez Empire Distribution (sous son autre pseudo Tip), son altesse sérénissime T.I. a finalement entériné un deal avec Roc Nation, la compagnie du richissime Jay-Z. La tournure des événements est devenue plus intéressante lorsqu’il s’est engagé en politique, d’une certaine manière, avec un nouvel EP US or ELSE à la rentrée 2016, prenant la parole en tant qu’artiste en faveur du mouvement Black Lives Matter. Sa version longue est sortie sans annonce à la fin de l’année, en digital uniquement (pour le moment).

Lire la suite T.I. « US or ELSE: Letter to the System » @@@½

Solange « A Seat at the Table » @@@@½


Deux frangines ont grimpé au sommet des charts américains dès la semaine de démarrage de cette année 2016, une première historique. Et cet exploit, on le doit aux soeurs Knowles, Beyoncé et sa cadette Solange, qui a livré au début de l’automne son troisième opus A Seat at the Table. Sans détrôner la reine, Solange apporte avec son nouvel album (surprise) d’indéniables arguments pour nous incliner devant elle.

Lire la suite Solange « A Seat at the Table » @@@@½

Kanye West « The Life of Pablo » @@@½


Je veux vous parler du plus grand artiste rap de tous les temps, d’un album magnifique, de l’oeuvre de toute une vie, le pinacle d’une carrière, l’achèvement ultime après la construction d’une famille avec une femme vertueuse, de quelque chose d’absolument grandiose, qui fait battre notre coeur.
Ce n’est pas du tout l’objet de cette chronique.
Non en vrai, je vais plutôt parler d’un album conçu dans la précipitation dont on pouvait suivre les étapes de ce puzzle comme un programme de Twitter-réalité, et dont l’auteur est un homme avec un immense trou noir entre les fesses et un melon capable de provoquer une éclipse solaire, tout ça pour au final faire la quête pour les Illuminatis.

Lire la suite Kanye West « The Life of Pablo » @@@½

Rihanna « ANTI » @@@@


Je vous le confie : je n’ai pas écouté un seul album de Rihanna en entier depuis Rated R et pourtant je n’ai jamais eu l’impression d’avoir raté quoi que ce soit. Impossible d’échapper à ses singles radios diffusés à intervalles réguliers depuis 2007 depuis la tempête « Umbrella » (même dans les supermarchés, les magasins,… IMPOSSIBLE je vous dis) qui ont fait le bonheur des danseurs du week-end, ses clips au léger parfum de controverse, ni à ses superbes photos (plus ou moins nue) en tant que modèle (son autre passe-temps favori) qui défilent sur Twitter, ou bien des clichés de paparazzis… On pourrait presque dire que la chanteuse black pop des Barbades fait partie de notre vie quotidienne de manière passive.

Lire la suite Rihanna « ANTI » @@@@

Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@


D’un duo de frangins produit par les Neptunes qui a lancé le coke rap depuis leur bourgade de Virginia Beach dans les années 2000, Pusha T est devenu fin 2015 le P.D-G. de G.O.O.D. Music, le label fondé par Kanye West, celui qui l’a recueilli en 2011 dans son catalogue d’artistes. De dealer à boss de label de musique, comme un certain Jay-Z.

Lire la suite Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@

Rick Ross « Black Dollar » [mixtape] @@@½


Alors qu’on termine les bouteilles de rosée, arrive une mixtape de Rozay. Ça faisait un bail, et une bien fat, comprenez par là un pseudo-album plein de featurings, sans vernis ni finition au niveau des prods mais de qualité suffisante pour faire oublier le décevant Hood Billionaire. Les fans de Maybach Music sauront apprécier cette liasse de Black Dollar à l’opposé de Rich Forever, c’est-à-dire pas trop trop trap music.

Téléchargez la mixtape sur Datpiff.

Lire la suite Rick Ross « Black Dollar » [mixtape] @@@½

T.I. « Paperwork » @@@


La saga continue pour T.I.. L’un des rappeurs les plus influents des régions Sud a mis son label Grand Hustle et sa carrière en jeu après la sortie de Trouble Man en 2012, en quittant sa maison de disque Atlantic. C’est finalement l’offre de la major Columbia, filiale de Sony, que T.I. a accepté, conseillé par un certain Pharrell Williams, lui-même en contrat solo chez cette maison. Entre Pharrell et lui, c’est une longue histoire: les Neptunes avaient aidé le jeune défricheur de la trap music à se faire un nom dans le Dirty South en produisant le morceau-titre de son premier album I’m Serious en 2001.

Lire la suite sur Now Playing Mag

BEYONCÉ (éponyme) @@@@


beyonce eponyme

C’était le vendredi 13 décembre 2013. J’arrive au boulot, normal, je checke mes e-mails, jauge la masse de travail de la journée et profite de ma pause-café pour fureter sur le réseau à l’oiseau bleu. Et là, je débarque au beau milieu d’un ouragan de messages de gens déclarant partout sur la planète que le nouvel album de Beyoncé est sorti sans prévenir sur iTunes durant la nuit, dans un package contenant un extrait vidéo par chanson. C’était un vendredi 13 qui restera gravé dans les mémoires de l’industrie du disque, et du marketing.

Lire la suite BEYONCÉ (éponyme) @@@@

Pusha T « My Name is My Name » @@@½


Après Malice cet été, au tour du cadet des Thornton, Terence alias Pusha T de dégainer avec le My Name is My Name (G.O.O.D. Music/ Def Jam), un des disques les plus anticipés de l’année 2013. Après avoir livré plusieurs paquets de coke dans la street (les mixtapes Fear Of God, Wrath of Cocaine…), un EP qui a mis le feu aux poudres (surtout les blanches) et de multiples apparitions ça et là en featuring, la vraie rencontre avec le dealer a enfin lieu, avec cette légère crainte qu’inspire les hommes imposant le respect. Yurk!

Lire la suite Pusha T « My Name is My Name » @@@½

Jay Z « Magna Carta… Holy Grail » @@@½


Magna Carta… Holy Grail, 12e album solo du rappeur multi-platine/millionnaire Jay Z, 12e numéro 1 au Billboard US. Cela se passe de commentaire.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

G.O.O.D. Music « Cruel Summer » @@½


Tout le monde le sait, du moins tout le monde le saura maintenant, G.O.O.D. Music (G.O.O.D. pour ‘Gettin’ Out Our Dreams’) est le label de la diva superstar du rap Kanye West a/k/a Louis Vuitton Don, le mec qui invente toutes les semaines une nouvelle façon de se fringuer (avec un budget de 1000 euros minimum). Il fut fondé la même année que la sortie de son premier album The College Dropout, soit l’an de grâce 2004, et a permis l’émergence d’artistes comme Consequence, John Legend, Kid CuDi et Big Sean. Kanye y a également signé Common, le MC le plus emblématique de Chicago qui a longtemps collaboré avec son mentor No I.D., Mos Def et Pusha T, la moitié des Clipse.

Les années et les albums passent, l’idée d’une compilation fait son chemin, d’abord par des spéculations, des rumeurs, puis des informations au compte-goutte plus ou moins officielles, via la presse ou les artistes eux-mêmes participants à ce projet. Surprise lors du Festival de Cannes 2012, Kanye présente son court-métrage Cruel Summer, et dont il n’y a eu que de faibles échos. Ce film jamais diffusé auprès des petites gens que nous sommes est le point de départ du buzz autour de cette fameuse compilation, qui aura connu de nombreux reports et dont le mystère fut bien gardé jusqu’au bout. Ses singles promotionnels (« Mercy« , « New God Flow« , « Don’t Like remix« …) ont attisé notre curiosité, quelques infos comme l’implication du producteur prodige Hit-Boy et le fait que Kanye a finalisé l’album à Hawaï. Quel mystère insoutenable dites donc! Tout comme l’écoute et la large déception qui m’attendaient…

La déesse aux gros lolos qui orne la pochette a l’air de me dire que je vais me faire baiser. D’un certain point de vue, c’est le cas. Chronique cruelle de ce début d’Automne pourrait-on ainsi dire.

Lire la suite G.O.O.D. Music « Cruel Summer » @@½

2 Chainz « Based on a T.R.U. Story » @@½


Au début, quand j’ai vu le nom de 2 Chainz, j’ai cru qu’il s’agissait d’un duo de rappeurs. Ma surprise quand j’ai appris ensuite que c’était anciennement Tity Boi, le même mec qui formait les Playaz Circle (connu pour son single « Duffle Bag Boy« ) et qui a côtoyé Ludacris au sein des Disturbing Tha Peace durant les années 2000. Puis ce nom de 2 Chainz s’est amplifié avec sa mixtape T.R.U. REALigon, s’est multiplié en featuring (Young Jeezy, Nicki Minaj, Big K.R.I.T., Curren$y…), puis s’est inscrit sur la liste des rappeurs solos chez Def Jam. La confusion règne actuellement quant à son rapprochement vis-à-vis de G.O.O.D. Music, mais non il n’est pas signé chez Kanye. 2 Chainz se fait tout seul et Based on a T.R.U. Story sera l’album qui dorera son blouson* (…).

Lire la suite 2 Chainz « Based on a T.R.U. Story » @@½

Big Sean « Finally Famous » @@@


Je me rappelle encore comme si c’était hier de cette conférence de presse de Kanye West qui a eu lieu début Juillet 2007 au studio de la Grande Armée, à l’occasion de la promo de Graduation. L’unique question que je lui ai posé était « quel est le prochain artiste à émerger sur ton label? », et sa réponse fut : « Big Sean ! Il a un flow de timbré, il a une voix de ouf et il n’a que 19 ans ! ». Quatre ans tout juste après ces mots sort Finally Famous, le premier album de ce protégé de Kanye.

Lire la suite Big Sean « Finally Famous » @@@