Archives du mot-clé Puff Daddy

Faith Evans & The Notorious B.I.G. « The King & I » @@@½


Pour fêter les 20 ans de la disparition de Christopher Wallace alias Notorious B.I.G., son épouse Faith Evans a offert un beau cadeau en sa mémoire : un album duo The King & I. Et même plus qu’un classique duo homme/femme, un couple mort/vivant. Avis aux nostalgiques des débuts de Bad Boy Records.

Lire la suite Faith Evans & The Notorious B.I.G. « The King & I » @@@½

Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@


D’un duo de frangins produit par les Neptunes qui a lancé le coke rap depuis leur bourgade de Virginia Beach dans les années 2000, Pusha T est devenu fin 2015 le P.D-G. de G.O.O.D. Music, le label fondé par Kanye West, celui qui l’a recueilli en 2011 dans son catalogue d’artistes. De dealer à boss de label de musique, comme un certain Jay-Z.

Lire la suite Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@

Jadakiss « Top 5 Dead or Alive » @@½


A-HAAAA ! Non ce n’est pas ta grand-mère qui rit, c’est Jadakiss qui est content de vous présenter son quatrième solo en major (ah ouais), soit un disque tous les quatre ans en moyenne (grosso modo). Top 5 Dead or Alive, ce n’est pas seulement un titre d’album, c’est l’objectif de toute une carrière (wesh), celle de figurer dans les quinté meilleurs MCs ayant foulé cette planète. He ben ce n’est pas avec cet album qu’il va y accéder (arg).

Lire la suite Jadakiss « Top 5 Dead or Alive » @@½

Puff Daddy « MMM » @@@½


Qu’on aime ou qu’on aime le détester, Sean Combs alias Puff Daddy a/k/a P Diddy est un grand magnat de la culture hip-hop et s’il devait être représenté sur l’échiquier du rap game, il aurait été réélu maire de New York. L’entrepreneur workaholic classy et boss d’un empire qui le classe parmi les plus hautes classes aux Etats-Unis avait décidé de réactiver sa carrière de rappeur en travaillant sur deux projets à la fois, MMM, grâcieusement offert comme cadeau pour son 46e anniversaire, et No Way Out 2, « la suite de » dont je reparlerai en temps voulu.

Lire la suite Puff Daddy « MMM » @@@½

Troy Ave « Major Without a Deal » @½


Pour ses débuts avec New York City: The Album, on avait dit que pour premier album c’était OK. Troy Ave prend du galon et prépare une suite. Sauf que le freshmen XXL de la promo 2014 vient de se ridiculiser littéralement en public avec Major Without a Deal.

Lire la suite Troy Ave « Major Without a Deal » @½

Ab-Soul « These Days… » @@@½


Il aura fallu un ultimatum à son label Top Dawg Entertainment pour que Herbert Stevens alias Ab-Soul puisse sortir These Days…, qui à l’origine était prévu de s’intituler Black Lips Pastor. Ce troisième projet du hippy noir semble être né dans la douleur, et c’est peut-être dans des conditions difficiles qu’il a été conçu.

Lire la suite Ab-Soul « These Days… » @@@½

Def Jam Rapstar @@@


Ça y est, je l’ai fait. J’ai pu tester Def Jam Rapstar à la maison. Avant de démarrer le jeu, je m’étais dit que ça devait ressembler grosso modo une sorte de karaoké rap. J’allume la Wii, je regarde la présentation et je parcours le menu. Effectivement, c’était difficile de se tromper : on a bien affaire à un karaoké rap. Dans la boîte de Def Jam Rapstar, Konami fournit un outil primordial, aussi bien pour un karaoké que pour un rappeur qui se respecte, le micro. Le précieux objet qu’il nous faut  absolument (brancher) : le microphone (prononcez « maillecrwofôn »), ‘the mic’, l’arme du MC. Test audio, « Mic check one-two, one-two ».

Lire la suite Def Jam Rapstar @@@

Nas « Greatest Hits » @@@@


Maintenant que Nas a signé chez Def Jam, son ancienne maison de disque Columbia en profite pour sortir un Greatest Hits compilant l’essentiel des singles qui ont ponctué la première décennie de la carrière du prodige du Queens. On aurait pu craindre qu’il s’agisse d’un best-of lambda avec une foule de titres emblématiques et mythiques pris au hasard et mélangés aléatoirement. Loin de là, la sélection se veut pertinente, le mieux possible tout du moins, et les titres retenus, de son monument classé historique Illmatic jusqu’à son double-CD Street’s Disciple, sont placés chronologiquement dès la 3e piste jusqu’aux bonus tracks, les deux premières étant réservées à deux inédits : le très bon « Surviving The Times », où Nas fait sa propre rétrospective, et « Less Than A Hour », la collaboration avec Cee-Lo qui a servi pour les besoins de la bande originale du film Rush Hour 3

Lire la suite Nas « Greatest Hits » @@@@

Method Man « Tical 0 : The Prequel » @@@


Après l’apocalypse de Tical 2000 – The Judgement Day, il était temps de reconstruire… Cela faisait environ depuis 2002 que le Meth’ nous promettait ce troisième opus solo, il faudra attendre deux ans de rumeurs. Le rappeur repartait de 0 avec The Prequel avec la promesse d’un album de pur Method Man. Seulement voilà, rien qu’en regardant la trackliste, le scepticisme est de rigueur, vu le nombre d’invités : environ un par morceau en moyenne. Chouette compilation ! So, how high?

Lire la suite Method Man « Tical 0 : The Prequel » @@@

Busta Rhymes « Genesis » @@@@½


Chaque année depuis 1996, Busta Rhymes sortait coup sur coup un disque solo de haute teneur, ce qui lui permettait de rester constamment dans les charts et parmi le top10 des rappeurs new-yorkais. Hélas ‘Anarchy‘, sorti dans les dernier rayons de soleil du XXe siècle, n ‘a pas fait l’unanimité. Trop avant-gardiste ou trop décalé? Là n’était pas la question, notre rappeur avait besoin de renouveau. La providence a voulu qu’il fusse signé sur J Records, le label que Clive Davis venait tout juste de créer en 2001. ‘Genesis‘, c’était une seconde chance, celle d’un Busta Rhymes 2.0, régénéré après le cataclysme de l’an 2000. Son entourage du Flipmode Squad reste le même, cependant l’équipe de producteurs a évolué pour aller dans une nouvelle direction.

Rétrospective écrite en 2006 revue en 2016

Lire la suite Busta Rhymes « Genesis » @@@@½

R Kelly « R. » @@@@@


R, la 18e lettre, cela nous rappelle ce grand morceau de Rakim. R. c’est aussi le plus grand double album du rhythm & blues, si ce n’est le seul. R comme Robert, le prénom du grand R Kelly, le ‘R’ de R&B, celui qui à l’époque était propre de tout jugement, celui qu’on ne considérait que par son immense talent de chanteur/ auteur/ compositeur/ interprète. Au point que Micheal Jackson en personne lui avait demandé ses services pour la chanson « You Are Not Alone ». Et le grand Micheal Jordan pour les besoins de la bande originale de Space Jam, sur laquelle il a écrit ce grand classique « I Believe I Can Fly », orchestrant à merveille cette symphonie de violon et les chœurs gospel. R Kelly faisait partie de la cour des grands, côtoyant les personnalités les plus respectables et idolâtrées de la communauté afro-américaine, mais pas seulement : Hollywood le subventionne pour le troisième volet de Batman, avec la chanson « Gotham City », et il alla jusqu’à attirer les faveurs de Céline Dion pour un duo (pop), « I’m Your Angel ».

Lire la suite R Kelly « R. » @@@@@

Jay-Z « In My Lifetime, Vol. 1 » @@@½


Après avoir contracté un deal avec Def Jam Recordings pour son label Roc A Fella Records, Jay-Z voit les choses en grand en développant nouveau concept dans le rap : faire une trilogie et In My Lifetime en est le premier volet de cette trilogie ‘Life’ . Le virage de ce second album n’est guère évident, Jigga est en plein succès consécutivement à un Reasonable Doubt qui allait bientôt gagner le titre de classique. Entre-temps, il aura perdu un être cher, l’immense Notorious BIG. Par défaut, Jay devient la grosse star de Brooklyn et pourra s’apprêter à reprendre le titre de King Of New York, mais pas immédiatement. In My Lifetime est un second album mal aimé et par ricochet, mésestimé. En effet, même si ce volume a atteint la consécration de platine, Jay-Z s’est lancé dans un style plus facile, plus accessible, limite crossover…

Retrospective écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Jay-Z « In My Lifetime, Vol. 1 » @@@½

Puff Daddy & The Family « No Way Out » @@@@½


Nous sommes en 1997 et la Eastcoast venait de perdre un très grand soldat : Notorious BIG, l’un des meilleurs MC que la planète rap ait engendré dans les années 90. C’était entre autre le meilleur ami de Sean « Puffy » Combs alias Puff Daddy, le businessman/ entertainer/ rappeur et responsable du label Puff Daddy Records devenu Bad Boy Records. Sans lui, Biggie n’aurait jamais pu être découvert et connu le destin (tragique) qu’il a vécu et inversément, Puff n’aurait jamais pu engrosser de telles recettes et de succès, ni avoir la fâcheuse habitude de danser dans des clips.

L’un n’était rien sans l’autre et réciproquement. ‘Life After Death‘ venait tout juste de sortir et l’assassinat de Notorious BIG aurait pu tout stopper net. Pourtant ça n’a pas empêché Puffy et Mase de tourner le clip de « Mo’ Money Mo’ Problems ». Et à Puff Daddy de saisir l’opportunité de sortir ce premier album ‘No Way Out’ quelques jours après que la vidéo cartonne sur MTV, où l’ombre fantômatique de Christopher Wallace plane tel un spectre, normal puisqu’il en est le producteur éxécutif.

Rétrospective écrite en Octobre 2006

Lire la suite Puff Daddy & The Family « No Way Out » @@@@½

Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©


Branle-bas de combat chez Bad Boy en cette fin d’année 96, le label étant suspecté d’avoir prémédité le meurtre de 2Pac. Notorious B.I.G., engrené dans cette guerre Eastcoast/Westcoast, termine son double-album au titre et à la pochette prophétique, ‘Life After Death‘, dans une atmosphère extrêmement tendue. Contrarié et furieux après l’attaque personnelle de 2Pac et son « Hit’em Up« , Biggie va reprendre du poil de la bête. Ce second opus possède pourtant une ambiance moins ghetto et pesante que son premier classique ‘Ready To Die‘, elle est même plus rhythm’n blues et funky, très mainstream pour ainsi dire. Life After Death était né pour être un gros blockbuster. Cependant une odeur de mort y plane constamment car dans sa paranoïa, Biggie Smalls sait pertinemment que la faucheuse le suit de plus en plus près, sa vie était réellement menacée de mort à chaque instant. La photo de lui posant à coté d’un corbillard n’est que trop parlante.

Note : rétrospective remise à jour à l’occasion des 15 ans de la disparition de Biggie. Cet album a été certifié disque de diamant aux Etats-Unis et a gagné trois Grammy Awards dont celui du meilleur album de rap.

Lire la suite Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©

Busta Rhymes « When Disaster Strikes » @@@@


Après son arrivée fracassante avec The Coming, Busta Rhymes revient l’année suivante en 1997 avec l’album n°2, ‘sophomore’ comme disent les amerlocks, ‘When Disaster Strikes’. Le titre démarrait la thématique de fin du monde qui se perpétuera au fil des prochains albums. Les présentations ainsi faites, inutile de bavarder plus longtemps.

Lire la suite Busta Rhymes « When Disaster Strikes » @@@@