Archives du mot-clé Justin Timberlake

Michael Jackson « Xscape »


michael-jackson-xscape

Excusez-moi si j’ai accueilli l’arrivée de ce second album posthume du King of Pop avec autant d’appréhension, le malaise du premier album posthume Michael m’a rendu EXCESSIVEMENT méfiant. Comme beaucoup de monde, j’ai été ultra-fan de MJ durant mon enfance et adolescence, alors pas touche à mon idôle. Alors evidemment, j’ai redouté, et repoussé l’écoute d’Xscape, le plus possible. J’ai réécouté attentivement toute sa discographie pour m’autodissuader de commettre une erreur, et finalement j’ai cédé. À raison.

Lire la suite Michael Jackson « Xscape »

Pharrell Williams « G I R L » @@@½


Pharrell-Williams-GIRL - copie 2

Cela fait maintenant quinze ans que Pharrell Williams est à la mode. La moitié des Neptunes et membre du groupe culte NERD est devenu indéniablement un des producteurs les plus novateurs de sa génération, une figure de la musique, une icône même pour certains. Que ce soit le rap, le r&b, la pop ou même le rock, Pharrell a modelé la musique en fonction de sa vision et son inépuisable énergie créatrice. Rappelez-vous avoir passé une seule année qui n’eusse pas été marquée par un de ses refrains ou de ses productions portant son nom?

Lire la suite sur Now Playing Mag

BEYONCÉ (éponyme) @@@@


beyonce eponyme

C’était le vendredi 13 décembre 2013. J’arrive au boulot, normal, je checke mes e-mails, jauge la masse de travail de la journée et profite de ma pause-café pour fureter sur le réseau à l’oiseau bleu. Et là, je débarque au beau milieu d’un ouragan de messages de gens déclarant partout sur la planète que le nouvel album de Beyoncé est sorti sans prévenir sur iTunes durant la nuit, dans un package contenant un extrait vidéo par chanson. C’était un vendredi 13 qui restera gravé dans les mémoires de l’industrie du disque, et du marketing.

Lire la suite BEYONCÉ (éponyme) @@@@

Justin Timberlake « The 20/20 Experience – 2 of 2 » [Deluxe Edition] @@@½


Tout le monde a été pris de cours en mars dernier par l’annonce de Questlove des Roots : une suite de The 20/20 Experience de Justin Timberlake allait arriver durant l’année, alors que ledit album venait tout juste de sortir. Stupeur et enthousiasme: si cette soit-disant suite est du même acabit que 20/20 Experience, ce aurait été bien calculé de la part de JT. D’ailleurs, comme il l’a expliqué lui-même : 10 titres + les 10 qui vont suivre égalent 20/20. On comprend mieux le sens du titre. Le nom de code de cette seconde moitié: The 20/20 Experience 2 of 2, ni plus ni moins. Mais qu’en est-il du résultat de cette seconde série d’expériences musicales?

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Lire la suite Justin Timberlake « The 20/20 Experience – 2 of 2 » [Deluxe Edition] @@@½

Juicy J « Stay Trippy » @@@½


Stay Trippy n’est que l’aboutissement logique d’une carrière bien remplie. D’abord au sein des légendaires Three 6 Mafia, Juicy J, DJ Paul et consorts (Gangsta Boo, Crunchy Black, Koopsta Knicca…) ont placé, avec 8Ball & MJG, la ville de Memphis sur la carte du rap, gagné le statut de légende, gagné un Grammy Award avec leur morceau « It’s Hard Out There For a Pimp« , gagné une certification platine avec The Most Known Unknown

Mais d’albums en albums, en allant de l’underground vers le mainstream, les Triple 6 ont perdu des membres, pour ne former qu’un binôme avec Last 2 Walk en 2008. La suite du plan était de se focaliser sur les carrières solos, ce que Juicy J a fait en 2009 avec son 2e solo Hustle Til I Die sorti sur leur label Hypnotyze Minds, sans grand écho. C’est plus jeune que lui, Wiz Khalifa, qui va lui offrir une réelle opportunité de capitaliser cet accomplissement en le signant sur Taylor Gang Records fin 2011, un billet retour vers le mainstream.

Lire la suite Juicy J « Stay Trippy » @@@½

Jay Z « Magna Carta… Holy Grail » @@@½


Magna Carta… Holy Grail, 12e album solo du rappeur multi-platine/millionnaire Jay Z, 12e numéro 1 au Billboard US. Cela se passe de commentaire.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Justin Timberlake « The 20/20 Experience » [Edition Deluxe] @@@@½


FutureSex/LoveSound a enfin (!!!) droit, plus de six années après sa sortie, à son successeur! Le troisième, et très attendu, album de Justin Timberlake, intitulé The 20/20 Experience, est disponible. Qui aurait cru encore à la fin de l’année 2012 que JT ferait un tel retour?

Lire la suite sur Now Playing Mag → Lire la suite Justin Timberlake « The 20/20 Experience » [Edition Deluxe] @@@@½

Diddy-Dirty Money « Last Train To Paris » @@@½


Mardi 14 Décembre, 7h30, j’attends sur le quai de la gare. Grelotant par -5°C, je regarde désespérément le tableau SNCF indiquant un retard de 30min de mon train habituel, l’arrêt de 7h42, à cause des conditions météo rudes… Rageant. Pendant que je me sens condamné à congeler sur place avec d’autres usagers, je cherche sur la playlist de mon iPod Last Train To Paris, le nouvel album de Diddy que j’ai rippé la veille. Abusé, ce dernier accuse d’un retard de trois mois au moins, il y a de quoi râler gratuitement. Je sors subitement de mes pensées, à moitié engourdi par la morsure du froid, lorsqu’un TER s’arrête devant mon air médusé. Il s’agit en fait d’un précédent train lui aussi très retardé et qui va m’emmener en ville plus tôt que prévu, youpi ! Ni une ni deux, je monte m’y réchauffer, trouve une place assise dans un des wagons et je presse ‘play’.

Lire la suite Diddy-Dirty Money « Last Train To Paris » @@@½

Timbaland presents « Shock Value II » @½


Lorsque Timbaland a débarqué en 1996 en produisant pour Ginuwine, Aaliyah et Missy Elliott, il a littéralement révolutionné le rap et r&b. Il était en avance sur son temps, tout le monde était unanime sur ce point. Au début des années 2000 et jusque Under Construction pt2 son style était encore avant-gardiste. Après son hiatus de quelques années qui lui a servi à produire Shock Value, Timbo a voulu étendre son emprise sur la pop et rock avec des sonorités plus actuelles. Le temps sur lequel il était en avance l’avait rattrapé si l’on puit dire.

Shock Value a été certifié platine aux Etats-Unis, il s’agit du plus gros succès mondial de Timbaland. Cet album a levé la malédiction selon laquelle ses albums en tant que producteur/rappeur n’avait qu’une faible survie commerciale. Et quand quelque chose fonctionne auprès du public, on récupère les éléments qui ont engendré ce succès, on l’exploite à fond et on ressort un produit « too much ». C’est ce qui s’est passé avec Shock Value II, Timbo a élaboré un sous-produit ultra-édulcoré de Shock Value.

Lire la suite Timbaland presents « Shock Value II » @½

Rihanna « Rated R » @@@½


Question : Pourquoi est-ce que Rihanna s’habille (et encore c’est un bien grand mot) de manière si provocante sachant ce qu’elle a subi? Ne faites pas l’ignorant, ou alors vous vivez au Groenland, personne n’a loupé le feuilleton de l’été sur la rupture brutale entre Chris Brown et Rihanna. Sincèrement, je me le demande, à quoi ça sert que les lobbys de la lingerie fine (j’imagine le complot) et de haute-couture (elle a été l’égérie de Jean Paul Gaultier pendant la fashion week à Paris) la poussent à adopter un look glamour provocant à la Grâce Jones en plus ultra-sexy alors qu’elle jouit d’un capital sympathie depuis qu’elle endosse le rôle de la femme battue malgré elle. C’est pour ça que j’ai écouté Rated R, pour y voir plus clair dans son jeu…

Lire la suite Rihanna « Rated R » @@@½

Ciara « Fantasy Ride » @@1/2


J’ai failli zapper ce troisième album de Ciara. Pour être honnête, je m’en fichais au départ. Je ne gardais pas un grand souvenir de ses deux premiers disques, superficiels et commerciaux. Mais je me suis fait avoir. C’est en écoutant le jingle hebdomadaire du Grand Journal sur Canal + que j’ai découvert son nouveau single sans savoir quel était le titre et qui en était les interprètes. J’aimais bien, c’était rythmé, dans un style funk neo-eighties. Réponse sur le plateau de l’émission : « Love Sex Magic » de Ciara avec Justin Timberlake en featuring. La chanteuse y a fait un bref passage le temps de quelques questions inintéressantes et d’une danse du ventre improvisée pour la promo de son nouveau CD, Fantasy Ride. Ravi par ce hit qui fera un tabac dans les clubs non-fumeurs, j’osais espérer que cet album soit du même acabit. Au moins j’aurais essayé d’y croire…

Lire la suite Ciara « Fantasy Ride » @@1/2

T.I. « Paper Trail » @@@


T.I. s’est lamentablement vautré de son trône de King of the South l’année dernière. D’abord sa couronne lui a paru trop petite, elle ne sied plus à sa tête enflée par la célébrité et l’orgueil. Comparer TI vs TIP, son plus mauvais album à ce jour, à un classique hip-hop comme Ready To Die ou All Eyez On Me lui a fait perdre une partie de sa streetcred. Lui qui avait tout raflé lors des cérémonies musicales s’est par la suite vu menotté quelques heures avant l’enregistrement des BET Awards édition 2007 lors d’une intervention du FBI, pour recel d’armes de gros calibre. Paper Trail, son septième album annoncé dès sa libération sous caution, était décrit comme l’album de la rédemption, un récit croustillant – il va de soi – sur ce chapitre très agité de sa vie. Qu’en est-il réellement ? 

Lire la suite T.I. « Paper Trail » @@@

Madonna « Hard Candy » @@@@


« Tiens donc, Madonna se met à faire du r&b. » Il faudrait soit avoir la mémoire courte, soit être un peu trop jeune pour balancer ce commentaire teinté d’ignorance. Celle par qui le scandale arrivait dans les années 80 est une artiste accomplie capable de tabler dans n’importe quel registre musical, que ce soit (dans le désordre) de la pop proprement dite, de l’électro, la house, le trip hop, la disco-pop… et dans le domaine réservé de la soul et du rhythm’n blues, souvenez-vous Bedtime Stories en 1995, dont était extrait son tube « Secret ». Ces pendules remises à l’heure, l’instant était opportun pour la Queen of Pop  de poursuivre son cycle artistique en revenant faire un tour de piste r&b.

Arrivant bientôt à l’âge de femme mûre (la cinquantaine en Août), son charme indécent semble inaltéré, il lui fallait juste rajeunir son public. La pochette à de quoi faire rougir les mâles et à en observer la madonne en tenue fétichiste ceinturée de son titre de reine des dancefloors (statut qu’elle possède depuis près d’un quart de siècle), il est facile de deviner que Hard Candy sera une belle partie de jambes en l’air. Inutile alors pour elle de faire un lifting en profondeur, elle a fait appel pour le maquillage de son 11e album au nec-plus-ultra des producteurs urbains du moment : le très sollicité Timbaland et Pharrell Williams des Neptunes. Puta*n, un opus 100% made in Virginia Beach, avec les Surrounded By Idiots aux commandes ! (c’est comme ça que s’appelle confidentiellement la formation de Timbo et les Neptunes, NdR). Sans quoi, je n’aurai peut-être pas acheté ce disque (c’est la première fois que je me procure un de ses albums, comme quoi, elle a effectivement touché un nouveau public).

À titre informatif, il devait y figurer à l’origine une collaboration avec T-Pain, une anecdote puisque ce présumé morceau est passé à la trappe (comme il s’est passé avec la wanna-be-Madonna Britney Spears). Tant mieux  ! 

Lire la suite Madonna « Hard Candy » @@@@

50 Cent « Curtis » @@@1/2


Ou la chronique d’un mini-scandale que j’ai perpétré sans le souhaiter. Cet article m’avait causé énormément de tort pour avoir connement mis un 18/20. Entre messages d’insultes à mon égard, attaques prévisibles groupies versus haters et personnes ayant un bon sens du second degré, j’ai bataillé ferme pour expliquer dans cette insurrection que cette démarche qui n’était pas mon idée, mais celle du webmaster de Rap2K. Etant donné que j’avais décerné un 18 à Kanye West (où là aussi je fus critiqué au sein même de la rédaction), il avait souhaité que je lui décerne la même note pour rentrer la jeu de leur fausse guéguerre médiatique de celui qui allait vendre le plus d’album entre Graduation (lire la chronique) et Curtis.

Bien entendu, il s’agissait d’abord de créer une polémique au sein de la communauté du site afin de susciter des réactions et faire des stats, ça ne sert à rien d’user de la langue de bois. Mais vu que j’en étais l’auteur, j’en ai pris salement pour mon grade. Ma responsabilité de chroniqueur a été quelques peu malmenée par des accusations injustes sans que je puisse justifier correctement ce coup de provoc’. Il est vrai que je ne porte pas 50 Cent dans mon coeur en tant que personne (détestable) et je ne l’ai jamais nié. La chronique de Curtis était pour moi le moment idéal de pouvoir engendrer des discussions animées, et j’en assume pleinement ce fait. Mais pour remettre les choses au clair, je n’ai pas du tout décidé de mettre un 18, l’album ne méritant pas tant. En réalité, j’allais lui attribuer un 15 tout rond. N’y voyez pas là des excuses publiques, mais je ne tenais pas à laisser croire que j’étais capable d’une telle aberration.

Maintenant, je vous propose mon analyse sur la raclée de 50 Cent par rapport à ses ventes de disque et ensuite la chronique revue de Curtis reflétant ma propre opinion.

Lire la suite 50 Cent « Curtis » @@@1/2

Talib Kweli « Ear Drum » @@@@½


Suite à un piratage prématuré, Beautiful Struggle a été accouché dans la douleur par césarienne, des lésions qui ont laissé pas mal de handicaps à sa naissance, notamment un choix stylistique hasardeux qui amorçait une lourde transition entre underground et mainstream. Une période inconfortable pour Talib Kweli et un accueil mitigé qui a provoqué son départ de Rawkus, posant le point-virgule d’une glorieuse décennie pour le prestigieux label. Désormais libéré de toutes contraintes, Talib devient entrepreneur et fonde en 2005 sa propre écurie Blacksmith Ent, en licence sur la major Warner Music. Le commencement de nouvelles aventures pour le MC de Brooklyn, et pour le public l’attente d’un digne filiation à Kwality.

Lire la suite Talib Kweli « Ear Drum » @@@@½