Rihanna « Good Girl Gone Bad » @@@1/2


Trois albums en deux ans, Rihanna poursuit son irrésistible ascension dans les charts et clubs du monde entier avec Good Girl Gone Bad. Finis ses airs de petite fille fragile, la chanteuse black pop (le premier que je vois dire r&b prend la porte) va surfer sur les tendances à la mode, une métamorphose stylistique qui s’est accompagnée d’une nouvelle coupe de cheveux qui a fait fureur. Sur le plan musical, l’égérie du label hip-hop Def Jam se dévergonde en livrant un album composé uniquement de tubes radio infectieux, avec à la clé un énorme succès planétaire.

L’été 2007 a été le plus pluvieux en Europe depuis fort longtemps. La possible cause de cette montée du niveau d’hygrométrie, le mégatube ‘estival’ « Umbrella » de Rihanna (réalisé par Tricky Stewart) qui nous refait le coup de « Singing in the Rain » en petite tenue. Ce hit, assisté par son protecteur Jay-Z, est resté pendant neuf semaines d’affilée numéro 1 des ventes dans une Angleterre inondée par d’incessantes intempéries, et un peu partout ailleurs comme ici chez nous en France. Une chose est sûre, le commerce de parapluie n’a jamais été aussi florissant, Rihanna a même – paraît-il – saisi l’opportunité de lancer sa propre marque, ça s’appelle avoir de la suite dans les idées. Mais cette ferveur ne s’est pas atténué pendant l’Hiver sur notre bon Vieux Continent, la chanteuse s’est mise à l’eurodance avec « Don’t Stop The Music », encore un tube gigantesque conçu par les scandinaves Stargate (tiens donc) sur lequel Rihanna reprend le celèbre « Soul macosa » de Michael Jackson… ? Manu Dibango ne doit certainement pas voir les choses du même œil. Les nôtres d’yeux voient une jeune chanteuse qui enjôle avec son attitude sexy.

Quand on parle des Stargate, Ne-Yo n’est jamais loin de ses producteurs fétiches. Il profite de l’occasion pour chanter aux côtés de Rihanna sur la balade « Hate That I Love You », de nouveau un single qui a très bien marché. L’équipe gagnante américano-norvégienne s’occupe du morceau phare « Good Girl Gone Bad » et Ne-Yo est aussi le co-auteur du titre principal « Question Existing » orné de sonorités électroniques, le tout sous le regard attentif de Jay-Z toujours. Et une ballade (avec deux ‘l’) en voiture avec Rihanna ça vous tente ? Je vois que oui, mais au lieu de perpétuer le cliché du conducteur flambeur au volant de sa grosse cylindrée, elle dira à ce garçon entreprenant « Shut Up And Drive » (« la ferme et roule » en français familier) sur un air de power-pop (terme désignant du pop/rock un peu hard, NdR), parce que ça ne suffit pas de se la péter en carrosse, il faut un jet d’adrénaline.

Une tournée triomphale avec Kanye West et les N.E.R.D., un disque de platine, son premier aux Etats-Unis, en plus d’un succès impressionnant en Europe au niveau des ventes de single, six nominations aux Grammy Awards dont le trophée Best Rap/Sung Collaboration avec « Umbrella », GGGB (en abrégé) ne pouvait pas en rester à ce stade. C’est pourquoi les responsables de sa maison de disque ont eu l’idée (à la mode) de relancer les ventes pour marquer le coup, avec la réédition Reloaded sortie un an plus tard, en juin dernier. Au menu, trois chansons supplémentaires, à vrai dire trois autres top single-sellers : le tristounet « Take A Bow » qui tourne pas mal en ce moment (avec les paroles en sous-titré), « If I Never See Your Face » avec les Maroon 5 et « Disturbia » qui risque de faire trembler les clubs du monde entier une nouvelle fois.

Pourtant il en restait encore des hits potentiels sous le coude, trois morceaux produits par Timbaland, fidèle à son nouveau style ‘pop-ulaire’ : « Sell Me Candy », « Lemme That » et « Rehab », qui utilise une mélodie factice de « What Goes Around Comes Around » de Justin Timberlake, co-compositeur de ce morceau. Quelle coincidence… Même Tricky Stewart fait un son Timbo-like, « Break Dishes ». Après « S.O.S », tube de l’été 2006, JR Rotem réitère avec « Push Up On Me », avec toujours une nette influence de la synthpop des années 80, très fashion en ce moment, cette fois en s’inspirant d’un standard de Lionel Richie. En plus d’avoir une production impeccable et pour le moins dansante, en dehors du midtempo r&b « Say It », Rihanna a fait des progrès indéniables au chant, ensuite on laisse la magie du studio opérer…

(chronique écrite le 13 Août 2008 )

Une réflexion sur « Rihanna « Good Girl Gone Bad » @@@1/2 »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s