Archives du mot-clé Mos Def

Yasiin Bey x Ferrari Sheppard « December 99th » @@½


Pfiouuu… Dans quels démêlés s’est empêtré Mos Def… pardon, Yasiin Bey. Séparé de sa femme Canadienne dont il n’a toujours pas divorcé, a vécu illégalement en Afrique du Sud pendant deux ans avec un visa expiré avant d’être prié de quitter le pays fin 2016 avec interdiction d’y remettre l’orteil, pays qui l’a accusé de quitter le sol avec un faux passeport… Et au milieu de toutes ces affaires peu reluisantes, le rappeur de Brooklyn a annoncé vouloir mettre un terme à sa carrière, alors qu’on attend toujours les fruits de sa signature chez G.O.O.D. Music, sans parler d’une rumeur d’un retour des Black Star en studio. Comme ça. Mais il ne part pas sans rien…

Lire la suite Yasiin Bey x Ferrari Sheppard « December 99th » @@½

A$AP Rocky « At.Long.Last.ASAP » @@@


Alors, que je vous explique un truc derrière le nom de ce second album en major. Le nom ‘gouvernemental’ d’A$AP Rocky est Rakim Mayers, appelé ainsi car sa mère est une fan du rappeur Rakim. Le surnom de Rakim (celui sans Eric B) était Rakim Allah, le God MC. ALLA, c’est ce qui ce qu’on obtient en contact At.Long.Last.ASAP. Voilà pour la démonstration. Plus sérieusement, cette pochette rend hommage à l’ami A$AP Yams, subitement disparu au début d’année, avec cette tache de vin caractéristique dessinée sur la joue.

Lire la suite A$AP Rocky « At.Long.Last.ASAP » @@@

K’Naan « Troubadour » French Champion Edition @@@@


Puisque j’ai consacré un article sur K’Naan sur Streetblogger , je re-poste la partie consacrée à ce bel album du rappeur afro-canadien. Au choix, soit vous lisez la chronique raccourcie ici en cliquant sur « Voir plus », soit vous cliquez sur l’article complet « Un Troubadour chante l’hymne Coca Cola pour la Coupe du Monde 2010 ». A vous de voir!

Lire la suite K’Naan « Troubadour » French Champion Edition @@@@

Reflection Eternal: Talib Kweli & Hi-Tek « Revolutions per Minute » @@@@


Entre 1999 et 2001, le label indépendant Rawkus comptait sur le plus beau vivier de nouveaux talents de la scène new-yorkaise. On leur doit la découverte du duo déjantés High & Mighty, les volumes de Sound Bombing, Pharaohe Monch en solo et l’album mythique des Black Star, qui a ensuite débouché sur le classique Black On Both Sides de Mos Def et l’incontournable Train of Thoughts des Reflection Eternal. Cette rencontre magique entre Talib Kweli, le rookie brooklynite le plus en vue de l’époque, et Hi-Tek, producteur prometteur débarqué tout droit de Cincinnati, a fortement contribué à la très belle réussite de Rawkus, alors garnie d’une réputation d’excellence. Ce brillant album apparu à l’aube du troisième millénaire sera pour les deux acteurs le socle de leurs carrières respectives.

L’eau a coulé sous les ponts depuis. Talib est devenu un des MCs les plus respectables du rap game, Hi-Tek a collaboré avec les plus gros poids lourds du milieu et Rawkus a mis la clé sous la porte, avant de renaître en 2006 avec des moyens beaucoup plus modestes. On ne parle même plus de rap conscient ou de backpackers. Le hip-hop a beaucoup changé en une décennie. Alors ça fait beaucoup de bien d’entendre dire que Talib et Hi-Tek se réunissent pour reformer les Reflection Eternal, c’est une excellente nouvelle. Une question demeure : est-ce que l’alchimie opère toujours dix ans après? Réponse avec Revolutions per Minute.

Lire la suite Reflection Eternal: Talib Kweli & Hi-Tek « Revolutions per Minute » @@@@

Gorillaz « Plastic Beach » @@@@½


Rendez-vous inloupable avec l’une des formations les plus informatables du troisième millénaire : les Gorillaz. Plus qu’un simple side-project du leader des Blur, ce groupe génialissime a, en deux albums et une multitude de singles inoubliables, marqué cette décennie, qu’il achève avec ce Plastic Beach. Et ils reviennent de très loin, nos quatre personnages cartoonesques emmenés par l’alter-ego de Damon Albarn ont navigué vers des océans inexplorés en quête de découvertes.

Lire la suite Gorillaz « Plastic Beach » @@@@½

Blakroc @@@@


Non ce n’est pas l’image d’une carte postale délavée d’un hiver à Mourmansk que vous voyez à gauche, c’est la pochette de l’album éponyme Blakroc, qui n’est autre que le projet indépendant de l’année 2009. Prenez une poignée rappeurs américains, enfermez-les dans un studio avec de la musique blues-rock et voyez ce qu’il en ressort. C’est ça l’idée, celle de Damon Dash, l’ancien bras droit de Jay-Z à la grande époque de Roc-A-Fella et instigateur de Blakroc. Les Black Keys sont en charge des compositions et l’ingénieur du son Joel Hamilton, une légende des studios new-yorkais, à l’enregistrement.

Lire la suite Blakroc @@@@

Mos Def « The Ecstatic » @@@


Bon, bon, bon… doucement. Avant d’écouter quoi que ce soit, je lis sur HipHopDX que The Ecstatic est le meilleur album de Mos Def depuis Black On Both Side, Big Ad sur MSN m’avait confirmé cet avis très favorable. Autre part, sur le blog SoulBrothaMusic (si je me souviens bien), je lis que Mos Def s’est encore planté avec un album presqu’aussi mal fini que True Magic. Stop l’agitation, temps de réflexion.

Il est vrai que le goût d’inachevé de True Magic nous était resté en travers de la gorge, pourtant je l’ai gardé chez moi ce disque, malgré son aspect de CD jetable. Parce que j’aime beaucoup Mos Def qu’il soit rappeur ou acteur (S’il vous plaît, Rembobinez de Michel Gondry est un petit chef d’oeuvre). Cependant il était hors de questions que Mos Def resalope un album après ce qu’il nous a pondu la fois dernière. Oh non… Et ben si.

Lire la suite Mos Def « The Ecstatic » @@@

« Dillanthology2 » @@@@


J Dilla me manque terriblement. Il manque beaucoup à la musique rap. Pour combler ce besoin, je suis en quête de ses productions les plus rares et méconnues. L’autre jour @SeverineD (sur Twitter) m’a confié Vintage en format numérique, un album de beats inédits publiés chez Stones Throw en 2004 introuvable sur le marché.

Le même jour j’avais commandé Dillanthology2, second CD du coffret Dillanthology. Pourquoi j’ai pris ce volume 2 ? Le 1 et le 3 compilent des morceaux déjà connus et pas seulement des connaisseurs, donc aucun intérêt pour moi. Le volume 2 propose une douzaine de remixes plus ou moins rares uniquement édités sur des maxis et autres faces B (à défaut de les trouver en mp3). Les vrais collectionneurs les ont sans doute ou les recherchent partout sur la planète, sur eBay pour des sommes modiques. Dillanthology2 est une solution de facilité.

Lire la suite « Dillanthology2 » @@@@

Jazz Liberatorz « Fruit of the Past » @@@@1/2


La première cuvée des Jazz Liberatorz a été uninamement un des gros coups de coeur de l’année 2008 (lire la chronique de Clin d’Oeil), récompensé de surcroît par des critiques élogieuses. Et voilà qu’un nouvel album surgit dans les bacs, à notre grande surprise, s’appelant Fruit of the Past.

A faire preuve de perspicacité en zieutant attentivement la pochette et le tracklisting au dos, on se rend compte qu’il ne s’agit pas d’un millésime 2009 entièrement nouveau, mais d’un disque rétrospectif regroupant les premiers maxis produits par notre trio jazz-hop Mahdi, Damage et Dusty depuis leurs débuts complémenté avec quatre remixes, une collaboration avec Mos Def, de ravissantes parties instrumentales… Avis aux possesseurs de Clin d’Oeil, ce saut dans un passé proche est tout aussi indispensable et réjouissant !

Lire la suite Jazz Liberatorz « Fruit of the Past » @@@@1/2

The Roots « Rising Down » @@@@


Pour gagner du temps, on vous dispensera du sempiternel paragraphe d’introduction récapitulant la biographie et la discographie exceptionnelle d’une des meilleures formations hip-hop au monde que sont The Roots.

Aujourd’hui à leur huitième album studio, leur second à paraître chez Def Jam, le groupe de Philadelphie est plus que jamais en phase avec l’actualité et le moral des gens, entre dépression, oppression, menace de récession économique (crise des subprimes), régression de la considération des descendants des immigrés et tout un tas d’autres pressions, tensions, agressions… Et pour cause, le contexte politique et la cause afro-américaine sont au centre de tous les débats aux Etats-Unis en ce moment, et pas seulement avec la campagne de Barak Obama pour l’investiture démocrate. Depuis les dévastations provoquées par l’ouragan Katrina en 2005 qui a transfiguré les Etats du Sud en pays du Tiers-Monde, la cicatrice refermant l’épisode sombre de la traite des Noirs s’est rouverte telle une plaie infectée et béante. Les vieux démons ont rejailli de l’inconscience collective, il n’y a qu’à regarder ce qui s’est passé avec les propos insultants de Don Imus, le fait-divers Jena 6 et le meurtre de Sean Bell. Des affaires sensibles très médiatisées pour constater dans notre une grande démocratie comme la leur que la communauté afro-américaine souffre de discriminations raciales révoltantes et d’aberrations judiciaires tout à fait scandaleuses. Toute cette page politique et sociale est une source d’inspiration pour des artistes hip-hop comme les Roots sur ce Rising Down et prochainement Nas et son très attendu Nigger (rebaptisé Nasir).

Lire la suite The Roots « Rising Down » @@@@

9th Wonder « Dream Merchant vol.2 » @@@1/2


The Dream Merchant vol.1 fait partie de ces objets rarement trouvables en support physique. Et pour cause, il s’agissait d’un CD promotionnel tirés à quelques exemplaires inclus exclusivement dans le package triple CD National Mayhem. Par conséquent, on peut affirmer que The Dream Merchant vol.2 est le premier album officiel de 9th Wonder. Un disque sorti dans un contexte un peu particulier puisque le producteur phare de la Justus League s’est séparé des Little Brother après leur avoir produit les classiques The Listening et The Minstrel Show chez Warner. Mais l’année 2007 est décidément l’année des albums de producteurs et dans cette continuité, la livraison de 9th Wonder était plus qu’attendue par ses aficionados.

Lire la suite 9th Wonder « Dream Merchant vol.2 » @@@1/2

Jay Dee « JayDeelicious – The Delicious Vinyl Years » @@@@


Après la réédition de Ruff Draft chez Stones Throw, le label Delicous Vinyl vient rendre hommage à l’un des (si ce n’est ‘le’) plus grands beatmakers de notre génération : Jay Dee aka J Dilla. Jaydeelicious – The Delicious Vinyl Years est un flashback qui repart de 1995 à 1998, période pendant laquelle Jay Dee a fait ses premiers grands pas dans le Hip Hop en ghost-produisant Beat, Rhymes & Life des A Tribe Called Quest et élevant à lui seul le Labcabincalifornia de The Pharcyde au rang de classique. 

Lire la suite Jay Dee « JayDeelicious – The Delicious Vinyl Years » @@@@

Kanye West « Graduation » @@@@1/2


Artiste : Kanye West

Album : Graduation
Année : 2007/2008

– Licence de rap option écriture
– Master recherche de samples de soul music
– Master professionnel en production hip-hop avec assistance en synthés électro
– Option réalisation de clips vidéos.

Avis du jury :

Après un édifiant premier projet professionnel déjà inscrit dans les annales du Hip Hop (College Dropout), suivi d’un concours d’entrée brillamment réussi (Late Registration), Kanye a su combler son retard dans sa scolarité en forçant la mesure de son talent aux yeux du monde, et pas seulement au sein du rap game, sous l’œil bienveillant de son maître à penser et président de label, Shawn ‘Jay-Z’ Carter. Un élève tant consciencieux que sérieux, soucieux du détail l’approximant du perfectionnisme, et dont l’ambition affichée se trouve momentanément malmenée par ses péchés d’orgueil et autres coups de gueule médiatiques. Entre prestigieuses récompenses (Grammy Awards) et malédictions chroniques (MTV Video Music Awards), Kanye a su faire la part des choses entre le succès et le domaine artistique.

Lire la suite Kanye West « Graduation » @@@@1/2

Mos Def « True Magic » @@@


Lorsque True Magic (Geffen/Barclay) est arrivé dans les bacs ce début d’année, on s’est tous demandé qu’est-ce que c’est que cette mystérieuse pochette translucide avec juste le CD à l’intérieur. Copie bootleg ? Presque. Selon un communiqué de presse des représentants d’Universal, il s’agirait en fait d’une édition limitée à 110 000 exemplaires. Autrement dit, c’est une version non-finalisée, pour ne pas dire officieuse, et qui fait déjà office de collector, avec un boîtier spécial en polypropylène, sans livret (les crédits sont disponibles en ligne sur www.mosdefmusic.com), ni papier au recto. Soucieux de la préservation de l’environnement, Mos Def a transformé une opération marketing en geste écologique, c’est ça qui est magique.

Lire la suite Mos Def « True Magic » @@@

Jurassic 5 « Feedback » @@@@


Avec Feedback (Interscope/Polydor), qui de par son titre résonne avec les sources du rap, les Jurassic 5 n’en sont pas à leur coup d’essai. Akil, DJ NuMark, Chali 2na, Mark 7 et Soup font même partie des piliers de la scène « underground » californienne (à l’instar de groupes comme Dilated Peoples, Ugly Duckling et bien d’autres), Cut Chemist en moins pour cette quatrième chevauchée. Par le terme abusif d’underground, il faut donc comprendre que Jurassic 5, malgré son appartenance à la côte ensoleillée rendu célèbre par NWA, ne verse pas dans le gangsta rap. Une particularité, qui à leurs débuts (ni même aujourd’hui, du reste), n’allaient pas forcément de soi pour les jeunes artistes californiens. Fortement apprécié par les anciens backpackers (maintenant appelés puristes…), J-5 n’a pas manqué de provoquer l’excitation des amoureux de Hip Hop (j’aime mieux les appeler ainsi) en annonçant un nouvel opus. Et pour cause.

Chronique originale écrite le 12 Aout 2006

Lire la suite Jurassic 5 « Feedback » @@@@