Mos Def « The Ecstatic » @@@


Bon, bon, bon… doucement. Avant d’écouter quoi que ce soit, je lis sur HipHopDX que The Ecstatic est le meilleur album de Mos Def depuis Black On Both Side, Big Ad sur MSN m’avait confirmé cet avis très favorable. Autre part, sur le blog SoulBrothaMusic (si je me souviens bien), je lis que Mos Def s’est encore planté avec un album presqu’aussi mal fini que True Magic. Stop l’agitation, temps de réflexion.

Il est vrai que le goût d’inachevé de True Magic nous était resté en travers de la gorge, pourtant je l’ai gardé chez moi ce disque, malgré son aspect de CD jetable. Parce que j’aime beaucoup Mos Def qu’il soit rappeur ou acteur (S’il vous plaît, Rembobinez de Michel Gondry est un petit chef d’oeuvre). Cependant il était hors de questions que Mos Def resalope un album après ce qu’il nous a pondu la fois dernière. Oh non… Et ben si.

Que je m’explique. Que Mos Def fasse appel aux producteurs fétiches de Stones Throw (les frangins Madlib et Oh No, Georgia Ann Muldrow et Dilla), c’est une super idée. Qu’il leur prenne des instrumentaux pré-existants comme il a été démontré dans la chronique de Soul Brotha, c’est du recyclage pur et simple.

Quand The Ecstatic démarre avec « Supermagic », une entrée en matière rock et énergique, je me suis dit que ça y est, le Mos Def qu’on a connu il y a dix ans refaisait surface avec son flow inimitable et ses rimes poétiques, que j’avais affaire avec le ‘super True Magic’ qu’on nous avait promis. Il faudra attendre les deux derniers morceaux du disque pour que Mos Def retrouve ses anciennes sensations, d’abord avec « History » avec Talib Kweli sur une jolie prod soulful de J Dilla, prélude d’une reformation des Black Star, et « Casa Bey », ambiance très seventies avec un rap de Mos au top.

Le reste de l’album n’a fait que conforter mon pressentiment, celui d’une déception. Comme ce fut le cas pour True Magic, de la colère en plus envers l’artiste, toujours talentueux au demeurant, c’est que je lui en veux terriblement pour avoir saboté un album une seconde fois de suite. Une fois je veux bien pardonner, la seconde, y a pas moyen. J’aurai dû m’en douter en m’apercevant que les autres producteurs participant à Ecstatic étaient les mêmes que son prédécesseur : Mr Flash, Preservation,… Au fait, où sont les prods de Kanye West dont on nous a parlé il y a quelques mois ?

J’apprécie des titres comme « Quiet Dog Bite Hard » que j’ai pu voir interprété sur scène lors de son passage parisien en Octobre 2007 et « Pistola » avec son sample ensoleillé. Mais le gros de l’album m’a laissé une impression de fâdeur. L’instru des Neptunes, de Chad Hugo pour être exact, « Twilight Speedball » est déconcertante, pareil pour « Life In A Marvelous Times » avec des synthés insipides et des violons qui débarquent de nulle part. C’est dommage que Mos Def gaspille son talent de cette façon. Dieu sait que j’ai essayé de trouver des qualités à des morceaux comme « Wahid », « Embassy » mais les instrus paraissent vieillots, surannés. Parfois j’ai envie de comparer ça avec du vin bouchonné. Si quelqu’un y trouve un quelconque charme, tant mieux pour lui (sans vouloir être méchant). Quand je pense comment je me suis emmerdé ferme en passant « No Hay Hada Mas »…

C’est bien gentil d’avoir fait appel à Slick Rick, grand maître es lyricisme, pour poser sur « Auditorium » mais quelle en est l’utilité de poser sur un beat de Madlib qui n’est prévu pour ? C’est ça le souci avec les instrumentaux dépouillés des frères Jackson et Georgia Ann Muldrow (« Roses »), ils ne sont pas du tout prévu pour être rappés dessus, comme s’ils ont été créés dans le seul but d’être des instrumentaux sans voix ou de ne laisser que des parties chantées comme avec Georgia. Mos Def parvient tout de même à ajuster son flow sur le rythme ou les chants sur les mélodies, il est hyper fort pour ça, ceci ne donnant l’impression pour ces titres que d’être des freestyles très inspirés. Heureusement que la fin de l’album est sauvée.

Ça ne me plaît pas. Si j’ai mis un @@@, c’est bien par gentillesse, parce que le talent brut de Mos Def paie, même s’il a fait mieux par le passé. Puis comparé au dernier Busta (où j’ai mis la moyenne), c’est quand même plus intéressant. Je constate simplement qu’il ne sait pas choisir des instrus convenables, ceux-là ne mettent en rien en valeur sa créativité. Certes les beats de Oh No et Madlib sont géniaux, c’est juste qu’ils ne correspondent pas au style de Mos Def, désolé. La faute n’incombe pas à un manque d’inspiration. J’ajouterai aussi que l’ambiance un peu trop spéciale ne nous évoque pas les rues de Bed Stuy, Brooklyn. Vraiment, je suis mécontent. The Ecstatic m’a laissé sur un goût très amer. Désormais Mos Def excelle dans l’art de nous frustrer.

16 réflexions sur “ Mos Def « The Ecstatic » @@@ ”

  1. Album qui propose à part une musicalité, une ambiance hors du commun dans le monde du hip hop donc le côté inachevé je vois pas surtout au niveau de la production, quant à « choisir des instrus convenables’ ce n’est qu’une question de goût non ? Et puis True Magic est un voyage sonore exceptionnel donc dire de ses deux albums qu’ils sont frustrants est vraiment mal vu pour ma gueule.

    J'aime

  2. Les goûts et les couleurs!!!! True magic et Ecstatic sont deux albums exeptionnels…j’aimerais bien comprendre ce que vous entendez par inachevé….car pour ma part ils me semblent bien aboutis. Laisser reposer vos oreilles…et réécouter…c’est subtile et bien plus travailler que vous le décrivé.
    Peace

    J'aime

  3. @Esco le 12/20 c’est ma note pas celle de Sagittarius. Je vais laisser un com’ sur ta chronique. Ce skeud déchaîne les passions et tant mieux.
    Quand 2k fonctionnera (si j’ai la patiente d’attendre), tu verras que dans ma review je fais un parallèle entre la carrière cinématographique de Mos Def et sa carrière musicale. Pour moi il semblerait qu’il favorise plus la première au détriment de la deuxième, n’arrivant pas à conserver un équilibre. Il y a un moment où il va falloir faire un choix, il ne peut pas gâcher éternellement ses albums (pour True Magic il n’avait qu’un mois pour le réaliser ça se ressent.) Et puis ce qui ne me gène pas mal ce sont les prods déjà entendues, le mec s’est pas foulé. En revanche je le trouve toujours efficace au mic.

    J'aime

  4. Ah ah, je viens de poster ma chronique. Messieurs (Sagittarius & Crazy Horus), va y avoir débat ! Non, contrairement à vous deux, je n’ai pas été surpris ni décu de cet opus. J’attendais un Mos Def comme tel et pas comme il y a 10 ans.

    Alors parfois, il pousse tellement la bizarerrie, si j’ose dire, qu’il en perd un peu les pédales mais dans son ensemble, je trouve cet album très bon. Seuls « Quiet Dog Bite Hard » et « Twilite Speedball » m’ont déplu. Tout le reste, c’est spé, mais j’aime.

    12/20 pour vous ? Un 16 bien mérité pour moi.

    @Sagittarius : On est d’accord, True Magic est un bon skeud !

    J'aime

    1. True Magic a été trop déprécié selon moi, ce n’est que mon avis, il y avait de bonnes choses dessus. Là j’ai eu l’impression d’écouter un semblant d’album avec des beats inadaptés… Et pourtant, j’ai fait un vrai effort pour essayer de l’apprécier ! Et je nie en aucun cas les qualités de Mos Def, je le répète souvent dans ma chronique. Je reviendrai en parlant sur la tienne !

      J'aime

    1. @Sagittarius ouais on verra ce que ça va donner. Pour ma part je ne le sens pas ce Black Star vu les derniers projets de Talib… Disons qu’en ce moment c’est vraiment bizarre. D’un côté t’as des mecs comme Mos Def qui ont pondu un premier album démentiel et qui avec le temps s’enlisent de plus en plus, alors que de l’autre un type comme U-God semble avoir pris le chemin inverse, son Dopium étant pas mal du tout.

      J'aime

  5. a ok c’est que quand j’ai lut la chronique j’ai eu l’impression que tu n’avais pas aimée moi se qui me gène c’est que j’ai l’impression qu’il est muselé qu’il ne montre pas tout se dont il est capable et qu’il nous a prouver par le passé d’ailleurs les seul morceaux ou je n’ai plus eu cet impression c’est supermagic et casa bey le 1er et dernier morceaux du skeud sa rend tout sa encore plus frustrant car le reste est juste bon (mis à pars peut être life In A Marvelous time history et roses auditorium) ou même les morceaux trop cours comme priority pour moi aurait put être un super truc mais c’est beaucoup trop court donc comme jlé dja dit les défaut apparaisse vite mais mon esprit groupie à su faire outre et voir le meilleur de cet album très frustrant comme tu l’as dit

    J'aime

  6. Bah moi je te trouve au contraire très pertinent. Ayant moi même rédigé cette chronique pour 2k il y a déjà quelques semaines j’ai été très déçu… Un album fade, avec de grosses resucées instrumentales de Madlib, Oh No et Dilla. Un truc fait rapidement et sans intérêt si ce n’est quelques morceaux comme « Casa Bey », « Life in Marvelous Times » et « Priority ». Le temps ne passe pas vite lors de l’écoute. « No Hay Nada Mas » traduit malheureusement cette apathie globale comme il est écrit « il n’y a rien de plus » et c’est dommage. Si Mos Def se sent extatique, personnellement je le suis beaucoup moins.
    12/20 donc grosse déception, après un « Tru3 Magic » exsangue.

    J'aime

  7. Je te trouve un peux dur j’ai beaucoup apprécier l’album surtout à la première écoute ensuite à la deuxième écoute les défauts apparaisse mais dans l’ensemble j’ai trouvé sa plutôt très bon pour ma pars c’est un 15.5

    J'aime

    1. ça m’a fait pareil, sauf que je n’arrivais pas à me défaire des défauts. Je n’ai pas été exalté comme je l’ai été pour BOBS et The New Danger…

      J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s