Archives du mot-clé Lupe Fiasco

Lupe Fiasco « DROGAS light » @@@


Bon sang de bonsoir… Mais quelle mouche a encore piqué Lupe Fiasco de vouloir arrêter le rap ? C’est ce qu’il avait annoncé, en Décembre dernier, après s’être pris le chou pour la quarante-douzième foi avec sa maison de disque Atlantic, accompagné d’un freestyle haineux aux relents antisémites à l’encontre des dirigeants de la compagnie. Sauf que là, ras-le-derche, il engage un avocat (juif) pour rompre son contrat et annule la trilogie d’albums qu’il avait programmé. Voilà, clap de fin, l’article s’arrête là, en terminant sur un jeu de mot sur son blase. He ben non, le 10 Février 2017 DROGAS Light a vu le jour, et une nouvelle fois, on ne sait plus sur quel pied danser.

Lire la suite de la chronique sur SURLmag.fr →

Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@


Voici la suite que personne n’attendait de Son of a Pimp qui a fait connaître il y a onze ans ce cher Mistah FAB comme un représentant majeur de la Bay Area, mais sans doute que certains se rappellent mieux de notre ballplayer son Baydestrian en 2007 en plein boom du mouvement Hyphy. Depuis le rappeur d’Oakland n’a pas quitté le milieu, proposant sur le marché local plusieurs mixtapes par an pour ne pas perdre la main, et finalement nous sommes heureux de son retour sur les devants de la scène. Il arrive des come-backs comme ça qui font bien plaisir, et celui-ci est particulièrement réussi, un vrai festival vu la pléthore de guests et plus d’1h20 de musique.

Lire la suite Mistah F.A.B. « Son of a Pimp, part 2 » @@@@

Lupe Fiasco « Tetsuo & Youth » @@@@½


On ne savait plus quoi penser de Lupe Fiasco. Après deux brillants premiers albums au succès critique comme commercial, il se ramasse à plat ventre sur les deux suivants. Après ses discours de rappeur conscient plein de lucidité et d’intelligence, sa liberté d’expression se perd des propos qui ne tiennent pas la route, quelques petits coups de gueule et autres prises de bec sur Twitter qui le font passer pour un personnage soupe-au-lait. Complètement perdu dans sa tête.

Lire la suite Lupe Fiasco « Tetsuo & Youth » @@@@½

Big K.R.I.T. « Cadillactica » @@@@


Le natif du Mississippi a négocié avec brio le virage du second album nous dirigeant vers l’univers d’où il vient, Cadillactica. On peut d’ailleurs faire le parallèle entre ce passage et celui de Southernplayalisticadillacmuzik au classique ATLiens des Outkast. Il semblerait que le destin de Big K.R.I.T. soit en train de se réaliser.

Lire la suite Big K.R.I.T. « Cadillactica » @@@@

Ab-Soul « These Days… » @@@½


Il aura fallu un ultimatum à son label Top Dawg Entertainment pour que Herbert Stevens alias Ab-Soul puisse sortir These Days…, qui à l’origine était prévu de s’intituler Black Lips Pastor. Ce troisième projet du hippy noir semble être né dans la douleur, et c’est peut-être dans des conditions difficiles qu’il a été conçu.

Lire la suite Ab-Soul « These Days… » @@@½

The Robert Glasper Experiment « Black Radio 2 » [Deluxe edition] @@@@


Au-delà de critiques très favorables, le premier volume Black Radio du Robert Glasper Experiment avait permis de redonner un gain d’intérêt à la Nusoul avec un projet rassemblant un éventail d’artistes liés de près ou de loin à ce mouvement musical, comme ce que faisait Roy Hargrove à l’époque avec RH Factor. Maintenant que le pianiste Robert Glasper possède le témoin bien en main, il aborde cette suite avec l’idée d’en faire plus, en regroupant un parterre de chanteurs – et rappeurs! – prestigieux. Encore plus si vous optez pour l’édition deluxe.

Lire la suite The Robert Glasper Experiment « Black Radio 2 » [Deluxe edition] @@@@

« Self Made vol.3 » @@½


Et de trois. Rick Ross et son label Maybach Music Group présentent leur livraison annuelle Self Made, avec comme d’habitude les dernières nouveautés du label sur la même gamme d’instru depuis deux ans.

Lire la suite « Self Made vol.3 » @@½

Kanye West « Yeezus » @@@@


Celui qui pour beaucoup a été considéré comme un messie du rap à ses débuts en 2004 nous présente sa nouvelle « création », sa sixième si on ne compte pas Cruel Summer, Yeezus. Et c’est devenu une habitude avec chaque nouvelle sortie de Kanye West, les vagues de débats passionnés, des articles de presse plus ou moins bien renseignés, tout ces éléments médiatiques qui font que l’un des rappeurs/producteurs les plus influents de ces dernières années devient le centre du monde, en bien, ou en mal.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Lupe Fiasco « Food & Liquor II: The Great American Rap Album part 1 » @@@


Essayons de faire comme si Lupe Fiasco n’avait jamais sorti Lasers. Mmh facile à dire, le mal est fait et ancré profondément. Alors faisons comme si nous ne l’avions jamais écouté? Bah trop tard… Espérons que Food & Liquor II le remette dans le droit chemin alors. Car cette [je-ne-trouve-pas-les-mots-pour-exprimer-cette-infâmie] que fut Lasers a fait passer Lupe de rappeur modèle, qu’il est très vite devenu avec Food & Liquor puis The Cool, à un celui d’un banal rappeur ultra-commercial du même acabit qu’un Flo Rida. Ce nouvel album a un véritable enjeux : reconquérir sa fanbase et de ce fait, récupérer la place qu’il a perdu, celle du rappeur rebel-intello-visionnaire et extrêmement doué avec une conscience politico-sociale. C’est faisable. Cependant sous-titrer Food & Liquor 2e du nom avec The Great American Rap Album c’est exagéré non? Chronique du ‘black album’ de Lupe Fiasco….

Lire la suite Lupe Fiasco « Food & Liquor II: The Great American Rap Album part 1 » @@@

Robert Glasper Experiment « Black Radio » @@@@


Comme le trompetiste Roy Hargrove, Robert Glasper fait partie de ces musiciens qui ont oeuvré autour des années 2000 au mouvement Soulquarian, cette mouvance réunissant hip-hop et néosoul. Il a travaillé aux côtés de Common, Erykah Badu, J Dilla mais aussi Meshell Ndeogecello, Maxwell, Q-Tip et Kanye West. Accompagné de sa propre formation The Robert Glasper Experiment, le pianiste, qui joue aussi du Fender Rhodes, revient avec Black Radio, son cinquième album paraissant chez le prestigieux label jazz Blue Note.

Lire la suite Robert Glasper Experiment « Black Radio » @@@@

Big Sean « Finally Famous » @@@


Je me rappelle encore comme si c’était hier de cette conférence de presse de Kanye West qui a eu lieu début Juillet 2007 au studio de la Grande Armée, à l’occasion de la promo de Graduation. L’unique question que je lui ai posé était « quel est le prochain artiste à émerger sur ton label? », et sa réponse fut : « Big Sean ! Il a un flow de timbré, il a une voix de ouf et il n’a que 19 ans ! ». Quatre ans tout juste après ces mots sort Finally Famous, le premier album de ce protégé de Kanye.

Lire la suite Big Sean « Finally Famous » @@@

Travis Barker « Give the Drummer Some » @@@½


Avec Questlove des Roots, probablement l’un des meilleurs batteurs au monde. C’est ce qu’on disait déjà de Travis Barker lorsqu’il évoluait au sein des Blink 182, la formation punk-rock qui faisait (pour certains d’entre nous) office de bande-son dans les soirées beuveries au lycée et à la fac. Lorsque le groupe a décidé de faire un break, Travis s’est occupé de ses divers side-projects et a commencé à porter un regard intéressé au hip-hop. D’abord en remixant une pléthore de morceaux, puis c’est devenu un truc plus sérieux quand il a travaillé sur les singles de Paul Wall, The Game (« Dope Boys »), Warren G (« Let’s Get High »), Lil Wayne, Rihanna… Au grand dam de son public ckeu-ro, Travis Barker parachève sa reconversion avec son premier album, un album majoritairement hip-hop, Give the Drummer Some.

Lire la suite Travis Barker « Give the Drummer Some » @@@½

Lupe Fiasco « Lasers » @½


« You putting me to sleep nigga (Dumb it down)
That’s why you ain’t popping in the streets nigga (Dumb it down)
You ain’t winning no awards nigga (Dumb it down)
Robots and skateboards nigga? (Dumb it down)
GQ Man Of The Year G? (Dumb it down)
Shit ain’t rocking over here B (Dumb it down)
Won’t you talk about your cars nigga? (Dumb it down)
And what the fuck is goyard nigga (Dumb it down)
Make it rain for the chicks (Dumb it down)
Pour champagne on a bitch (Dumb it down)
What the fuck is wrong with you? (Dumb it down)
How can I get on a song with you? (Dumb it down)
»

C’est le dernier refrain de « Dumb It Down », un des singles de The Cool. À lire entre les lignes, Lupe Fiasco affirmait ne pas se plier au diktat des directeurs artistiques des maisons de disque, qu’il tenait à faire sa musique rap comme il l’entendait… Le MC prodige prévoyait même une trilogie baptisée LupEND. Mais en perdant au bras de fer contre son label Atlantic Records, le emcee de Chicago peut aller pleurer comme un loser. Lasers mériterait d’être le ‘the end’ de sa carrière.

Lire la suite Lupe Fiasco « Lasers » @½

B.o.B presents « the Adventures of Bobby Ray » @@@


Comme beaucoup de ‘freshmen’ (Asher Roth, Blu, Wale, Kid Cudi…), B.o.B connaît une success story de plus en plus courante : il passe de l’anonymat à un nom qui circule sur Internet par le biais de vidéos, morceaux gratuits et compagnie qu’il diffuse sur la toile afin de créer son buzz et afficher son style. B.o.B, lui, est un bébé des OutKast. Puis il finit par être repéré par la presse spécialisée avant d’être pris sous l’aile d’une star ou un grand producteur qui va lancer sa carrière. Dans son cas T.I le signe sur Grand Hustle et le lance sur « Top of The World », un des extraits de Paper Trail. Quelques mixtapes, apparitions télé et infos lâchées au compte-goutte plus tard, les fans qui ont parié sur lui sont sur le qui-vive et son premier album the Adventures of Bobby Ray pète les scores dans les charts. Ne s’est-on pas emballé un peu trop vite ?

Lire la suite B.o.B presents « the Adventures of Bobby Ray » @@@

« The Documentary of Nas » mixé par PLB @@@1/2


Chose promise, chose due : une chronique de The Documentary of Nas de PLB, visiteur assidû de mon blog et propriétaire de la page MySpace PLB Music (voir le blogroll à droite). C’est sur ce lien que vous pourrez vous procurer gratuitement cette net-tape (ainsi que The Documentary of Jay-Z sorti précédemment).

Ne cherchez pas d’exclusivités, PLB n’est pas un mixtape DJ servant de relai promotionnel entre le rappeur et la rue, sa démarche est autodidacte et sans prétention. Ça m’a tout l’air d’être un mix rétrospectif fait pour son plaisir à lui et le plaisir de pouvoir le partager dans le simple but de faire kiffer les gens. Il y a un côté « fait maison » qui ressort de ses blends, collaborations virtuelles et ses ‘shoot out’ (en anglais avec accent frenchy svp), ça fait sourire mais cela permet d’écouter les couplets de Nas d’une différente manière, sur des instrus parfois inattendus. Sans compter qu’il y a vrai taf de recherche derrière en ce qui concerne les samples originaux et des versions live, un peu comme dans les mixtapes d’Ameldabee. 

Lire la suite « The Documentary of Nas » mixé par PLB @@@1/2