Big K.R.I.T. « Cadillactica » @@@@


Le natif du Mississippi a négocié avec brio le virage du second album nous dirigeant vers l’univers d’où il vient, Cadillactica. On peut d’ailleurs faire le parallèle entre ce passage et celui de Southernplayalisticadillacmuzik au classique ATLiens des Outkast. Il semblerait que le destin de Big K.R.I.T. soit en train de se réaliser.

Live from the Underground, son premier album et un des meilleurs du cru 2012, a permis pour KRIT de prendre le large et de la hauteur par rapport à tous les jeunes loups débarquant du Dirty South. Le rappeur-producteur a concentré tout son talent afin de confirmer son statut de Prince du Sud, malgré quelques petites lacunes encore. Sur cette suite, il va beaucoup plus loin, il prend plus d’espace et de dimension. Les trois premiers morceaux repartent du moment de la création, parti de rien pour donner un sens à sa vie à travers la musique rap. Le big bang surgit des TR808 avec ses rythmiques et cowbells caractéristiques (« My Sub part 3 » et ses bruits nocturnes) pour enfin atterrir fraîchement sur l’immense « Cadillactica » (produit par DJ Khalil et DJ Dahi). Et Big K.R.I.T. va encore plus loin puisqu’il s’auto-proclame « King of the South« , titre prédestiné qu’il se dispute face à des géants comme Bun B, Scarface, Ludacris… ou bien sûr T.I. qui possède le trône actuellement. Big K.R.I.T. fait campagne avec son accent du sud provincial et son rap bluesy. Il est maintenant prêt à conquérir plus de territoires, vous l’appellerez bientôt King K.R.I.T.

Cadillactica se veut plus mélodique que son prédécesseur et Big KRIT n’hésite pas à mettre l’accent sur le blues-rock. Pour ce faire, il a fait appel à Raphael Saadiq sur le single « Soul Food » et Jamie N Commons sur « Saturday = Celebrations« . Son flow est moins hésitant, son chant plus maîtrisé comme le démontre très bien sur le refrain de « Third Eye« . La formule de ses beats n’ont fondamentalement pas changé (« Mind Control » qui rappelle son ancien single « Money on the Floor« ), on kiffe ses morceaux bien laid-back comme « Mo Better Cool » qui sample du Barry White, avec en prime les légendes de Houston Devin the Dude et Bun B. Sur une thématique plus social, Lupe Fiasco vient apporter sa parole au débat sur « Generation Lost« . Pourtant Big KRIT ne produit pas 100% de son disque. Par exemple « Angels » c’est Terrace Martin qui régale et les couleurs californiennes sont fortement appréciables. Notre sudiste s’essaie même au r&b, et le résultat est très convaincant, que ce soit le single « Pay Attention » (produit par Rico Love et Jim Jonsin) dans le genre contemporain, ou plus ‘traditionnel’, le slow-jam « Do You Love Me » qui passe crème.

La comparaison avec ATLiens des Outkast n’a rien de hasardeux. Comme Andre et Big Boi, le King Remembered in Time avance vers un style de rap qui lui ressemble plus, plus mûr et qui s’éloigne peu à peu des standards qui l’ont hautement influencé, incluant notamment les UGK. Il y développe un univers un brin mélancolique, plus mélodique avec des choix artistiques plus risqués mais très ancrés dans ses gènes musicaux comme le Blues. Comme ATLiens. Mais ce qui a motivé réellement Big KRIT a réaliser ce second album, ce fut ce sursaut d’orgueil en réponse au couplet de Kendrick Lamar sur « Control » avec « Mt Olympus » :

« Now they wanna hear a country nigga rap
5 albums in, I swear a country nigga snap
Thought they wanted trap, thought they wanted bass
Thought they wanted molly, thought they wanted drank
Fuck them niggas, now they wanna hear a country nigga rap »

Les chanceux qui possèderont la version deluxe pourront profiter de l’excellent « Lac Lac » avec A$AP Ferg, morceau qui tournait déjà en boucle depuis plusieurs mois. Cadillactica est typiquement le genre d’album qui va prendre de la valeur au fil et s’apprécier au fil du temps.

2 réflexions sur « Big K.R.I.T. « Cadillactica » @@@@ »

  1. Très bonne chronique sur un très bon album du nouveau prétendant au trône de King of the South!
    On sent que le bonhomme gagne en maturité et arrive pleinement à confirmer son potentiel, en témoigne un flow plus sûr et des prods aussi rythmées que variées. Assurément une des meilleures sorties de l’année!

    PS: son premier album était « Live From The Underground » une petite coquille a dû se glisser dans votre article ;)

    J'aime

  2. Le nouveau K.RI.T je l’attendais ! Pas encore suffisamment écouté pour juger s’il est bon ou très bon mais j’ai fait un bloquage sur « Mind Control », là le gars a fait du recyclage assez gras ! Comme tu le dis on croirais entendre un mélange de « Money On The Floor » et de « Temptation » (4Eva N A Day), la mélodie de clochette est quasiment pas changée … Au dela de ça je pense que j’ai des heures de régal devant moi avec cet album.
    Et rien a voir mais je me demandais pourquoi tu n’as pas chroniqué « Days Before Rodeo » de Travis Scott, je sais que tu chronique plus les mixtapes mais la c’est sorti en tant que free-album lui même le considère comme un album à part entière, et honnêtement je me suis fait des frissons sur certaines tracks ..

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.