The Robert Glasper Experiment « Black Radio 2 » [Deluxe edition] @@@@


Au-delà de critiques très favorables, le premier volume Black Radio du Robert Glasper Experiment avait permis de redonner un gain d’intérêt à la Nusoul avec un projet rassemblant un éventail d’artistes liés de près ou de loin à ce mouvement musical, comme ce que faisait Roy Hargrove à l’époque avec RH Factor. Maintenant que le pianiste Robert Glasper possède le témoin bien en main, il aborde cette suite avec l’idée d’en faire plus, en regroupant un parterre de chanteurs – et rappeurs! – prestigieux. Encore plus si vous optez pour l’édition deluxe.

Robert-Glasper-Experiment-Black-Radio-2

Quand on voit la liste des guests qui figurent sur Black Radio 2, on lâche un « wow » en roulant des yeux. Puis on se demande si tout de même ce n’est pas too much… Peu importe à vrai dire, tellement on est heureux de voir ces noms qui évoquent les années 90 et 2000, de pouvoir écouter Brandy dans un registre plus soul que nature (« What Are We Doing« ), d’entendre la voix de Faith Evans qui s’est trop effacée ces dernières années (« You Own Me« ) ou la divine Norah Jones sur « Let It Ride« , sa voix glissant entre le moelleux des Fender Rhode et la batterie nerveuse. Oh, et cette belle reprise de « Jesus Children of America » de Stevie Wonder par Lalah Hathaway et Malcolm Jamal Warner.

Après, il arrive que plusieurs titres fassent ni chaud ni froid, comme la collaboration entre Common et Patrick Stump (l’association rap/soul féminine Macy Gray x Jean Grae sur « I Don’t Even Care » est plus intéressante), le trop long « Truth » de Marsha Ambriosius. Autant ces compositions ainsi que celles de « Yet To Find » avec Anthony Hamilton ou « Big Girl Body » sont magnifiques et raffinées, elles font preuve d’un classicisme entendu, au même titre que la cover de « Lovely Day » en mode vocoder (dans la même idée Terrace Martin est plus vibrant avec sa reprise de « Can’t Help It » de Michael Jackson). En matière de Nusoul pure, Dwele, Jill Scott (le troublant single « Calls« ) ou Bilal font office de valeurs sûres et donnent du cachet à Black Radio 2, ou bien la révélation Emeli Sandé dans la douceur nocturne de « Somebody Else« , une vraie réussite. Bien qu’on soit habitué de le voir souvent en featuring, le timbre de voix suave de Snoop Dogg correspond parfaitement à l’ambiance de « Persevere« .

Black Radio 2 de Robert Glasper Experiment est un album cohérent, sans fausse note, avec d’excellents interprètes et des mélodies fondantes, c’est trèèèèèèèès bien, bravo. Cependant, je maintiens mes réserves à propos de la texture molle de l’album et d’un  manque caractérisé de renouveau.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s