Archives du mot-clé Roc A Fella

Jay Z « Magna Carta… Holy Grail » @@@½


Magna Carta… Holy Grail, 12e album solo du rappeur multi-platine/millionnaire Jay Z, 12e numéro 1 du Billboard US. Cela se passe de commentaire.

Lire la suite Jay Z « Magna Carta… Holy Grail » @@@½

Jay-Z & Kanye West « Watch the Throne » @@@


Watch the Throne est l’album rap événement de ce second semestre 2011, c’est un fait. Tout le monde en parle, en bien, en moins bien, en élogieux, en critique… Trop de critiques en fait pour parler d’un chef d’œuvre de la part des deux rappeurs le plus influents du rap game.

Lire la suite Jay-Z & Kanye West « Watch the Throne » @@@

Kanye West « My Beautiful Dark Twisted Fantasy » @@@@½


« Et l’album Hip-Hop de l’année 2010 est décerné à Big Boi avec… » Stop, attendez une minute, je me permets d’intervenir brusquement. Je suis très content pour lui, mais Kanye West a réalisé l’un des meilleurs albums de rap de tous les temps. Je dois admettre, malgré ma réticence à vouloir suivre l’unanimité, que My Beautiful Dark Twisted Fantasy est LA sortie rap majeure de cette fin de décennie.

Ce cinquième album du natif de Chicago a été réceptionné par des critiques très élogieuses, dont un XXL de la part du mag US de référence, et des chiffres de ventes impressionnants. Impensable quand on s’aperçoit que les trois-quarts du tracklisting définitif sont des morceaux qu’il a offert gratuitement par Internet (sous-entendus non inédits) chaque vendredi via la vaste opération des GOOD Friday. J’imagine la suite, le même cérémonial que pour ses quatre premiers albums : Grammy Awards, MTV Awards, BET Awards, etc… sous les applaudissements révérencieux.

Lire la suite Kanye West « My Beautiful Dark Twisted Fantasy » @@@@½

Jadakiss « The Last Kiss » @@@1/2


Nouvelle écurie, nouveau label, nouveau départ, nouvel album pour Jadakiss, son troisième en solo. L’ex-Bad Boy devenu un temps membre des Ruff Ryders (involontairement dissolu à cause des frasques hebdomadaires de DMX) s’est installé chez Roc A Fella Records après avoir encré un deal solide avec Jay-Z, le transférant de chez Interscope (où 50 Cent prenait trop de place avec sa grosse tête) vers Def Jam. Une sacrée veine de cocu en cette période difficile où le jeu des chaises musicales consiste essentiellement à passer au niveau inférieur en signant chez un indé, comme c’est le cas de ses deux ssoc’ Styles P et Sheek Louch.

Le plus étonnant (rassurant?) dans tout ça, c’est que le potentiel commercial de Jadakiss semble intact, son public ne l’a pas oublié depuis le platine Kiss of Death sorti été 2004 si on se fie aux chiffres de vente de The Last Kiss (et non pas Kiss My Ass jugé politiquement incorrect par les têtes bien pensantes). Personne ne l’attendait à ce niveau, on est content de voir qu’il compte définitivement parmi le top10 des MC new-yorkais actifs actuellement. Reste à savoir si cet opus, en l’apparence mainstream si l’on s’en tient à la liste d’invités et de producteurs, possède les productions que mérite Jadakiss, un problème récurrent sur ses albums. C’est le moment de vérité.

Lire la suite Jadakiss « The Last Kiss » @@@1/2

Kanye West « 808s & Heartbreak » @@@


Comme tout le monde sait, la vie de Kanye West a rencontré des moments difficiles l’année dernière. Durant sa triomphante tournée internationale Glow In The Dark, il perd sa mère Donda West à cause de complications durant une opération chirurgicale. Ceux qui ont été le voir à son concert parisien ont pu le voir pleurer en live. Quelques semaines après, on apprend qu’il s’est séparé de sa fiancée Alexis Phifer. Kanye a le cœur déchiré de toute part et sa seule manière pour lui de guérir est d’extérioriser au travers de la musique.

Et il craque… pour l’autotune et enregistre (à l’arrache) en deux semaines à Hawaï, 808s & Heartbreak, un album très personnel sur lequel il déverse sans sanglot sa vie sentimentale. Moi-même je ne supporte pas trop l’abus d’autotune, il aurait mieux fait à ce compte-là de nommer son disque Autotune & Heartbreak. Ce quatrième album de Mister West constitue une (anomalie) gageure au sein de la matrice du rap game, car il n’est ni rap, ni r&b. C’est de la cyberpop en d’autres termes, à défaut d’être un trip pop « robotuné ».

Lire la suite Kanye West « 808s & Heartbreak » @@@

Beanie Sigel « The Solution » @@@


Beanie Sigel

 La sortie de prison de Beanie Sigel au début 2005, en plus de la médiatisation du divorce entre Jay-Z (devenu président de Def Jam) et Damon Dash (qui l’a gardé sous son aile en créant immédiatement son éphémère label Dame Dash Music Group), avait favorisé le buzz pour son 3e album, The B.Coming, qui s’est soldé à l’époque par des chiffres effarants : plus 200 000 copies au compteur dès la première semaine de sa commercialisation. Mais le vent a très vite tourné pour B.Mack – comme il aime se surnommer – puisqu’il s’est retrouvé du jour au lendemain sans maison de disque après la faillite subite de DDMG (et celle de l’amour-propre de Dame Dash). C’est là que son mentor Jigga, dans un élan de charité, lui propose le jour de la fête son anniversaire (le 6 Mars 2007 pour être exact) de rejoindre l’écurie qui l’a vu, Roc A Fella Records pour y sortir son 4e LP. Prévu pour s’intituler Return of the Bad Guy, Beanie s’en est finalement tenu au traditionnel titre nominal, qui est cette fois The Solution. Beanie Sigel justifie ce titre en parlant d’un point de vue personnel comment il a vécu le déchirement du Roc fin 2004 et ce qui l’a poussé à redevenir le bras droit de Jigga (le gauche étant réservé à Memphis Bleek).

Lire la suite Beanie Sigel « The Solution » @@@

Freeway « Free At Last » @@@1/2


Free At Last, ‘enfin libre’, l’album du come-back, un album qui porte bien son nom depuis deux ans qu’on en parle. Mais bon, il fallait attendre l’instant I pour le sortir ce disque… Il s’en est passé un tas de choses depuis son disque d’or avec Philadelphia Freeway sorti en 2003, elle est loin derrière l’hégémonie du Roc A Fella et des State Property, l’entente cordiale entre Jay-Z et Damon Dash,…Novembre 2007, le Roc retrouve un certain succès grâce aux albums de Kanye West et Jay-Z, mais le nom ne résonne guère comme avant et suscite un faible engouement il faut l’avouer. Une situation que Freeway vit difficilement comme il le ressasse avec amertume sur « This Can’t Be Real » (feat Marsha Ambrosius), un morceau qui reflète bien la nostalgie de la bonne époque Roc A Fella.

Lire la suite Freeway « Free At Last » @@@1/2

Jay-Z « American Gangster » @@@@1/2


Première semaine de Septembre 2007, bureaux de Def Jam Recordings
Minuit passé et je suis encore debout dans mon bureau, au 42e détage de ce building situé sur la 8e Avenue, là devant la surface vitrée qui m’offre une vue panoramique sur la métropole new-yorkaise by night. Cet après-midi, je venais d’assister à la projection privée du film American Gangster avec mon pote Denzel Washington, dans le rôle de Frank Lucas, un grand boss du traffic d’héroïne durant les années 70 à Harlem. Après le film, j’ai eu plein d’idées qui se bousculaient dans ma tête, avec la nostalgie de mes grands classiques Reasonable DoubtBlueprint,… Je me rassieds sur mon trô… hum, fauteuil massant en cuir, et je dicte oralement avec la commande vocale de mon mac – je suis Jay-Z, je n’écris jamais mes textes – un e-mail groupé à la Carter Administration pour donner rendez-vous demain après-midi, afin de trouver un bon plan marketing pour mon concept d’album inspiré du film de Ridley Scott. Avant de partir, je finis par commander un lot de cigares cubains sur Internet.

Lire la suite Jay-Z « American Gangster » @@@@1/2

Kanye West « Graduation » @@@@1/2


Artiste : Kanye West

Album : Graduation
Année : 2007/2008

– Licence de rap option écriture
– Master recherche de samples de soul music
– Master professionnel en production hip-hop avec assistance en synthés électro
– Option réalisation de clips vidéos.

Avis du jury :

Après un édifiant premier projet professionnel déjà inscrit dans les annales du Hip Hop (College Dropout), suivi d’un concours d’entrée brillamment réussi (Late Registration), Kanye a su combler son retard dans sa scolarité en forçant la mesure de son talent aux yeux du monde, et pas seulement au sein du rap game, sous l’œil bienveillant de son maître à penser et président de label, Shawn ‘Jay-Z’ Carter. Un élève tant consciencieux que sérieux, soucieux du détail l’approximant du perfectionnisme, et dont l’ambition affichée se trouve momentanément malmenée par ses péchés d’orgueil et autres coups de gueule médiatiques. Entre prestigieuses récompenses (Grammy Awards) et malédictions chroniques (MTV Video Music Awards), Kanye a su faire la part des choses entre le succès et le domaine artistique.

Lire la suite Kanye West « Graduation » @@@@1/2

Jay-Z « Kingdom Come » @@@½


Quand j’ai écouté pour la première fois ce Kingdom Come, ça m’a procuré le même effet que les précédents disques de Jay-Z : un certain dépaysement, un temps d’adaption à la nouvelle forme sonore (signée Just Blaze et Dr Dre, ainsi que les Neptunes, Swizz Beatz et un très bon DJ Khalil). Bref, c’est comme s’il n’avait jamais pris sa retraite qui n’aura duré que deux ans. Quoique, une fausse retraite puisqu’il a sorti deux albums collaboratifs, un second (cuisant échec) avec R Kelly et un autre mash-up avec les Linkin Park. C’est bel et bien réel. Comme Jordan, il est revenu dans le game. C’est le retour du roi de New-York dans un costard de président du Hip-Hop. Call it a come-back.

D’après un commentaire publié le 3 Décembre 2006

Lire la suite Jay-Z « Kingdom Come » @@@½

Kanye West « Late Registration » @@@@@


BULLETIN DE NOTES

Élève: rappeur/producteur Kanye West
Album: Late Registration
Producteurs: Kanye West, Jon Brion et The Carter Administration
Label: Roc A Fella/Def Jam
Date de sortie: 30 Août 2005

Lire la suite Kanye West « Late Registration » @@@@@

Young Gunz « Brothers from Another » @@@


Intrigante cette pochette ? Ne dites pas que la posture des Young Gunz, chapeaux noirs et chaussures Adidas, ne vous rappelle-t-elle pas les Run DMC ? Seconde remarque : le nouveau Roc A Fella respecte les dates de sorties prévues, ce qui fait un très bon point ! Avec un léger décalage par rapport aux sorties françaises certes.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet, sur les pistes de ‘Brothers From Another’, le 2e album du duo de Philly formé de Young Chris et Young Neef. La question importante est de savoir s’ils ont profité des enseignements de ‘Tough Luv’ pour faire album aussi cohérent et compact. Après une écoute attentive, première constatation : le 2e essai n’est jamais le fort de jeunes artistes qui ont soif de succès. Logique quand on crache tout son vécu dans un premier effort et ne rien garder pour la suite. Deuxième constatation : Chris est toujours meilleur que Neef. Troisième constatation : ‘Brothers From Another’ se scinde en deux parties.

Note : un 2e album Roc A Fella sous l’ère du Président Carter… mi-figue mi-raisin. Quelques années après, Young Chris a failli sortir (j’ai bien dit ‘failli’) sortir un album solo tandis que Neef a disparu de la circulation. Dommage pour eux, et pour Peedi Crakk également qui devait être le prochain à dégainer avec ‘Rocstar’.

Lire la suite Young Gunz « Brothers from Another » @@@

Memphis Bleek « 534 » @@@½


4e album de Memphis Bleek, 2e signature du label Roc A Fella en 1997, après Jay-Z et 1er disque de l’ère new ROC maintenant propriétaire de Def Jam, avec toujours Jay-Z alias Président Carter à sa tête.

Lire la suite Memphis Bleek « 534 » @@@½

Cam’Ron « Purple Haze » @@@


Bonjour les chéris, bienvenue dans le monde de la panthère rose de Harlem ‘Purple Haze‘! :) Fini d’attendre ce 2e disque de Cam’Ron estampillé Roc A Fella, repoussé moult fois pour cause de bootleging.

Retrospectivement, j’ai un peu honte de cette chronique écrite fin 2004 (et que j’ai quasi pas retouchée).

Lire la suite Cam’Ron « Purple Haze » @@@

Young Gunz « Tough Luv » @@@1/2


2003 et 2004 ont été les plus glorieuses années de Roc A Fella : la bombe Philadelphia Freeway a marqué les esprits, Jay-Z a sorti son ‘dernier’ album (avant sa fausse retraite anticipée…), Memphis Bleek a opéré son retour dans les bacs avec M.A.D.E., Kanye West a sorti son premier classique College Dropout, en attendant que Cam’Ron sorte son Purple Haze. Il y avait aussi les M.O.P., ODB, NORE et Beanie Siegel qui allaient bientôt entretenir cette pluie de missiles à leur tour… Ou pas du tout. Car comme vous le savez tous, 2004 a été le début de la fin de la dynastie Roc A Fella Records, tout l’empire s’est écroulé puis dilapidé entre Jigga et Dame Dash. Triste chute… Les Young Gunz étaient parmi les derniers à profiter de la suprématie du label.

Lire la suite Young Gunz « Tough Luv » @@@1/2