Snoop Dogg « presents The Big Squeeze » @@


Rappeur, acteur, pimp, coach, réunificateur, bref homme d’affaire à tout faire, voilà que Snoop Dogg nous fait part de sa dernière lubie : jouer les producteurs, sous l’alias Niggaracci. Quelques mois à peine après la sortie de son dernier album, sur lequel il avait coréalisé son premier instrumental officiel (« Gangbangin’ 101 » feat The Game), Snoop s’est empressé de concrétiser son orientation artistique en sortant une compilation toute neuve, qu’il a quasi exécuté de ses propres mains avec sa SP et Pro Tools. Snoop Dogg presents The Big Squeeze (Doggystyle Records/Koch Records) est par ailleurs l’occasion de présenter ses deux super-groupes néoformés, Western Union (Damani, Soopafly et Bad Lucc) et War Zone (MC Eiht, Goldie Loc et Kam), dont on a déjà pu voir un aperçu sur Tha Blue Carpet Treatment, ainsi que la petite nouvelle, Azuré. Passé ce moment d’incrédulité, entendons voir le résultat.

« Hat 2 tha bacc » avec les Western Union permet de se faire une première idée du style de prod de Niggaracci. Qui est l’exemple ? Certainement pas son mentor Dr Dre, dont il ne possède pas le millième de son talent (cela va sans dire), ni The Neptunes (tant mieux remarquez), encore moins Daz Dillinger (mouais),… On pourrait supposer que Snoop lorgnait par-dessus l’épaule de Soopafly pour apprendre à programmer ses beats. Le pire, c’est que cette impression se confirme par la suite, décrite par un désagréable moment à passer, pendant qu’il fait mumuse avec les basses hydrauliques (« Pop pop bang ! ») avec son ordinateur et son clavier. Niveau de débutant tout au plus. Une tare qui empêche pleinement d’évaluer les prestations des Kurupt, JT The Bigga Figga, Kam, Damani, Goldie Loc, etc…À la limite, « Get your body movin’ » (ft. MC Eith, Kam & Uncle Chuck) s’en sort à peu près, mais ça reste faible. Inutile de compter non plus sur l’omniprésence de Snoop Dogg le rappeur, néanmoins moins médiocre que ses prods.

À croire que même David Banner et Soopafly pataugent dans cette soupe fadasse, ce ne sont pas « We came to bang out » (ft. Tha Dogg Pound) et « Can u get away » (ft. Ray J & Goldie Loc) qui vont empêcher le désastre de se produire. The Big Squeeze ne nous laissera qu’en mémoire ce constat désolant : l’alter-ego de Snoop Dogg est un piètre producteur. Une question nous hante : comment être optimiste quant aux futures sorties des Western Union et War Zone dont Niggaracci sera le producteur exécutif ? De quoi avoir du souci à se faire…

 

(chronique écrite le 22 Mai 007 sur Rap2K.com)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.