Shafiq Husayn « The L∞P » @@@@½


Le trip initiatique que Shafiq Husayn a entrepris il y a dix ans en Afrique fut des plus mémorables. Rien que d’y penser, des bribes de chansons nous reviennent en tête et nous transportent comme par magie. Membre des Sa-Ra Creative Partners et, selon Anderson .Paak, un des pères de la soul moderne, est de retour avec un nouveau projet solo baptisé The L∞P, qui nous emmène de 2019 vers l’infini.

Ecouter la musique de Shafiq, que ce soit avec les Sa-Ra, seul ou avec son duo White Boiz, c’est entrer dans un monde réellement à part. Plus qu’un producteur et interprète, c’est un créateur, un concepteur, entre musique traditionnelle et avant-gardisme, une boucle temporelle qui nous projette dans dix ans voire plus comme nous renvoie aux racines de la musique soul. C’est ce qu’on (re)découvre sur les huit premiers titres, des productions d’une complexité rare, de couches superposées de rythmiques originales aux textures différentes et d’instrumentations free-jazz psychélique agrémentées d’effets électroniques, aboutissant à un rendu extrêmement riche et parfois étrange, psychédélique, avec cette contrepartie de ne pas être aisément accessible. À vrai dire, c’est le résultat de sept années de travail, aux côtés de musiciens tels que Chris Dave, Anderson .Paak, Thundercat, Kamasi Washington, Robert Glasper ou encore Flying Lotus, que des experts. Cette première partie, jusque « Walking Around Town« , fait appel à ses muses Jimetta Rose et Fatima, et même la divinité Erykah Badu sur (« Mrs. Crabtree« ), tandis que la voix grave à la Isaac Hayes de Shafiq nous enivre pour rendre sa musique plus mystique. Bilal réalise une apparition sur « Between Us 2 » qui sample (?) fraîchement  « Find That Love Again » de Phonte.

La seconde moitié de The Loop, c’est une autre forme de magie qui opère, avec les bienfaits d’un ensoleillement. L’immense collaboration avec le groupe Hiatus Kaiotye sur « Cycles » possède une vibe Soulquarian qui a de quoi ravir (et cette flûte enchantée…), ensuite « Message in the Bottle » avec Coultrain joue la carte funky et le groove ne stoppe pas sur « It’s Better For You » avec Anderson .Paak. Ah et la voix envoûtant de Karen Be sur « Show Me How You Feel« , on a envie de lui écrire une lettre pleine de jolis mots pour lui répondre comment le coeur et l’âme jubilent. En plus d’être vertueuse, les chansons de The Loop donnent du baume au moral et sans effet secondaire. En plus l’album est plutôt long (1h16) et plus c’est long, plus c’est bon, en particulier lorsque Shafiq retrouve son partenaire Om’Mas Keith sur « Hours Away » et avec « Picking Flowers » dans l’ambiance évoque irrémédiablement les travaux des Sa-Ra. Enfin, toujours dans cette optique feel-good et chaleureuse, Shafiq Husayn conclue avec Robert Glasper sur le rétro « Optimystical » (dont on adore aussi le jeu de mot).

C’est vrai qu’il est nécessaire d’écouter à plusieurs reprises pour en étudier le moindre détail, surtout les premières track, mais ça va mieux ensuite. Quoi qu’il en soit, The Loop est une oeuvre fabuleuse qui fera une nouvelle fois école et qui réjouira assurément un cercle fermé d’adeptes. Shafiq Husayn a ce potentiel magnétique d’en convertir d’autres de listeners ou d’influencer de futurs artistes, cet impact-là est bien plus important et durable que de compter un nombre d’albums vendus ou d’écoutes en streaming.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.