Archives du mot-clé Disturbing Tha Peace

Ludacris « Ludaversal » @@@@


Cinq ans que Ludacris n’avait pas sorti d’album, le rappeur d’Atlanta nous avait laissé sur le souvenir du très moyen Battle of the Sexes. Une carrière qu’il a mise entre parenthèses au profit de sa carrière d’acteur, catapultée grâce à la franchise Fast & Furious, dont la sortie du 7e volet Furious 7 coïncide avec celle de ce 9e album Ludaversal. Voilà Chris Bridges maintenant face à un gros défi : le come-back.

Lire la suite Ludacris « Ludaversal » @@@@

Ludacris « Burning Bridges » [EP] @@@@


Ça faisait un bail ! Depuis sa très grosse mixtape Back to the First Time en 2011, ça commençait à dater. Luda a préféré mettre sa carrière de rappeur entre parenthèse pour se consacrer au cinéma, tournant deux épisodes de la saga Fast & Furious, notamment l’attendu Furious 7. On a presque failli le perdre avec son single « Rest of my Life » avec Usher et produit par… David Guetta, dans cette sombre période durant laquelle la fièvre EDM avait contaminé le rap et le r&b. Ludacris nous a fait patienter et le moment est venu pour lui de revenir au rap, avec sa série de freestyle « Ludaverses » comme amuse-bouches et cet EP Burning Bridges pour apéritif en attendant le plat de résistance Ludaversal le 31 Mars 2015.

Lire la suite Ludacris « Burning Bridges » [EP] @@@@

Ludacris « 1.21 Gigawatts, Back to the First Time » [mixtape] @@@@


Cette mixtape officielle Back to the First Time annonce le retour du Ludacris de Back for the First Time, quand il n’était qu’un animateur radio d’Atlanta fraîchement signé chez Def Jam South après le buzz d’Inconegro et qui décrochera le platine dans un futur proche grâce à des hits urbains comme « What’s Your Fantasy » et « Southern Hospitality« … C’est ce qu’on appelle communément un retour aux sources.

Lire la suite Ludacris « 1.21 Gigawatts, Back to the First Time » [mixtape] @@@@

Ludacris « Battle of the sexes » @@@ [+bonus]


Battle of the Sexes de Ludacris abordait la question de l’égalité des sexes. On entend souvent dire que le rap c’est misogyne et ça dégrade l’image de la femme, etc, etc… Le concept développé ici par Luda visait de donner la parole aux femmes, à des rappeuses ou ‘femcees’ comme on dit, et c’est ce que j’ai décidé de faire : ce sont Candice, Claire, Hana, Wadji et Natalie qui vont donner leur avis sur cet album et son thème, parce qu’il n’y a qu’elles pour juger si le rappeur d’Atlanta est un vrai gentleman. Ou pas.

Lire la suite Ludacris « Battle of the sexes » @@@ [+bonus]

Ludacris « Theater of the Mind » @@@@


DEF JAM RECORDINGS PRESENTS A DISTURBING THA PEACE PRODUCTION

A FILM FROM CHRISTOPER ‘LUDACRIS’ BRIDGES STARRING LUDACRIS « THEATER OF THE MIND » CO-STARRING  FLOYD MAYWEATHER JR  CHRIS ROCK  SPIKE LEE  VING RHAMES  JAMIE FOXX  JAY-Z  NAS  THE GAME  LIL WAYNE  COMMON  WILLY NORTHPOLE  PLAYAZ CIRCLE  T-PAIN  T.I.  RICK ROSS  PLIES  CHRIS BROWN MUSIC FROM LUDACRIS  DJ PREMIER  DJ TOOMP  DJ PAUL  SCOTT STORCH THE RUNNERS  DON CANNON  CLINTON SPARKS  WYLDFYER  9TH WONDER SWIZZ BEATZ  THE TRACKMASTERS  DARKCHILD  STREETRUNNER EXECUTIVE PRODUCERS LUDACRIS CHAKA ZULU SHAKIR STEWART PRODUCED BY DEF JAM  DTP DIRECTED BY LUDACRIS

Synopsis. Ludacris a une lubie en dehors du rap, le cinéma. Le virus l’a pris lorsqu’il a obtenu un premier petit rôle dans 2 Fast 2 Furious (en s’occupant aussi de la bande-son). Après le mécano imbibé de nitrouze, il fait sa B.A. dans Collision (film que je conseille vivement) aux côtés de Terrence Howard notamment. Et ça n’a pas arrêté depuis, au point qu’il lui a fallu quasiment plus de deux ans avant de pouvoir sortir enfin Theater of the Mind. Car après la sortie de Release Therapy Automne 2006, Luda n’a pas arrêté de squatter les plateaux de tournage : Game avec Gerard Butler (Leonidas dans 300), Ball Don’t Lie, RocknRolla de Guy Ritchie (l’ex-mari de Madonna) et prochainement dans Max Payne avec Mark Walberg dans le rôle principal. C’est cette expérience cinématographique qui a inspiré l’idée de Theater of the Mind, un album théâtral au casting de premier ordre, relatant les diverses facettes et facéties de Christopher Bridges alias Ludacris, le trublion d’Atlanta, chapitrée en 14 mini-épisodes. Lumière, caméra, action !

Lire la suite Ludacris « Theater of the Mind » @@@@

Chingy « Hate It or Love It » @@


Enfin réconcilié avec Ludacris et les Disturbing Tha Peace après les déconvenues de Powerballin’ (à peine disque d’or aux US) et Hoodstar (presque disque d’aluminium) chez Capitol, Chingy efface l’ardoise qui l’accablait et repart sur de nouvelles bases avec la team qui l’a vu percer à la foreuse taille maouss XXL avec son smash-hit « Right Thurr » en 2003. Son objectif avec Hate It or Love It tient de l’euphémisme : faire mieux que Jackpot. C’est loin d’être un jeu du quitte ou double, car de toute façon, il ne retrouvera pas sa veine de ‘one-hit-wonder’ qui lui fera caracoler au sommet des charts (pas même des téléchargements de sonnerie) comme ce fut le cas de son premier disque multi-platine, mais en terme de qualité, c’est jouable. Du moins, je l’espère pour lui, car l’enjeu implicite pour le rappeur de St Louis est de se défaire de son image de mauvais rappeur/gentil garçon. 

Lire la suite Chingy « Hate It or Love It » @@

Ludacris « Release Therapy » @@@@


Depuis le debut de l’année 2006, bon nombre de rappeurs sudistes ont fait exploser les scores de ventes, comme Chamillionaire, Lil Wayne et T.I. qui sont tous trois disques de platines, et dans une moindre mesure Juvenile, Yung Joc et Rick Ross qui eux affichent leurs disques d’or (comme leurs dentiers). Bref le tsunami Dirty South ne finit pas de faire des dégâts considérables dans le rap game, et occulte littéralement les côtes ennemies est et ouest, dont les plans de reconquêtes n’aboutissent pas hélas malgré des très bonnes sorties. La faute peut-être aux majors et gros labels qui misent tout ce qui vient du sud pourvu que ça rentabilise, et à cet homme dont il est objet dans cette très longue chronique.

Chronique originale écrite le 20 Octobre 2006

Lire la suite Ludacris « Release Therapy » @@@@

Ludacris « Red Light District » @@@½


Atlanta, 2004. La compétition faisait rage depuis plusieurs mois à entre Ludacris et T.I.. Ce dernier s’étant autoproclamé King Of South, nul doute que Ludacris était indéniablement la Mouth Of The South. Si T.I. a préféré miser sur des producteurs en vogue (The Neptunes, Lil Jon, Scott Storch etc…) pour ‘Urban Legend‘, Luda a préféré faire un ‘Red Light District‘ plus homogène en optant pour des producteurs bien moins connus, quand il ne s’agit pas bien sûr de Timbaland ou les Organized Noise. Autre détail d’importance : l’absence de son crew des DTP au complet, à croire que Cris a tenu à laver son linge seul.

Lire la suite Ludacris « Red Light District » @@@½

Ludacris « Chicken-n-Beer » @@@@


Nous sommes en 2003 et après deux albums et plein de singles multiplatines, Ludacris est toujours considéré ‘rappeur à featuring’, sympa comme statut… Il faut dire que c’est l’un des rares capable de voler la vedette d’un hôte dès qu’il débarque sur le dernier couplet. Beaucoup de gens ont longtemps trop sous-estimé les qualités propres du rappeur d’Atlanta et sa capacité à pouvoir faire de (très) bons albums. ‘Chicken N Beer‘, son troisième solo (officiellement), comptait bien faire taire pas mal de gueules, parce que d’abord, Luda en a une bien grande, suffisamment pour devenir un poids lourd d’Atlanta.

Lire la suite Ludacris « Chicken-n-Beer » @@@@

Chingy « Jackpot » @@@


Protégé de Ludacris et encore membre des Disturbing Tha Peace, Chingy est directement allé au n°1 des charts avec son hit planétaire « Right Thurr » cette année 2003. Entre deux, le jeune rappeur du Midwest avait lâché un morceau bouillant sur la bande originale de ‘2 Fast 2 Furious‘, « Gettin’ It« . Morceau que l’on retrouvera sur l’album Jackpot naturellement. J’appuie sur ‘play’ comme si je tirai sur le levier d’une machine à sous.

Chronique écrite en 2004 revue en Novembre 2016

Lire la suite Chingy « Jackpot » @@@