Termanology « Bad Decisions » @@@


Les oreilles affutées avaient découvert Termanology avec le classique underground Out the Gate avec le beatmaker DC, annonçant le rappeur de Boston comme le next big thing du hip-hop de la fin des années 2000. Il y a dix ans est sorti Politics As Usual, une oeuvre censée remettre les pendules à l’heure mais qui n’a pas tenu ses promesses et au fil de sorties plutôt moyennes, Terma a fini par être considéré comme un MC surcôté par une majorité. C’est certain qu’à un moment donné, il a manqué le coche. Alors le bostonien est revenu en 2016 avec More Politics en faisant de meilleurs choix, ce qui n’est pas le cas justement de Bad Decisions.

Ça commence d’abord par cette pochette digne d’un graphiste amateur (qui j’espère pour lui a été tout de même payé), ensuite l’annonce sur « Take ‘Em Back » de faire un disque à l’ancienne. Pas mal de MCs s’y sont essayés et se sont cassés les dents, le dos, le col du fémur… Pour Termanology, c’est un prétexte pour :

  • utiliser de vieilles prods (signées Statik Selektah, Erick Sermon, The Beatnuts…),
  • faire appel à des légendes qui ont de la bouteille, tels que Raekwon sur « Passport Kingz » et les Smiff-N-Wessun sur « Kaleidoscope » où il rapporte son passé de drug dealer (comme sur pas mal d’autres titres à l’ambiance mal fâmée d’ailleurs),
  • reparler, donc, de trucs qu’il faisait dans sa jeunesse, les temps difficiles où il faisait des conneries pour survivre.

Termanology conserve cette manie d’en faire trop et de parler de lui comme ce potentiel d’élite sans regretter ses choix de carrière (« Lonely At The Top » qui s’impose comme un constat). Evidemment quand il sort des tueries comme « No Competition » et « 100 Jewelz pt III« , ça ne fait pas un pli mais il continue de forcer dans ses fringues trois trop grandes (« Vegas« , « Guess Again« ). Une caricature street qui pose ses proses sur des samples d’occasion (le sans-beat « Cognac Colada » avec Willie The Kid, « Blac Chyna« …), où quelques joyaux peuvent se dissimuler entre comme le jazzy « Crack Kills » et visite guidée de NYC sur le sympathique, mais pas trop, « Are You Sure?« .

Pffff que penser de Termanology. Oui il a un potentiel monstre mais qu’il ne sait toujours pas canaliser avec constance, chargeant son flow au mauvais moments en pensant que ça le rend plus crédible, plus authentique qu’il ne l’est à la base. Il se prend pour un tueur au micro mais sa passe d’armes avec Conway ne parvient pas non plus à tuer l’ennui. Il a quand même d’autres grands noms qui peuvent l’épauler à la prod, capables de fournir des instrus très tradi, Eastcoast, hip-hop… ce que vous voulez mais qui sonnent comme soit vraiment comme dans les 90’s, soit contemporains mais toujours avec du sampling et une bonne vieille MPC. Car même les beats de Statik Selektah sont loin de ses dernières fournées et sonnent datés. Sur Bad Decisions, Terma n’a effectivement pas pris les bonnes options, c’est assez exaspérant. Bref, j’aurai mieux fait de parler de Page Kennedy…

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.