Archives du mot-clé Willie The Kid

Kool G Rap « Return of the Don » @@@


Les vétérans Eastcoast n’ont pas rappé leurs dernières rimes, on a vu encore récemment avec KRS-One qui n’était pas prêt de tirer sa révérence. Trente ans dans le game et toujours prêt à dégainer au mic malgré les rides et la silhouette qui bedonne, paraît que ça permet de conserver son statut d’anciennes gloires. Surtout quand on est le parrain (grand-papa?) du mafioso rap comme Kool G Rap. 2017 le don est de retour avec un dixième album studio contenant 11 morceaux entièrement produit par MoSS, et bien accompagné.

Lire la suite Kool G Rap « Return of the Don » @@@

Termanology « Shut up and rap » @@@


En regardant l’année qui s’est écoulée, je me suis rendu compte que pas mal de sorties n’ont pas fini entre mes mains ou mes oreilles (le dernier AOTP sorti en Octobre, l’EP de Blu & Nottz, le solo de Von Pea, la mixtape de Mike Will Made It…) par manque de temps pour écouter, encore moins pour écrire. Entre ça et les mails musicaux à traiter en dehors du taf… Je m’en mords souvent les doigts car je sais pertinemment que je peux passer à côté de belles choses et je m’en excuse. Des fois je me botte le cul pour écouter des sorties mineures dès que je peux, histoire de marquer le coup, c’est le cas de Shut up and rap, qui est en théorie le troisième album de Termanology. J’ai dit « mineure »?

Lire la suite Termanology « Shut up and rap » @@@

Willie the Kid & Bronze Nazareth « The Living Daylights » @@@@


living daylights

Ancien élève de RZA passé maître, le producteur Bronze Nazareth, peu actif ces dernières années, est allé en quête de sang neuf pour rajeunir l’image de Wu-Tang. Il est allé chercher le cousin du membre de la jeune garde LA The Darkman qui n’est autre que Willie the Kid, très actif de son côté en comptant pas moins de 3 EPs l’an dernier. Leur coopération a engendré ce très bon album qu’est The Living Daylights.

Lire la suite Willie the Kid & Bronze Nazareth « The Living Daylights » @@@@

Tony Touch « The Piece Maker 3: Return of the 50 MC’s » @@@@


Revenons en arrière, autour des années 2000. Les mixtapes étaient encore des objets physiques rares et recherchés, sous forme de cassettes ou CDs, puis converti en mp3, disponible de manière pas très légale… Beaucoup de DJs, et de rappeurs (50 Cent en est le parfait exemple), ont profité de ce nouveau marché parallèle en forte expansion dans le rap game pour balancer de vraies exclus avant tout le monde. Ce produit self-made était…

Lire la suite sur Now Playing Mag →

The Alchemist « Russian Roulette » @@@½


The Alchemist est déjà de retour avec Russian Roulette, un projet qui se place dans la continuité de Vodka & Ayahuasca de Gangrene (le duo qu’il forme avec Oh No) sorti en ce début d’année 2012. Visiblement il en resté sur la partie ‘vodka’ de la chose avec ce délire russkoff. On voit bien également que travailler aux côtés d’Oh No lui a donné des idées, son confrère d’Oxnard qui a pour habitude de thématiser ses albums autour d’un pays ou une oeuvre. Alors pourquoi pas l’U.R.S.S. pour notre alchimiste caucasien?

Lire la suite The Alchemist « Russian Roulette » @@@½

Planet Asia « Black Belt Theatre » @@@@


Je dois l’admettre, je ne suis pas très assidu quant aux sorties de Planet Asia. Le dernier album que j’ai écouté de lui avant ce Black Belt Theatre était le très très bon Pain Language avec DJ Muggs qui date de 2008. Il fait partie du cercle fermé des meilleurs lyricistes de la westcoast mais dont le principal défaut ne provient pas de lui mais des instrumentaux qui garnissent ses albums. Peut-être que si ses albums étaient mieux produits, le MC de Fresno talonnerait Evidence sur la scène Left Coast. Black Belt Theatre mise sur les featurings plutôt que les producteurs indie connus (deux prods d’Oh No, une de Khrysis) et pourtant, dire que j’aurai eu le malheur de passer à côté.

Lire la suite Planet Asia « Black Belt Theatre » @@@@

Lil Wayne & DJ Drama « Dedication 3 » (mixtape) @@@


Dedication 3 de DJ Drama & Lil Wayne est la mixtape qui s’est le plus vendue aux Etats-Unis ces derniers mois (plus de 50 000 exemplaires et c’est pas fini) alors qu’elle était également disponible en libre téléchargement. Des chiffres relativement impressionnants pour une mixtape officielle et qui contribuent à l’incroyable phénomène Lil Wayne. Ça nous file le vertige, à croire que l’industrie du disque est en crise sauf pour Lil Wayne qui n’a cessé de monter en puissance depuis cinq ans. Et apparemment c’est pas fini.

Ce troisième volume de la série Dedication, une alternative aux Gangsta Grillz spécialement taillée sur mesure par Drama pour Lil Wayne comme il l’explique lui-même dans son interview de 8 minutes avec Big Ad et Sidy, réunit ses petits protégés de son label Young Money mélangés à ceux de DJ Drama et une flopée de freestyles inédits sur des sons principalement Dirty South.

Lire la suite Lil Wayne & DJ Drama « Dedication 3 » (mixtape) @@@

DJ Drama « Gangsta Grillz : The Album » @@@1/2


Une compilation officielle de mixtape DJs contenant une foule de rappeurs n’est pas une invention tombée de la dernière pluie. Nombreux sont les DJs qui depuis dix ans maintenant sortent un album en signe de réussite sur ce marché parallèle qu’est le circuit des mixtapes. DJ Clue? est un peu le précurseur de ce genre de compil’, premier DJ à être passé au format CD, ringardisant la vieille K7, et préférant parler fort dans les tours de passe-passe pour éviter de scratcher. En gros, avec sa série The Professionnal, le DJ officiel du Roc A Fella a ouvert un boulevard dans lequel ont foncé quantité de DJs peu habiles sur le plan technique. Des célèbres l’ont copié, comme Funkmaster Flex, DJ Kayslay,… jusqu’à DJ Khaled. Le facteur qui détermine le taux de succès de ce genre d’album est la hype du DJ, sa notoriété dans le hood et le nombre de rappeurs ou producteurs enregistrés sur son téléphone portable. Tant pis pour les phases de scratches parfois spectaculaires et les mixes inédits, l’heure est à la nouveauté, celui qui comptera le plus de bangers sur son disque.

Avec sa série de Gangsta Grillz, DJ Drama est devenu au fil du temps le DJ le plus en vue du Dirty South. Ses mixtapes sont pour la plupart de bonne qualité et les artistes mainstreams se l’arrachent. T.I. parvient à le faire signer sur son label Grand Hustle, et quelques semaines et coups de cellphone plus tard, son album débarque dans les bacs avec un coup de pub inattendu. Les jours précédant sa sortie, Drama est victime d’une arrestation musclée spectaculaire digne d’une intervention du GIGN, pour… violation de droits d’auteur. Cette persécution est-elle un avertissement de la RIAA ? 

Lire la suite DJ Drama « Gangsta Grillz : The Album » @@@1/2