Kid Ink « My Own Lane » @@


Quand un rappeur vend des dizaines de milliers de disques en major et fait le buzz sans envahir l’espace par divers featurings, évidemment, on s’interroge, on se dit qu’il a un truc, ou qu’il y a un truc… Il est doué à ce point ? Il a vendu des singles catchys? On a raté l’ascension fulgurante d’un rookie plein de promesses? En gros, qu’a-t-il de spécial pour qu’il fasse parler de lui ?

My Own Lane n’est pas le premier fait d’arme du californien Kid Ink, son casier n’était pas vierge : un premier disque en indépendant, Up & Away, quelques mixtapes avant et après. Et nous voilà avec son album en major (chez RCA) entre les mains pour tenter de répondre à nos questions. Trois écoutes plus tard, l’équation semble évidente : des productions mainstreams (signées en partie par DJ Mustard, DZL,…) où le refrain chanté fait loi (qu’il soit pop comme sur « No Miracles » avec Elle Varner ou pseudo-r&b comme « Iz U Down« ), rien d’impressionnant concernant sa technique et sa voix lisse accordée à des intrus doux génère une monotonie certaine (« Main Chick » feat Chris Brown, « Tattoo My Name« ). Un style bien commercial pour ainsi dire (même si ça veut tout et rien dire), le synthé inspiré de la dance music sur « Show Me » ne trompe pas.

Kid Ink est une synthèse de Drake, B.o.B. et Flo Rida dans une version Westcoast édulcorée.

L’album se rattrape avec des morceaux plus sérieux comme « Murda » avec Pusha T (prod de Sak Pase), « No Option » et le banger soft « The Movement » lâché par Danjahandz, l’ancien bras droit de Timbaland. Plus des bonus track comme « Bad Ass » (feat Meek Mill & Wale du concessionnaire Maybach Music Group) et « Bossin’ Up » (feat French Montana & ASAP Ferg) qui figuraient sur son précédent EP Almost Home.

Alors, pour répondre à la question : pourquoi parle-t-on de lui? Parce que Kid Ink est une synthèse de Drake, B.o.B. et Flo Rida dans une version Westcoast édulcorée. Voilà pourquoi ça marche. Cependant quand on voit un Macklemore vendre un million de copies et gagner le Grammy du meilleur album Rap ceci en étant indépendant, au nez du régulateur Kendrick Lamar plus méritant, ou à l’inverse un Nipsey Hussle vendre ses mixtapes à prix d’or, Kid Ink joue petit bras tatoués à côté de ses camarades de la Côte Ouest.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.