DJ Shadow « The Mountain Will Fall » @@@@


L’ombre de DJ Shadow réapparaît cette année avec une cinquième oeuvre, The Mountain Will Fall, vingt ans après le gigantesque monument qu’est Endtroducing. Pendant très longtemps, cet opus majeur a occulté les qualités des albums qui  lui ont succédé, à trop chercher la comparaison, parce que ce disque était trop grand, parce qu’il n’est jamais sorti de nos têtes. Mais on s’est fait une raison, il ne recréera jamais une suite à ce classique ou un quelque chose qui s’en rapproche. Curieusement, c’est maintenant qu’il retrouve de son inspiration avec The Moutain Will Fall.

Le morceau-titre « The Mountain Will Fall » nous emmène dans un décor vertigineux et familier, d’une remarquable splendeur pleine de zen. Une voix crie « WOOOOOW » et c’est clairement ce que notre cerveau exulte, alors on continue de découvrir au fur et à mesure. Dans tout autre style, s’enchaîne le génial single « Nobody Speak » qui convie les collègues de son label Mass Appeal (hé oui!), qui ne sont autres que le meilleur tandem rap actuel, les Run The Jewels.  El-P et Killer Mike débarquent sur l’instru teintée de jazz/blues tels Vincent Vega et Jules Winnfield dans Pulp Fiction. De toute façon DJ Shadow c’est ça : un assemblage de plusieurs paysages musicaux et états d’esprit. On bascule du très hip-hop « The Sideshow » avec son rap de Ernie Fresh et scratches l’appui, au cauchemardesque et menaçant « Depth Charge« avec une certaine délectation, même si on est loin du chaos magnifique de Endtroducing.

La musique a évolué depuis, l’électronique s’est démocratisée, le hip-hop a perdu de son âme, et au milieu de cet espace en perpétuel changement, DJ Shadow a mûri au gré des tendances, comme ces subtiles incursions trap sur « Three Ralphs » ou cette invasion de bleeps électroniques, sans jamais renier à sa philosophie et sa conception de l’abstract hip-hop. Chaque sample (guitares, pianos, voix, batteries/caisses…) utilisé porte sa signature, ce spleen que lui seul sait inspirer, sous des formules plus actuelles, ne serait-ce que cette question « Are you ready to die? » sur « Three Ralphs » ou bien cette rythmique réinventée du Mambo sur le second exemple. Des instrumentaux comme « Ghost Town » synthétise toute l’étendue de son art et de sa technique, avec ce moment de grâce qu’est l’iridescent « California« .

Dans le fond, DJ Shadow n’a rien changé de sa ligne de conduite. Il continue ses fouilles, ses recherches et publie ses trouvailles au gré de son inspiration. Il avance sans regarder derrière lui, en quête d’horizons nouveaux qu’il nous expose ici. The Private Press a peut-être trouvé son égal en The Moutain Will Fall. Définitivement validé.

 

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s