Archives du mot-clé Mass Appeal

Rapture (A Netflix Original Documentary Series Soundtrack) @@@½


La mini-série hip hop Rapture, qui propose 8 épisodes produits par Mass Appeal sur Netflix, a droit à sa mini soundtrack avec tous les intervenants : T.I., G-Eazy, Boogit Wit Da Hoodie, Nas, Dave East, 2 Chainz, Just Blaze, Rapsody et Logic. Avec Killer Mike en invité surprise, ça fait au total dix artistes rap, répartis sur 6 pistes compilés par Def Jam Recordings.

Lire la suite Rapture (A Netflix Original Documentary Series Soundtrack) @@@½

Black Milk « FEVER » @@@@


Black Milk s’était fait très discret après la sortie de If There’s a Hell Below fin 2014, si ce n’est les mini-projets collaboratifs The Rebellions Sessions et Sunday Outtakes avec Nat Turner qui ont reçu d’excellentes critiques. Le producteur-rappeur de Detroit a pris son temps, afin de concevoir de la nouvelle musique, ce qui a eu pour second effet Kiss Cool de nourrir une attente certaine à propos d’un futur album. Comme le futur c’est maintenant, on peut s’offrir un moment d’écoute de FEVER, sixième album solo où l’accent a été mis sur la soul.

Lire la suite Black Milk « FEVER » @@@@

Dave East « P2 » @@@½


P2, pour Paranoia 2, est la suite de cet EP de Dave East publié par Mass Appeal à la rentrée 2017 et qui a connu un certain succès, plutôt qu’un succès certain. Ce projet est une réaction aux critiques qu’il a pu recevoir entre temps. Il sert aussi à maintenir le niveau d’attention du public et montre à quel point le rappeur de Harlem a faim. En revanche, un projet d’une quinzaine de titres et qui dure près d’une heure, ça ne répond en aucun cas à la définition d’un EP hein… ‘lol’ vertical.

Lire la suite Dave East « P2 » @@@½

Dave East « Kairi Chanel » [mixtape] @@@½


Dave East, retenez bien le nom ce rappeur. Enfin, quand on parle de nom, ‘East’ n’est que celui d’artiste, qui représente le East Side d’Harlem, son vrai nom de famille étant Brewster. Celui qui aurait pu démarrer une carrière en NBA a préféré s’adonner à sa véritable passion, le rap, logique quand on a connu les débuts de mois difficile en écoutant Cam’Ron et les Dipset, mais aussi Notorious B.I.G., Nas, Raekwon et les Ruff Ryders. Dave était également proche de Chinx, un rappeur de l’entourage de French Montana assassiné l’an passé.

Laissant de côté les parquets des universités, Dave East se fait les dents en 2010 avec quelques mixtapes pendant quatre ans, avant d’être sérieusement repéré avec celle qui s’appelle Black Rose. C’est à ce moment-là que son nom se fait connaître, qu’il commence à devenir convoité. Le réputé DJ/producteur Statik Selektah l’invite sur Lucky 7 tandis que Nas cherche tout prix à le contacter, d’abord par le biais de son frère Jungle des Bravehearts, afin de le signer en premier sur son label Mass Appeal. Une fois le paraphe en bas des feuilles du contrat un jour de 2015, le buzz s’amplifie et l’harlémite balance Hate Me Now, avec NYC derrière lui pour le pousser et des guests prestigieux (Pusha T, Mack Wilds. Jadakiss…). Le titre de cette mixtape n’est pas sans rappeler le single de Nas datant de 1999. Les choses s’accélèrent un peu plus, XXL le photographie pour le trombinoscope de la promo des Freshmen 2016, Nas le place sur la soundtrack du film The Land Cette ascension franchit un nouveau palier puisque la veille de la sortie attendue de sa nouvelle mixtape Kairi Chanel le 30 Septembre dernier, Dave East, 28 ans, entre dans la cour des grands en signant un deal chez Def Jam. Un rêve devenu réalité pour lui.

Kairi Chanel est le nom que porte sa fille née cette année, ce qui va d’autant plus faire évoluer le garçon en matière d’épanouissement et responsabilités personnels, déjà que pour cette mixtape, Dave se base principalement sur son histoire personnelle. Le premier titre s’intitule « It Was Written », de nouveau une allusion à son mécène Nas en prenant l’intitulé de son second album paru en 1996. Dave évoque sur ce morceau les principes qu’on lui a inculqué dans sa jeunesse et cite cette rime « Got dreams Biggie featured me on Life After » qui en dit long sur son rêve de percer dans le rap, une réalité qu’il vit aujourd’hui. Cela s’entend dans son flow qu’il est parti de rien et dans ses textes avec quelle détermination il est prêt à tout pour réussir. Avec des productions signées Mr Authentic, Cardo ou Phonix Beats, cette tape digitale est de nature relativement hétérogène, un point fort comme un défaut démontrant l’aisance de Dave dans plusieurs styles de rap, aussi bien Eastcoast pur et dur (« Keira Chanel ») que crossover (« Slow Down »), en passant inévitablement par l’essai de chant à l’autotune (« Eyes On Me ») et la trap (« Can’t Ignore »). En fait, Kairi Chanelmarque vraiment la transition entre la rue et le mainstream, là où se situe très exactement Dave aujourd’hui.

Les guests témoignent bien de sa crédibilité dans la ville de New-York, que ce soient Fabolous ou son idole Cam’Ron(sur « S.D.E. »), même jusque Philadelphie, puisque le vilain garçon Beanie Sigel répond présent. Si la voix de Beans sur « The Real is Back » fait froid dans le dos, c’est parce qu’il a subi une ablation d’un poumon après avoir essuyé un tir de balles il y a deux ans. 2 Chainz et The Game participent aussi, chacun représentant son côté, Sud et Ouest respectivement, afin d’introniser Dave sur d’autres territoires. Tout lui réussit cette année pour Dave East, mais maintenant qu’il est parvenu à l’étape supérieure, la difficulté va se corser et c’est là qu’il va falloir tout prouver.

« The Land » soundtrack @@@@


J’ai remarqué récemment que bien souvent, je chronique des bandes originales de films que je n’ai jamais vu. Pas que les films en soi ne m’intéressent pas, peut-être que je suis moins cinéphile que beaucoup. Pour revenir à The Land, ce long-métrage à petit budget figure au casting Erykah Badu et Machine Gun Kelly (abrégé en MGK maintenant), deux artistes que l’on retrouve sur cette BO parue sur Mass Appeal (le label de Nas faut-il encore le redire).

Lire la suite « The Land » soundtrack @@@@

DJ Shadow « The Mountain Will Fall » @@@@


L’ombre de DJ Shadow réapparaît cette année avec une cinquième oeuvre, The Mountain Will Fall, vingt ans après le gigantesque monument qu’est Endtroducing. Pendant très longtemps, cet opus majeur a occulté les qualités des albums qui  lui ont succédé, à trop chercher la comparaison, parce que ce disque était trop grand, parce qu’il n’est jamais sorti de nos têtes. Mais on s’est fait une raison, il ne recréera jamais une suite à ce classique ou un quelque chose qui s’en rapproche. Curieusement, c’est maintenant qu’il retrouve de son inspiration avec The Moutain Will Fall.

Lire la suite DJ Shadow « The Mountain Will Fall » @@@@

J Dilla « The Diary » @@@


Comme pour Pimp C, le label Mass Appeal nous offre l’occasion d’avoir en possession (encore) un nouvel album posthume de J Dilla dix ans après sa disparition. À ce rythme-là, il a déjà doublé 2Pac si on compte depuis Jay Love Japan en 2007 puisque The Shining était conçu de son vivant et Ruff Draft une réédition, sachant que le dernier ouvrage en date était l’album instrumental Dillatronic. Sans parler des productions que pas mal de rappeurs ont pu récupérer, notamment son jeune frères Illa J avec les Yancey Boys. Mais à la différence de Jay Stay Paid et Rebirth of Detroit, The Diary n’est autre que l’édition d’un opus solo qui devait sortir autour de 2002-2003 chez MCA Records, Pay Jay.

Lire la suite J Dilla « The Diary » @@@

Pimp C « Long Live the Pimp » @@@½


Comme celle de 2Pac, la discographie de Pimp C compte désormais plus de disques posthumes que d’albums solo parus de son vivant. Ce troisième opus posthume Long Live The Pimp arrive sept ans jour pour jour après sa disparition soudaine.

[Flashback] Le 4 Décembre, Chad Butler alias Pimp C, grande figure du rap texan et incarnation du swag comme nul autre rappeur, est mort subitement d’une crise cardiaque dans un hôtel de West Hollwyood. Son destin fut brisé à l’âge de 34 ans, alors que sa carrière redécollait après Pimpalation en 2006 (qui a suivi sa sortie de prison après avoir enduré 3 ans ferme) le succès triomphant du double-album Underground King, l’album tant espéré des UGK.

Lire la suite Pimp C « Long Live the Pimp » @@@½

Run the Jewels « Meow the Jewels » @@@@


Tout cha c’est parti d’une blague, quand El-P a suggéré peu après la sortie de Run The Jewels 2 de remixsser ssette bombe avec des miaulements de chats. Les internautes ont pris chette déclaration très chérieusement en consssidération et une campagne Kickstarter plus tard, 40 000$ ont été rassemblés pour que ce projet foufoufou se concrétise. Chose promise, chose due, les Run The Jewels ont embarqué une team de choc pour revoir chacune des chansons de RTJ2. Et cha rend vraiment foufou, comme un chachat sur son herbe.

Lire la suite Run the Jewels « Meow the Jewels » @@@@

Gangrene « You Disgust Me » @@@½


Le duo intercostal de rappeurs/producteurs ont trouvé refuge cette année chez Mass Appeal, le label de Nas (faut-il encore le rappeler?). Après la soundtrack Welcome to Los Santos, la venue d’un nouvel album des Gangrene n’était pas un secret. Parce que jamais deux sans trois hein! L’album s’appelle You Disgust Me et voilà ce que j’en dis.

Lire la suite Gangrene « You Disgust Me » @@@½

Bishop Nehru « Nehruvia : The Nehruvian EP » @@@@


Vous allez pas mal entendre parler de ce jeune prodige de 18 ans. Avant d’être repéré par Nas qui l’a signé sur son label Mass Appeal, Bishop Nehru s’est fait remarquer par ses mixtapes digitales et a déjà collaboré avec des noms comme MF Doom (le projet NehruvianDOOM) et les garnements anglais des Disclosure pour le single « You Stressin’« . En attendant son premier album solo officiel, le new-yorkais dévoile un avant-goût très prometteur avec The Nehruvian EP qu’il a entièrement auto-produit.

Lire la suite Bishop Nehru « Nehruvia : The Nehruvian EP » @@@@

The Alchemist and Oh No present « Welcome to Los Santos » @@@@


Il nous avait été informé au dernier trimestre 2014 que Mass Appeal (le label de Nas qui venait de sortir la bombe Run The Jewels 2) était en charge de sortir une compilation inspirée du blockbuster Grand Theft Auto V. C’était déjà grandiose. Alors si en plus ce sont les gangréneux Oh No et Alchemist qui se chargés de compiler des morceaux originaux pour Welcome to Los Santos, je vous laisse imaginer l’état d’excitation.

Lire la suite The Alchemist and Oh No present « Welcome to Los Santos » @@@@

Fashawn « The Ecology » @@@@½


Chanceux, Fashawn, d’avoir été choisi par Nas pour figurer sur son label Mass Appeal? Probablement que oui, mais c’est surtout reconnaître le talent fou du rappeur de Fresno, en Californie, lui qui a longtemps gravité autour d’autres grands noms du rap comme Evidence (Dilated People) et les producteurs Alchemist et DJ Exile (Aloe Blacc, Blu,…). Exile, qui avait entièrement produit le magnifique Boy Meets World. en 2009 (un bail!), réalise toujours la plupart des beats sur cette suite promise, The Ecology, qui espérons-le pour Fash’ touchera plus de monde, au sens physique comme émotionnel.

Lire la suite Fashawn « The Ecology » @@@@½

Fashawn + Alchemist « FASH-ionably Late » [EP] @@@@


Retards, ajournements, délais prolongés… La sortie de The Ecology de Fashawn n’a pas échappé à ces aléas. Pour l’heure, on n’a vu que les belles couleurs du très bon premier single « Golden State of Mind » avec Dom Kennedy. Signes d’impatience, coups d’oeil au calendrier… Cette attente peut toutefois  devenir positive si elle en suscite davantage : un rendez-vous très anticipé peut se faire remarquer en beauté si elle sait se faire attendre. Ce que fait Fash avec cet EP concocté avec Alchemist. Comme avec la super mixtape The Antidote qui avait précédé cette réussite que fut Boy Meets World en 2009.

Lien pour télécharger FASH-ionably Late

Lire la suite Fashawn + Alchemist « FASH-ionably Late » [EP] @@@@

El-P x Killer Mike « Run the Jewels 2 » @@@@@


La bombe nucléaire R.A.P. Music de Killer Mike entièrement produite par l’ex-membre des Company Flow El-P a été la collaboration la plus inattendue de l’année 2012, plus inattendu encore, ce fut l’album le plus plébiscité cette année-là. Franchement mérité. Alors qu’une suite se profilait, les deux protagonistes ont officiellement formé l’année suivante le binôme Run The Jewels (un nom inspiré d’une rime de tonton LL Cool J) et proposent un album-test éponyme chez l’indépendant Fool’s Gold. Un coup d’essai transformé en coup de maître. Pour la seconde année consécutive, El-P et Killer Mike ont vu leur projet assailli de critiques positives, dont on garde encore le single « Banana Clip » avec Big Boi dans les mémoires. Je ne vous raconte pas l’excitation collective autour de cette suite, Run The Jewels 2. Et c’est toujours gratuit !

Lire la suite El-P x Killer Mike « Run the Jewels 2 » @@@@@