« The Land » soundtrack @@@@


J’ai remarqué récemment que bien souvent, je chronique des bandes originales de films que je n’ai jamais vu. Pas que les films en soi ne m’intéressent pas, peut-être que je suis moins cinéphile que beaucoup. Pour revenir à The Land, ce long-métrage à petit budget figure au casting Erykah Badu et Machine Gun Kelly (abrégé en MGK maintenant), deux artistes que l’on retrouve sur cette BO parue sur Mass Appeal (le label de Nas faut-il encore le redire).

Immédiatement, au regard du tracklisting, on repère les « gros » morceaux, ceux en présence des stars actuelles et/ou légendes du rap et de la soul. Le premier qui arrive à nos oreilles est la moitié des Clipse Pusha T, qui évoque ses souvenirs de jeunesse sur bel instru à base de piano, dommage que Jeremih et son autotune gâche un peu le plaisir. Même remarque pour « Figure It out« , le single de French Montana avec Nas et Kanye West : belle boucle de piano mais l’autotune… À force on s’y fait (pas le choix de toute façon) mais ça peut être mieux sans. Le grand (par la taille) MGK se permet deux prestations, notamment l’étonnant « Dopeman » dans un registre trap-rock qui lui sied vraiment bien et détonne plus que son précédent opus (General Admission). Enfin, le duo au sommet et inédit Nas/Erykah Badu avec « The Bitter Land » n’est pas du genre à marquer les esprits, néanmoins il répond parfaitement au titre : il y a beaucoup d’amertume. Moins connu que tout ce beau monde, ne manquons pas le passage de Stalley avec « Frequency High« , dans le style rider caractéristique de notre barbu préféré d’Ohio.

Cette BO est par ailleurs l’occasion de mettre le projecteur sur les artistes de la maison Mass Appeal, représentés apr le californien Fashawn sur « Cisco’s Theme » un instru « à la Dr Dre » et le nouveau Dave East qui confirme le bien qu’on pense de lui sur « Bag« . Bon il manque Boldy James ou Bishop Nehru mais ça fera l’affaire. D’autres inconnus brillent à leur place, comme Ezzy sur un instru soulful comme on aime, genre Kanye de ses débuts (« Goodbye« ), et Jerreau (« Looking for Something« ), sans donner plus d’indications quant à leurs avenirs respectifs. Au final, je ne sais toujours pas si je verrai The Land un jour mais une chose est certaine : cette BO est bonne.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s