Archives du mot-clé Dave East

Dave East « Paranoia : A True Story » [EP] @@@


À force de voir pas mal de gens prendre la défense de Dave East parce qu’ils l’estiment sous-côté, cela a permis de faire un peu de hype pour la sortie de son nouvel EP Paranoia : A True Story chez Def Jam via Mass Appeal, le label de Nas. Le rappeur de East Harlem confirme-t-il les espoirs placés en lui après sa mixtape Kairi Chanel?

Lire la suite Dave East « Paranoia : A True Story » [EP] @@@

A$AP Ferg « Still Striving » [mixtape] @@@½


Still Striving est la seconde frappe du collectif A$AP Mob ce mois d’aout après 12 d’A$AP Twelvyy sorti en début du mois. Et elle frappe très fort puisque cette nouvelle mixtape du ‘trap lord’ A$AP Ferg, «  »mixtape » » » (guillemets avec les doigts) pourtant publié en major.

Lire la suite A$AP Ferg « Still Striving » [mixtape] @@@½

Various artists « The Hamilton Mixtape » @@@@


Je voudrai vous parler de The Hamilton Mixtape parce qu’il y a pas mal de choses à en dire et fait beaucoup parler Outre-Atlantique. Pour témoigner de l’emballement autour de ce projet, il faut d’abord comprendre son origine : la comédie musicale Hamilton. Lin-Manuel Miranda, qui est à l’origine du score et cette mixtape, joue le rôle deAlexander Hamilton. La pièce inspirée de la biographie de cet homme d’état qui a vécu l’Amérique du XVIIIe siècle, et best-seller accessoirement, a connu un franc succès depuis les premières représentations en Février 2015 à Broadway, mais la conception de cette mixtape qui a inspiré ce spectacle a démarré bien avant, en 2009.

Lire la suite Various artists « The Hamilton Mixtape » @@@@

Smoke DZA & Pete Rock « Don’t Smoke Rock » @@@½


Les albums collaboratifs ne sont plus des singularités épisodiques (comme Murs et 9th Wonder) ni une mode. Depuis 2012 qu’on en parle sans arrêt, c’est devenu une habitude. Il y a eu des tandems qui ont merveilleusement bien fonctionné et qui sont devenus des groupes à part entière (on pense évidemment aux Run The Jewels), d’autres qui sont des habitués à ces formes de co-existences (Blu, Apollo Brown, Madlib).

Mais à chaque fois qu’un collab LP est annoncé, l’inattendu est de mise, le fait de savoir qui taffe avec qui d’abord (surtout s’ils ont peu de choses en commun), reste à savoir quelle forme prendra l’album, comme pour une équation alchimique entre deux éléments. Ceci dit, on sait d’expérience en se basant que tous les ces collabs LP sur le marché que prédire le degré d’originalité, le degré de symbiose et la qualité générale de l’ensemble en fonction de l’inédite combinaison des protagonistes n’est pas du tout une science exacte. Léger suspens pour savoir ce qu’il en est de Don’t Smoke Rock de Smoke DZA et Pete Rock paru chez Babygrande.

Lire la suite Smoke DZA & Pete Rock « Don’t Smoke Rock » @@@½

Dave East « Kairi Chanel » [mixtape] @@@½


Dave East, retenez bien le nom ce rappeur. Enfin, quand on parle de nom, ‘East’ n’est que celui d’artiste, qui représente le East Side d’Harlem, son vrai nom de famille étant Brewster. Celui qui aurait pu démarrer une carrière en NBA a préféré s’adonner à sa véritable passion, le rap, logique quand on a connu les débuts de mois difficile en écoutant Cam’Ron et les Dipset, mais aussi Notorious B.I.G., Nas, Raekwon et les Ruff Ryders. Dave était également proche de Chinx, un rappeur de l’entourage de French Montana assassiné l’an passé.

Laissant de côté les parquets des universités, Dave East se fait les dents en 2010 avec quelques mixtapes pendant quatre ans, avant d’être sérieusement repéré avec celle qui s’appelle Black Rose. C’est à ce moment-là que son nom se fait connaître, qu’il commence à devenir convoité. Le réputé DJ/producteur Statik Selektah l’invite sur Lucky 7 tandis que Nas cherche tout prix à le contacter, d’abord par le biais de son frère Jungle des Bravehearts, afin de le signer en premier sur son label Mass Appeal. Une fois le paraphe en bas des feuilles du contrat un jour de 2015, le buzz s’amplifie et l’harlémite balance Hate Me Now, avec NYC derrière lui pour le pousser et des guests prestigieux (Pusha T, Mack Wilds. Jadakiss…). Le titre de cette mixtape n’est pas sans rappeler le single de Nas datant de 1999. Les choses s’accélèrent un peu plus, XXL le photographie pour le trombinoscope de la promo des Freshmen 2016, Nas le place sur la soundtrack du film The Land Cette ascension franchit un nouveau palier puisque la veille de la sortie attendue de sa nouvelle mixtape Kairi Chanel le 30 Septembre dernier, Dave East, 28 ans, entre dans la cour des grands en signant un deal chez Def Jam. Un rêve devenu réalité pour lui.

Kairi Chanel est le nom que porte sa fille née cette année, ce qui va d’autant plus faire évoluer le garçon en matière d’épanouissement et responsabilités personnels, déjà que pour cette mixtape, Dave se base principalement sur son histoire personnelle. Le premier titre s’intitule « It Was Written », de nouveau une allusion à son mécène Nas en prenant l’intitulé de son second album paru en 1996. Dave évoque sur ce morceau les principes qu’on lui a inculqué dans sa jeunesse et cite cette rime « Got dreams Biggie featured me on Life After » qui en dit long sur son rêve de percer dans le rap, une réalité qu’il vit aujourd’hui. Cela s’entend dans son flow qu’il est parti de rien et dans ses textes avec quelle détermination il est prêt à tout pour réussir. Avec des productions signées Mr Authentic, Cardo ou Phonix Beats, cette tape digitale est de nature relativement hétérogène, un point fort comme un défaut démontrant l’aisance de Dave dans plusieurs styles de rap, aussi bien Eastcoast pur et dur (« Keira Chanel ») que crossover (« Slow Down »), en passant inévitablement par l’essai de chant à l’autotune (« Eyes On Me ») et la trap (« Can’t Ignore »). En fait, Kairi Chanelmarque vraiment la transition entre la rue et le mainstream, là où se situe très exactement Dave aujourd’hui.

Les guests témoignent bien de sa crédibilité dans la ville de New-York, que ce soient Fabolous ou son idole Cam’Ron(sur « S.D.E. »), même jusque Philadelphie, puisque le vilain garçon Beanie Sigel répond présent. Si la voix de Beans sur « The Real is Back » fait froid dans le dos, c’est parce qu’il a subi une ablation d’un poumon après avoir essuyé un tir de balles il y a deux ans. 2 Chainz et The Game participent aussi, chacun représentant son côté, Sud et Ouest respectivement, afin d’introniser Dave sur d’autres territoires. Tout lui réussit cette année pour Dave East, mais maintenant qu’il est parvenu à l’étape supérieure, la difficulté va se corser et c’est là qu’il va falloir tout prouver.

« The Land » soundtrack @@@@


J’ai remarqué récemment que bien souvent, je chronique des bandes originales de films que je n’ai jamais vu. Pas que les films en soi ne m’intéressent pas, peut-être que je suis moins cinéphile que beaucoup. Pour revenir à The Land, ce long-métrage à petit budget figure au casting Erykah Badu et Machine Gun Kelly (abrégé en MGK maintenant), deux artistes que l’on retrouve sur cette BO parue sur Mass Appeal (le label de Nas faut-il encore le redire).

Lire la suite « The Land » soundtrack @@@@

N.O.R.E. « Drunk Uncle » @@@


*Toc toc* Qui c’est? Oh non… pas lui, pas Noreaga, le tonton alcoolo… Pffff le revoilà qui revient avec ses fonds de vieilles teilles-bou et morceaux rap démodés…

Lire la suite N.O.R.E. « Drunk Uncle » @@@

Statik Selektah « Lucky 7 » @@@@


Après être tombé sur le bon numéro à la roulette avec le très bon cru What Goes Around il y a moins d’un an, le producteur de Boston Statik Selektah retente sa chance en 2015 avec Lucky 7, parce qu’aussi son septième album-compilation et qu’il sort le 7/7. Chanceux d’en arriver à ce niveau d’influence dans le rap Eastcoast voire au-delà? En réalité, la part de chance est négligeable, seul le travail forcené a payé le concernant, ça fait des années qui bosse dur alors le voir placer des prods sur – au hasard – B4.Da.$$ de Joey Bada$$ en début d’année n’est pas tant perçu comme une consécration mais plutôt comme une confirmation de ses talents de beatmaker. Ce nouveau millésime sera-t-il aussi incontournable que son auteur?

Lire la suite Statik Selektah « Lucky 7 » @@@@