Dave East « Paranoia : A True Story » [EP] @@@


À force de voir pas mal de gens prendre la défense de Dave East parce qu’ils l’estiment sous-côté, cela a permis de faire un peu de hype pour la sortie de son nouvel EP Paranoia : A True Story chez Def Jam via Mass Appeal, le label de Nas. Le rappeur de East Harlem confirme-t-il les espoirs placés en lui après sa mixtape Kairi Chanel?

L’histoire de Dave East est comme toute très classique. C’est l’histoire d’un gars de Harlem qui galère pour s’en sortir dans la vie et se tourne vers sa passion, le rap. Il se bâtit une street rep’, ce qui lui permet d’être repéré par une légende de mentor qui le pousse vers le haut. S’ensuit une mixtape à succès qui l’amène aussitôt à la signature un contrat sur le plus grand label rap historique. Un an après, la success-story se poursuit avec un nouveau projet qui entretient le buzz. Le paragon du rappeur moderne, de ceux écrits pour des séries TV, genre Empire en moins cul-cul bling-bling. En tout cas c’est l’impression que j’ai quand j’écoute le skit « The Hated » (qui rappelle qu’il a le soutien de son quartier) et son histoire personnelle qu’il relate dans certains titres.

Quitte à nager à contre-courant, je dirai que Paranoia est un mini-album super normal, formaté au possible et relativement décevant sur la forme. Et même sur le fond, Dave raconte des trucs que plein de rappeurs racontent, c’est plus normcore que hardcore. Bref, pour l’originalité on repassera plus tard. Pour le flow, il est au point et lui donne de la prestance. Il impressionne au point de ne varier que de peu d’un titre à l’autre. Cet EP aurait pu sonner sonner Beast Coast dans le meilleur des cas si les instrus n’étaient pas des prods génériques trapisées (qui sont les Joe Joe Beats et Buda & Grandz?). Seule petite folie, le sample du thème de Psychose de Hitchcock « Phone Jumpin’ » (le même que sur « Gimme Some Mo’ » de Busta Rhymes. Il y a aussi la track crossover r&b pour la figure imposée (le single « Perfect« ) et l’interlude « Jazzy » qui casse l’ambiance.

Hormis Nas, les autres guests sont des habitués des featurings, des faiseurs de refrains qui entraient dans le budget mais qui ne correspondent pas forcément à la conception qu’on peut se faire d’un album Eastcoast (Jeezy, Wiz Khalifa, Chris Brown…). Ces artifices ont pour effet de banaliser ce gros EP au point de n’apporter aucune valeur ajoutée, si ce n’est rendre le sticker vendeur dans les bacs. Et encore.  Mais j’insiste à nouveau sur le fait que Dave East est un rappeur doué (d’ailleurs il cloue des becs en featuring sur Still Striving d’A$AP Ferg). Juste qu’il concrétise son rêve avec un pré-projet rien de plus normal, avec son lot de morceaux pour la rue, de titres r&b et de feats de stars pour l’épauler. Je ne suis pas indifférent non plus à son image de jeune père de famille, qui apporte un semblant de sensibilité qui me touche également.

Mais voilà, Paranoia ne dégage rien. Tout se repose sur la streetcred, du talent et rien d’autre que des artifices. Cet apéritif est sans intérêt, dénué de sens artistique et ne permet en rien de l’évaluer et même le développer en tant qu’artiste. Désolé pas désolé d’être sévère. Dave devra rattraper le coche pour son premier album s’il veut être plus convaincant. Pour l’instant, Dave East a droit au bénéfice du doute.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s