NaS & Damian Marley « Distant Relatives » @@@@@


Il y a d’abord eu ce magnifique duo qu’était « Road to Zion » en 2005, extrait de l’indispensable chef d’oeuvre qu’est Welcome to Jamrock de Damian Marley. Le point de départ d’une relation commune qui s’est officialisée peu après la sortie du fameux album censuré de NaS (Nigger devenu Untitled) en 2008 entre ces deux prodiges de la musique contemporaine. L’un vient du Queens, New-York, c’est un des meilleurs MCs de sa génération, le fils du musicien de blues Olu Dara Jones, le second est né à Kingston, Jamaïque, c’est le plus jeune fils de la Légende Bob Marley et il a insufflé le renouveau de la musique Reggae. Plus que la musique, ils partagent un ancêtre commun apparu quelque part en Afrique, berceau de l’humanité et thème au coeur de Distant Relatives, le fruit de cette union sacrée.

Naturellement, tout le monde se demandait ce qu’allait ressortir de cet album en commun, des idées qui fusaient, des compositions qui se créaient, des échanges qui se communiquaient en studio. Et c’est sans trop réfléchir qu’on se laisse emmener gaiement dans cette aventure humaine avec « As We Enter », sur un riddim hip-hop terriblement efficace. Avant tout, cette rencontre au sommet se veut plus grand que le hip-hop et le reggae réunis, mue par cette volonté affichée de vouloir faire changer les choses. NaS, après avoir servi la cause afro-américaine sur son précédent album, développe davantage son champs de vision à l’échelle du monde, à sa manière, et Damian quant à lui a ouvert sa musique vers quelque chose qui s’apparente presque à de la World Music. Il tire partie de la richesse des instruments traditionnels, comme des xylophones et des percussions pour « Tribes At War » pour apporter cette musicalité qui rend cet opus universel, tout comme le message dans son refrain : « Every man deserve to earn/ And every child deserver to learn/ Everyman deserve a turn/ Like Babylon deserve to burn ». Le jeune prodige afro-canadien, K’Naan, auteur du morceau planétaire « Wavin’ Flag », pose le second couplet de cette chanson, ainsi qu’un autre verset, en somalien (sa langue natale), sur le magnifique « Africa Must Wake Up », où Nas termine, en toute humilité, par un discours passant outre les cultures et les religions. Car ce sont sur les terres d’Afrique, comme chacun sait, qu’ont poussé il y a des millions d’années les racines de la race humaine.

Si l’Afrique décrite par Junior Gong sur le reggae-dub « Promise Land » fait rêver, sûr que l’on regarderait ce continent d’un autre oeil, moins égoïste. Ce sera peut-être le cas lors de la Coupe du Monde de Football 2010 qui aura lieu en Afrique du Sud. Sans avoir l’air d’une anecdote, « Strong Will Continue », pièce grandiose de six minutes, sera la bande-son du jeu vidéo. Quand je dis ‘grandiose’, il faut comparer ça à une musique de film historique. Et quand on pense à la misère que vit les pays d’Afrique, il suffit d’écouter « Count Your Blessings » avec Stephen Marley (autre producteur de Distant Relatives avec son cadet de frère) pour penser à nos petits bonheur que l’on possède sans y penser, un très bon remède anti-hypocrisie. Au delà de la dimension culturelle et de cette nécessité de véhiculer un message d’espoir pour notre espèce (car scientifiquement parlant, il n’y aucunes races d’Hommes établie, nous sommes notre seule espèce et notre seul genre), il y a aussi ces sujets autour de la religion, philosophiques, que les deux cousins éloignés questionnent sur « In His Own Words » et « Patience », qui gagne en spiritualité avec ces samples de chants…d’Amadou et Mariam. Nas et Damian n’ont pas seulement les yeux tournés vers le passé pour comprendre leurs origines, leur regard se porte sur l’avenir avec « Leaders », qui ne s’adresse pas qu’aux peuples mais à leurs dirigeants, et « My Generation », un titre motivant où la puissante voix de Joss Stone (bizarrement non-créditée) accompagne un choeur d’enfant et toléré, une apparition de Lil Wayne, c’est pour la bonne cause. Pour le présent, leurs conseils pour vivre une réelle fraternité s’écoutent sur « Friends ». ça paraît pourtant si simple mais c’est tellement important. La preuve que ça marche, des passes d’arme comme « As We Enter » et « Nah Mean » sont extrêmement révélatrices de leur relation.

L’alchimie toute nouvelle entre Nasir Jones et Damian Marley force le plus grand des respects, ne serait-ce que par la portée universelle de Distant Relatives. Leur collaboration est plus solide qu’une entente. Leur aide qu’ils apportent, leurs convictions qu’ils défendent avec leurs mots, ce serait insultant de parler d’histoires de maisons de disque, de fausse complicité, etc… Tous deux se sont trouvés pour réaliser ce projet d’envergure et le mener à bien. En allant au bout de leur démarche avec cette une oeuvre humaniste et humanitaire, les bénéfices tirés de cet album seront reversés à la construction d’écoles au Congo. Ça donne envie de ressortie les T-Shirts ‘Africa is the Future’.

En conclusion alternative, je dirai qu’à une période où tout s’écroule, le système capitaliste comme les habitations sous les crises de colère de notre planète, Distant Relatives nous dit ceci : ne pas oublier d’où l’on vient et de se relever pour marcher là où on doit aller.

16 réflexions sur « NaS & Damian Marley « Distant Relatives » @@@@@ »

  1. Très très bon album.Vraiment. Pour une fois que c’est pas une collaboration pour le fric avec les mecs les plus hots du moment, on ne va pas s’en plaindre.

    J'aime

  2. Salut
    j’avais écouté l’album à sa sortie et je l’avais trouvé bon sans plus , à cause de mon boulot et de mes diverses occupations , j’avais pas eu l’occaz de le réecouter.
    Le Week-end passé j’étais au SummerJam en Allemagne , et en tête d’affiche y’avais Nas et Damian , le show étais monstrueux , Nas nous revais quelques de ses classiques , pareil pour Damian et bien sur ils ont joué des sons de Distant Relatives….Damn la claque que j’ai prise (c’est le meilleur concert que j’ai eu l’occaz d’assister , et j’en ai vu des concerts).
    Avant le retour en France et 7h de route je decide de m’arreter chez un Disquaire pour shoper ce disque pour la route , le disquaire apparament fan m’a fait des louanges pendant 15 min der skeud en allemand :) rien compris à ce qu’il a dit…:p

    sur l’autoroute je met le disque et rien qu’avec as we enter , je me dit que j’ai à faire a du lourd , et je serai pas déçu . jusqu’a la fin du CD que des bombes , 0 déchet , un ptit bémol , le disque est trop court…, il à tourné en mode repeat durant le voyage sans qu’un soupçon de réptition apparaisse…

    bref excellent album , une collaboration digne de ce nom comme l’on en voit de moins en moins

    Ps : Bravo mec pour ton blog , il est bien fait , lécriture est soigné et les choniques excellentes , bonne continuation

    peace

    J'aime

  3. Excellent album! Belle alchimie…. Alors que Nas a toujours été un de mes rappeurs préférés, si ce n’est le rappeur préféré, j’avoue avoir décroché depuis un bail… Là la collaboration en elle-même était intriguante et le résultat est bluffant. On entend clairement que Damian Marley a poussé Nas dans ses retranchements …. Belle chronique!

    J'aime

  4. salut, cet album est excellent ! je veux juste préciser que la piste « Patience » reprend non pas une boucle de chant hindou, mais un sample du morceau « Sabali » des chanteurs non voyants maliens AMADOU ET MARIAM ! Ecoutez ça déchire.

    J'aime

  5. J’ai trouvé ce disque chiant à crever. Des prods tellement ennuyeuse que j’ai failli m’endormir en l’écoutant, je veux dire pour de vrai, quoi. Perso, je peux pas me satisfaire d’un disque comme celui là.

    Bon aussi, j’ai jamais été fan des deux bonshommes dans leurs carrières respectives.

    J'aime

  6. 4.5/5 J’ai adoré l’album bien que je ne soit pas fan de reggae, j’ai etait agréablement surpris par le couplet de Lil wayne aussi, j’avais un peu peur de le voir sur ce genre d’album.

    J'aime

  7. J’ai toujours adoré Nas malgré ses idées politiques, j’ai toujours acheté ses albums même si ça me faisait chier de le financer lol. Mais qu’il vienne nous faire croire qu’il veut la paix entre tous les peuples alors qu’il a dédié une chanson à Louis Farrakhan… faut pas trop pousser non plus.

    J'aime

  8. :D Bon article pour un bon album!
    Il t’a ému on dirait??
    J’aurai bien aimé que tu dise ce que tu pense de leur technique de chant/rap parceque c’est quand même assez compliqué de raper sur un beat reggae et vice versa.
    Au final, j’ai peu vu de mauvais retours sur cet album!
    :)

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s