T-Pain « Thr33 Ringz » @@@


T-Pain, le monsieur autotune du rap/r&b. Je vais vous raconter l’histoire d’un type qui a vulgarisé le nouveau gadget à la mode dans la monde de la musique. Dans la vie, T-Pain s’appelle Faheem Rasheed Najm, il n’est pas beau gosse, porte des dreads, lunettes noires et des dents en or pour se donner un style, joue du clavier dans sa chambre et ne sait pas bien chanter du tout. Jusqu’au jour où il découvrit l’autotune, cet appendice digital permettant à un mauvais chanteur de traffiquer sa voix comme un robot. Sa vie bascula du jour au lendemain comme par enchantement.

De simple producteur parfaitement anonyme, il est devenu à 20 ans un auteur à succès. Sentant chez lui un potentiel artistique et financier considérable, Akon le signe sur son label Konvict Muzik, et quelques mois plus tard, voilà T-Pain sur les chaînes musicales avec ses tubes « I’m Sprung » et « I’m In Luv With A Stripper ». Les gens l’aiment, ses pairs l’apprécient et le sollicitent… Il sort Epiphany, son deuxième album qui devint disque de platine grâce au hit « Buy U A Drank », clin d’œil au mouvement éphémère snap music. C’est la gloire qui vient vers lui, il devient un acteur majeur de la scène r&b, les gens veulent entendre sa voix digitale et ses productions très rythmées. Halala, comme le succès rend beau, et les gens sourds. Car sans son ami l’autotune, T-Pain, pour de vrai, il a une voix de canard, comme le prouve cette prestation scénique qui a tourné au vinaigre : 

Vous avez vu comme il chante faux ? Marrant hein ! Et dire qu’à cause de lui, beaucoup de rappeurs et chanteurs greffent cet autotune à leur micro pour se mettre à la page. Beaucoup de journalistes disent qu’il a la « Midas touch ». Ils n’ont pas tort, les artistes qui collaborent avec lui ont chopé le virus : Lil Wayne, Kanye West,… Et d’autres encore, comme 50 Cent (« Rider pt 2 »), Ron Brownz et bientôt notre Booba national usent de cet artifice à la mode. Ça fout la trouille hein. Revenons-en au sujet avec Thr33 Ringz, la tournée de T-Pain dans ce grand cirque qu’est le monde du showbiz US. 

 

C’est sûr que T-Pain a de nombreux détracteurs face à lui, avec des arguments légitimes et difficiles à nier concernant ses véritables talents. Pas étonnant de l’entendre se mettre en colère sur « Ringleader Man », vu comment il parle grossièrement dessus. En réalité, il n’est pas aussi créatif qu’on le pense, même si sa musique passe bien. Son style est fortement influencé par le r&b des années 90, au niveau de la vibe et du groove, ce qui n’est pas plus mal dans un sens. Parmi ses sources d’inspirations, on peut citer Teddy Riley (et son vocoder) de la période Blackstreet, Usher,… On s’en rend compte – pour les connaisseurs  – avec son single « Chopped and Skrewed ». L’idée du texte, d’ailleurs, a été reprise de Justin Timberlake et Timbaland avec leur « Chop Me Up », sauf que T-Pain nous prend à contre-pied en ne mettant pas une grosse voix pour le refrain, contrairement à ce que l’on s’attendait en toute logique. Ben non, il hache, triture son refrain, ça saccade et ça agace énormément. Le couplet de Ludacris est une aubaine, mais c’est bizarre de voir qu’il figure sur cet album alors qu’il s’est moqué ouvertement des personnes utilisant l’autotune sur sa derniere mixtape avec DJ Drama. 

En parlant de Justin, il serait prêt à collaborer avec T-Pain pour le remix de « Can’t Believe It », son premier single avec Lil Wayne en mode autotune. Autant avec T-Pain, on finit par s’en accommoder à force de le subir, avec Lil Wayne, c’est affreux, pas moyen de s’y faire. Ce single en question n’a rien de bien original, hormis la vidéo qui l’accompagne. T-Pain veut juste que ses fans disent « Yeah ». Youpi. Par contre, sur « Therapy », un titre vraiment bien, Kanye West n’utilise pas d’autotune. Il nous horripile avec tous ces couplets digitalisés (sur « Put On » de Young Jeezy, etc…) et prochainement sur 808 & Heartbreak, et là, il ne n’utilise pas en featuring avec T-Pain ! C’est chelou, c’est le monde à l’en…droit. Autre symptôme classique de l’artiste victime de son succès, la paranoïa : il commence à voir d’autres chanteurs utiliser l’auto-tune et ça l’insupporte, il le fait savoir en rappant sur « Karaoke » avec l’insupportable DJ Khaled. Drôle de manière d’insulter ses copieurs, il devrait commencer par arrêter de fréquenter Kanye et Weezy qui se le sont approprié laborieusement. C’est évident que si tout le monde se met à l’autotune, la banalisation de cet instrument nuirait à son succès. L’autotune, c’est la caution de T-Pain.

À part ses copains rappeurs, T-Pain a invité des figures de la nusoul et du r&b. En premier lieu, Chris Brown, qui lui rend la pareille sur « Freeze », un hit efficace après leur collaboration sur « Kiss Kiss ». Ensuite Akon, forcément, sur « It Ain’t Me » (feat T.I.) et la reprise de « Change My World » d’Eric Clapton, embelli par la présence de la reine Mary J Blige, et pour finir les soul singers Raheem DeVauhgn et Musiq Soulchild sur le très réussi « Reality Show ». A côté de ce beau monde, T-Pain passe un peu pour un novice qui a constamment besoin de son jouet pour améliorer ses capacités de chanteur médiocre. En fait, pas tant que ça lorsqu’on écoute bien « Keep Going », sans autotune. Le problème, c’est que s’il se met à chanter correctement comme un artiste r&b courant, il perdrait à être renommé car il est maintenant prisonnier de son chant vocoderisé.  

Dans de meilleures conditions, Thr33 Ringz s’écouterait d’une traite. On regrette cet aspect numérique et « Digital » comme il le chante lui-même. C’est bien beau de faire preuve de modernisme mais la musique en perd en organicité. De plus, T-Pain utilise souvent des drumkits et gammes de synthés similaires, ce qui uniformise la production de l’album. Cumulé aux effets secondaires de l’autotune, un sentiment de lassitude nous envahit de minute en minute le long des 23(!) pistes, incluant trop d’interludes dont on en n’a strictement rien à foutre (avec la musique de « Ringleader Man » qui revient à chaque fois en fond). Faute de quoi, on lâche prise avant la fin de l’album (« Bad Side » et « Phantom »), on zappe des tracks (« Long Lap Dance »). On passe tout de même quelques instants agréables si l’on fait abstraction de son joujou extra, quitte à se surprendre kiffer ses singles, des titres comme « Superstar Girl », « Reality Show »,  « Therapy »… Ou même « Blowing Up » feat Ciara et « Distorted » qui surfent la tendance dance music qui envahit les states à cause de Rihanna et Timbaland. Mais avec T-Pain, ça passe drôlement mieux, les sons sont plus cosys et planants. Les productions plus que les parties « autotunées ». En tout cas, ce troisième album a suffisamment d’atouts pour rencontrer le succès de ses précédents disques, si ce n’est plus. Mais sans réel mérite.

Pour la reconnaissance, il faudra repasser d’ici quelques années.


Alors, quelle note pour Thr33 Ringz ? La réponse est en anglais dans la question, trois anneaux : @@@.

Cadeau pour ceux qui n’apprécient pas spécialement T-Pain : 

9 réflexions sur “ T-Pain « Thr33 Ringz » @@@ ”

  1. yo man tu es francais,si tu l es arrete de critiquer les rappeurs us et parle de vos rappeurs nuls comme des cons ils se mettent a nous copier j ai horreur quand on critique des gens qui ont au moins de l imagination vous quelle est voter innovation shut the fuck up don’t ask me where i learnt to speak yo’ fuckin’ dialect just do what you do.

    J'aime

  2. Salut merci pour toute ces infos je suis new sur ton site mais après seulement 5min de surf jai trouvé chaussure a mon pied comme on dit^^
    Ce vocoder mdr le son est trop mauvais meme transformé,kom koi loriginal fait beaucoup de choze mdr je trouve sa ridicul de transformer sa voix sa sonne faux…moi je crie au boycott des ces sons ou de les laisser a Mtv et son public qui s’en accomode très bien puis de faire crypter cette chaine immonde remplie de ******…
    bon courage bonne ékoute ++ ;)

    J'aime

  3. Hi Sagittarius,
    je te trouve assez gentil sur la note au vu de la chronique qui suit. Cependant, j’aimerais emettre un petit bémol car l’ayant vu chanter en live et sans codeur vocal lors de son concert au Bataclan en juin dernier, je peux certifier qu’il chante juste. Il est très clair néanmoins que ce n’est pas un chanteur à voix comme Jamie Foxx ou Usher. Mes kiffs de l’albums sont It’s Aint’t Me, Digital, Karaoké, Blowing Up et Reality Show!
    Je lui accorde la note de @@@@ même si, il n’y pas trop d’évolution ou de prise de risques car comme tu l’as bien dénoter, il est enfermé dans son image de « Vocoder-singer ».

    J'aime

  4. Pour la 1er vidéo faut l’excuser il était en train de danser lol. Tu me surprend deux fois d’affiller. J’aurais jamais penser que tu ferait une chronique sur lui. Bon, juste pour dire que la star de cette album ben c’est Musiq Soulchild. Serieusement, même si j’ai kiffer ses ancien album c’est la 1er foi que ce mec me rend fou à ce point, il a une voix qui renvoit tous les autre au placard. Par contre pour le titre avec Mary J Blige, j’ai l’impréssion que quand elle chante elle s’ennui à mort. A moins que ce soit Diddy qui la poussée à poser sur le morceau en échange des fameux secret que détient T-pain sur le vocoder.

    J'aime

  5. Yo bro’
    Tout d’abord un grand merci de m’avoir rajouté a ton « Blogroll » ca me fait vraiment plaisir!!!
    Ensuite je suis pas fou j’ai pas tout écouté!!! seulement le titre avec Musiq Soulchild et Raheem Devaughn et autant dire que c’est une grosse tuerie
    Peace

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s