Archives du mot-clé Young Cash

French Montana « Excuse My French » @@


Avant même d’écrire quoique ce soit: la note, évidente (voire préméditée) de ma part penseront aussi bien les lecteurs assidus que les quelques détracteurs… J’ai tout de même pris la peine de l’écouter, deux fois, cet album qui au bout d’une série interminable de mixtapes en « cheese » ou en « coke » et d’apparitions en featurings sur les albums du moment concrétise le fabuleux destin de Karim Kharbouch, dit French Montana, rappeur originaire du Maroc et découvert par Max B. Attendu depuis belle lurette Excuse My French, sorti conjointement chez Bad Boy Records et Maybach Music Group, est un disque qui plaira à qui ça plaira.

Lire la suite French Montana « Excuse My French » @@

Travie McCoy « Lazarus » @@@½


Travis Lazarus ‘Travie’ McCoy, voilà le nom/pseudonyme développé du chef de file des Gym Class Heroes, un groupe nominal qui met au clair le titre de l’album, Lazarus, et le nom sous lequel il le publie (TraviE avec un ‘e’ et non un ‘s’). Terminée la confusion autour de ce premier essai en solo composé d’une dizaine de chansons hip-pop/rock qui s’écoute dans la joie et la bonne humeur.

Lire la suite Travie McCoy « Lazarus » @@@½

T-Pain « Thr33 Ringz » @@@


T-Pain, le monsieur autotune du rap/r&b. Je vais vous raconter l’histoire d’un type qui a vulgarisé le nouveau gadget à la mode dans la monde de la musique. Dans la vie, T-Pain s’appelle Faheem Rasheed Najm, il n’est pas beau gosse, porte des dreads, lunettes noires et des dents en or pour se donner un style, joue du clavier dans sa chambre et ne sait pas bien chanter du tout. Jusqu’au jour où il découvrit l’autotune, cet appendice digital permettant à un mauvais chanteur de traffiquer sa voix comme un robot. Sa vie bascula du jour au lendemain comme par enchantement.

De simple producteur parfaitement anonyme, il est devenu à 20 ans un auteur à succès. Sentant chez lui un potentiel artistique et financier considérable, Akon le signe sur son label Konvict Muzik, et quelques mois plus tard, voilà T-Pain sur les chaînes musicales avec ses tubes « I’m Sprung » et « I’m In Luv With A Stripper ». Les gens l’aiment, ses pairs l’apprécient et le sollicitent… Il sort Epiphany, son deuxième album qui devint disque de platine grâce au hit « Buy U A Drank », clin d’œil au mouvement éphémère snap music. C’est la gloire qui vient vers lui, il devient un acteur majeur de la scène r&b, les gens veulent entendre sa voix digitale et ses productions très rythmées. Halala, comme le succès rend beau, et les gens sourds. Car sans son ami l’autotune, T-Pain, pour de vrai, il a une voix de canard, comme le prouve cette prestation scénique qui a tourné au vinaigre : 

Vous avez vu comme il chante faux ? Marrant hein ! Et dire qu’à cause de lui, beaucoup de rappeurs et chanteurs greffent cet autotune à leur micro pour se mettre à la page. Beaucoup de journalistes disent qu’il a la « Midas touch ». Ils n’ont pas tort, les artistes qui collaborent avec lui ont chopé le virus : Lil Wayne, Kanye West,… Et d’autres encore, comme 50 Cent (« Rider pt 2 »), Ron Brownz et bientôt notre Booba national usent de cet artifice à la mode. Ça fout la trouille hein. Revenons-en au sujet avec Thr33 Ringz, la tournée de T-Pain dans ce grand cirque qu’est le monde du showbiz US. 

Lire la suite T-Pain « Thr33 Ringz » @@@